RSS

Retour au pays natal (34e partie)

12 janvier 2010

Histoire

Ainsi va la vie
Retour au pays natal (34e partie)
Par K. Yerbi

Résumé de la 33e partie :D eux femmes, toutes deux proches parentes, demandent la main de Kenza de retour au pays pour y passer des vacances.

Tandis que ses parents et son frère aîné se disputent, Kenza va s’enfermer dans sa chambre. Elle est encore sous le coup de la colère, mais elle se réjouit de l’embarras de sa famille.
— ils n’ont que ce qu’ils méritent !
Elle veut téléphoner à Tarik, mais elle se rend compte qu’elle n’a plus de crédit. Elle pense envoyer l’un de ses jeunes frères, Tahar ou Sami, pour lui acheter une carte, mais elle a peur qu’ils le rapportent à ses parents ou, pire, à Mohammed. Ils ne manqueront pas de lui demander à qui elle veut téléphoner !
C’est alors que la sonnerie de son téléphone retentit. C’est Tarik ! elle décroche.
— ah, j’allais t’appeler, mais je n’avais pas d’unité !
— calme-toi, tu as l’air excitée !
— ah, si tu savais, ce qui m’arrive !
— que s’est-il passé ?
Elle éclate en larmes.
— raconte-moi !
Elle lui raconte tout. Tarik est atterré.
— ah, les pirates, ils t’ont attirée au pays pour te marier !
— mais Dieu leur a joué un mauvais tour !
— et s’ils te forcent à épouser l’un de tes cousins ?
— ils n’y parviendront pas !
— je vais appeler ton père !
— il ne faut surtout pas te manifester maintenant !
— mais s’ils te marient ?
— ça ne se produira pas…
— ils peuvent trouver un arrangement !
— non… et puis, même s’ils s’arrangent, je n’épouserai aucun de leurs neveux !
— je veux te demander en mariage !
— quand je serai de retour en France.
— et s’ils te séquestrent ?
— ça ne risque pas d’arriver !
— en tout cas, tu m’appelles, je prends le premier avion et je te rejoins !
On frappe à la porte de Kenza. C’est sa mère.
— je te quitte…
— je te rappellerai dans la nuit !
Elle ouvre la porte à sa mère.
— tu ne viens pas dîner ?
— je n’ai pas faim…
— je voudrai m’excuser…
Kenza la toise.
— pour ce que tu m’as fait ? Accorder ma main, sans mon consentement ?
— je croyais bien faire… J’avais peur que tu te dévergondes…
Kenza lui ferme la porte au nez. (à suivre…)

K. Y.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...