RSS

Fiche Fawzi Chaouchi

6 décembre 2009

Non classé


Nom :  Chaouchi

Prénom : Fawzi

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

16 Réponses à “Fiche Fawzi Chaouchi”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Fawzi Chaouchi «Confirmer le renouveau du football algérien»

    par Entretien Réalisé Par M. Zeggai
    C’est une consécration méritée pour celui qu’on a surnommé le héros de Khartoum ou le bourreau des Egyptiens.

    Pour en savoir plus sur le périple du Caire et le tirage au sort du Mondial 2010, nous avons pris contact avec Chaouchi. Ecoutons-le.

    Le Quotidien d’Oran: Quel est votre commentaire sur le tirage au sort du Mondial 2010…

    Fawzi Chaouchi: C’est un groupe avec des équipes n’ayant pas le même style de jeu. Dans mon tempérament, je ne me soucie guère de l’adversaire quelle que soit sa valeur, ce qui m’intéresse le plus, c’est se préparer en fonction de l’événement et de l’importance de l’enjeu. Nous allons participer à une coupe du monde, ce qui veut dire qu’il ne faudra pas trop se focaliser sur les noms de nos adversaires. Nous devrons bien gérer cette euphorie engendrée par cette qualification historique au Mondial sud-africain afin de réaliser un bon parcours en coupe d’Afrique en Angola qui nous permettra d’aborder la coupe du monde dans de meilleures dispositions psychologiques. Nous sommes appelés à confirmer le renouveau du football algérien et prouver que notre présence parmi le gotha mondial est méritée, surtout que cela a été très dur à réaliser.

    Q.O.: Justement lors de cette qualification, vous avez été le héros de Khartoum…

    F.C.: Bien avant le match de Khartoum, je n’avais aucune appréhension.

    Ma préparation a commencé dès la fin du match au Caire où je me suis dit, c’est le moment ou jamais. Ma force réside dans le fait que je n’éprouve aucune crainte avant un match. Je suis un joueur de caractère et insensible aux pressions. A Khartoum, mes coéquipiers m’ont aidé et m’ont mis à l’aise, ce qui m’a donné une plus grande confiance. Personnellement, je savais que c’était un match d’une extrême importance avec comme enjeu une coupe du monde qui n’est pas à la portée de n’importe quel joueur. Je me suis donc préparé en conséquence. En outre, voir le stade de Khartoum coloré en vert et blanc, je vous jure que ça vous met dans un état euphorique qui vous rend capable de broyer tout ce qui est sur votre chemin.

    Q.O.: Pendant le match, vous avez effectué des arrêts décisifs, que s’est-il passé à la mi-temps…

    F.C.: Saâdane est venu m’encourager pour me stimuler davantage et à aller de l’avant. Des joueurs comme Zaoui et Bougherra ont tenu à me souffler quelques mots pour m’inciter à continuer de cette manière. Je vais vous étonner: en allant au stade, je n’ai pas fermé mon portable.

    A ce moment, des amis d’Oran comme Dairi, Younes, Samir, Mustapha, Abdennour, Mourad et Dairi Zidane m’ont appelé pour me souhaiter bon courage et m’ont demandé à oublier le match du Caire. C’est pour vous dire à tel point que j’étais sûr de moi.

    Q.O.: Au Caire, quel était votre sentiment en voyant vos coéquipiers ensanglantés ?

    F.C.: Avec ces agressions, les Egyptiens nous ont touchés dans notre amour-propre et fouetté notre ardeur. Sincèrement, ils ont été trop injustes avec nous et ces actes ne les honorent guère. Même pendant le match, il y a eu quelques dépassements et des provocations, mais Dieu merci, nous avons réussi à gérer cette situation grâce à notre courage, et aussi par respect à nos supporters qui ont fait le déplacement au Caire. A Khartoum, notre détermination a prévalu. Maintenant, la réalité est là: l’Algérie représentera le monde arabe en coupe du monde et l’emblème national flottera dans le ciel sud-africain aux côtés des grandes nations du football mondial, alors que les autres vont rester à la maison, car ils n’ont récolté que ce qu’ils ont semé. C’est dire que lorsqu’on touche le lion, on risque de subir des conséquences.

    Q.O.: A quoi attribuez-vous votre réussite ?

    F.C.: D’abord, c’est grâce à ma concentration. Lorsque je suis parvenu à gagner dans la dernière action le face-à-face avec un attaquant égyptien, cela m’a donné des ailes.

    En fin de compte, je n’ai fait que mon travail pour être à la hauteur de la confiance placée en moi par le staff technique et de l’attente des millions d’Algériens. C’est une joie indescriptible d’avoir contribué à ce bonheur du public algérien. Quant à ma réussite, je la dois à mon père d’abord qui a été lui aussi gardien de but à la JS Bordj Menaïel et grâce aussi à mon passage à la JSK qui m’a révélé.

    Q.O.: Où en êtes-vous avec vos contacts à l’étranger ?

    F.C.: J’ai eu officiellement des contacts avec des clubs évoluant dans les championnats de France, du Portugal et d’Allemagne. Il ne faudra pas se précipiter, car il s’agit là d’un tournant dans ma carrière, ce qui signifie clairement que je dois, en tenant compte bien sûr de quelques paramètres, de bien choisir l’équipe qui me convient quant à ma progression. Une chose est sûre: je partirai en Europe la saison prochaine.
    Le Quotidien d’Oran

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  2. Artisans de l'ombre Dit :

    Chaouchi : «Je finirai la saison à Sétif»

    PUBLIE LE : 07-12-2009 | 00:00 | PAR L. B.

    Chaouchi accueilli en héros à El Bahia

    Chaouchi accueilli en héros à El Bahia
    L’un des héros de Khartoum, le gardien de buts, Fawzi Chaouchi, a fait une virée du côté d’El Bahia samedi dernier où il a pu à vérifier la grande popularité dont il jouit dans cette ville. Accompagné de Kada Chafi, le président de l’Association la Radieuse, ainsi que Zaïdi, un proche collaborateur du président de la JSK à Oran, il a fait le tour des différents journaux de la capitale de l’Ouest, tout comme il en a profité pour faire un saut au stade Habib- Bouakeul où se déroulait un match de l’Interrégions Ouest, entre le Sporting Médioni et l’Itihad Maghnia. Par la suite, il s’est dirigé à Maraval où il a eu plaisir à s’entretenir avec des jeunes des différentes équipes de la région. A chaque coin où il passait, Chaouchi était sollicité pour prendre des photos et signer des autographes et a même été honoré par la rédaction du Carrefour d’Algérie. C’est une journée «fatigante», mais ô combien chaleureuse dans une ville qui l’a accueilli à bras ouvert et qu’il a beaucoup appréciée comme il a tenu à nous en faire part : «C’est une très belle ville qui me plaît énormément et où j’ai été très bien accueilli, je ne remercierai d’ailleurs jamais assez les gens de cette ville que j’apprécie énormément et où je n’ai que des amis.»
    L. B.

    Chaouchi : «Je finirai la saison à Sétif»
    Au moment où tout le monde s’attendait au départ de Chaouchi vers l’Europe, notamment le Paris Saint Germain, lors de cette période de transferts hivernale, voilà que d’Oran l’enfant de Bordj Menaïel annonce qu’il finira bel et bien la saison avec les Aigles noirs de Sétif, son transfert vers l’Europe est ajourné après le Mondial.

    *
    Comment avez-vous trouvé l’accueil à Oran ?
    El Hamdoulilah, j’étais bien accueilli à Oran, une ville que j’aime tant et que j’apprécie énormément. D’ailleurs, je n’ai que des amis ici.
    *
    Vos derniers exploits à Khartoum vous ont valu bien une bien meilleure renommée…
    L’essentiel dans tout ça, c’est qu’on a rendu la joie à tout le peuple algérien et réalisé le rêve de tous les Algériens en se qualifiant à la CAN et surtout au Mondial, un objectif qu’on recherche depuis 24 ans.
    *
    Votre prestation de premier ordre à Oum Dorman vous a permis d’avoir des contacts en Europe. Allez-vous quitter l’Entente cet hiver ?
    Dans ma tête, c’est décidé, je vais finir la saison à l’Entente. Je n’irai nulle part cet hiver. Je ne me vois pas partir au mercato. Je pense compléter mon œuvre avec l’Entente avant d’aller eu Europe. Mon départ sera Inch’Allah après le Mondial.
    *
    Comment voyez-vous les deux prochaines compétitions, la CAN et surtout le Mondial ?
    Ce sont deux grandes manifestations sportives, où on essayera de redorer le blason du football algérien, qui a été terni ces dernières années et Inch’Allah on essayera de réaliser de bons résultats dans ces deux compétitions.
    *
    Après votre prestation au Soudan, allez-vous réclamer une place de titulaire en sélection ?
    Non, pas du tout, il y a un climat de fraternité au sein de la sélection. Avez-vous déjà vu un joueur de ce groupe réclamer quoi que ce soit ? Jamais ! Et ce n’est pas moi qui vais changer cet état d’esprit. Le seul maître, c’est l’entraîneur. C’est à lui que revient le choix de celui qui sera titulaire. L’essentiel, c’est que l’Equipe nationale soit gagnante dans l’affaire. Donc, entre Gaouaoui et moi, il y a un respect mutuel et une grande fraternité.
    *
    Avez-vous toujours des contacts avec votre ex-président Hannachi ?
    Bien sûr que oui, car il n’y aucun problème entre nous, et puis je le respecte beaucoup. D’ailleurs, à maintes fois à travers les médias, je l’ai remercié de tout son soutien. Il m’a énormément aidé dans ma carrière et mon épanouissement en Equipe nationale.
    Entretien réalisé
    par L. B.

    Alors que le PSG voudrait le recruter pour remplacer Coupet
    Son contrat amateur poserait problème
    Beaucoup s’interrogent sur le fait que Chaouchi ne voudrait pas précipiter les choses et partir en Europe dès cet hiver, alors que ce ne sont pas les offres qui manquent, notamment celle qui provient du Paris Saint Germain où Antoine Kombouaré, l’entraîneur du club parisien, a indiqué que Chaouchi est une piste sérieuse pour son équipe, notamment après la blessure de Coupet, le gardien numéro 1. Si pour certains, Chaouchi veut voir sa cote grimper après la CAN et le Mondial, surtout qu’en juin 2010, il sera libre de tout engagement, pour d’autres, c’est son contrat signé en début de saison avec l’ESS qui pose problème. En effet, en début de saison, l’ex-gardien de la JSK, qui avait signé pour une somme faramineuse en faveur du champion d’Algérie, a paraphé un contrat amateur dans le but d’avoir certains avantages, de même que le club. Mais il y a aussi des inconvénients, dont celui qui oblige le joueur à ne pas changer de club au milieu de saison et c’est le cas maintenant. Ainsi, Chaouchi risque d’être trahi par le contrat qu’il a paraphé, même si ce n’est que partie remise puisque s’il réédite les mêmes prestations, il ne rencontrera aucun problème à dénicher un bon club en Europe après la Coupe du monde.
    L. B.

    Lire la suite: http://www.lebuteur.com/en/actualites/chaouchi-je-finirai-la-saison-a-setif#ixzz0Z45EmpwM

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  3. Artisans de l'ombre Dit :

    erbah : «Chaouchi-Gaouaoui, y a pas de numéro 1 »

    Date : 09-12-2009/10h52
    Réalisé par : N. Boumali

    L’ancien gardien des Verts affirme que l’EN dispose de deux bons portiers pouvant mener l’équipe aux 1/8 de finale de la Coupe du monde. Pour lui, que ce soit Gaouaoui ou Chaouchi, ils ne doivent pas être impressionnés par les stars de l’équipe d’Angleterre. Tout en reconnaissant qu’il n’y a pas d’adversaire faible en Coupe du monde, celui qu’on surnommait le «Chat» estime que la qualification pour le deuxième tour est jouable et cela malgré la présence des équipes des USA, d’Angleterre et à un degré moindre de Slovénie. Il pense que le premier match est déterminant dans ce genre de compétition et c’est pour cela qu’il affirme que les équipiers de Ziani ne doivent pas rater le premier rendez-vous face aux Slovènes. Au sujet d’un éventuel exploit devant la bande de Capello, Cerbah avoue que l’Algérie peut réussir un bon résultat, comme l’avait fait l’équipe nationale en 1982 face à l’Allemagne. En coupe de la CAF, il estime que les joueurs ne seront pas concentrés à 100% en Angola, mais il ajoute qu’ils doivent défendre crânement leurs chances pour non seulement tenter de remporter le trophée africain, mais aussi pour avertir leurs futurs adversaires en Afrique du Sud. Cerbah revient aussi sur son départ de la JSK et sur sa non-convocation pour le Mondial de 86 au Mexique. Ecoutons-le.

    - Quelle appréciation avez-vous sur le groupe de l’équipe nationale en coupe du Monde ?
    - Il faut faire une bonne préparation, car en coupe du Monde, il n’y a pas d’équipes faciles. J’estime que la prochaine coupe d’Afrique sera une occasion pour bien préparer le Mondial. Il faut que l’EN fasse un bon parcours en Afrique du Sud et qu’elle confirme sa bonne santé. Elle aura affaire au football anglo-saxon qui, faut-il le dire, n’est pas notre rayon. On doit travailler le volet physique, vu qu’on sait maintenant à qui on a affaire.
    - Que pensez-vous de l’équipe d’Angleterre, le deuxième adversaire de l’EN en Afrique du Sud ?
    - L’Angleterre est connue sur la scène internationale. C’est une nation de football et elle revient en force cette année. Elle a réalisé un parcours plus qu’honorable lors des éliminatoires de la coupe du Monde, mais cela ne devra pas nous empêcher de faire jeu égal avec elle en Afrique du Sud.
    - Quel est votre jugement sur l’équipe des USA ?
    - L’équipe des USA est la plus dangereuse. C’est une équipe très physique et elle ne sera pas facile à manier. Elle a damé le pion à ses adversaires lors des éliminatoires de la Concacaf et il faut la prendre très au sérieux. Je pense que même la Slovénie est un adversaire coriace et le fait qu’elle a arraché son billet qualificatif pour le Mondial devant la Russie prouve, si besoin est, que cette équipe n’est pas là par hasard.
    - Le fait de débuter la coupe du Monde contre la Slovénie, est-ce que c’est une bonne chose pour les Verts ?
    - Détrompez-vous, il n’y a pas d’équipes faibles au Mondial. L’important est de bien débuter cette compétition. La Slovénie est redoutable et on ne doit pas la sous-estimer.
    - Ne croyez-vous pas que la victoire lors du premier match au Mondial est importante pour aspirer à une qualification pour le deuxième tour ?
    - Bien sûr, j’estime que c’est plus qu’indispensable de réussir le premier match dans ce genre de compétition. Il n’y a pas de match facile et il faut bien préparer ce rendez-vous.
    - En 82, vous aviez créé l’exploit en battant la grande équipe d’Allemagne, est-ce que l’équipe actuelle est en mesure de créer la même sensation en gagnant par exemple face à l’Angleterre ?
    - En 82, on avait affronté pas mal de bonnes équipes lors des éliminatoires de la coupe du Monde. On connaissait nos adversaires et on s’était bien préparés pour le Mondial espagnol. L’équipe actuelle possède un bon groupe et elle a beaucoup de motivation et, à mon avis, elle est capable de réaliser un bon parcours en Afrique du Sud.
    - Certains joueurs de l’Allemagne, à l’époque, avaient fait des déclarations complaisantes sur l’équipe algérienne. L’un d’eux a affirmé, par exemple, qu’il dédiera son 6e but à sa femme, alors qu’un autre avait déclaré qu’il jouera en costume…
    - Ils faisaient dans la publicité, mais ils s’étaient vite rendu compte qu’ils s’étaient trompés sur la valeur de l’Algérie. On leur avait montré qu’un match de football se gagnait sur le terrain et non pas avec des déclarations minimisant la qualité de son vis-à-vis.
    - Sincèrement, est-ce que ces déclarations n’avaient pas joué sur le moral de vos équipiers ?
    - Vous savez, il n’y avait pas des medias comme maintenant et on n’était même pas au courant de ce que disaient les joueurs allemands. On s’était retirés dans un endroit inaccessible et on s’était concentrés uniquement sur notre préparation.
    - Vous n’aviez encaissé qu’un seul but devant des attaquants redoutables tels que Littbarski, Karl-Heinz Rummenigge, mais vous aviez pris deux buts face à l’Autriche et le Chili…
    - On avait fait un grand match devant l’Allemagne, mais il y avait une déconcentration de notre part par la suite. Ce genre de compétition se gère match par match et il ne faut pas oublier qu’il y avait des remous dans le groupe face au Chili. Chaque rencontre diffère d’une autre et ce qui compte c’est de penser à l’avenir et d’oublier ce qui s’est passé en 82.
    - On dit que dans le football moderne, un gardien de but doit posséder un bon gabarit, mais vous vous étiez de petite taille et malgré ça, vous étiez un excellent gardien, qu’avez-vous à dire ?
    - Le plus important pour un gardien de but, est d’avoir la classe. Les gens disent qu’un gardien doit avoir un bon gabarit, mais cela n’est pas vrai. Ce qui compte c’est qu’il doit être courageux et qu’il garde son sang-froid à toute épreuve.
    - Vous qui aviez déjà affronté les stars de la RFA, quels conseils donnez-vous aux gardiens de l’équipe nationale, lesquels joueront contre les stars de l’équipe anglaise lors de la deuxième rencontre de la coupe du Monde ?
    - Il faut qu’ils se préparent psychologiquement pour le prochain Mondial. Le visionnage des adversaires doit débuter dès maintenant, pour permettre non seulement aux gardiens, mais aussi aux autres joueurs, d’avoir une idée précise sur chacun de leurs adversaires. Ils doivent avoir un esprit de combattants et ne pas être impressionnés par les attaquants adverses.
    - Pouvez-vous nous dire le montant de la prime que vous aviez touché après votre éclatante victoire devant l’équipe d’Allemagne au Mondial 82 ?
    - La récompense est dans un coffre-fort et elle est précieusement gardée (rire). Je ne vous la divulguerai pas, sinon les gens vont rire sur nous. On n’avait pas fait de calcul et on se donnait à fond pour l’équipe nationale, car ce qui comptait pour nous, c’était les couleurs du pays. Si c’était à refaire, je me donnerai avec la même abnégation pour l’EN.
    - Si vous aviez les moyens que les joueurs actuels, vous auriez accompli des merveilles, n’est-ce pas ?
    - Il faut qu’on arrête de faire des comparaisons. Les joueurs actuels, ont de la chance et on leur souhaite pleins de succès. On avait défendu les couleurs de l’EN corps et âme et on est fiers de l’avoir fait. Je tiens à rendre hommage à l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports Yahia Guidoum, lequel avait intégré certains anciens au MJS. Son geste l’honore et il n’avait pas oublié ceux qui avaient servi l’équipe nationale, surtout ceux qui étaient dans le besoin.
    - Le gardien Fawzi Chaouchi a réalisé une excellente prestation à Khartoum, que pensez-vous de lui ?
    - C’est un bon gardien et j’estime qu’il a tout l’avenir devant lui. Il a montré de belles choses lors du match d’appui de la coupe du Monde disputé au Soudan face à l’Egypte.
    - Chaouchi a été contacté par l’Olympique de Marseille, mais il veut terminer la saison avec l’ESS avant de décrocher un contrat professionnel…
    - Que voulez-vous que je vous dise, c’est à lui de gérer sa carrière et c’est lui qui sait ce qui lui convient.
    - Lounès Gaouaoui a disputé toutes les rencontres des éliminatoires jumelées de la CAN et de la coupe du Monde, à l’exception du match de Khartoum, que pensez-vous de lui ?
    - C’est un bon gardien. Il a du talent et il a acquis une grande expérience. Je dirai que c’est une belle chose que l’EN dispose de deux bons gardiens.
    - Mais ce sera difficile pour le sélectionneur national Rabah Saâdane de choisir entre Chaouchi et Gaouaoui…
    - Il fera jouer le plus en forme. C’est la forme du moment qui prime et cela lui permettra d’avoir l’embarras du choix.
    - L’EN a toujours disposé de bons gardiens, comment expliquez-vous cela ?
    - Même durant les années 70, il y avait de bons gardiens en équipe nationale et ils avaient réalisé de belles prestations en compétitions africaines. Je pense que les choses ont changé ces dernières années, car avant, il y avait des gardiens qui avaient du talent, mais maintenant, on doit faire appel à des entraîneurs de gardiens ayant fait leurs preuves sur le terrain et qui ont de l’expérience.
    - Actuellement, vous êtes l’entraîneur des gardiens de l’équipe El Sadd Al Qatari, êtes-vous prêt à rentrer au pays pour travailler en Algérie ?
    - Pourquoi pas, on espère bien travailler en Algérie, car il n’y a pas mieux que chez soi. Mais vous savez comment fonctionne notre football, c’est ceux qui vendent les navets et les carottes au marché qui le gèrent et je pense qu’il est temps qu’ils laissent les gens du métier s’occuper du football et eux doivent retourner au marché pour s’occuper de leurs navets et de leurs carottes. J’entraîne l’équipe d’El Sadd Al Qatari et je forme des gardiens pour les différentes sélections du Qatar. Je n’ai jamais demandé l’aumône à qui que ce soit et je gagne ma vie avec la sueur de mon front.
    - Quel est votre meilleur souvenir avec l’EN ?
    - J’ai participé à pas mal de matches en coupe d’Afrique, mais je dirai que la coupe du Monde de 82, disputée en Espagne, reste pour moi le meilleur souvenir avec l’équipe nationale.
    - Et quel est votre plus mauvais souvenir avec les Verts ?
    - Sincèrement, je n’en garde que de bons souvenirs. Je n’ai aucun mauvais souvenir, car le football m’a permis de voyager et de connaître des gens.
    - Pourquoi vous n’aviez pas pris part au Mondial de 86 qui s’est déroulé au Mexique ?
    - Il y avait des gens qui m’avaient fait beaucoup de mal, mais je respecte leur choix. Je ne vois pas l’utilité à ce que je règle mes comptes via la presse 23 ans après. J’ai arrêté avec l’équipe nationale juste après la coupe d’Afrique jouée en Egypte. J’ai participé aux éliminatoires de la coupe du Monde, malheureusement, on ne m’avait pas sélectionné pour le Mondial.
    - Votre non-convocation pour la coupe du Monde vous avait fait mal n’est-ce pas ?
    - Bien sûr, il y avait un gardien avec moi, mais je dois vous dire que j’ai participé aux éliminatoires. Ça m’avait fait mal et je méritais mieux. Mais bon, je ne veux pas trop m’étaler sur cette histoire.
    - Votre ancien équipier en équipe nationale, Chaâbane Merzekane nous a déclaré dernièrement, qu’il faut faire confiance au même groupe et qu’il ne faut pas refaire les erreurs de 86, en convoquant certains éléments à la phase finale de la coupe du Monde, à la place de ceux qui ont participé aux éliminatoires…
    - Il a totalement raison. Il faut faire confiance au groupe actuel, car il y a des joueurs qui ont souffert lors des éliminatoires et ça serait injuste de les écarter au prochain Mondial. C’est vrai que l’être humain est vulnérable, mais il faut être responsable et je ne pense pas que les responsables de la fédération commettront les erreurs de 86.
    - On spécule depuis plusieurs jours sur l’éventuel renforcement de l’effectif national par Lacen ; que préconisez-vous en tant qu’ancien gardien de l’équipe nationale ?
    - Je l’ai vu jouer une fois et je pense que c’est au sélectionneur national et aux responsables de la FAF de trancher sur sa venue ou pas en EN. Si l’équipe a besoin de lui, je ne vois pas pourquoi, on ne le convoque pas.
    - Si on vous demande votre avis sur le groupe de l’Algérie en coupe du Monde, que diriez-vous sur cette compétition ?
    - La coupe d’Afrique est une compétition différente à celle de la coupe du Monde. Les joueurs ne seront pas concentrés à 100% et l’entraîneur va certainement saisir l’occasion pour faire tourner son effectif. Je pense qu’on doit faire une bonne CAN en Angola.
    - Certains pensent que l’EN a les moyens de remporter la CAN…
    - Pourquoi pas, il faut se battre et défendre crânement ses chances. L’EN a montré de belles choses jusqu’à maintenant et elle peut encore procurer beaucoup de joie au peuple algérien.
    - En cas de qualification aux ¼ de finale, l’EN tombera soit sur le Ghana ou la Côte d’Ivoire, ce ne sera pas une mince affaire…
    - La Côte d’Ivoire et le Ghana sont deux mondialistes et c’est une belle chose d’affronter l’une des deux équipes avant de se rendre en Afrique du Sud. La CAN sera en quelque sorte une préparation pour le Mondial.
    - Vous aviez porté le maillot de la JSK pendant plusieurs années avant de quitter ce club mythique ; vous auriez certainement aimé finir votre carrière à Tizi Ouzou…
    - J’ai rejoint la JSK en 1972 et je ne l’ai quittée qu’en 82. Je fais partie de ceux qui ont permis à ce club de prendre de l’ampleur. Je me suis battu pour que la JSK devienne ce qu’elle est. On a remporté plusieurs titres et je dois vous dire que c’est grâce à la formation kabyle que j’ai mis en relief mon talent. J’aurais aimé, bien sûr, terminer ma carrière avec ce club avec lequel j’ai disputé 474 rencontres.
    - Vous fûtes éloigné de l’équipe pour un écart disciplinaire, n’est-ce pas ?
    - Non, ce n’était pas pour un écart disciplinaire. Il y avait une sorte d’incompatibilité d’humeur avec les responsables et dans ce cas, il fallait trancher soit en claquant la porte ou bien rester tout en courbant l’échine. Moi, pour ne léser personne, j’avais préféré partir.
    - Vous aviez eu sûrement des regrets par la suite…
    - Dans la vie, il ne faut rien regretter. Tout est question de destinée, car par exemple si vous montez dans un train pour aller à une destination bien précise, vous pourrez descendre dans une autre gare que celle où vous vouliez vous rendre.
    - Quel était votre dernier match sous le maillot de la JSK ?
    - C’était à Mascara. On avait fait match nul et l’équipe jouait le titre.
    - Après votre départ de la JSK, vous aviez rejoint le RCK avant de terminer votre carrière au Canada…
    - Effectivement, après avoir été forcé de quitter la JSK, j’avais opté pour le RCK avec lequel j’avais joué pendant 4 ans. Ensuite, j’avais rejoint le Canada pour évoluer au Monic de Montréal.
    - Pourquoi aviez-vous choisi le Canada qui n’était pas une terre de football ?
    - C’était une opportunité et à l’époque, il faut reconnaître, c’était difficile pour un gardien de but de décrocher un contrat en Europe. J’avais 29 ans et je ne pouvais pas faire l’impasse sur l’occasion. J’ai joué pendant une saison et demie pour le Monic de Montréal avant de tirer ma révérence.
    N. B.
    Compétition

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  4. Artisans de l'ombre Dit :

    Gaouaoui – Chaouchi : La guerre des bois commence !

    PUBLIE LE : 09-12-2009 | 00:26 | PAR A. L.

    Qui sera le gardien de but numéro un en Equipe nationale ?

    Qui sera le gardien de but numéro un en Equipe nationale ? Une question que se posent tous les Algériens, surtout suite à la prestation époustouflante de Chaouchi au cours du match de barrage au Soudan. Ce dernier a permis aux Verts de garder vierge leur but face à une redoutable sélection égyptienne. Longtemps considéré comme remplaçant, l’actuel portier de l’Entente veut s’emparer de cette place de titulaire en devançant un Gaouaoui qui aussi a fait étalage de toute sa classe durant ces éliminatoires, notamment en Zambie. Autant dire que les deux gardiens de but partent à chances égales pour garder les bois de l’Equipe nationale, tout d’abord lors de la prochaine CAN et ensuite durant le Mondial sud-africain. Le choix risque même d’être douloureux pour le sélectionneur national, Rabah Saâdane, qui ne sait pas s’il devra faire confiance à un gardien qui possède une longue expérience ou un portier qui a surpris tout son monde par une prestation époustouflante à Oum Dourman qui en dit long sur ses qualités. Une question qu’on a inévitablement posée à quelques anciens gardiens internationaux.

    Abrouk : «Le choix est difficile»
    L’ancien gardien de but international des années 60 et 70, Mohamed Abrouk, pense que le choix entre Gaouaoui et Chaouchi est difficile, vu les qualités des deux portiers. «Gaouaoui est un excellent gardien de but, avec une longue expérience en sélection nationale. On ne peut en aucun cas diminuer de sa valeur, c’est un des grands gardiens de but que l’Algérie possède. On ne peut douter de ses qualités. Mais chacun a son temps, chaque génération possède un gardien numéro un. A mon époque, j’étais le numéro un, avant que mon remplaçant ne prenne ma place. C’est ça la loi du football. Chaouchi a confirmé tout le bien qu’on pensait de lui. Il a confirmé son talent avec la JSK avant de l’étaler durant ce match au Soudan. Mais si vous me demandez qui sera le numéro un, je vous dirai que l’Equipe nationale est chanceuse d’avoir dans ses rangs deux grands gardiens de but. Le choix sera difficile, car chacun d’entre eux a ses propres qualités mais aussi des défauts. Gaouaoui, c’est l’expérience et Chaouchi c’est la fougue et la jeunesse», dira Abrouk avant d’ajouter au sujet du troisième gardien de but. «Le problème d’Ousserir et Zemmamouche, c’est qu’ils ne sont pas stables dans les bois.»

    Cerbah : «L’essentiel est qu’on possède deux bons gardiens de but»
    Le héros de Gijon, Mehdi Cerbah, n’a pas voulu trancher la question du choix entre les deux gardiens de but, estimant que l’Algérie a gagné deux grands portiers en perspective des prochaines échéances. «Dans ce cas, j’ai un avis que je dois garder pour moi. L’essentiel est que le problème de gardiens de but ne va pas se poser pour l’Equipe nationale. Le choix sera difficile entre les deux gardiens de but, du moment que plusieurs paramètres vont être pris en considération. Le premier sera le test en Angola, à l’issue duquel les choses seront plus claires. Concernant la troisième place au sein des bois des Verts, je dirai que le choix d’Ousserir est le plus judicieux, car morphologiquement, il est mieux placé que Zemmamouche qui a tout l’avenir devant lui», dira de Qatar, Mehdi Cerbah.

    Amara : «Chaouchi a saisi sa chance et je suis fan de Zemmamouche»
    Le champion d’Afrique avec la JSK et le deuxième gardien de but de l’Algérie lors du Mondial espagnol a qualifié notre question, à propos du choix du gardien de but numéro un, de piège, il a tout de même reconnu que Chaouchi mérite d’être le titulaire tout prochainement. «Gaouaoui a largement contribué à la qualification des Verts pour le Mondial sud-africain. Son expérience demeure utile pour l’Equipe nationale, alors que Chaouchi a eu sa chance et il ne l’a pas ratée en réalisant un grand match contre l’Egypte au Soudan. Je dirai que Saâdane est le mieux placé pour savoir que l’Algérie a besoin des services des deux portiers», dira Amara avant d’ajouter : «J’ai connu Chaouchi à la JSK. Je dois dire qu’il est actuellement le meilleur gardien de but en Algérie. Il a aussi une grande marge de progression devant lui, car il est encore jeune.» Concernant le choix du troisième portier, Amara n’a pas caché son intérêt pour Zemmamouche. «J’étais un vrai fan de ce gardien de but depuis qu’il était à l’USM Alger. Je n’ai pas compris pourquoi on a tardé à le convoquer en Equipe nationale. Ses belles prestations avec le MCA prouvent que j’avais raison à son sujet.»

    Drid : «Actuellement, je vote Chaouchi»
    A l’instar des anciens gardiens de but internationaux, l’ex-portier du Mouloudia d’Oran, Drid Nasreddine, n’a pas voulu trop dévoiler son avis, estimant que le choix sera difficile, non sans pencher vers Chaouchi. «Un mois nous sépare de la Coupe d’Afrique des nations. D’ici là, beaucoup de choses peuvent changer et nous obliger à revoir certaines donnes. Mais si on prend en considération les données actuelles, je dirai que Chaouchi est le mieux placé pour continuer sur sa lancée, après le match d’exception qu’il a réalisé au Soudan. Gaouaoui est un grand gardien de but. Il a une grande expérience acquise durant les précédentes échéances. Chaouchi possède aussi de l’expérience en prenant part aux grands rendez-vous avec son équipe. Le sang-froid et le réflexe dont il fait preuve sont des qualités qui me plaisent chez lui», dira l’un des héros du match Algérie-Brésil de 1986 avant de trancher en faveur d’Ousserir pour le poste de 3e gardien de but.

    Osmani : «Chaouchi va évincer Gaouaoui de l’Equipe nationale»
    Le champion d’Afrique des nations et afro-asiatique, Antar Osmani, préfère voir Chaouchi bénéficier du statut de portier numéro un, à la place de Gaouaoui. «Je dirai que Chaouchi est le meilleur sur tous les plans, physique et technique. Il dispose d’un gabarit impressionnant. C’est important. Il est très bon dans les sorties aériennes. Il a un bon réflexe. Je pense qu’il l’a prouvé durant le match du Soudan. Cela ne diminue en rien les qualités de Gaouaoui. Mais je pense que parfois, il manque de concentration, c’est pourquoi j’opte pour Chaouchi qui, après avoir évincé Gaouaoui de la JSK, va faire autant en Equipe nationale. C’est ça la loi du football. Je pense que Chaouchi va réaliser une grande carrière, à condition qu’il persévère et qu’il travaille sérieusement. Je lui conseille aussi de tenter le plus vite possible une carrière professionnelle», dira l’ancien portier de l’ESS avant de trancher en faveur d’Ousserir qui, selon lui, est plus expérimenté que Zemmamouche.

    Larbi : «Par ordre, Chaouchi, Zemmamouche et Gaouaoui»
    El Hadi Larbi, qui a une riche et longue expérience avec l’Equipe nationale, donne libre court à son avis en révélant au grand jour que Chaouchi est le portier numéro un de l’Equipe nationale. «Cela fait plus d’un an que j’ai dit que Chaouchi était le meilleur sur le territoire national. Si Gaouaoui est un bon gardien de but, il faut dire que le poids des années commence à peser sur ses prestations. La preuve, il n’a plus les mêmes réflexes. Il tarde à réagir. Autant dire qu’il a perdu un peu de ses qualités. L’heure a sonné pour que Chaouchi prenne le relais. Il a prouvé tout le bien qu’on pensait de lui durant ce match contre l’Egypte. Alors qu’on le veuille ou non, Chaouchi est actuellement le meilleur», dira Larbi avant d’évoquer le poste du troisième gardien de but. «Pour moi, Zemmamouche mérite d’être le deuxième gardien de but et non le troisième. A ce sujet, laissez-moi dire que si Abdouni était plus sérieux qu’il ne l’est maintenant, il aurait pu prétendre à cette place de titulaire en Equipe nationale.»

    Kadri : «Chaouchi est meilleur que Gaouaoui sur tous les plans»
    A la question du futur numéro un de la sélection nationale, Kadri Kamel, l’ancien portier du Mouloudia d’Alger, n’est pas allé par trente-six chemins pour désigner Chaouchi comme étant le numéro un. «Avant le match Algérie-Egypte de Khartoum, un journaliste de la Chaîne I voulait connaître mon avis à propos de la titularisation de Chaouchi. Je lui ai dit qu’il allait être l’homme du match. Les appréciations que j’ai tirées à l’issue des deux matches durant lesquels j’ai vu Chaouchi à l’œuvre se sont avérées être justes. Sinon, je dirai que sur la question de savoir qui d’entre Gaouaoui et Chaouchi mérite d’être titulaire, je dirai qu’elle ne mérite même pas d’être posée, car Chaouchi, selon moi, est meilleur sur tous les plans. Il est plus agile et plus vif que Gaouaoui, sans parler de sa maîtrise lors de ses sorties aérienne. La prestation réalisée face à l’Egypte est la meilleure preuve. Le facteur expérience qui soi-disant joue en faveur de Gaouaoui ne veut absolument rien dire, car Chaouchi a également pris part à des matches internationaux avec son club. Et puis, je trouve que c’est à lui qu’on doit cette qualification au Mondial», dira Kadri avant d’enchaîner au sujet du troisième gardien de but : «Si on veut faire du social, qu’on laisse Ousserir. Mais à mon avis, c’est Zemmamouche qui mérite d’être convoqué.»

    Hamenad : «L’expérience de Gaouaoui lui permet de rester en tête»
    L’ancien gardien du MC Alger et de la JS Kabylie a fait pencher la balance du côté de Gaouaoui mettant en relief les arguments qui expliquent son avis. «Gaouaoui a une riche expérience derrière lui. Il a participé deux fois à la CAN, on doit également compter sur lui cette fois. En plus de son passé glorieux, il demeure un grand gardien de but. On ne peut pas ignorer de sitôt qu’il a grandement contribué à la qualification des Verts au Mondial et la CAN, en prenant part à toutes rencontres des précédents tours», dira Hamenad avant de parler de Chaouchi. «C’est un jeune gardien de but. Il deviendra tôt ou tard le numéro un de l’Equipe nationale qui pourra compter sur lui à n’importe quel moment. Mais je pense qu’il n’est pas encore prêt à prendre part à une compétition comme la CAN ou la Coupe du Monde, vu son inexpérience à ce stade de la compétition.» Pour ce qui est du dernier poste en jeu, Hamenad pense que c’est Zemmamouche qui mérite une place en compagnie de ces deux portiers. «Zemmamouche est plus en forme que Ousserir ces derniers temps, comme ne témoignent ses prestations avec le MCA qui possède, grâce à lui, l’une des meilleures défenses du championnat. De plus, il aura l’occasion de gagner en expérience grâce à son jeune âge.»

    Bougherara : «Chaouchi ne craint pas la pression»
    Liamine Bougherara préfère de loin Chaouchi. Il estime qu’il est l’homme de la situation pour cette Equipe nationale. «Gaouaoui dispose de deux qualités qui font défaut à Chaouchi, ce sont l’expérience et le calme. Mais le portier de l’ESS semble avoir la volonté et le désir de relever les défis. Il faut dire aussi que Chaouchi ne se laisse pas impressionner par la pression, quelle que soit l’importance de la confrontation à laquelle il prend part. Ce qu’il a fait en Equipe nationale face à l’Egypte nous rappelle son premier match avec la JSK en Coupe d’Afrique, alors qu’il venait de Bordj Menaeïl. Personnellement, j’aurais aimé le voir jouer ce match au Caire. En tout cas, il aura d’autres occasions pour prouver ses qualités de grand gardien de but.» Pour ce qui est de l’autre choix, Bougherara pense qu’il est difficile de destituer Ousserir qui a pris part à tous les matches éliminatoires.
    A. L.

    Lire la suite: http://www.lebuteur.com/en/actualites/gaouaoui-chaouchi-la-guerre-des-bois-commence#ixzz0ZSdU7zp2

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  5. Artisans de l'ombre Dit :

    Football
    Faouzi Chaouchi intéresse Hanovre

    Le gardien international algérien de l’ES Sétif, Faouzi Chaouchi, intéresse le club de Hanovre (D1 allemande) en vue d’un éventuel recrutement lors du prochain mercato, rapporte vendredi le site Goal.com.

    Les dirigeants allemands ont jeté leur dévolu sur Chaouchi pour remplacer l’ancien portier de l’équipe, Robert Enke, mort subitement d’une dépression il y a quelques semaines, ajoute la même source.

    Outre Hanovre, Chaouchi semble être dans le collimateur de plusieurs autres équipes européennes à l’image de l’O.Marseille, Paris SG et Sochaux. Faouzi Chaouchi, 24 ans, s’est distingué de fort belle manière lors du match d’appui contre l’Egypte (1-0), qualificatif pour le Mondial 2010, disputé le 18 novembre dernier à Khartoum (Soudan), en étant notamment derrière quatre arrêts décisifs.

    Par APS

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  6. Artisans de l'ombre Dit :

    Exclusif, Zaki au Buteur : «Chaouchi fait partie des 5 meilleurs gardiens d’Afrique»

    PUBLIE LE : 16-12-2009 | 00:00 | PAR Hamza Rahmouni

    Vous avez été un gardien de but d’expérience. Comment jugez-vous les deux gardiens algériens, Gaouaoui et Chaouchi ?
    Le gardien qui a épaté et même surpris, c’est Chaouchi, lui qui a eu le mérite de jouer le match d’appui à Khartoum. C’est un gardien exceptionnel. Il a d’énormes qualités. D’ailleurs, je pense que c’était lui la clé de la qualification des Verts. Il a fait des arrêts exceptionnels. Il était bien dans le match. C’était comme El Hadary aussi qui demeure un grand gardien.
    *
    Pouvez-vous nous parler de ses points forts ?
    C’est un grand gardien. J’ai eu l’occasion de le voir ici à Casablanca à l’occasion du match Raja-ESS. Il avait démontré d’énormes qualités. A Khartoum, il a été exceptionnel. A mon avis, je pense qu’il fait partie des cinq meilleurs gardiens de but du continent africain, en compagnie d’El Hadary et Kameni.
    *
    L’OM s’intéresse à lui. Selon vous, est-il capable de jouer chez les Phocéens ?
    Il a les moyens de jouer à l’OM le plus normalement du monde. Ce ne sera pas difficile pour lui, vu ses qualités. De plus, ce n’est pas une première pour l’Algérie. Vous avez eu de grands gardiens de but depuis de longues années, comme les Cerbah, Drid et Abrouk. Je pense que les responsables de l’OM ont dû le voir à l’œuvre à plusieurs reprises. Issam El Hadary, lui aussi, n’est pas en reste, il a contraint les Algériens à jouer la qualification au Soudan.
    *

    *
    En 86, vous avez affronté, en tant que joueur, la grande équipe d’Angleterre avec les Gascoigne, Waddle, Lineker et autres, vous les avez comme même tenus en éc.hec…
    C’était un match inoubliable. On avait affronté, comme vous l’avez si bien dit, la grande équipe d’Angleterre avec toutes ses stars. Mais on l’avait tenue en échec. On avait bien lu le jeu des Anglais et on avait des défenseurs très forts comme Bouyahiaoui et bien d’autres. Je me souviens très bien de ce match, on l’avait carrément dominé. Les Anglais se sont créés une seule occasion seulement, contrairement à nous.

    Entretien réalisé par
    Hamza Rahmouni

    Lire la suite: http://www.lebuteur.com/en/actualites/exclusif-zaki-au-buteur-chaouchi-fait-partie-des-5-meilleurs-gardiens-dafrique#ixzz0ZrXC2MRA

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  7. Artisans de l'ombre Dit :

    Le 21/12/109 18h57:10

    Chaouchi : transfert imminent en France

    Date : 21-12-2009/9h31
    Réalisé par :

    Depuis son extraordinaire match réalisé sous le maillot de la sélection algérienne au Soudan, Faouzi Chaouchi est sollicité de partout. Notamment de la Ligue une française où beaucoup de clubs le suivent et sont sur ses traces.

    C’est ainsi que José Anigo de l’OM a montré son intérêt pour le keeper algérien. Le PSG qui a perdu son gardien titulaire pour blessure a lui aussi affiché son désire d’enrôler le gardien de but de l’ESS. Sochaux qui va recruter le sérial buteur de l’Entente, Abdelmalek Ziaya, a émis le vœu de voir Chaouchi rejoindre lui aussi leur équipe dès le mercato d’hiver. Mais de toutes ses équipes, aucune d’entre elles n’est passée concrètement à l’acte. Aucun contact officiel n’a été établi, ni avec le club ni avec Chaouchi. La seule formation qui s’est informée auprès de Serar est Le Mans. Le MUC a, en effet, fait le pas auprès des dirigeants sétifiens en vue de la conclusion de la transaction. Un premier contact a été établi entre le numéro un ententiste et la cellule de recrutement du club il ya de cela quelques jours. A Tunis, les contacts ont pris les allures de véritables négociations. Les Sarthois ont, selon une source sûre, fait une offre sérieuse à la direction sétifienne en vue de l’engagement de Faouzi Chaouchi. Le président de l’ESS, qui était occupé d’abord par la finale de la Coupe de l’UNAF que son équipe a disputée et gagnée face à l’Espérance, a reporté les négociations à son retour à Sétif.
    Joint par nos soins, l’agent de Chaouchi a confirmé qu’effectivement il est sur une piste sérieuse pour le gardien international «Une certitude, le transfert de Chaouchi est imminent», a-t-il dit mais sans avancer le nom du club preneur. Selon toute vraisemblance et au vu des événements qui se sont déroulés ces dernières 72 heures, Le Mans semble la piste la plus plausible car il est le seul club qui a insisté pour enrôler le ménaïeli.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  8. Artisans de l'ombre Dit :

    Accueil chaleureux des verts à Marseille

    PUBLIE LE : 27-12-2009 | 00:00 | PAR Redouane Bouhanika

    Le premier contingent de l’Equipe nationale algérienne est arrivé, hier après-midi, à l’aéroport Marignane à Marseille…

    Le premier contingent de l’Equipe nationale algérienne est arrivé, hier après-midi, à l’aéroport Marignane à Marseille, afin d’entamer son stage de préparation, en prévision de la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations dont le coup d’envoi sera donné le 10 janvier prochain en Angola. Les Verts ont été accueillis à l’aéroport de Marseille par des supporters de l’Equipe nationale venus leur souhaiter la bienvenue. Il faut dire mentionner qu’il fait actuellement un froid de canard à Marseille et sa périphérie.

    7° à Marseille, 30° en Angola : les deux extrêmes
    Ce qu’on a constaté dès notre arrivée à Marseille, c’est que le climat est bien différent de celui de l’Angola où il fait actuellement 30°, avec un fort taux d’humidité. En parallèle, actuellement à Marseille, il fait 7°. L’on se demande si cela ne va porter préjudice aux coéquipiers de Ziani qui devront faire avec la chaleur qui sévit en Angola. C’est pour cela d’ailleurs que beaucoup de spécialistes, parmi eux Rabah Madjer, n’ont pas compris le choix de la France pour se préparer pour la CAN.

    Sadi et le consul à l’accueil
    Il était 13h locales lorsque l’avion de la compagnie Air Algérie a atterri à l’aéroport Marignane. A l’accueil des Verts, il y avait le manager de l’EN, Walid Sadi, et le consul d’Algérie à Marseille. Le premier cité a accompli toute les formalités d’usage pour permettre aux joueurs de rejoindre le bus qui les attendait dehors et rejoindre leur hôtel au Castellet.

    Des nombreux supporters présents
    A l’aéroport, il y avait un nombre important de supporters des Verts qui sont venus accueillir les Verts et leur souhaiter bonne chance à la CAN en Angola. Après cla qualification historique pour le Mondial, les supporters croient dur comme fer que les Verts sont capables de remporter la CAN pour la deuxième fois de leur histoire, après celle d’Alger 90. Pour la petite histoire, les Algériens de Marseille ont toujours bien accueilli les Verts.

    Chaouchi, le plus demandé
    Parmi les joueurs de l’EN les plus sollicités figure Fawzi Chaouchi, le gardien de but de l’équipe nationale et de l’ES Sétif. Il a même été obligé de descendre du bus pour répondre aux sollicitations des supporters des Verts, après avoir été l’artisan de la qualification grâce à son match héroïque de Khartoum.

    De Marseille : Redouane Bouhanika

    Lire la suite: http://www.lebuteur.com/en/actualites/accueil-chaleureux-des-verts-a-marseille#ixzz0atII205g

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  9. Artisans de l'ombre Dit :

    Saâdane : «Pour l’instant, le numéro 1, c’est Chaouchi»

    Date : 03-01-2010/10h42
    Réalisé par : S.M.A.

    L’entraîneur national Rabah Saâdane, auteur d’un parcours honorable avec la sélection algérienne, était l’invité de l’émission VIP diffusée hier soir sur la chaîne qatarie Al Jazeera Sport.

    Lakhdar Berriche, l’animateur de l’émission, a profité de la présence du coach des Verts au pays, avant de s’envoler pour la France pour le stage précédant la CAN, pour s’asseoir face- à-face sur la pelouse du stade du 5-Juillet, lieu choisi par le présentateur de l’émission pour le tournage de la seconde partie de cette interview consacrée spécialement aux Fennecs.
    Rabah Saâdane et comme à ses habitudes s’est montré franc en répondant aux questions du célébrissime journaliste algérien d’Al Jazeera. Il a abordé plusieurs questions relatives à la période qui a suivi la brillante qualif’ des Algériens au Mondial, mais surtout celle qui concerne la participation des coéquipiers de Ziani à la CAN prévue dans quelques jours en Angola.
    Plusieurs points ont été tirés au clair, et on les a déjà rapportés à travers la couverture de la conférence de presse qu’il a tenue il y a de cela quelques jours à Alger, exception faite sur l’une des questions que se posent les supporters des Verts à quelques jours de la CAN : qui sera le gardien numéro 1 de l’EN en Angola ?
    Ainsi, à la question de savoir qui gardera les bois de la sélection dès le 11 du mois en cours, Saâdane s’est montré catégorique et direct. «Pour l’instant, le numéro 1, c’est Chaouchi», a-t-il déclaré.
    Il est vrai que depuis le match joué et gagné à Khartoum, le public algérien, mais aussi africain et même mondial, a découvert un gardien de grande classe, il s’agit de Chaouchi. L’absence ce jour-là de Gaouaoui, pour cause de suspension, a rendu un énorme service à l’enfant de Bordj Menaïel qui a su saisir l’opportunité en sortant le grand jeu au moment voulu. Il a, non seulement contribué à la victoire des Verts, synonyme d’une qualif’ au Mondial, mais il s’est manifesté comme le futur gardien titulaire de l’EN.
    La fougue de Chaouchi plutôt que l’expérience de Gaouaoui ?
    Le sélectionneur Rabah Saâdane et lors de cette émission a tenu, néanmoins, à laisser un soupçon de suspense. Il veut préserver la concurrence loyale qui s’est installée entre Chaouchi et Gaouaoui jusqu’au dernier jour, afin d’en tirer profit au max le jour J, car il ne faut pas non plus nier que Gaouaoui fut l’un des acteurs principaux de l’épopée des Verts, grâce à ses arrêts réflexes que personne ne peut oublier. Au Sénégal, au Rwanda ou même à Tchaker face à l’Egypte ou encore en Zambie, il a sorti le grand jeu et s’est confortablement installé dans la cage de l’EN gagnant une expérience considérable qui pourra être exploitée à n’importe quel moment, d’autant que même si Chaouchi a l’air d’avoir la majorité des suffrages, il ne faut pas oublier que les blessures constituent un sérieux ennemi pour les joueurs de foot et il est très important d’avoir un Gaouaoui prêt à reprendre sa place pour parer à n’importe quelle mauvaise surprise, au même titre que le troisième gardien, le Mouloudéen Zemmamouche.
    Il ne décolère pas
    Les choix de Saâdane ne semblent pas conquérir les cœurs de certains acteurs du football national, ces derniers ne ratent pas la moindre occasion pour remettre en cause la façon avec laquelle le sélectionneur gère son équipe. Ceci n’est pas passé sans soulever le courroux de Rabah Saâdane qui est revenu dans cette émission sur ces critiques déstabilisantes dont il a fait l’objet. Pour lui, ces gens qui sont montés au créneau après la qualif’ des Verts ont un but très précis : «Oui, j’ai lu et vu ce qui est en train de se dire, mais ce que je veux savoir : où étaient-ils cachés ces gens malintentionnés lors du match face au Sénégal, lorsque personne ne croyait en cette équipe. Pourquoi ce jour-là, ils ne se sont pas manifestés ? A présent qu’on est là ou on est, ils feraient mieux de se taire, leur silence nous rendrait un énorme service», a-t-il tenu à lancer à ses détracteurs.
    S. M. A.

    Les joueurs ont parlé de lui
    Lors de la première partie de l’interview filmée sur la pelouse du 5-Juillet à l’occasion du match amical disputé face à l’Uruguay, il y a de cela quelques mois, Saâdane avait décortiqué ses joueurs, il a parlé de chaque élément de son groupe.
    Hier, les rôles se sont inversés, ce sont les joueurs de l’EN qui ont eu à le faire. Les coéquipiers de Ziani ont parlé de leur entraîneur, celui qui les a menés à une brillante qualification au Mondial. Beaucoup de belles choses ont été dites sur l’enfant de Batna, ce qui lui a sans doute fait énormément plaisir en cette période très cruciale de la préparation, lui qui est descendu en flammes de toutes parts.

    Lakhdar Berriche ce mardi au Castellet
    Afin de compléter le tournage de son émission «Les Arabes en Coupe du monde», qui sera incessamment diffusée sur Al Jazeera Sport, Lakhdar Berriche se déplacera dès ce mardi 5 janvier au Castellet. Il aura l’occasion de visiter la sélection de son pays et voir de près sa préparation à la CAN deux jours avant qu’elle ne s’envole pour l’Angola.
    S. M. A.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  10. zahha asma Dit :

    salut fouzi ntaya fort kima farahtna rabi yfarhak nchalah svp salamli 3la halich bazaf bazaf et voila mon msn
    asma3124@hotmail.com

  11. Artisans de l'ombre Dit :

    Le geste
    Chaouchi agresse l’arbitre assistant

    L’empoignade entre le Mouloudia d’Alger et la JS Kabylie a été marquée par plusieurs faits plus ou moins graves les uns que les autres. A l’incident de la balustrade qui a cédé sous la pression de la foule et qui a failli entraîner l’irréparable, on peut rajouter l’absence des agents de la Protection civile qui ont mis presque quatre minutes pour secourir le joueur Ouznadji victime d’un tacle en seconde période ou bien l’attitude du gardien Chaouchi qui a agressé l’arbitre assistant Guerroudj après le second but du MCA et à la fin de la rencontre. Protestant contre la réalisation de Boumechra, pour un éventuel bras d’Amroune, plusieurs joueurs de la JSK, dont Chaouchi, ont accouru vers l’arbitre et son assesseur, mais le portier a été le plus agressif dans son comportement vu qu’il était soumis au préalable à une forte pression de la part des supporters mouloudéens qui n’arrêtaient pas de le conspuer et de l’arroser de projectiles.
    L’arbitre a certainement porté l’attitude de Chaouchi sur la feuille de match, ce qui risque de coûter cher aux prochaines rencontres de son équipe.

    A. S.-B.
    29-11-2009

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  12. Artisans de l'ombre Dit :

    Chaouchi dans le « Top 5 Orange Sport» des boulettes de la CAN
    Redaction

    Fawzi Chawchi, figure dans le « Top 5 » des boulettes de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de la chaîne de télévision française Orange Sport, qui diffuse la compétition en exclusivité en France. Le gardien des Verts figure en troisième position, grâce à son dégagement raté contre le Malawi qui a valu à l’équipe nationale son premier but dans la CAN, puis la lourde défaite qu’on sait (3-0). Chaouchi est l’unique joueur algérien à figurer dans ce classement des bourdes.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  13. sarah Dit :

    vive le gardien chaouchi faouzi

  14. sarah Dit :

    1 2 3 viva l’algérie

  15. ouardia Dit :

    cc faouzi chaouchi je ta dore tu est manifique tout les algerien t’aime

  16. ASSIA-SKIKDA Dit :

    SLT CHICHAW,ANA HAKA NTRABAJ BIK ,RAK AAZIZ ALA KLOUBNA,RANA DAYRINEK WAHAD MEN LA FAMILLE ,RABI YAHAFDAK,OU JE TRAVAILLE RAHAM YAAYTOULI CHAWCHI,WIN NAKAHAM YAHADROU ALIK LAZAM NHAMI ALIK KHATAR ANTAA FARAHTINA BAZZZZZZZZAF,123 viva l`Algerie.c mon email archiassia@hotmail.fr

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...