RSS

L’ÉGYPTE EXIGE DES EXCUSES ET DES … FINANCIÈRES

8 décembre 2009

Non classé

L’ÉGYPTE EXIGE TOUJOURS DES EXCUSES ET DES COMPENSATIONS FINANCIÈRES

Trois jours après l’annonce par Chakib Khelil depuis Le Caire d’un projet de création d’une entreprise pétrolière commune entre Sonatrach et deux groupes égyptiens, Moufid Chehab, ministre d’Etat en charge des Affaires juridiques a préféré une

nouvelle escalade dans l’invective et les enfantillages diplomatiques. Cité par le journal égyptien Echourouk Al Djadid, il a conditionné le retour de l’ambassadeur d’Egypte à Alger à  des excuses et des compensations de la part des Algériens. «Nous ne renverrons  pas l’ambassadeur d’Egypte en Algérie sauf après des excuses et des dédommagements pour les dégâts subis par les Egyptiens et les intérêts égyptiens», a-t-il déclaré Le ministre des Affaires étrangères Ahmed Aboul Gheit, quant à lui, a estimé les dégâts à des dizaines de milliers de dollars, ajoutant que les sociétés égyptiennes visées, dont le groupe de télécommunications Orascom, demanderaient des dommages et intérêts. « Les sociétés demanderont des dommages et intérêts pour ces dégâts et nous espérons que (…) le gouvernement algérien accédera (à ces demandes) », a-t-il déclaré selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères. Si l’Algérie a, depuis le début de l’agression des Egyptiens, privilégié l’apaisement à la polémique stérile, cette nouvelle provocation égyptienne intervient également après la sortie il y a une semaine du ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, qui tendait la main aux Egyptiens dans un entretien accordé à Asharq al Awsat,un journal arabe paraissant à Londres.

Pourtant, il est clair que dans tous les pays du monde, les entreprises sont assurées auprès de compagnies d’assurances. Souvent, les grandes entreprises, comme Orascom, sont couvertes contre tous types de risques, y compris politiques. Que cherche alors le gouvernement égyptien ? Pourquoi continue-t-il de demander des  dédommagements pour ses entreprises implantées en Algérie ? D’autant que les « dégâts » subis par les groupes égyptiens ne dépassent pas quelques millions de dollars. Une somme négligeable pour expliquer à elle seule un tel acharnement. Les réponses ne peuvent être qu’au Caire. Le premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia a clairement répondu au sujet de l’affaire de l’affaire des entreprises égyptiennes affectées par la crise. « Aucune demande de dédommagement ne peut être prise en considération. Ces entreprises sont assurées, c’est donc aux assureurs de répondre».

Quant à l’Affaire Orascom particulièrement à Ouyahia a expliqué que ce contentieux remonte à une année : «L’opérateur lui-même a demandé aux autorités fiscales que cette mesure de redressement ne soit pas rendue publique pour ne pas le gêner dans ces affaires internationales. Mais le jour où nous avons été accusés de piraterie concernant le transfert de capitaux à l’étranger, les autorités ont appliqué la réglementation en vigueur, le transfert de capitaux ne pouvant se faire sans acquittement des droits fiscaux. Orascom va donc payer et ne pourra pas transférer de l’argent tant qu’il ne l’a pas fait.». C’est aussi cette clarté et cette sérénité devant ce qui ressemble des jérémiades de pleureuses professionnelles qui met l’Egypte politique hors de toute raison.

A. A.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “L’ÉGYPTE EXIGE DES EXCUSES ET DES … FINANCIÈRES”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    A quoi joue l’Egypte ?
    Sonia Lyes

    Au moment où un officiel Egyptien conditionne le retour de l’ambassadeur de son pays en Algérie à des compensations financières et des excuses publiques que devraient fournir l’Algérie, une attitude qui s’apparente à un chantage en bonne et due forme, les affaires semblent bien marcher entre Alger et le Caire. Un accord pour la création d’une société algéro-égyptienne d’exploration et de production des hydrocarbures a en effet été paraphé lundi au Caire entre le groupe Sonatrach et deux sociétés égyptiennes activant dans le domaine des hydrocarbures, EGAS et EGPC.

    Baptisée « Séléné Petrolium », du nom de la fille de Cléopâtre, épouse du roi de Numidie, Juba II, et dont le siège sera à Londres, cette société aura des capitaux à parts égales, 50% pour chaque pays. Et il n’y a pas que cela. Selon Mohamed Meziane, PDG de Sonatrach, cité par l’agence officielle qui rapporte l’information, d’autres projets sont envisagés. Il évoque tout d’abord le projet de réalisation de stocks de GPL en Egypte, qui reste un client de l’Algérie, et dont les études sur les rives de la mer rouge seront lancées prochainement. Il y a aussi le projet d’oléoduc reliant la Méditerranée à la mer Rouge, devant permettre à l’Algérie d’élargir ses exportations de brut. Enfin, il parle de la probabilité de réalisation d’une raffinerie, de l’importation d’Egypte du gaz propane et de l’exportation de produits pétroliers comme l’essence vers ce pays. Des experts des deux pays se pencheront sur la faisabilité de ces projets et rendront leurs conclusions avant avril prochain au cours duquel les deux ministres Chakib Khellil et son homologue Égyptien se rencontreront à Alger à l’occasion de la réunion des pays producteurs et exportateurs de gaz pour faire le point sur le travail des experts, ajoute la même source.

    Ce retour de flamme de la coopération entre les deux pays contraste avec les déclarations faites le même jour par le secrétaire d’Etat égyptien aux affaires juridiques. « Nous ne renverrons pas l’ambassadeur d’Egypte en Algérie s’il n’y a pas d’excuses ou de dédommagements pour les dégâts subis par les entreprises et le peuple égyptien » en Algérie, a déclaré Moufid Chehab, au journal Chorouq.
    08/12/2009 | 11:10 |
    TSA

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Mon bébé, Justin, me manque beaucoup

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...