RSS

Rencontre littéraire avec Rachid Mokhtari

25 janvier 2010

Non classé

Librairie internationale Chiheb
Rencontre littéraire avec Rachid Mokhtari

, La librairie internationale Chihab a abrité, samedi après-midi, une rencontre littéraire avec l’écrivain et journaliste Rachid Mokhtari.

Au cours de cette rencontre, Rachid Mokhtari est revenu sur la sortie de son dernier roman intitulé l’Amante. Ce dernier soulève la problématique des mythes. En effet, il indiquera que dans l’ensemble de ces romans, il y a une partie très importante du mythe, en l’occurrence dans l’Amante qui échappe à l’événementiel par les mythes et c’est par eux qu’il transcende l’évènement. «Le mythe, expliquera-t-il, qui n’est pas seulement une littérature orale mais une vision du monde, transcende aussi les particularités régionales et linguistiques. Les personnages qui se nourrissent des mythes dépassent leur propre identité», a relevé le conférencier qui considère qu’«il y a du soi dans le mythe». Pour l’universitaire, le mythe peut, certes, revêtir plusieurs formes mais il participe activement à la mémoire, contribuant à la naissance du roman moderne. «J’ai accordé aussi plus d’importance à l’aspect esthétique, c’est-à-dire à la mise en forme, car je considère que dans le roman l’histoire compte moins que la forme» indique -t-il. Et d’ajouter : «Mais ce que j’ai surtout introduit, ce sont les voix. Il y en a quatre et chacune a un «je» et raconte à sa manière les événements qu’elle vit, qu’elle sent et qu’elle transmet également.» Rachid Mokhtari a relevé que les lieux évoqués sont imaginaires et intimes à la fois, allusion faite aux ressemblances avec des lieux géographiques réels.. «Dans l’espace romanesque, argumente-t-il, ce ne sont pas des lieux géographiques qui sont importants. Les lieux romanesques sont des lieux non toponymiques, ni géographiques. Ce sont des lieux affectifs. J’ai utilisé un grand registre de langages littéraires dans ce roman qui met en scène des personnages représentant trois générations, dont Tazazraït, une tisseuse centenaire qui représente la «Mémoire» et symbolise le patrimoine.» Lamia S.


25-01-2010

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...