RSS

L’épopée de Baba Merzoug(le canon d’Alger )

20 janvier 2010

Non classé

st également écrivain. Il vient d’ailleurs de sortir un ouvrage qu’il intitule «L’épopée Baba Merzoug» (le canon d’Alger) publié aux éditions «Colorset».

Il nous raconte ce besoin d’écrire ce livre : «Baba Merzoug tenait un rôle de patriarche parmi les autres pièces d’artillerie. Son poids, pas moins de douze tonnes, soutenait une puissance de feu si dévastatrice qu’elle tint en respect, durant plusieurs décennies, toutes les flottes ennemies s’aventurant dans la baie d’Alger». Notons que ce canon est considéré comme l’arme lourde la plus puissante du monde puisque sa longueur de sept mètres n’a jamais été atteinte.


A titre d’exemple, le canon le plus connu a été la grosse Bertha, un canon extrêmement puissant de la seconde guerre mondiale qui ne dépassait pas cinq mètres. Il ajoutera : «Ce canon fait partie intégrante de notre histoire. Il a été fabriqué en 1542, il a fallu attendre la première guerre mondiale pour que les allemands fabriquent un canon géant, qui ne mesurait que 5 mètres. Pris en 1830 par l’amiral baron Duperré, le canon est expédié à Brest et dressé à son emplacement actuel le 27 juillet 1833». C’est précisément sur la grandeur mythique de ce canon légendaire, que notre historien a écrit un livre dans lequel il veut attirer l’attention aussi bien des responsables de l’Etat algérien que de ses concitoyens sur la nécessité d’agir sérieusement pour le retour au pays de cette pièce de musée.
Après ce travail de recherches, auquel M. Babaci s’est consacré depuis 1999, il a estimé «nécessaire» d’écrire sur ce «joyau» afin que l’Etat français nous le rende pour restituer notre mémoire». et de poursuivre : «J’ai eu la chance de visiter ce canon à Brest, il est phénoménal». Ne voulant pas rester indifférent, M. Babaci constitue un comité composé de 2500 intellectuels dont l’objectif vise le retour inconditionnel du canon Baba Merzoug.
«Nous avons écrit une lettre à l’ancien président de la République française, M. Chirac, nous avons reçu des échos favorables. Nous souhaitons, actuellement, que notre président de la République Abdelaziz Bouteflika aborde ce sujet lors de la prochaine rencontre avec son homologue français Nicolas Sarkozy», conclut-il.
En projets, M. Babaci fera sortir deux autres ouvrages intitulés l’un «Une conversation avec une mouette», une sorte de fable qui traitera du sujet des anciennes traditions algéroises.
Le second s’intitule «Histoires et légendes d’El Djezaïr». Il comprend 15 légendes fantastiques.

 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

8 Réponses à “L’épopée de Baba Merzoug(le canon d’Alger )”

  1. maarfia Dit :

    Faut il prendre au sérieux un homme qui converse avec les mouettes,je vous le demande?
    Babassi n’a rien d’un historien,mais plutot d’un réveur qui raconte des légendes.
    Tous les canons d’Alger à l’époque ont été pris en mer par divers corssaires aux services de la régence d’Alger.Personne ne pouveait fabiriquer de canon quel qu’il soit,meme par les prisoniers chrétiens.Ce canon n’était pas le notre. Babassi raconte n’importe quoi
    F.Maarfia

  2. belcourtoise Dit :

    incroyable mais vrai! vous existez? Prouvez-le cher monsieur, écrivez une fable si minime soit-elle! ainsi vous seriez peut-être à la hauteur! ou n’êtes-vous bon qu’à critiquer. A ce train nous ne démarrerons jamais. Vous êtes à plaindre monsieur Maarfia

  3. de babaci (factum) Dit :

    je n ai rien compris àla réaction de maarfia je lui demande simplement de consulter les annales maritimes françaises sur la provenance te le lieu de fabrication de baba merzoug c ‘est tout.par ailleurs me connait-il seulement ? revenez sur terre et aimez votre pays comme je l’aime même en fables pour le plaisir ok?

  4. F.Maarfia Dit :

    Bonjour Monsieur Babassi,
    Non, je ne vous connais pas ,mais soyez logique. A ce momen précis ou nous ne savons meme pas fabriquer des allumettes,vous voulez nous faire croire qu’on pouvait fabriquer des canons en 1600? La régence d’Alger à l’époque était composé de « corssaires » au service des ottomans,ceux méme qui ont pillés notre belle Algérie,particulièrement de nos belles femmes.Et que le brigandage maritime nous a valut 130 ans de colonialisme. Ce canon dont vous parlez,fondu pas un vénicien prisonnier ,sur des canons saisies sur des frégates américaines et Maltaises… Un cours d’histoire,Monsieur?

  5. Amri Dit :

    Bonjour a tous,
    Je viens préciser certaines choses qui ont été dites par F.Maarfia
    je suis choquée par la lecture des ces propos et le fait de s’attaquer à M BABACI qui est un homme respectable,un homme de culture, un homme qui a fait la guerre, qui a vécu une des périodes de l’histoire de l’Algérie et connu des moments des plus historiques. je tiens à souligner au passage que c’est ainsi que le nom s’écrit et non pas avec 2 SS
    « BABACI » s’il vous plait
    Ne connaissant même pas la personne en question, ni son parcours, vous osez parler de la sorte !!!????
    revenez quand vous saurez écrire convenablement et par la suite faites nous une démonstration de vos pitoyable connaissances.
    Je tiens a dire , que pour écrire un livre sur l’histoire de l’Algérie,apporter des éclaircissements, ne tombe pas du ciel , et n’est surtout pas le fruit de quelques lectures que je suppose vous F.Maarfia avez effectué et avez par la suite étaler dans ce petit texte sur le net.
    Pour résumer, je vous invite à vous plonger dans une lecture plus profonde de l’histoire de l’Algérie et j’espère surtout que puissiez comprendre ce que vous lisez. car un mon humble avis, vous êtes juste un ignare.
    Amis d’ici et d’ailleurs, je vous salut

  6. aliane djilali Dit :

    A monsieur Maarfia,

    j’ai lu vos diverses correspondances et respecte vos idées et vos critiques fondées ou pas, c’est votre problème, mais vous parlez d’un sujet qui vous dépasse complètement, oui, les canons étaient bel et bien fabriqué ici à ALGER, d’ailleurs les historiens français même en parlent, mais comme vous êtes dépassé par l’histoire et l’histoire vous a dépassé, car au lieu d’encourager un compatriote, vous voulez l’enfoncer, et vous avez la même réaction que « ceux qui ont servis fidèlement »la France, qui a été je suppose un ennemi commun, à moins que………et puis pourquoi vous voulez interdire à quelqu’un de rêver, si monsieur BABACI ou BABASSI,( qu’importe l’orthographe, car la prononciation est arabe) parle d’un seul canon, moi je parle des 24 qui sont actuellement exposés à la place des Invalides à Paris, et si monsieur BABACI est un rêveur et parle aux mouettes, alors moi je suis un fou qui parle aux ruines, aux pierres et aux morts, et vous demande de visiter mon site, et vous verrez que le nom EL DJAZAIR en arabe est bien visible, et jetez un coup d’oeil sur le deux tomes des livres de Henry KLEIN « LES FEUILLETS D’EL DJAZAIR » écrits en 1937, qui cite justement tous les canons fabriqués bel et bien à ALGER
    D.ALIANE http://www.alger-image.e-monsite.com

  7. ALIANE Djilali Dit :

    suite de mon commentaire à M.Maarfia,
    en plus de ma réaction qui j’espère vous a choquée, je vous demande de « potasser » l’histoire de la colonisation et de vous associer à nous pour demander à la France la restitution de tous notre patrimoine culturel et matériel (or,argent,objets divers etc..) afin de respecter l’honneur de nos martyrs et l’un des plus célèbres parmis eux DIDOUCHE Mourad, qui a dit : SI NOUS VENONS A MOURRIR, DEFENDEZ NOS MEMOIRES » si vous vous inscrivez dans cette ligné, d’accord, soyez le bienvenue parmis nous, dans le cas contraire, je vous considère que vous n’être pas des notres, et dans ce cas, rejoignez le camp de vos « amis »

  8. djilali aliane Dit :

    j’ai oublié de dire au sieur maarfia (je ne mets pas son nom en majuscule) que si Monsieur BABACI parle aux mouettes, moi je parle aux pierres de la CASBAH D’ALGER, comme MOMO parlait à la mer.
    je suis sur que vous ne savez pas que certains agriculteurs mettent de la musique dans leur étables pour que les vaches aient un bon lait, que les horticulteurs le font aussi pour que les roses puissent être belles, et je suis certain que vous n’avez jamais entendut une de nos vieilles femmes chanter à un pot de fleur, « fell » « bégonia » « sissane » etc… mais ça vous dépasse ça, car si les animaux et les plantes réagissent aux bonnes choses, vous à quoi réagissez-vous ? il y a un grand général allemand qui disait « le beauté et le charme n’appartiennent qu’à ceux qui savent les apprécier »
    les animaux et les plantes apprécient beaucoup le chant, la musique, mais vous …………alors laissez nous rêver monsieur.
    sans rancune