RSS

KATEB YACINE, 20 ANS DÉJÀ Hommage à cinq temps

13 décembre 2009

Non classé

KATEB YACINE, 20 ANS DÉJÀ Hommage à cinq temps logodzprKATEB YACINE, 20 ANS DÉJÀ
Hommage à cinq temps
O. HIND  - Dimanche 13 Décembre 2009 – Page : 21


Sous le générique, «Cinq escales pour une étoile», un hommage sera rendu à Kateb Yacine à partir d’aujourd’hui et ce, jusqu’au 17 décembre dans plusieurs villes du pays, à savoir Annaba, Souk Ahras, Constantine, Sétif et Alger.

En effet, il y a 20 ans, l’un des plus grands poètes et dramaturges algériens, Kateb Yacine, nous quittait. Poète, romancier, dramaturge, grand reporter et conférencier émérite, il laissait une oeuvre considérable, universellement reconnue, traduite dans de nombreuses langues et objet de dizaines de thèses universitaires dans le monde. En Algérie comme à l’étranger, plusieurs hommages sont actuellement rendus à cet homme de lettres exceptionnel qui demeure une référence autant qu’une figure de proue de la culture algérienne. Pour commémorer la mémoire de l’homme et de l’auteur et revisiter son oeuvre, l’Aarc (Agence algérienne pour le rayonnement culturel) organise, en partenariat avec les agences Neef Prod et Acmevent, un hommage à Kateb Yacine qui combinera plusieurs activités artistiques et intellectuelles. «A travers des lieux de son enfance et de sa jeunesse, il s’agira aussi de reconstituer spirituellement le parcours de son engagement pour l’Algérie et de son éclosion à la création littéraire». Ainsi, le public sera invité à faire connaissance avec l’oeuvre via l’homme et son terroir familial qui lui inspira le thème récurrent des ancêtres, la cité de son enfance près de parents qui lui apportèrent chacun des éléments fondamentaux de sa personnalité et de sa culture, ses années de lycée interrompues par les évènements du 8 mai 1945 et les massacres qui suivirent et durant lesquels il fut emprisonné et menacé d’exécution, la ville où il rencontra celle qui devint sa muse et lui inspira le personnage de Nedjma, symbole de l’Algérie, etc. Pour des raisons pratiques, nous dit-on, l‘hommage à Kateb Yacine ne retiendra pas le parcours géochronologique de son émergence mais son parcours symbolique. Ainsi, Annaba (aujourd’hui), Souk Ahras demain, Constantine le 15, Sétif le 16 et enfin Alger le 17 décembre, à la salle Cosmos seront, au nom de toutes les villes et villages du pays, les cinq escales de cet hommage, telles les cinq branches de Nedjma, donnant ainsi son nom à l’évènement: toutes les dimensions de son immense talent créateur seront abordées à travers le théâtre, la poésie, le cinéma, les conférences débats et la musique..«L’objectif principal est tout d’abord de rendre un hommage à cet homme de lettres mais aussi de faire connaître à la jeune génération l’oeuvre immensément riche de cet artiste entier qui a voué sa vie et ses créations à l’Algérie», nous affirme-t-on. Côté programme, on retient des conférences avec Catherine Brun et Ahmed Cheniki, des projections de documentaires et courts métrages sur Kateb Yacine dont Kateb Yacine, de Jean Prat, Kateb Yacine, l’amour et la révolution de Kamel Dehane, Kateb Yacine, poète en trois langues de Stéphane Gatti et La troisième vie de Kateb Yacine, de Brahim Hadj Slimane, mais également, une création théâtrale L’Etoile assombrie de Brahim Hadj Slimane par l’Atelier Imagine d’Oran, des lectures par Sid Ahmed Agoumi (extraits du «Cadavre encerclé» et autres textes de Kateb Yacine), des moments musicaux avec Amazigh Kateb et les Djmawi Africa et une exposition «Kateb Yacine, un théâtre et 3 langues» de Zebeïda Chergui et Amazigh Kateb. Pour les moments musicaux, son fils, Amazigh Kateb, artiste et chanteur, est bien sûr mis à l’honneur ainsi que les Djmawi Africa pour leur adage et chanson «C’est africain qu’il faut se dire». Que ce soit à la maison de la culture, (Annaba et Sétif) ou aux théâtres régionaux (Souk Ahras et Constantine), chaque journée débutera à 10h et se terminera à 18h30, excepté pour Sétif, où la journée se terminera à 17h30. Emouvantes seront incontestablement ces journées car l’hommage sera parrainé par son fils Amazigh Kateb qui a consenti à être présent pour son père, avec la participation du comédien Sid Ahmed Agoumi (qui a fait entrer la pièce Nedjma à la Comédie française) et des artistes et intellectuels de renom.

http://www.lexpressiondz.com/print.php?ddeb=2009-12-13&type=ar&id=70686

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...