RSS

Alors que ses bienfaits sont inestimables Allaitement maternel : un abandon injustifié !

30 décembre 2009

Non classé

Alors que ses bienfaits sont inestimables
Allaitement maternel : un abandon injustifié !
Souad Labri

Alors que ses bienfaits sont inestimables Allaitement maternel : un abandon injustifié ! 85m3wh

Le sein, un refuge pour le bébé

Tendance : Inconscientes, les jeunes mamans délaissent, de plus en plus, le sein et le remplacent par une tétine artificielle sous divers prétextes.

Ainsi, elles passent outre même les directives de notre religion qui stipule que les mamans doivent donner le sein aux bébés durant 2 ans. «Bien que ses avantages ne soient plus à démontrer, le déclin de l’allaitement maternel menace le monde entier et est déploré dans les pays les moins nantis en termes de survie pour le binôme mère-bébé», révèle le chef de service de néonatalogie au CHU Mustapha, le Pr Djamil Lebane.
L’Algérie n’est pas épargnée par le phénomène qui est devenu un véritable problème de santé publique. Unanimes, les médecins, sages-femmes et spécialistes du domaine disent que le  déclin de l’allaitement maternel dans notre pays est, comme dans beaucoup d’autres, une réalité. Quelles  sont les causes de ce déclin alors que le lait maternel est le seul aliment idéal pour les nourrissons pendant les six premiers mois de vie ?
«Plusieurs facteurs ont contribué à ce déclin. Il y a d’abord l’absence d’éducation sanitaire et de préparation prénatale de la mère à l’allaitement maternel, alors même que toutes les conditions sont réunies pour mener à bien cette mission», se désole le Pr Lebane. Les professionnels de la santé et essentiellement le corps des sages-femmes, sont concernés, selon lui.              «L’absence d’informations fiables concernant les bienfaits de l’allaitement maternel, l’insuffisance de formation en matière d’allaitement maternel tant au niveau paramédical que médical, la mise au sein  tardive, l’insuffisance des conseils prodigués aux mères en période néonatale et la séparation du nouveau-né de sa mère dès sa naissance et spécialement pour les accouchements par voie haute sont autant de facteurs qui font que les mamans donnent de moins en moins le sein à leurs bébés», ajoute notre interlocuteur qui regrette au passage l’administration quasi systématique d’eau sucrée ou de tisane dès la naissance du bébé avant la mise au sein et la tolérance de la sucette par le personnel soignant au sein même des structures de santé.
Le Pr Lebane évoque d’autres problèmes en relation directe avec le déclin de l’allaitement : l’hospitalisation des nouveau-nés sans leurs mères provoquant alors un sevrage brutal, l’absence de soutien à l’allaitement maternel dans le post-partum et des préoccupations d’ordre esthétique. L’allaitement maternel, selon lui, est le moyen le plus naturel et le mieux adapté pour nourrir un enfant. «Les bienfaits de l’allaitement maternel exclusif sont reconnus aussi bien au plan nutritionnel qu’au plan affectif.
Il permet le développement harmonieux et l’épanouissement de l’enfant par les hormones de l’attachement qu’il mobilise et le comportement de maternage qu’il implique», dit-il avant de souligner la nécessité de comprendre que           «l’allaitement maternel apporte beaucoup à la relation mère-bébé, mais aussi à l’équilibre socioéconomique des familles, des Etats et la protection de l’environnement». «Investir dans l’allaitement, c’est investir dans la santé future de la nation», assène-t-il.  Le chef de service de gynécologie obstétrique au CHU Mustapha (Alger), le Pr Addad, estime, pour sa part, que le lait maternel n’est pas seulement un aliment complet «mais surtout un aliment gratuit, stérile et plus économique sur le plan financier et nutritionnel, en plus de l’apport affectif pour le bébé et le renforcement du lien avec sa mère. Le  sein  est un refuge pour le bébé et c’est ce que nos femmes n’arrivent pas à comprendre.»  

Souad Labri

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

6 Réponses à “Alors que ses bienfaits sont inestimables Allaitement maternel : un abandon injustifié !”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Une richesse nationale
    Souad Labri

    Le lait maternel représente une richesse nationale, selon le professeur Lebane. «La Norvège, pays pionnier en ce domaine, a intégré, en 1993, le lait maternel dans ses statistiques de production alimentaire. Si l’allaitement maternel est bénéfique pour tous les nouveau-nés, il est vital pour ceux des pays en développement et tous les efforts doivent être engagés pour préserver cette pratique naturelle», préconise-t-il.
    Il rappelle dans ce sens qu’«en septembre 1990, le sommet mondial de l’enfance qui s’est tenu à New York a fait figurer la promotion de l’allaitement maternel parmi les 25 objectifs de la déclaration mondiale en faveur de la survie, de la protection et du développement de l’enfant». L’Algérie est d’ailleurs signataire de cette déclaration. Mais la famille algérienne, constate-t-il, subit des transformations qui lui sont imposées par les contraintes économiques et sociales. On a attribué à l’urbanisation récente, un rôle non négligeable dans l’abandon de l’allaitement maternel, en privant la mère de son soutien familial.

    S. L.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  2. Artisans de l'ombre Dit :

    Peut-on le conserver ?
    Souad Labri

    Le lait mature se conserve de 4 à 6 heures à 25°C, selon le chef de service de néonatalogie et peut, sans danger, être laissé pendant 10 heures à la température ambiante (19 à 22°), car il a la propriété remarquable de retarder la croissance des bactéries. A 15°, il se garde pendant 24 heures. On peut le garder au réfrigérateur (0 à 4°) durant 8 jours. Si jamais vous laissez le lait pendant 2 heures à température ambiante, vous pouvez sans problème le mettre au frigo pendant 4 à 5 jours ensuite (durée de conservation au frigo : 8 jours maximum), ou le congeler. Le lait congelé se conserve 2 semaines dans un petit congélateur à l’intérieur du réfrigérateur.

    S. L.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  3. Artisans de l'ombre Dit :

    Les trois règles d’or
    Souad Labri

    Pour vivre les débuts de l’allaitement dans les meilleures conditions et éviter les difficultés les plus fréquentes, il faudrait, selon le Pr Lebane, que l’allaitement se fasse à la demande, ne pas imposer de durée stricte pour les tétées mais être bien positionnée et éviter les biberons de complément. «Dans un allaitement à la demande, il est inutile de chercher à savoir quelle quantité de lait le bébé prend et il n’est pas nécessaire de le peser avant et après la tétée. Il suffit de regarder l’enfant et d’examiner son comportement pour voir s’il est suffisamment nourri. Il existe des indicateurs d’absorption suffisante de lait maternel pendant les premières semaines post-partum qui sont les urines et les selles fréquentes et la prise pondérale est en moyenne de 20 grammes par jour», explique le médecin.

    S. L.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  4. Artisans de l'ombre Dit :

    Quand on privilégie un bout de caoutchouc
    Souad Labri

    Affection n «Il faudrait que la maman donne le sein avec amour et passion», suggère une sage-femme au niveau d’un centre de santé à Alger-centre.

    «Les jeunes mamans actuellement n’ont pas cette patience alors que le lait maternel se digère très vite. L’enfant au bout de moins d’une demi-heure a encore envie de téter ce qui représente chez certaines mamans une contrainte et un dérangement oubliant qu’aucun lait ne peut se rapprocher ni être comparé au lait maternel», explique-t-elle.
    La sage-femme évoque des cas de bébés évacués vers l’hôpital pour des problèmes de santé graves du fait que «les mamans stérilisent mal les tétines et les biberons alors que l’enfant qui est au sein n’a pratiquement pas besoin de ce bout de caoutchouc car il n’aime ni la sucette ni le biberon.»
    Elle met en garde toutefois les mamans : mieux vaut donner un biberon avec amour que de donner le sein à contrecœur car l’enfant pourrait vomir. «A chaque fois que la maman vient nous voir avec son enfant, on lui donne des conseils dans le cadre de l’éducation sanitaire au quotidien», ajoute-t-elle en suggérant de consacrer des placards et des affiches publicitaires pour expliquer les bienfaits du lait maternel au lieu de faire de la pub pour les différentes marques de lait infantile industriel.» Aux Etats-Unis, signale-t-elle encore, des affiches collées dans la rue incitent la maman à donner le sein à son bébé quel que soit l’endroit où elle se trouve.
    Les mamans avancent cependant plusieurs raisons pour expliquer l’abandon de l’allaitement maternel. Certaines le voient comme une méthode contraignante qui les contraint d’être tout le temps à côté du bébé. «Je n’ai ni le temps ni la patience pour allaiter mon bébé», avoue Fatma, une enseignante qui vient d’avoir son premier enfant. Le phénomène touche même certaines femmes au foyer.
    Deux belles-sœurs vivant sous le même toit, Rabéa 36 ans (1 enfant de 2 ans) et Salima, 33 ans (2 enfants de 6 et 11 ans) révèlent qu’elles n’ont allaité leurs enfants que pendant quelques semaines. «Je n’ai pas eu le temps de les allaiter avec la contrainte des tâches ménagères quotidiennes et la fatigue», reconnaît Salima. Pour elles, cela fait plus émancipé d’avoir un biberon, un chauffe-biberon et toutes les nouveautés du genre. Ce phénomène a commencé à prendre de l’ampleur depuis une quinzaine d’années et il ne semble pas y avoir une quelconque relation avec le travail des femmes comme le prétendent certaines. Nombreuses, en effet, sont les femmes au foyer qui optent pour le biberon plutôt que le sein. Notre interlocutrice, sage-femme, trouve ridicule l’idée selon laquelle plus on allaite, plus le sein est abîmé.
    Au contraire, il est moins abîmé quand on allaite souvent. Pour illustrer l’importance de l’allaitement maternel, la sage-femme cite l’exemple de 2 frères âgés actuellement de 15 et 22 ans, intelligents, affectifs, sensibles et brillants dans leurs études «parce que leur maman les a allaités au sein tous les deux jusqu’à l’âge de 2 ans et demi. «Ils sont très affectueux envers moi et leur père et ils ont un quotient intellectuel élevé. Croyez-moi, les parents ne le regretteront pas plus tard. La maman devrait allaiter son bébé», témoigne l’heureuse maman.

    S. L.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  5. Artisans de l'ombre Dit :

    La tétée précoce prévient les hémorragies
    Souad Labri

    «La tétée précoce est un des facteurs qui aident au bon démarrage de l’allaitement», explique le Pr Lebane. «Il ne faut pas pour autant inquiéter les mères si elle n’a pas pu avoir lieu mais leur expliquer cette évolution dans le temps du réflexe de succion afin qu’elles puissent comprendre le comportement de leur bébé et que les remises au sein s’effectuent dans des conditions optimales», rassure-t-il.
    Le colostrum est un aliment parfaitement adapté aux besoins du nouveau-né, selon lui. «Après l’accouchement, ce colostrum suffit parfaitement à couvrir les besoins du nouveau-né puisque la sécrétion de colostrum est parfaitement adaptée à ses capacités digestives. Une à deux cuillères à café de colostrum 8 à 12 fois par jour, représentent le volume nécessaire et suffisant pour nourrir et hydrater le nouveau-né, et ça, on ne le dira jamais assez», insiste le professeur. Le lait maternel est également bénéfique pour la mère car la mise au sein précoce favorise la montée de lait et la délivrance. «Grâce à l’ocytocine, le lait maternel a un double rôle préventif réel pour la mère : la prévention des hémorragies de la délivrance et la prévention des engorgements mammaires», explique-t-il.

    S. L.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  6. Artisans de l'ombre Dit :

    Les Européennes en avance
    Souad Labri

    Evoquant d’une manière générale l’allaitement maternel en Algérie, le Pr Lebane affirme qu’il est passé par plusieurs étapes. «Avant l’Indépendance, c’était l’allaitement tel qu’il se pratique actuellement en Europe. Les choses ont changé par la suite avec l’apparition de la pilule. Les femmes ont opté pour l’allaitement artificiel qui a été auparavant introduit en Europe. Or, en Europe, aujourd’hui, les mamans ont repris l’allaitement maternel et non seulement elles donnent le sein à leurs bébés, mais elles sont payées pour rester au foyer pour s’occuper de leurs enfants plus que les femmes qui travaillent afin de les encourager à donner le sein et de l’affection aux bébés.» «En Algérie, il y a une réticence à donner le lait maternel malgré les conseils prodigués ici à notre niveau où on conseille à la femme de donner le sein à son bébé 2 heures après l’accouchement pour le protéger par les anticorps maternels pendant 3 mois. La femme qui travaille dépose chaque matin son bébé chez la nourrice et on se retrouve avec des enfants qui ne sont pas bien équilibrés sur le plan nutritionnel et affectif. Elles disent qu’elles sont prises par le temps. Malgré nos conseils, rares sont les femmes qui donnent le sein», se désole le médecin.

    S. L.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...