RSS

van Bounine

21 décembre 2009

Non classé

Ivan Alekseïevitch Bounine (en russe : Иван Алексеевич Бунин), né près de Voronej en Russie centrale le 10 octobre/22 octobre 1870 et décédé à Paris le 8 novembre 1953, est un écrivain russe, auteur de poèmes, nouvelles et de romans. Il reçoit le Prix Nobel de littérature en 1933.

Biographie 

Premières années 

Bounine vient d’une famille de propriétaires terriens. Né à Voronej, il y passe les trois premières années de sa vie et ensuite vit dans le domaine familial d’Oziorki, à Boutirki près d’Ielets, où son éducation est confiée à des précepteurs. Il est envoyé au petit lycée d’Ielets à l’âge de onze ans en 1881, mais il retourne chez lui après cinq ans d’études. Son frère aîné le fait étudier et l’encourage alors à lire les classiques russes et à écrire.

À dix-sept ans, il publie son premier poème dans un magazine littéraire de Saint-Pétersbourg, La PatrieLe Moniteur d’Oriol. Il part pour Poltava, avec l’une des collaboratrices du journal Varvara Pachtchenko devenue sa maîtresse, en dépit de l’interdiction de ses parents. Il publie à Oriol son premier recueil de poèmes en 1891, puis Sous le ciel ouvert en 1898 et Automne ensuite pour lequel il reçoit le prix Pouchkine en 1901. et devient correcteur pour un journal local,

En 1889, il suit son frère à Kharkov et correspond avec Tchekhov, dont il fera la connaissance en 1895, Gorki et Tolstoï. Il descend le Dniepr, sur le bateau Tchaïka (La Mouette), expérience qu’il transpose dans un de ses récits en 1898, et se rend alors sur la tombe de Tarass Chevtchenko qu’il apprécie particulièrement et qu’il traduira régulièrement.

Il publie des nouvelles qui le font connaître, comme Les pommes Antonov en 1900. Il reçoit trois fois le prix Pouchkine de l’Académie des sciences de Russie

Débuts de carrière 

Ivan Bounine épouse en 1899 Anna Nikolaïevna Tsakine. Bounine est aussi un traducteur connu. Il traduit Longfellow, Byron, Tennyson, et Musset.

Il publie son premier roman, Le Village, en 1909. Alors que traditionnellement depuis Tourgueniev on s’était habitué à idéaliser le moujik, le portrait réaliste qu’il fait d’un village russe avec sa stupidité, sa cupidité, sa brutalité et sa violence provoque un certain scandale à sa parution à Moscou.

Deux ans plus tard, il publie un deuxième roman où il décrit sa famille.

Avant la Première Guerre mondiale, il voyage beaucoup : les Indes britanniques, Ceylan, Palestine, Égypte, Turquie, Afrique du Nord, etc… et cela a grande influence sur ses écrits. Il passe ses hivers à Capri en 1912, 1913 et 1914.

 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...