RSS

Irak : il échappe à la mort pour la neuvième fois

30 décembre 2009

Non classé


Irak : il échappe à la mort pour la neuvième fois

 Le chef d’une puissante milice hostile  à Al-Qaîda a échappé, ce mercredi, pour la neuvième fois à un attentat dans la ville  pétrolière de Kirkouk (nord), a indiqué un responsable de la police locale. Un kamikaze a fait exploser le camion bourré d’explosifs qui barrait la  route où passait son convoi, mais

par une chance inouïe, lui et cinq de ses  gardes n’ont été que blessés, selon cet officier. Abdel Karim Ensayef al-Joubouri, alias Abou Seif al Kidawi, avait été le premier à constituer dans un fief d’Al-Qaîda, un groupe de 250 miliciens du «Réveil» financé et armé par les forces américaines. Personnage haut en couleur, âgé de 39 ans, marié à 4 femmes et père de 19 enfants, cet homme d’affaires à l’époque de Saddam Hussein avait été arrêté par la police de l’ancien régime pour contrebande. Il avait été libéré par  l’armée américaine en 2003.  Il est implanté dans le quartier d’al-Mountaka, l’un des plus dangereux et le plus stratégique car c’est le carrefour des oléoducs du nord de l’Irak et la cible de nombreux sabotages de la part des insurgés. Sa milice compte aujourd’hui un millier de combattants.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

6 Réponses à “Irak : il échappe à la mort pour la neuvième fois”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Ainsi va la vie
    La grande imposture (28e partie)
    Par K. Yerbi

    Résumé de la 27e partie n Il était convenu qu’Amina révèle la vérité à Hamza. Mais la fille se contente de lui dire que son frère et ses parents sont au courant de leur liaison.

    Nawal a ouvert la porte.
    — Tu lui as dit ?
    — Oui…
    — Que c’était une plaisanterie ? Qu’il ne doit pas me prendre au sérieux.
    Amina va à la fenêtre.
    — Oui…
    — Comment a-t-il réagi ?
    — Tu veux savoir comment il a réagi ? Viens ici…
    Elle écarte le rideau.
    — Regarde-le !
    Hamza est complètement déboussolé. Il se tient la tête et marche comme s’il était libre.
    — Tu le vois ? Il semble détruit !
    Nawal a pitié de lui, mais elle a cette réflexion.
    — C’était nécessaire !
    — Tu as tort… au moment où on commençait à s’amuser le plus !
    — Tu ne crois pas que le jeu devenait cruel ?
    Amina hausse les épaules.
    — De toutes les façons, tu vas le rencontrer, puisqu’il tourne dans la cité !
    — Non, il part à la fin de la semaine…
    — Ah, bon ? Il t’a fait des confidences ?
    — Ne me parle plus de ce pauvre garçon… que Dieu me pardonne le mal que j’ai pu lui faire !
    Hamza, lui, est désemparé : Nawal le renvoie… Il s’arrête un moment et essaye de se rappeler les propos d’Amina.
    «Il ne faut plus tourner ici… notre frère et nos parents sont au courant… Ils menacent de cloîtrer Nawal à la maison ! Ne cherche plus à la revoir !»
    Elle ne lui a pas dit : «Elle ne veut plus te voir», mais : «Ne cherche plus à la voir». Il y a une différence de taille, puisque la première proposition signifierait qu’elle ne veut plus de lui alors que la seconde veut dire qu’elle a peur qu’on la découvre avec lui !
    «Alors, tente-t-il de se rassurer, elle m’aime !»
    Mais qui a bien pu informer son frère et ses parents ? C’est sans doute cette femme qu’il a croisée dans l’escalier.
    Son chef de service l’appelle.
    — Qu’as-tu ? On a l’impression que tu es ivre !
    Pour toute réponse, il se met à vomir.
    — Tu es malade… tu dois voir un médecin…
    — Je veux rentrer…
    — Il faut attendre l’heure du départ du camion. Mais tu peux aller te reposer.
    Il s’assoit dans un coin et se prend la tête entre les mains. Pourquoi lui en veut-on ? Pourtant, il n’a rien fait de mal… Il aime tout simplement une fille…Pourquoi ne le laisse-t-on pas tranquille ? Il se met à pleurer. (à suivre…)

    K. Y.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  2. Artisans de l'ombre Dit :

    La brute
    K. Noubi

    Résumé de la 31e partie n Karim est toujours hospitalisé. On ne sait pas encore quelles séquelles lui laissera l’accident. Linda, elle, est sortie indemne.

    En arrivant à l’hôpital, Abderrahman et Kheira trouvent Linda, avec ses parents. La vieille domestique n’est pas contente de voir Linda, qu’elle accuse déjà de porte-malheur, mais elle ne montre pas son hostilité. La jeune femme vient vers elle.
    — Quel malheur !
    — Oui, s’exclame Linda, quel malheur !
    Elle lui raconte les circonstances de l’accident.
    — Et il a fallu qu’il heurte ce pauvre Karim, dit Kheira
    Abderrahman s’approche.
    — Je suis heureux que tu sois sortie indemne de l’accident, dit-il
    Elle sourit.
    — Merci !
    Les parents de Linda rejoignent le groupe.
    — Quel malheur ! s’exclame la mère, et juste quelques jours avant le mariage !
    — Tout est maintenant remis en cause, soupire Kheira
    Le père intervient.
    — C’est juste reporté…
    — Oui, oui, dit Abderrahman, le temps que mon frère soit sur pied !
    Un infirmier passe.
    — Peut-on rendre visite à Karim B. ?
    — Oui, mais ne le fatiguez pas trop, il est très affaibli !
    Kheira ne peut s’empêcher de pleurer. Elle étreint Karim et le mouille de ses larmes.
    — Je ne t’aurais pas survécu, dit-elle
    — Je l’ai échappé belle, dit le malade d’une voix affaiblie.
    Il aperçoit Linda.
    — Toi, aussi tu as
    échappé de justesse !
    La jeune femme se met à pleurer.
    — Comment te sens-tu ? demande Abderrahman
    — Affaibli…
    Il essaye de se lever, mais il n’arrive pas.
    — Je vais t’aider, dit Kheira.
    Elle l’aide.
    — Pince-moi les jambes, dit-il
    Kheira obéit.
    — Vas-y, dit Karim
    — Je l’ai fait ! dit-elle
    — Pince-moi plus fort !
    Elle le pince de nouveau. le père de Linda et Abderrahman se penchent vers lui.
    — Alors ?
    — Je ne sens pas mes jambes !

    A suivre
    K. Noubi

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  3. Artisans de l'ombre Dit :

    La brute
    K. Yerbi

    Résumé de la 32e partie n On peut enfin voir Karim. Le jeune homme est affaibli, mais il a l’impression de ne plus sentir ses jambes.

    Le père de Linda avance.
    — Tu ne sens rien ?
    — Non, dit le jeune homme
    — Peut-être que ta gouvernante ne t’a pas pincé fort.
    Abderrahman trouve le moyen de plaisanter.
    — Il a toujours été son chouchou !
    Il se penche sur son frère.
    — Eh bien moi, je vais te pincer et tu vas le sentir.
    Il le pince très fort mais Karim ne sent rien.
    — Tu as senti ?
    — Non, rien !
    Il veut bouger les orteils, mais il n’y parvient pas. Dans la salle, c’est le silence. La voix du jeune homme s’élève.
    — Je suis paralysé !
    — Non, non, dit Abderrahman, tu es encore affaibli !
    — Pourquoi alors je bouge mes mains et pas mes jambes ?
    Il se met à pleurer.
    — Je ne peux pas bouger mes jambes !
    — Bon, dit Abderrahman, je vais chercher un médecin.
    Il revient avec l’un des médecins qui se sont occupés de Karim. Il écoute Karim, puis tient à le rassurer.
    — Nous espérons que ça ira mieux, les jours suivants !
    — Mieux… fait le jeune homme, cela veut dire que ça va durer !
    — Oui… il faudra vous montrer patient… On va vous faire des analyses !
    La mère de Linda soupire.
    — Et dire qu’il allait se marier !
    Le médecin regarde la jeune femme.
    — C’est vous la fiancée ?
    — Oui…
    — Vous étiez avec lui… On peut dire que vous avez eu beaucoup de chance !
    Kheira intervient.
    — De la chance, avec un mari à l’hôpital !
    — ça va s’arranger, dit Abderrahman.
    Il se retourne vers les parents de Linda.
    — Nous allons retarder la cérémonie, le temps que Karim soit sur pied et on fera une double fête : une wa’ada et le mariage !
    Kheira soupire.
    — Puisse Dieu t’entendre !
    Les parents de Linda se taisent. Ils ont l’air très inquiets.

    A suivre
    K. Yerbi

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  4. Artisans de l'ombre Dit :

    La brute
    K. Yerbi

    Résumé de la 33e partie n On rassure Karim : s’il ne sent pas ses jambes, ce n’est pas une paralysie. Il doit subir des examens dans les jours à venir.

    Les jours passent. L’amélioration attendue ne se produit pas. Karim n’arrive toujours pas à bouger les jambes.
    Ce jour-là, Abderrahman, Kheira et Lila lui rendent visite. Peu après, arrivent Linda et ses parents.
    — Aujourd’hui, nous sommes au complet, dit Abderrahman, peut-être que Karim va nous faire la surprise de se mettre debout !
    — Je ne peux pas, gémit Karim.
    — Je vais t’aider.
    Il le prend par les aisselles.
    — Fais un effort !
    — Je vais tomber !
    Abderrahman le lâche. Il tombe.
    Kheira et Linda se précipitent et le relèvent.
    — Je suis paralysé !
    Abderrahman est furieux.
    — On nous a assuré que tu allais marcher !
    — Kheira pleure.
    — Mon pauvre petit.
    — Je vais aller voir les médecins qui le soigneront.
    — Je t’accompagne, dit le père de Linda.
    Le médecin chef est là. Il reçoit les deux hommes.
    — Docteur, on nous a dit que la situation de notre parent allait s’améliorer, mais il a tout l’air d’être paralysé !
    — C’est une paralysie, dit le médecin.
    Douche froide pour les deux hommes.
    — C’est incurable ? demande le père de Linda
    — Je ne pense pas… Mais il faudra des soins et des traitements qui ne sont disponibles ici ! Nous ne disposons pas de techniques sophistiquées !
    — Vous croyez qu’à l’étranger…
    — Il est difficile d’avoir une prise en charge… Et puis, les soins risquent d’être longs !
    — Dites-nous seulement si nous pouvons le transférer !
    — Bien sûr.. ; Il n’y a que ses jambes qui soient mal en point !
    — Alors, indiquez-moi un établissement qui pourrait le prendre en charge…
    — C’est cher, dit le médecin, si vous n’avez pas de prise en charge !
    — C’est mon affaire.
    Le médecin donne des adresses. Abderrahman a pris sa décision, il enverra son frère à l’étranger.
    — ça va vous coûter cher, dit le père de Linda.
    — Nous avons de quoi payer !

    A suivre
    K. Yerbi

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  5. Artisans de l'ombre Dit :

    A un milliardaire russe, la villa la plus chère du monde

    Le milliardaire russe Mikhail Prokhorov sera le nouveau propriétaire de la villa Leopolda de Villefranche-sur-mer, sur la Côte d’Azur (sud de la France), achetée à la veuve d’un homme d’affaires au prix record d’un demi-milliard d’euros. L’immense demeure et son parc de huit hectares qui comprend plusieurs maisons annexes et plus de 1 200 oliviers, cyprès, citronniers et orangers, étaient classés parmi les dix propriétés privées les plus chères du monde. Le prix de vente exact de la villa s’élève à 496 millions d’euros, une somme qui pulvérise tous les records en matière d’immobilier privé. Agé de 43 ans, Mikhail Prokhorov est à la tête d’une fortune de 19,5 milliards de dollars, selon le dernier classement du magazine Forbes qui le présente comme la 6e fortune de Russie et la 24e mondiale. Longtemps P-DG du géant minier Norilsk Nickel, M. Prokhorov avait quitté la direction du groupe après avoir été interpellé en même temps que 25 autres personnes à son hôtel de Courchevel dans le cadre d’une enquête sur un présumé réseau de prostitution en janvier 2007. Il avait été entendu comme témoin assisté. Erigée en 1902 par le roi des Belges Leopold II sur les hauteurs de Villefranche-sur-Mer, dans le prolongement du Cap-Ferrat, la villa Leopolda est une immense propriété qui a notamment appartenu à l’Italien Giovanni Agnelli, propriétaire des usines Fiat.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  6. Artisans de l'ombre Dit :

    Egypte : elle accouche de septuplés

    Une jeune femme a accouché par césarienne de septuplés à Alexandrie, ce qui est qualifié de «miracle divin», par le médecin accoucheur. Agée de 27 ans, elle a mis prématurément au monde sept bébés vivants : quatre garçons et trois filles. La mère n’avait pris aucun fortifiant lors de son ovulation. Les bébés qui pèsent entre deux et trois kilos, ont été placés en couveuses.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...