RSS

Fiche (Biographie )Haliche Rfik

6 décembre 2009

Non classé

Nom :Rafik

Prénom Haliche

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

20 Réponses à “Fiche (Biographie )Haliche Rfik”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Dossier : EN (Dimanche 06 Décembre 2009)

    Rafik Halliche à “liberté”
    “Nous pouvons créer la surprise”
    Par : Mohamed B.
    Lu : (67 fois)

    Rafik Halliche, le rock défenseur algérien, qui va rencontrer face à la Slovénie son coéquipier au Nacional Madeira Nejc Pecnik, estime que les Verts ont de grandes chances de qualification pour le deuxième tour du Mondial après les résultats du tirage au sort.

    Liberté : L’Algérie connaît ses adversaires de poule en Coupe du monde. Vous allez jouer contre l’Angleterre, les ÉTats-Unis et la Slovénie. Que pensez-vous de ce groupe ?
    Rafik Halliche : Je pense que c’est un groupe équilibré, abordable pour notre sélection. Nous avons des chances de qualification pour le deuxième tour. Je pense que la deuxième place est jouable et nous disposons des moyens de franchir le cap des poules. À nous de le prouver au mois de juin prochain.

    Tout le monde place l’Angleterre comme le grand favori du groupe pour la première place, les trois autres sélections vont se battre pour arracher la seconde place…
    Effectivement, l’Angleterre n’est pas à présenter. Sur papier, c’est le grand favori du groupe et personne ne pourra dire le contraire. Pour les trois autres sélections, la concurrence sera des plus rudes pour la seconde place qualificative pour les 8es de finale. Mais vous savez que le football n’est pas une science exacte. Tout peut arriver au cours d’un match. Je crois que l’Algérie peut créer la surprise dans ce groupe. Bien que nous respections tous nos adversaires, nous n’avons peur, cependant, de personne.

    Vous croyez que l’EN est en mesure de battre la Slovénie et les États-Unis ?
    Je suis persuadé qu’on a les capacités pour faire la différence devant ces deux adversaires. Si nous sommes qualifiés pour la Coupe du monde au détriment des grandes sélections du continent, ce n’est pas du tout par hasard. Cela veut dire que notre équipe a atteint un bon niveau mondial qui peut lui permettre de rivaliser avec les autres mondialistes. Nous avons aussi un avantage de pouvoir disputer une CAN plusieurs mois avant cette Coupe du monde. Cela va constituer une bonne préparation pour notre sélection. Avec les matches que nous allons jouer en Angola, je suis persuadé que notre groupe va, de plus en plus, progresser et va pouvoir montrer un meilleur visage, très honorable en Afrique du Sud.

    Le match face à la Slovénie sera particulier pour vous dans la mesure où vous allez retrouver un de vos coéquipiers du Nacional Madeira, n’est-ce pas ?
    Tout à fait, il s’agit de Nejc Pecnik. C’est un bon joueur qui est pour beaucoup dans la qualification de la Slovénie à cette Coupe du monde. Il a, en effet, marqué un but très important en Russie lors du dernier match barrage. Je vais le retrouver au mois de juin comme adversaire, ça fait partie du football.

    Ce sera donc un match dans un match ?
    Entre autres. Chacun de nous va faire de son mieux pour défendre sa patrie et faire honneur à son peuple, c’est ce qu’il y a de plus cher pour un joueur. Il est clair qu’il n’y aura pas de sentiments entre nous deux dans ce match.

    Ne pensez-vous pas que le fait de rencontrer trois adversaires européens est une bonne chose pour notre équipe nationale dans la mesure où nos joueurs évoluent en Europe ?
    On peut dire ça oui. Nous ne serons pas impressionnés, ça c’est clair. De plus, nous disposons de plusieurs joueurs qui évoluent en Angleterre. Ils sont donc habitués au jeu anglais, c’est aussi un atout considérable pour notre sélection. Nous avons suivi le parcours des États-Unis lors de la Coupe des confédérations. C’est dire que nous n’allons pas nous jeter dans l’inconnu.
    Liberté

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  2. Artisans de l'ombre Dit :

    “Le sang que tu as versé est le sang de Abane, Krim et Zaâmoum”
    Rafik Haliche, chez lui à Ighil Imoula

    La 307 grise qui ramenait hier le jeune international Rafik Halich pour revisiter les siens dans la daïra de Ouadhias, précisément à Ighil Imoula, a eu tout le mal du monde à se frayer un chemin.

    Les quelques mètres qui séparent le chef-lieu communal de Tizi-N’tleta au siège d’APC semblent s’allonger tellement le long cortège qui accompagnait le joueur ne bougeait presque pas. Rafik Haliche et ses proches ont eu l’occasion de voir l’élan d’admiration de la population à leur enfant qui a défendu de la meilleure des manières les couleurs nationales.

    10h 30, l’arrivée au siège d’APC

    Et comme l’on s’y attendait, une foule des grands jours s’est amassée devant le siège de la municipalité. L’équipe, dirigée par le P/APC en personne, s’affairait à apporter les derniers réglages pour réussir l’évènement. A 10 h 30, le chef-lieu communal de la paisible localité de Tizi N’tlata s’est réveillé sous les klaxons. “Il est arrivé”, criait Madjid un jeune fonctionnaire à l’APC. Rafik au statut de héros national, attribué par la jeunesse algérienne, est reçu officiellement par le premier magistrat de la commune de Tizi N’tleta, Hocine Souam. Naturellement, Haliche a trouvé des difficultés à se frayer un chemin vers la grande salle de délibérations de l’APC où une cérémonie a été organisée en son honneur. Le P/APC de Tizi N’tleta dira à l’adresse de l’international algérien : “Au nom des élus, au nom du personnel, au nom de l’ensemble des citoyens de notre commune, nous souhaitons la bienvenue à Rafik dans son village natal à Ighil Imoula, berceau du déclendement de la Révolution algérienne.” M. Souam ajoutera sous les youyous et applaudissements de la très nombreuse assistance que la petite salle des réunions n’a pu contenir : “Rafik et ses coéquipiers ont sacrifié toute leur énergie, leur compétence, leur savoir-faire et leur capital expérience, au profit de l’emblème national, le sang que tu as versé est le sang de Abane, Krim, Zaâmoum… c’est le sang des héros du déclenchement de la Révolution algérienne.”

    11h, Ighil Imoula fier de son enfant Rafik !

    Les “one, two, three viva l’Algérie” fusent de partout. La place publique du village historique Ighil Imoula grouillait de monde. L’arrivée de la délégation a donné lieu à une énorme explosion de joie. Un air de nostalgie soufflait sur un village qui a vu le déclenchement de la Révolution.

    Une certitude, Rafik Haliche, ce jeune de 23 ans est plus que jamais inscrit aux côtés des héros de ce village martyr. 11h. Rafik Haliche revient sur les traces de ses ancêtres. Tous voulaient garder immortaliser ce moment historique. Le joueur international qui a tenu la dragée haute aux Pharaons fera escale dans l’emblématique stèle du 18 novembre érigée juste à l’entrée du village Ighil Imoula, non loin de la maison de Ali Zaâmoum. Hocine Souam ainsi que les citoyens d’Ighil Imoula remettront à Rafik Haliche et à son père des cadeaux symboliques. L’APC lui offrira un tableau à son effigie. Le père de Rafilk Haliche exprimera toute sa fierté et sa joie de voir son fils honoré de la meilleure des manières par les enfants de Ighil Imoula. Un notable du village historique dira que la région retrouve un élan de solidarité qu’elle a toujours eu dans les moments difficiles. “Aujourd’hui c’est le message du 1er Novembre qui est réapproprié par la jeunesse. Grâce à Rafik et à tous les jeunes qui croient en ce pays, l’espoir est toujours permis”, dira Larboni Kaci proche du joueur. C’est justement dans la maison de ce dernier que Rafik a pu déguster un bon couscous, symbole de la générosité d’une Kabylie qui aime tous ses enfants.

    Omar Zeghni

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  3. Artisans de l'ombre Dit :

    Halliche : «Je ne m’attendais pas à autant de monde»

    PUBLIE LE : 24-12-2009 | 00:00 | PAR Achour Aït Ali

    Il aura fallu attendre que ça se calme. Que le gros de la foule se disperse pour décrocher ce tête-à-tête avec Halliche.

    Il aura fallu attendre que ça se calme. Que le gros de la foule se disperse pour décrocher ce tête-à-tête avec Halliche. Installé dans un coin du salon d’un de ses oncles, le joueur s’est laissé aller à un long entretien dont on vous présente un court extrait.

    Vous avez mis Ighil Imoula en ébullition, vous attendiez-vous ce matin, en quittant Alger, à être accueilli de la sorte ?
    Pas du tout ! Je me suis dit qu’il y aura des gens, sans doute… des cousins et quelques proches. Mais j’étais loin de m’imaginer au milieu de tout ce beau monde. C’était fou. Je me suis retrouvé parfois acculé de partout. C’était chaud aussi. Je ne pouvais espérer meilleur accueil. Ça me touche vraiment. D’autant que ça vient de personnes proches, toutes issues de mon patelin. C’était très émouvant, sincèrement.

    Est-ce l’effet Coupe du monde ?
    Oui, mais pas que. Ighil Imoula, c’est, comme je te le disais mon patelin. J’ai vécu ici des moments quand j’étais petit. Je venais passer mes vacances d’été ici en famille, ce qui fait que ça me tenait à cœur de venir aujourd’hui. J’ai été gâté sincèrement.
    C’était carrément l’hystérie, il aura fallu jouer des coudes pour vous atteindre …
    Il fallait tacler, oui ! (rires). C’est très touchant de voir qu’on est venus peut-être de très loin juste pour m’accueillir. C’est chaud toutes ces marques de sympathie qui me sont parvenues depuis mon arrivée. Merci à tout le monde. Je n’oublierai pas !
    Il fallait être armé d’une grande patience, cela dit, pour ne pas oser dire stop !
    Non, je me laisse faire. C’est sympa et ça me fait plaisir. Quand il y a autant de monde, il fallait s’attendre à de la bousculade. Ça ne m’a pas perturbé. Vous savez, je suis venu pour eux.

    Que retiendrez-vous de cette journée ?
    Beaucoup de choses. Surtout que j’ai été bien reçu chez moi à Ighil Imoula. Je repars avec un cœur plein de bonheur et d’émotion. Je crois que j’ai grandi encore un peu plus aujourd’hui. Ce bain de foule, c’est un bon carburant pour la CAN !
    Entretien réalisé par Achour Aït Ali

    Ighil Imoula appartient à ceux qui se lèvent tôt !
    Exceptionnellement, hier Rafik Halliche n’avait pas droit à la grasse matinée. A 6h45, le joueur du Nacional Madeira s’était déjà mis sur son trente-et-un et attendait patiemment le signal de son père pour se rendre à Ighil Imoula. A 7h15, un petit cortège a quitté Bachdjarah pour prendre la route.

    Da Lmouloud, un vrai patriarche
    Mouloud Halliche, le père de Rafik, était déjà tiré à quatre épingles hier à 6h 30. Tout au long de la virée à Ighil Imoula, il était aux côtés de son fils qu’il avait accompagné pas à pas. Même lorsqu’il est question de parler à la presse, il n’est jamais loin, veillant au grain. Un patriarche dans le vrai sens du terme.

    Halliche repart avec un burnous
    Rafik Halliche s’est vu offrir un beau burnous blanc à son arrivée au village natal de son père, Ighil Imoula. Avec les grosses bourrasques de vent à secouer un chêne, le joueur était bien au chaud.

    Un agent de la circulation pris d’euphorie
    Fait anecdotique s’il en est un, un agent de la circulation qui avait reconnu Rafik Halliche au niveau d’un barrage de contrôle ne s’est pas empêché d’aller faire la bise au joueur. Il a même fait arrêter la circulation dans le sens inverse afin de faire passer en priorité la Peugeot 307 qui transportait l’international algérien.

    Lire la suite: http://www.lebuteur.com/reportage/actualites/halliche-je-ne-mattendais-pas-a-autant-de-monde#ixzz0aavWKOCh

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  4. Artisans de l'ombre Dit :

    Halliche, roi d’Ighil Imoula

    Date : 24-12-2009/11h7
    Réalisé par : Abdellah Haddad

    S’il y a un joueur qui a brillé, ces derniers temps, en sélection, c’est bien Rafik Halliche. L’ex-défenseur du NAHD a réussi, en un laps de temps très court, à s’imposer en élément clé dans l’échiquier de Rabah Saâdane.

    Déjà avant le match du Caire, Halliche était un titulaire indiscutable, un joueur pétri de qualités et un élément adulé par les supporters des Verts et tous les Algériens. Cependant, l’agression dont il a été victime au Caire a fait augmenter sa popularité en flèche. Halliche est devenu aujourd’hui une super star, là où il passe dans le pays, on pose avec lui, on lui demande un autographe ou dans les pires des cas, on lui glisse un compliment. Hier, on avait l’occasion de le vérifier. Sa visite au village de ses parents n’est pas passé inaperçue, les performances de Rafik avec les Verts ont fait de lui un roi chez lui. Il ne pouvait pas marcher à pied, ni rouler en voiture. L’enfant d’Ighil Imoula n’est pas seulement star à Ighil Imoula, c’est toute la Kabylie, c’est toute l’Algérie qui aiment le sympathique Rafik.

    Un moment fort dans sa vie, un tournant dans sa carrière
    Ce qu’a vécu Rafik, hier, restera gravé dans sa mémoire. C’est un moment très fort dans sa vie. Il a été accueilli comme un héros chez lui. Cela donnera sûrement des idées à l’ex- capitaine des Sang et Or, car avec son jeune âge, ses qualités techniques, physiques ainsi que morales, ses ambitions et sa volonté, Rafik pourra jouer dans le haut niveau, il pourra par exemple revenir à son club employeur, le Benfica, en l’occurrence, et donner une autre dimension à sa carrière. Une dimension plus grande et plus prestigieuse.

    Tout le monde voulait le toucher, l’embrasser, l’approcher…
    La présence de Rafik Halliche dans son village natal a créé un grand événement chez les habitants du village. Tout le monde était à l’accueil du Guerrier, tout le monde l’a accompagné et l’a remercié. Mieux encore, tous les présents voulaient le toucher, lui parler, poser avec lui ou bien l’approcher. La modestie de Rafik est, sans aucun doute, derrière ce grand amour des citoyens d’Ighil Imoula qui sont fiers de leur enfant.
    Abdellah Haddad

    Tizi Ntlata en effervescence, Ighil Imoula n’oubliera jamais…
    Hier, mardi, la commune de Tizi Ntlata, qui se trouve à 5 kilomètres des Ouadhias, sortit de sa torpeur. D’habitude, le calme caractérise la vie quotidienne des citoyens. Or, la présence de Rafik Halliche a fait sortir cette commune de ses habitudes, le calme a été remplacé par l’effervescence. Les citoyens et les habitants de la commune ont laissé tomber leurs boulots et leurs affaires rien que pour venir, voir, saluer et féliciter celui qui leur a donné une grande joie le 18 novembre dernier, celui qui est leur fierté. En résumé, la venue de Halliche a créé un grand événement dans la commune de Tizi Ntlata. Par ailleurs, Ighil Imoula, un village de la commune de Tizi Ntlata, a vécu hier l’un des moments les plus forts de son histoire. Tout le village était à l’accueil de son enfant, tout le monde était content, tout le monde a apprécié ces moments, tout le monde est fier de Rafik. Le petit village d’Ighil Imoula n’oubliera jamais cette journée du 23 décembre 2009.
    A. H.

    Rafik Halliche : «Tellement je suis ému et content, je ne trouve pas les mots…»
    Dans le bureau du maire, devant la stèle du 1er-Novembre du village Ighil Imoula, dans la Maison de la culture, à l’école du village, Rafik a déclaré toujours la même chose : «Je suis très content d’être aujourd’hui là avec vous, content d’être avec les miens, vous ne pouvez pas imaginer ma joie, d’ailleurs, je ne trouve pas les mots pour exprimer tout ça».

    «Le meilleur est à venir»
    Dans ses déclarations, Rafik Halliche revenait sur l’exploit des Verts : «On a fait de notre mieux pour donner de la joie au peuple algérien, Dieu merci, on est au Mondial. Toutefois, on ne va pas s’arrêter en si bon chemin, le meilleur est à venir.»

    «Vive la Kabylie et vive l’Algérie»
    Connu pour son grand amour au pays et pour son attachement à sa région, Halliche criait fort lors de ses déclarations : «Vive la Kabylie et vive l’Algérie.»

    «Merci ay araw n thmourthiw»
    A chaque fois qu’il termine son discours, Halliche remercie les présents. D’ailleurs, il a déclaré en kabyle : «Merci ay araw n thmourthiw».
    Abdellah Haddad

    Souam (président de l’APC de Tizi Ntlata) : «Halliche est notre fierté»
    «On est contents de la qualification de notre EN au Mondial, et on est aussi très contents par la présence de notre enfant parmi les Verts. Halliche est notre fierté, c’est la fierté de toute la région et de toute la Kabylie. On est là derrière lui pour plus de succès et d’exploits, on le félicite et on le remercie.»

    Le père de Halliche : «La discipline, le travail et le sérieux sont les clés de sa réussite»
    «Je suis content d’être avec vous aujourd’hui en compagnie de mon fils. Rafik a fait honneur à la région, je profite de cette occasion pour passer un message à nos jeunes, celui qui veut réussir n’a qu’à travailler et travailler avec beaucoup de sérieux. Je me souviens bien des sacrifices que mon fils a faits. Il était tout le temps sérieux et discipliné et aujourd’hui, il récolte les fruits de son dur travail. Merci à vous tous et à d’autres exploits.»
    A. H.

    Mis à part sa maman, toute la famille l’a accompagné
    Hier, Rafik Halliche n’était pas seul à faire le déplacement dans son village natal. En plus de son père, son frère et ses deux sœurs l’ont accompagné, il ne manquait que la maman pour que toute la famille soit présente.

    Une équipe de l’ENTV spécialement pour lui
    La Télévision algérienne a délégué toute une équipe pour couvrir l’événement. Ladite équipe a suivi pas par pas le programme du joueur kabyle de l’EN.

    Des autographes même pour… les vieilles
    Les enfants demandaient des autographes à Rafik, quelques instants plus tard, c’est au tour des jeunes de faire la même chose. Présentes devant lui, trois vieilles n’ont pas hésité à demander des… autographes à Rafik.

    Les enfants, les femmes, les vieux, les vieilles, tout le monde est là !
    Hier, au village d’Ighil Imoula, il n’y avait pas de différence entre les femmes et les hommes, entre les enfants et les adultes, entre les vieux et les vieilles. Tout le monde était là pour accueillir et voir Rafik.

    Les cadres pleuvaient de partout
    A chaque station, Rafik recevait des cadeaux de la population, les cadres pleuvaient de partout…
    Les cadeaux de Halliche à la région
    Le père de Rafik a offert deux cadres, l’un de l’EN et l’autre de son fils ainsi que quatre ballons signés par son fils à l’APC de Tizi Ntlata.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  5. Artisans de l'ombre Dit :

    Halliche : «Je retournerai au Benfica à la fin de la saison»

    PUBLIE LE : 26-12-2009 | 00:00 | PAR Achour Aït Ali

    «Je grandis un peu plus chaque jour» «On fera de la CAN un nouveau défi»

    «Le judo, c’est une sorte d’héritage, le foot par contre, c’est une vraie passion»
    Mercredi 23 décembre. La nuit accule le jour dans ses derniers retranchements, s’allongeant de toutes ses forces. Il est six heures passé. A Bachdjarah, les derniers fidèles reviennent de la mosquée. La vie reprend timidement son cours. Les premiers craquements de rideaux rompent avec le silence des lieux. Une gracile lumière d’un lampadaire éclaire les parages. Dda L’mouloud Halliche était déjà au bas de l’immeuble. Vêtu d’un costard cravate, il était tiré à quatre épingles. Deux boutons décoraient les manches de son chemisier. Il a du goût, le patriarche. Assurément ! Le portable collé à l’oreille, il exhortait Rafik à faire vite. «Ne tarde pas, il faut qu’on y aille !» lui dit-il d’un ton mi autoritaire mi amical. Il s’excuse de prendre congé de nous pour un petit moment. «Je vais aller ramener la voiture. Je ne serai pas long» promet-il. Entre-temps, Rafik, le défenseur international, pointe le bout du nez. Vêtu d’une chemise blanche avec une cravate noire à peine perceptible sous un léger pull noir à col en V, il est fagoté léger, mais avec goût tout de même. Une première impression se dégage. Le joueur est affable. De bonne humeur surtout. La discussion s’engage presque instantanément. Sans protocole. Avant de mettre les voiles, il part chercher un cache-nez noir qu’il enroule négligemment autour du cou. A ce moment-là, le défenseur du Nacional de Madera était loin de se douter de ce qui l’attendait là-bas à Ighil Imoula. Le petit et non moins prometteur défenseur du NAHD a pris du poids. Sur une balance, il pèse lourd, très lourd aujourd’hui. Effet Coupe du monde aidant, Rafik Halliche allait avoir droit à un accueil qui n’a rien à envier à celui réservé à la sélection à Alger le 19 novembre dernier. Du moins en matière de passion et d’adulation. Ce n’était pas dix, vingt, trente ou cent personnes, mais toute une région qui était venue à l’accueil. Le P/APC de Tizi N’Tlatha aux premières loges, Rafik Halliche a eu droit à un accueil enthousiaste aux attraits officiels ! Pour décrocher ce tête-à- tête avec l’international, il aura fallu attendre patiemment. D’un clin d’œil, il nous le fera savoir. Il était 14h30 lorsque le joueur nous demanda de le rejoindre dans le salon de l’un de ses oncles paternels. Halliche avait attendu que ça se calme. Que le gros de la foule se disperse. On s’est sentis privilégiés. Débute alors un long entretien qui aura duré plus d’une demi-heure. Le libéro avait reporté à plus tard le déjeuner déjà servi sur les trois tables qui remplissaient la pièce décorée avec un certain goût folklorique. Rafik Halliche se lâche sous les yeux bienveillants du patriarche qui décortiquait chacune de ses réponses. Acquiesçant, souriant, hochant des épaules, ainsi son ton rythmait au gré de l’entretien. Intime… très même.

    Rafik, t’attendais-tu un tel accueil en quittant ce matin Alger ?
    Du tout ! Je me suis dit, il y aura quelques proches, la famille en gros, mais de là à voir venir autant de monde, alors là… du tout ! Là, je m’aperçois qu’ils sont venus de partout. Pas seulement du village. C’est très touchant. Ça me va droit au cœur, walah !

    C’était carrément l’hystérie, il fallait jouer des coudes pour t’atteindre, comment as-tu vécu ça ?
    Ça m’a fait plaisir. Je me suis laissé emporter par la foule. Il fallait jouer des coudes, tacler même ! (rires). C’est comme ça. Je suis content d’avoir apporté un peu de gaieté à tout le monde. Content qu’ils aient apprécié ma venue. Je sais que je n’aurai peut-être pas la chance de venir très souvent ici avec mon emploi du temps, donc j’en ai profité à fond.

    Il fallait quand même s’armer d’une grande patience, n’as-tu pas eu envie de dire stop !
    Non, aucunement. Comme je te disais, ce n’est pas tous les jours que je viens ici. Je me suis déplacé spécialement pour eux. J’ai aimé chaque instant. Il y a eu de la bousculade et tout, mais c’est comme ça. On ne peut pas contrôler la foule. Seulement, j’avoue que ça m’a fait chaud au cœur. J’ai aimé toutes ces marques de sympathie. Je n’oublierai pas. Je pense que je grandis un peu plus chaque jour.

    On dirait que tu commences à t’habituer à la vie de star…
    Oui. Du moins, j’essaye (rires). J’apprends surtout de la vie. Les expériences me marquent. Je me forge un caractère. Je n’oublie pas, mais je regarde toujours devant moi.

    On dirait que le match Egypte-Algérie t’as marqué ?
    Oui. Je n’oublierai pas. Je ne pardonnerai pas.

    T’as une cicatrice sur le front, c’est…
    (Il coupe), c’est un souvenir que j’ai ramené du Caire (rires).

    Ighil Imoula est un nom intimement lié à la Révolution, ça représente quoi pour toi ?
    Une fierté. Ce village fait partie de l’Histoire de l’Algérie. C’est quand même une fierté d’être d’ici.

    Sais-tu que la Déclaration du 1er-Novembre a été rédigée ici ?
    Bien sûr. Ça, je l’ai su tout petit. On me l’a appris à la maison. Mes grands-parents m’ont raconté la bravoure de mes ancêtres. Leur amour du pays. J’en suis fier.

    T’es bien au chaud dans ton burnous, élégant aussi ; que représente pour toi cet habit ?
    Une fierté aussi. C’est le symbole de tamourthiw (ma région, ndlr). Les gens d’ici l’ont confectionné spécialement pour moi, avec mon nom dessus. J’en suis tout ému.

    Est-ce l’effet Coupe du monde, tout ça ?
    Oui, certainement.

    Du tac au tac, essaye de répondre vite et précis, OK !
    OK, j’essayerai.

    Ton principal trait de caractère ?
    Ouvert, très même. Je me fais des amis facilement. Sociable, quoi.

    Affable, aussi ?
    On me le dit.

    La faute qui t’inspire le plus d’indulgence ?
    Une faute involontaire. Ça, je pardonne facilement. On se trompe tous un jour ou l’autre, donc voilà, quoi.

    Ton défaut majeur ?
    Quand je m’énerve, ça part souvent en cocotte ! (Rires).

    Tant que ça !
    Oui.
    T’étais prêt à en découdre alors au Caire, le 12 novembre dernier ?

    Oui, grave. J’avais une de ces rages …

    Ta devise dans la vie ?
    Li yekhdam inal. C’est comme ça, quand tu travailles dur, tu en récolteras les fruits un jour ou l’autre. Je ne crois qu’au travail. Je l’ai appris de mon père tout petit.

    Ta plus grande peur ?
    Perdre ma famille.

    En qui aimerais-tu être réincarné ?
    Mon père.

    T’es bien le fils de ton père, dis donc…
    Absolument. Ceux qui nous connaissent nous trouvent beaucoup de points en commun. On a presque le même tempérament, le même caractère. Je lui ressemble beaucoup, en effet.

    Il représente quoi pour toi ?
    Il est tout pour moi. Je pense que le mot père résume tout. C’est mon exemple, mon idole, mon ami, ma fierté…tout, quoi.

    Combien d’amis véritables ?
    Ils sont plusieurs. Je te l’ai dit tout à l’heure, je me fais facilement des amis.

    Il y a déjà deux ici …
    Oui, Khaled et Mustapha. On a grandi ensemble. J’ai tenu à partager ce petit moment avec eux.

    Avec qui ne partirais-tu jamais en vacances ?
    Un Egyptien !

    La qualité chez un homme ?
    Le courage !

    Chez une femme ?
    La tendresse !

    Ton footballeur préféré ?
    Zizou !

    Ton match référence ?
    Face à l’Egypte !

    Lequel ?
    Celui du Caire !

    Ton plus beau but ?
    Contre le Mouloudia à Zioui. C’était mon premier but avec le NAHD en seniors. Corner de Si-Kadour que j’ai repris de la tête aux prix d’une belle détente. Un beau but, quoi…

    Ton autre sport favori ?
    Le judo.

    Tu le pratiques ?
    Cela va de soi.

    Ton père était judoka professionnel, tu n’as pas pensé un jour à faire comme lui ?
    Si ! Si ! J’avais débuté le judo à l’âge de quatre- cinq ans. Je suis resté presque quatre ans. Après pour des raisons de disponibilité, j’ai dû abandonner. L’Ecole du Mouloudia a été déplacée. J’ai été contraint du coup d’abandonner.

    C’est là que la passion pour le foot est née ?
    Oui. Je me suis mis à jouer au ballon avec des copains de quartier. Petit à petit, la passion grandissait.

    A quel âge t’as su que t’allais faire du football ton métier ?
    Un peu plus tard. Car j’avais les études à côté. Mon père était à cheval. Il tenait à ce que je réussisse dans mes études. J’ai donc fait en sorte de concilier les deux jusqu’à l’âge de 17 ans. Après quoi, j’ai tout quitté pour le foot.

    T’étais bon élève au moins ?
    Oui, très bon même.

    T’as arrêté les études à quel niveau ?
    Troisième année secondaire. J’avais du mal à suivre. J’étais capitaine et sélectionné en Espoirs. Je me souviens que j’avais joué un match de championnat la veille et je suis allé passer le bac le lendemain. A ce moment-là, le choix a été fait. Du coup, je ne m’attendais donc vraiment pas à ce que je casse la baraque à l’examen.

    Le personnage historique ?
    Mes deux grands-pères.

    Ton occupation préférée ?
    L’Internet.

    Livre, film, chanson ?
    Je ne suis pas très livre. Je ne lis pas du tout, pour dire vrai. Pour le cinéma, j’aime bien tout ce qui est action et science-fiction. En ce qui concerne la musique, j’entends de tout. Chaâbi, kabyle, rap.

    Amar Ezzahi ou Guerrouabi ?
    Amar, Guerrouabi, Aït Menguelet, Matoub…Kamel Messaoudi… Ce sont-là mes chanteurs préférés.

    T’es du genre costume-cravate, ou jean-basket ?
    Jean-basket. Une chemise et un pull léger. En gros, c’est ça.

    L’objet indispensable ?
    Mon portable.

    Ta plus grosse folie ?
    Walou ! Je n’en n’ai pas encore fait pour le moment. Seulement, je compte bien offrir une maison à mes parents. Et pour ça, je suis prêt à mettre le paquet.

    La dernière dispute ?
    Ça remonte à très loin. Je ne m’en souviens plus.

    Le cadeau rêvé ?
    Ce que je suis devenu !

    Le pays où tu iras vivre à la fin de ta carrière ?
    L’Algérie. Je suis attaché à mon pays. Je pense y revenir m’installer plus tard.

    Le joueur avec qui tu aurais aimé joué ?
    Bilel Dziri.

    Pourquoi lui spécialement ?
    Je l’adore, voilà. En plus du fait que c’est un ami, dans le milieu il reste le numéro 1. T’as vu les matches qu’il nous sort à son âge ! Il est inusable, le mec !

    Ton plat préféré ?
    Rechta.

    Ça doit te manquer ça au Portugal ?
    Bezzaf !

    Combien de frères et sœurs ?
    Pas de frère, mais six sœurs. L’équilibre n’a pas été respecté. (Rires).

    Si tu n’étais pas footballeur, t’aurai fait quoi dans la vie ?
    J’aurais continué les études. J’aurais fait quelque chose dans ma vie, c’est certain.

    S’il ne te restait qu’une heure à vivre, tu ferais quoi ?
    Je ferais la prière aux côtés de mes parents.

    Blonde ou brune ?
    Oups ! Allez, je me mouille… brune !

    Adriana Karembeu ou Victoria Beckham ?
    Victoria Beckham.

    Hamoud ou Coca ?
    Hamoud.

    La ville ou la campagne ?
    La ville.

    La montagne ou la mer ?
    La mer. Madera ! (Rires).

    Un chien ou un chat ?
    Un chat. J’en ai déjà un.

    Film ou série ?
    Série. Prison Break, surtout.

    4×4 ou Ferrari ?
    Ferrari.

    Tchaker ou 5-Juillet ?
    5-Juillet.

    Premier League ou Liga ?
    Premier League.

    Christiano Ronaldo ou Messi ?
    Messi. Da koulechi ! (Il a tout raflé)

    Tu resteras au Nacional ou tu comptes retourner au Benfica ?
    Je veux retourner au Benfica. Je pense qu’il est temps pour moi de passer un autre cap. Je me sens capable de m’imposer là-bas.

    Y a-t-il eu des propositions dans ce sens ?
    Non, pas pour l’instant, mais je sais que d’ici à l’été prochain, il y aura quelque chose.

    Comment le Nacional vit-il ton départ à la CAN pour un mois ?
    Ils n’ont pas trop le choix. Ils aimeraient me garder, même s’ils ne disent rien. (Rires). Les règlements sont clairs, ils n’y peuvent rien.

    Tu replonges dans l’ambiance de la sélection le 26 de ce mois, à l’occasion du stage du Castellet ; tu comptes l’aborder avec quel état d’esprit ?
    Ce ne sera que du bonheur. Ça commençait à me manquer. Je serai super content de retrouver les copains. On va encore embarquer pour une autre aventure. J’espère qu’elle sera couronnée de succès.

    Il y aura la CAN dans pas longtemps, sincèrement, fais-tu de cette compétition un objectif ?
    Bien sûr. On ira là-bas jouer nos chances à fond. Nous avons une réputation à défendre. On sait qu’on nous attend de pied ferme. On tâchera de gérer match par match.

    Comment allez-vous faire sans l’effet surprise ?
    On fera sans ça. Je pense que nous avons acquis de l’expérience avec le temps. Là, il y a un bon groupe qui a du caractère et de la personnalité. On cherche à grandir, à progresser. Nous avons nos atouts. On se battra avec le cœur, c’est certain.

    Vous avez placé la barre très haut après la qualification à la Coupe du monde, avez-vous conscience que le peuple sera plus exigeant avec vous lors de cette CAN ?
    C’est son droit. On sait tout ça. Personnellement, on me le fait rappeler au quotidien. Du coup, je ne risque pas de m’endormir sur mes lauriers ! (Rires). Non, on ira pour faire honneur à l’Algérie. Personnellement, j’ai envie de remporter un titre avec la sélection. C’est le rêve de tous les joueurs. Après, il va falloir être patients. Il faut se mettre dans la tête que la concurrence sera rude.

    De la pression ?
    Oui, énormément. Seulement, j’essaye d’en faire fi. L’Algérie était quand même absente lors des deux dernières éditions et puis voilà qu’on met la barre très haut pour cette fois. Ceci va nous motiver encore plus. L’ambition est un bon stimulant.
    Entretien réalisé par Achour Aït Ali

    Lire la suite: http://www.lebuteur.com/en/actualites/halliche-je-retournerai-au-benfica-a-la-fin-de-la-saison#ixzz0akyvai3T

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  6. Artisans de l'ombre Dit :

    Verts : Halliche veut quitter National Madère après le Mondial
    Issam Sahraoui

    Le défenseur international Rafik Halliche veut changer d’air. Il souhaite quitter son club du National Madère (Division une portugaise) à la fin de la saison. « Je me sens bien à National Madère où j’ai gagné une place de titulaire, mais je veux changer d’air », a déclaré Halliche à TSA.

    Halliche est depuis dimanche au Castellet, près de Toulon dans le sud de la France, avec l’équipe nationale pour préparer la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2010 en Angola. « Je ne vais pas partir maintenant parce que la stabilité est importante pour moi, mais je compte le faire après la fin du Mondial », a-t-il ajouté.

    En attendant, Halliche préfère se concentrer sur l’équipe nationale. « Je ne négocierai avec aucun club. Après le Mondial, je déterminera ma prochaine destination », a expliqué l’ancien défenseur central du NAHD.
    27/12/2009 | 17:57 |

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  7. tayeb Dit :

    rafik tu es trop fort tu es l’omme de l’ekipe je te souhaite 1 agreable reussite bravo rafik tayeb d’oran

  8. Artisans de l'ombre Dit :

    الرئيسية | الرياضة
    حليش يشتكي ماديرا إلى روراوة
    2010.01.14
    بعثة الشروق الى لواندا احفيظ فضيل/ بلال وهاب / بشير زمري
    image
    المدافع الجزائري رفيق حليش

    على الرغم من الوجه القوي الذي ظهر به المدافع الجزائري رفيق حليش أمس، إلا أن الذي لا يعرفه الكثير أن الأخير مر بفترة صعبة خلال الأيام القليلة الماضية.

    *
    حيث أنه ظل طوال الوقت يتعرض إلى تهديدات فريقه البرتغالي ماديرا الذي لم يتردد في أن يطلب منه العودة إلى البرتغال سيما بعد الخسارة الأولى للخضر ضد مالاوي والتي رهنت، في رأيهم حظوظ الخضر في مواصلة المشوار الإفريقي .
    *
    ولم يجد حليش من حل آخر سوى الشكوى لرئيس الفاف الذي صرح لنا أمس بأنه طمأن لاعبه كثيرا وأكد له وقوفه بجانبه سيما وأن قوانين الفيفا تحميه، وربما أن هذه التطمينات قد ساهمت في عودة الهدوء إلى ابن باش جراح الذي صنع أمس فوز المنتخب الوطني بتسجيله هدف الانتصار ضد نسور مالي .

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  9. Artisans de l'ombre Dit :

    هدية أحسن لاعب لحليش
    2010.01.13
    بعثة الشروق الى لواندا احفيظ فضيل/ بلال وهاب / بشير زمري
    image
    حليش مدافع و هداف

    اختير رفيق حليش مدافع نادي ناسيونال ماديرا البرتغالي كأحسن لاعب في المباراة التي جمعت منتخبنا الوطني بنظيره المالي أمس .

    *
    وتحصل حليش على هذا اللقب بعد نهاية المباراة مباشرة، وهذا ما جعله يعبر عن فرحته الكبيرة بالفوز المحقق إضافة إلى اعتراف مسؤولي الكاف وسامسونغ بالمستوى الراقي الذي قدمه طيلة أطوار المباراة .

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  10. Artisans de l'ombre Dit :

    Rafik Halliche : « On doit gagner devant l’Angola pour poursuivre notre aventure dans cette CAN »
    14.01.2010 Par : Echourouk/ Hakim Benyahia

    L’auteur de l’unique réalisation des Verts devant le Mali s’est exprimé juste après la fin de la rencontre.

    « Les conditions de la rencontre nous ont aidées à enregistrer une victoire. On a joué à une heure adéquate, et cela nous a permis de faire la différence sur le Mali, et on a remporté les trois points. La rencontre devant l’Angola constituera un tournant, un match qu’on doit impérativement gagner pour poursuivre l’aventure dans cette CAN. »

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  11. Artisans de l'ombre Dit :

    Rabah Saâdane : « Voilà notre réponse à nos détracteurs »
    14.01.2010 Par : Echourouk/ Hakim Benyahia

    Le sélectionneur national Rabah Saâdane a déclaré que la victoire enregistrée par ses protégés devant la sélection Malienne a été la meilleure réponse à toutes les parties qui avaient violemment critiqué les Verts, suite à la défaite surprise qu’ils ont essuyé devant les Malawites, et à ceux qui avaient jugé que le stage effectué au Castelet a été un échec total.
    Saâdane a déclaré, lors de la conférence de presse qui avait suivi le match, que les Verts ont su revenir à leur niveau, avec la grande volonté qui a animée durant la rencontre. Affirmant qu’avec cette victoire, les Verts auront plus de chance de se qualifier au deuxième tour.
    *
    Saâdane a ajouté : « Même si nous avons joué sous une chaleur torride et une humidité élevée, et sur un terrain impraticable, nous avons essayé d’imposer notre système de jeu, à savoir les petites passes, et Dieu merci, nous avons réussi à enregistrer une victoire importante, grâce à notre analyse de la tactique de l’adversaire, à savoir ses points forts et ses points faibles. »
    *
    *
    Le sélectionneur national a affirmé que le but de la rencontre était venu suite à une balle arrêtée indirecte, un domaine dans lequel les Verts excellent. Indiquant que la prochaine rencontre sera décisive pour les Verts, et à cet effet, il a fait la promesse que ses joueurs ne vont pas lésiner sur leurs efforts afin de réaliser une victoire, et ce pour poursuivre l’aventure. Il a affirmé que le temps qui sépare le 2eme match du troisième sera suffisant pour lui pour effectuer une bonne préparation.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  12. lina et melissa Dit :

    bravo tu es le meilleur

  13. Artisans de l'ombre Dit :

    Sa valeur est estimée à 3 millions d’Euros Le PSG, Monaco, Lille, l’Atletico Madrid et le FC Séville s’intéressent à Halliche
    Selon des sources médiatiques, on croit savoir que plusieurs grands clubs européens suivent de très près Rafik Halliche dont la valeur est estimée à 3 millions d’euros. Trois clubs français, le PSG, Monaco et Lille, ainsi que deux de la Liga espagnole, l’Atletico Madrid et le FC Séville, sont intéressés par les services du défenseur axial des Verts. Des émissaires des clubs cités sont, selon les mêmes sources, en Angola pour éventuellement établir des contacts avec le joueur Halliche. À en croire ces mêmes sources, Le FC Séville, sixième au classement général de la Liga, porte aussi un grand intérêt au recrutement du milieu de terrain des Verts, Karim Ziani en l’occurrence.

    F. H.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  14. amina Dit :

    salu rafik tes vraiment un tres bon joueurs et ta bien jouer contre le mali mes sa ne fait rien
    le pinati pasque nous on jouer avec l’egypte et on aganier au soudan et avec e on monter au coupe d’afrique

  15. rima Dit :

    slt Rafik,malgré que je ne te connait pa assez mais je t’es bien aimer en tt les cas malgré ke khsérna mé chmayét ta3 lé egyptiens dawha djifa et tt le monde sait ça alor pour moi hna li dinaha et non eux,pour moi la veritable victoire c’etait bien celle de khertoum.kiss

  16. rima Dit :

    oh jai oublié de te dire que mon amie intime est amoureuse de toi,hablétni 3lik ,terkoud w tnoud bik ……………
    byy

  17. ikram Dit :

    good luck à rafik halliche je dis à tous le peuple algerien quelque soit les résultats de notre équipe national il fallait d’etre à coté de lui…………..c tous mercie

  18. sousou Dit :

    vous un grand joueur halich

  19. nouha Dit :

    haliche vuos etes unn très bon joueur

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...