RSS

Fiche de l’Algérie Tombeur des Pharaons

5 décembre 2009

Non classé

Mondial-2010 – Tirage au sort: Fiche de l’Algérie


Fiche de l’Algérie

  •    Participations en Coupe du monde: 3 (1982, 1986, 2010)

  •    Meilleur résultat en Coupe du monde: Premier tour  

  •    Classement Fifa au 20/11/2009: 28e

  •    Equipe type de l’Algérie: Chaouchi -, Bougherra, A. Yahia, Halliche, Belhadj – Saïfi, Mansouri (cap), Meghni, Yebda, Ziani – Ghezzal

  •    Sélectionneur: Rabah Saâdane (ALG)

  •    Meilleur buteur de l’Algérie en qualifications du Mondial-2010: Rafik Saïfi (3 buts)

  • Ennahar

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

8 Réponses à “Fiche de l’Algérie Tombeur des Pharaons”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    SAIFI : «Prêt à rencontrer Lacen en France et lui donner un coup de main»

    PUBLIE LE : 21-12-2009 | 00:00 | PAR Rachid B.

    «De nouveaux joueurs ont intégré l’équipe auparavant sans qu’il y ait tout ce bruit. Alors pourquoi toutes ce brouhaha pour la venue de Lacen»

    Le plus ancien joueur de l’EN s’est prononcé sur le cas du joueur de Racing Santander qui a fait couler beaucoup d’encre. Tout en s’étonnant de tout ce bruit qui a entouré l’affaire Lacen, Rafik Saïfi s’est montré prêt à discuter avec lui et le conseiller lors du prochain stage des Verts au Castelet (France) à partir du 27 du mois en cours. L’ancien merlu n’a pas oublié de parler sur son ancienne équipe, le Mouloudia d’Alger, à laquelle il reste toujours un fidèle supporteur.

    *
    Bonjour Rafik, comment allez-vous ?
    Bien. Je ne vous cache pas que je vis toujours avec cette sensation de joie après notre qualification au Mondial. Je continue à recevoir des félicitations, que ce soit des Qataris ou des Algériens, là où je me déplace. Dieu merci, on est fiers de notre algérianité et de l’exploit que nous avons réalisé.
    *
    Suivez-vous l’actualité de votre ancien club en Algérie, le MCA ?
    Le Mouloudia coule dans mon sang. C’est pourquoi je ne rate jamais l’occasion d’avoir des nouvelles de mon club préféré soit sur internet, soit à travers les chaînes de télévision. Je sais qu’il a battu l’USMH sur le score de 2 à 1 et les noms des buteurs, même si je n’avais pas l’occasion de suivre le match en direct à cause de mes engagements avec mon club Al Khor.
    *
    Que pensez-vous de son parcours ?
    Vous ne pouvez imaginer ma joie quant aux résultats enregistrés par le Mouloudia. Je sais que le club a fait confiance à de jeunes éléments et opté pour une nouvelle politique qui a donné ses fruits. Il n’est pas évident de concurrencer des équipes qui possèdent des joueurs expérimentés comme l’ESS. J’espère qu’on va continuer sur cette lancée. Le titre de champion d’hiver n’est pas le plus important, mais il faut qu’on gagne celui du championnat auquel on n’a pas gouté depuis neuf ans.
    *
    Vous parlez comme si vous faisiez partie de l’effectif du Doyen…
    Même si je ne fais plus partie de l’effectif du Mouloudia, je reste un fervent supporteur de ce club au sein duquel je me suis fait un nom et qui m’a ouvert les portes du professionnalisme. Je n’oublierai jamais les bons moments passés en son sein. Le championnat qu’on a gagné en 1999 reste l’un de mes meilleurs souvenirs de toute ma carrière. C’est un titre qui est survenu après de longues années de disette. C’est ce qui explique cette grande joie qui a envahi nos supporters que je salue au passage.
    *
    Comment expliquez-vous ces bons résultats de la saison actuelle comparativement aux années précédentes ?
    Je crois que les dirigeants ont bien retenu la leçon. Le recrutement a été bien étudié en visant des éléments de qualité et selon les besoins de l’équipe. Quand vous voyez le rendement de Zemmamouche, Derrag et Attafen, vous vous rendez compte de la qualité du recrutement, alors qu’avant la direction a libéré plusieurs joueurs en les remplaçant par d’autres d’éléments nouveaux. Cette façon de faire a complètement perturbé l’équipe, elle lui a fait même perdre son équilibre. Ce qui m’a plu cette saison, c’est cette solidarité entre les joueurs. Ce qui m’a agréablement surpris, c’est la jeunesse de l’effectif qui est animé d’une grande volonté en préservant l’état d’esprit du groupe après le départ d’Alain Michel et son remplacement par Bracci.
    *
    Vous semblez bien au fait de l’actualité du Mouloudia…
    Je suis naturellement au courant de tout ce qui touche au club comme n’importe quel supporter.
    *
    Et quels sont les joueurs qui ont attiré votre attention ?
    La force de l’équipe réside dans le groupe. Quand ça marche bien, cela se répercute positivement sur le rendement de tous les joueurs. Cela ne m’empêche pas de vanter le niveau de Babouche qui justifie sa convocation en équipe nationale. Bouguèche joue un rôle prépondérant dans le groupe, alors qu’il a failli être libéré la saison passée. Zemmamouche, Derrag, Attafen, Coulibaly, et même les jeunes joueurs comme Koudri et Bouchama, ont montré de bonnes qualités physiques et techniques.
    *
    Croyez-vous que les Mouloudéens soient capables de gagner le titre de champion cette saison ?
    Il faut attendre la mise à jour du calendrier et le déroulement de la rencontre contre l’ESS pour évaluer la phase aller et déterminer avec précision l’objectif de l’équipe. Mais je sens que c’est de bon augure. Nous possédons une équipe respectable. Je dirai plutôt maranach m’lah. A l’instar de tous les supporters, j’espère de tout mon cœur que le Mouloudia gagne le titre de champion après neuf ans de celui auquel j’ai participé en 99.
    *
    Ne pensez-vous que le parcours du Mouloudia soit similaire à celui de la saison 98-99 ?
    Lors de cette saison, nous n’avions perdu qu’un seul match tout au long de la saison. Actuellement, l’équipe est sur la même voie puisqu’elle n’a enregistré qu’une seule défaite contre le WAT. Celle contre le CABBA n’a pas été concédée sur le terrain. Je crois qu’il y a beaucoup de similitudes entre le Mouloudia de 99 et celui de l’exercice en cours. Ce qui nous permis d’entrevoir l’avenir sous de bons auspices. L’odeur de 99 est de retour.
    *
    Nous avons appris que vous avez aidé Zemmamouche à se fondre dans le groupe à Khartoum puisqu’il ne connaît pas tous les joueurs professionnels…
    J’étais content pour sa venue en équipe nationale et je crois qu’il le mérite vu son rendement avec le Mouloudia. Les bons résultats de son club l’ont, aidé ainsi que Babouche, à s’illustrer et gagner une place en équipe nationale. Zemmamouche, ou un autre, n’a pas besoin de mon aide pour s’adapter au groupe de l’EN, nous formons une même famille, et il y a une solidarité entre les joueurs professionnels et les locaux. N’importe quel joueur qui intègre le groupe ne trouvera aucune difficulté pour se fondre dans le groupe.
    *
    En votre qualité du plus ancien élément de l’EN, nous voulons connaître votre avis sur le cas Lacen qui a fait couler beaucoup d’encre dernièrement…
    Personnellement, je n’ai pas compris pourquoi tout ce grand bruit autour de Mehdi Lacen, alors que tout est clair. Lacen n’est ni le premier ni le dernier joueur à intégrer l’équipe nationale. Tout est clair sur le plan technique, cela relève des prérogatives de l’entraîneur Rabah Saâdane, seul habilité à convoquer qui il veut. Il est le plus proche de l’équipe et des joueurs. Maintenant s’il juge que Lacen doit être avec les Verts qu’il soit le bienvenu car l’intérêt de la sélection est plus important.
    *
    Vous êtes donc pour la venue de Lacen en équipe nationale…
    Je vais être plus clair. Nous les joueurs, nous n’avons pas le droit de nous immiscer dans un domaine qui n’est pas le nôtre en prenant position pour la venue ou non de tel ou tel joueur. Il y a un staff technique en place et une fédération que nous devons respecter. De nouveaux joueurs ont intégré l’équipe auparavant sans qu’il y ait tout ce tapage. Alors pourquoi toute ce brouhaha pour la venue de Lacen ?
    *
    Mais il n’est pas retenu pour la CAN, qu’en pensez-vous ?
    Croyez-moi, je ne connais pas les véritables raisons de sa non-venue. J’ai lu dans la presse qu’un problème personnel l’empêche de venir. Ce sont des choses qui me dépassent en tant que joueur et je ne veux pas intervenir d’une façon directe. J’ai toujours dit, et ce depuis quatre ans, bienvenue à n’importe quel joueur susceptible d’apporter un plus à l’EN.
    *
    Nous avons appris à cet effet que Lacen compte vous rendre visite au Castelet pour discuter avec vous et certains joueurs sur son avenir au sein de l’équipe nationale…
    Si Lacen veut discuter avec moi ou un autre joueur, il est le bienvenu, je suis prêt à l’aider et le conseiller vu ma longue expérience avec les Verts. Je n’ai pas le droit de refuser mon aide à un citoyen algérien.
    *
    Seriez-vous présent au stage des Verts en France ?
    Oui, de ce côté, je n’ai aucun problème. Je me suis entendu dès le début avec mon club sur la question des stages et des matches de l’EN. Je serai donc le 27 en France, c’est-à-dire le premier jour du stage de l’EN.
    *
    A quelques jours du début de la CAN, comment voyez-vous les chances de l’Algérie dans cette compétition ?
    Ce qui est sûr, c’est que la mission ne sera pas facile comme le croient certains. On ne veut pas mentir au peuple algérien en lui promettant le trophée. Une année seulement en arrière, beaucoup de gens ne songeaient qu’à la qualification en Coupe d’Afrique après une absence de deux éditions de suite. Aujourd’hui, Dieu merci, on est qualifiés en Coupe d’Afrique et en Coupe du monde, c’est un exploit historique pour le football algérien.
    *
    Mais vous êtes appelés à honorer votre statut de mondialiste et vous qualifiez au moins au deuxième tour à Angola, n’est-ce pas ?
    Et qui a dit que nous allons en Angola pour faire du tourisme ou de la figuration ? Bien au contraire, nous allons défendre nos chances avec toutes nos forces pour aller le plus loin possible dans cette compétition. Il faut bien sûr gérer nos matches du groupe et respecter tous nos adversaires, y compris le Malawi, afin de se qualifier au prochain tour. Au-delà de ce tour tout est possible puisque ça jouera sur un seul match.
    *
    Assisterez-vous à la cérémonie du Ballon d’Or organisée par Le Buteur et El Heddaf demain lundi (entretien réalisé hier) ?
    Je vous remercie pour l’invitation que vous m’avez adressée, d’autant plus que je suis le tenant de ce valeureux titre. J’ai fait tout mon possible pour être présent à cette fête grandiose qui reste un événement exceptionnel en Algérie, malheureusement mes engagements avec mon club Al Khor m’empêchent de rentrer au pays ce lundi.
    *
    Quel est le joueur que vous voyez le mieux placé pour gagner le Ballon d’Or cette année ?
    Je ne peux préférer un joueur au détriment d’un autre, car tous les nominés méritent ce titre puisqu’ils ont participé activement dans la qualification de notre équipe nationale en Coupe d’Afrique et Coupe du monde. Quel que soit le nom du lauréat, je le félicite à l’avance.
    Entretien réalisé par
    Rachid B.

    Saïfi honoré pour ses qualités morales au Qatar
    Rafik Saïfi est en train de planer depuis quelques semaines. En plus d’avoir dressé les Pharaons en se qualifiant pour la Coupe du monde 2010, le Ballon d’Or algérien de l’année dernière vient d’être décoré à Doha (Qatar) pour ses qualités de footballeur certes, mais aussi pour ses qualités morales. En effet, les dirigeants du club d’Al Khour, dans lequel évolue l’international algérien, se sont joints à la communauté algérienne résidant au Qatar pour honorer Rafik Saïfi. Quoi de mieux honorable pour les parents d’un joueur de voir récompensés les efforts de l’éducation qu’ils ont donnée à leur fils. Félicitations à Rafik, mais aussi et surtout à son papa et sa maman !

    Lire la suite: http://www.lebuteur.com/en/actualites/saifi-pret-a-rencontrer-lacen-en-france-et-lui-donner-un-coup-de-main#ixzz0aJX6RC9l

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  2. Artisans de l'ombre Dit :

    Zidan : «Malgré notre désir de revanche, on ne souhaite pas rencontrer l’Algérie»

    PUBLIE LE : 21-12-2009 | 00:00 | PAR in EParena.com

    «Je n’aimerais pas affronter une équipe algérienne à l’avenir à cause des problèmes qui se ont produits.»

    Dans une interview accordée à une chaîne allemande et reprise par le site EParena.com, le centre avant égyptien du Borussia Dortmund évoque la possibilité de revenir à la sélection égyptienne en perspective de la CAN. Il est aussi revenu sur l’historique match d’Oum Dorman.

    *
    Quelle est la nature de la blessure que vous avez contractée face à Wolfsburg ?
    Dieu merci, je n’ai rien de grave. Mon état de santé s’améliore. J’ai pu prendre part aux entraînements avec le groupe. J’ai fait un footing d’une demi-heure.
    *
    Cela veut dire que vous allez prendre part au prochain match contre Fribourg ?
    Je souhaiterai m’améliorer et être à 100% de mes moyens d’ici le match. Comme vous savez j’étais une pièce maîtresse dans l’échiquier de l’équipe. J’ai un rôle important durant les matchs que nous avons gagné dernièrement. Malheureusement, je n’ai pas pu jouer celui de samedi passé. Même si je me sentais prêt à jouer, j’ai préféré ne pas prendre de risque.
    *
    Vous allez quitter votre équipe puisque vous devez rejoindre la sélection égyptienne pour participer à la CAN. N’avez-vous pas peur pour votre avenir avec Dortmund ?
    Les choses ne sont pas aussi faciles pour moi, car je suis un élément important dans cette équipe du Borussia. J’aurais aimé prendre part au stage d’Espagne. Mais l’Egypte qui devra défendre son trophée en Angola a aussi grandement besoin de mes services. On ambitionne à glaner un troisième trophée consécutif. J’avoue que je me trouve dans l’embarras, car je dois faire le choix entre mon équipe Dortmund et la sélection égyptienne qui représente beaucoup pour moi, surtout qu’on aura comme objectif de rendre le sourire à nos supporters après cette élimination au goût amer face à l’Algérie pour le Mondial sud- africain. On veut aussi se remettre en confiance et oublier ce qui s’est passé face à l’Algérie.
    *
    Quelles en sont les chances de l’Egypte dans un groupe qui renferme aussi le Nigeria, le Mozambique et le Bénin ?
    Il est clair que le début du tournoi sera révélateur pour nous. Si on arrive à réaliser de bons résultats durant ce premier tour, on montera en puissance par la suite, car on aura gagné en confiance et en volonté. Je pense que l’adversité battra son plein durant cette CAN qui arrive quelques mois seulement avant le Mondial. Les grandes équipes de ce continent seront fin prêtes pour cette CAN pour préparer la Coupe du monde. Elles donneront le meilleur d’elles-mêmes au cours de cette Coupe d’Afrique. Cela toutefois ne nous empêchera pas de réaliser notre rêve, celui de remporter une troisième coupe d’affilée.
    *
    Parlez-nous de cette double confrontation entre l’Egypte et l’Algérie et les incidents survenus au Caire et à Khartoum ?
    C’est le destin. Chaque joueur de la sélection égyptienne s’est donné à fond durant ces éliminatoires. On a réussi à battre l’Algérie au Caire sur un score de deux buts à zéro. Mais au Soudan, la chance nous a tourné le dos. On a commis une seule erreur en défense que les Algériens ont su concrétiser par un but grâce à leur seule action offensive. Par contre, on a dominé la majeure partie de la rencontre notamment en seconde période. Mais on n’a pas réussi à mettre dedans les nombres occasions que nous avons créées. En tous les cas, on s’est surpassés et on est bien sur le plan moral pour aborder ce défi en Angola. Ces deux mois qui séparent le match du Soudan de la CAN nous seront utiles afin qu’on fasse le vide autour de nous et préparer comme il se doit la Coupe d’Afrique.
    *
    On sent que vous avez la gorge nouée en évoquant ce match. Etes-vous encore sous le coup de la déception ?
    J’étais extrêmement déçu. J’ai dû rester isolé pendant une semaine en pensant à ce qui nous est arrivé au Soudan. Mais c’est ça le football. Il y a un vainqueur et un vaincu. Il faut maintenant voir vers l’avant. Je joue dans un grand championnat et sous les couleurs d’un grand club. C’est mon unique consolation.
    *
    Cette confrontation entre l’Algérie et l’Egypte a pris une autre tournure. Comment avez-vous vécu cette période ?
    On a tout fait pour éviter ça. Mais les choses ont pris une autre tournure. C’est comme si on a pris part à une guerre, pas à un match de football, que ce soit au Caire ou au Soudan. A mon avis, le climat était malsain pour qu’on puisse jouer au foot. On a entendu toutes sortes d’histoires de part et d’autre. On ne savait même pas qui croire. Je crois qu’il ne serait plus facile qu’on assiste à un match de football entre ces deux parties que ce soit entre pays ou clubs.
    *
    Il se pourrait que l’Egypte affronterait l’Algérie en Angola ?
    Je ne le souhaite pas. Je ne pense pas qu’il y aurait un joueur parmi la sélection égyptienne qui voudrait affronter une autre fois l’Algérie et ce, malgré notre désir de revanche. Personnellement, je n’aimerais pas affronter une équipe algérienne à l’avenir à cause des problèmes qui se ont produits.
    Entretien réalisé
    in EParena.com

    Il pourrait rater la CAN
    Dans une forme éblouissante sous les couleurs du Borussia Dortmund, Mohamed Zidan pourrait bien rater la CAN du moment que son entraîneur Jorgen Klop compte beaucoup sur ses services pour cette phase retour du championnat allemand. Si l’attaquant égyptien décide de renoncer à la CAN, il risque de faire exploser une bombe au sein de l’opinion sportive égyptienne, lui qui n’est pas à sa première avec les Pharaons puisqu’il a déjà raté le match officiel face à la Zambie avant que Zaher ne le récupère à la veille du match face à l’Algérie. Il faut dire que le joueur semble avoir deux choix. Intégrer l’Egypte pour la CAN et gagner l’estime des égyptiens ou rester à Dortmund et faire plaisir à son entraîneur qui, en cas d’absence, risque de lui réserver encore une fois le banc de touche. En tous les cas, si Shehata patiente encore, l’équipe Dortmund attend par contre la décision du joueur dans les plus brefs délais. ­­

    Lire la suite: http://www.lebuteur.com/en/actualites/zidan-malgre-notre-desir-de-revanche-on-ne-souhaite-pas-rencontrer-lalgerie#ixzz0aJYL9GWY

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  3. Artisans de l'ombre Dit :

    Julien Lopez est l’un des meilleurs joueurs algériens !

    PUBLIE LE : 21-12-2009 | 00:00 | PAR Nacym Djender

    Frantz Fanon et Maurice Audin sont morts pour une Algérie libre !

    Rabah Saâdane a signifié clairement que les portes de l’EN seront ouvertes à tous les joueurs algériens quelle que soit la consonance de leur patronyme. Même s’il refuse exprès, pour l’instant, d’évoquer clairement le nom de Michael Fabre, le gardien de but de Clermont Foot, Saâdane donne quelques indications sur les projets d’avenir de l’équipe d’Algérie, en matière de recrues. Lors de la conférence de presse de jeudi dernier, le patron des Verts s’était attardé quelque peu sur le sujet, mais sans être précis.
    Il fallait lire entre les mots pour comprendre ses réelles intentions.

    Frantz Fanon et Maurice Audin sont morts pour une Algérie libre !
    Aujourd’hui, il y va un peu plus franco, en affirmant aux yeux de tous les réticents, que l’Algérie a été libérée aussi par des étrangers, comme Frantz Fanon, Maurice Audin, Pierre Cholet et tant d’autres, et que les gamins issus de l’union de compatriotes avec des conjoints étrangers, quelles que soient leur couleur de peau, leur origine, leur religion et la consonance de leur nom, auront les mêmes chances que les Algériens de souche. Seul le talent fera la différence entre les uns et les autres. Saâdane en parle toujours avec ferveur, presque nerveusement. Comme s’il voulait convaincre les nationalistes que l’Algérie doit s’ouvrir à cette voie que son destin lui met entre les yeux.

    Lopez Baïla est l’un des meilleurs Algériens !
    Saâdane a déjà donné une indication très claire dans ce sens et semble préparer le terrain à un gardien de but avec le même profil. Jeudi passé, il avait parlé de Si Mohamed Cédric, le gardien de but de la JSMB. Mais il voulait sans doute qu’on intègre dans son idée l’éventualité de l’arrivée dans sa liste pour le Mondial, de l’autre gardien de but de Clermont Foot, Michael Fabre. C’est en tous cas, une des lectures qu’on peut faire du remplacement de Nassim Ousserir par Zemmamouche. L’un et l’autre n’ayant jamais joué aucune minute chez les Verts. Il lui sera donc très facile de mettre Fabre en troisième position, derrière Gaouaoui et Chaouchi. Que ceux qui sont choqués par la venue de ces «moitiés d’Algériens» s’inspirent de ce jeune joueur de Montpellier qui vient de servir son pays en Coupe du monde chez les U17 et qui répond au doux nom de… Julien Yves Rémi Lopez Baïla. Il était tout simplement l’un des meilleurs Algériens durant cette Coupe du monde dans laquelle il a défendu vaillamment le drapeau de son pays, l’Algérie. Que ceux qui ne le savent pas encore fassent une bonne mise à jour de leur disque dur, pour se préparer à tous ces changements que nous prépare l’année 2010 !

    Nacym Djender

    Lire la suite: http://www.lebuteur.com/en/actualites/julien-lopez-est-lun-des-meilleurs-joueurs-algeriens#ixzz0aJYeEcEe

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  4. Artisans de l'ombre Dit :

    Mostafa Bakri reconnaît l’attaque du bus algérien au Caire

    PUBLIE LE : 21-12-2009 | 00:00 | PAR LE BUTEUR

    «Ceux qui ont insulté les Algériens doivent rendre des comptes»
    27 personnes auraient été arrêtées après l’attaque du bus algérien
    27 personnes auraient été arrêtées après l’attaque du bus algérien

    Mostafa Bakri, membre de l’Assemblée nationale égyptienne, a reconnu lors d’une émission de télévision intitulée «Droit de réponse», diffusée sur les ondes de la chaîne El Hayet 2, l’implication de la partie égyptienne dans l’attaque du bus qui transportait la sélection algérienne, lors du match retour comptant pour les qualifications combinées de la CAN et de la Coupe du monde. Pour le député, ce n’est pas l’attaque en soi qui avait mis le feu aux poudres, mais beaucoup plus la réaction des médias et de certains responsables qui avaient mis sur le dos de la partie algérienne le bus algérien cassé en accusant les Algériens d’avoir inventé toute l’histoire de l’agression de Halliche et de Lemmouchia. Le député a par ailleurs accusé le gouvernement de son pays d’avoir mal engagé l’organisation du match d’appui au Soudan, au moment où l’Algérie avait pris toutes les précautions dans l’organisation du voyage de ses supporters au Soudan

    «Ceux qui ont insulté les Algériens doivent rendre des comptes»
    Le député égyptien est revenu lors de la même émission sur le comportement de certains journalistes et présentateurs d’émission, ainsi que des responsables du football égyptien qui, selon Mostafa Bakri, ont dépassé la ligne rouge en qualifiant le pays du million et demi de martyrs en pays de «million de bâtards». Il a demandé à ce que ces personnes soient traduites devant la justice. «La réaction du peuple algérien est compréhensible au vu de ce que certains médias ont permis de laisser passer lors des émissions en rapport avec les événements qui ont précédé le match Egypte-Algérie», aurait dit en substance le député.

    27 personnes auraient été arrêtées après l’attaque du bus algérien
    Ce qu’on apprend de la bouche même du député Mostefa Bakri, lors de cette émission, c’est l’arrestation de 27 personnes par la police égyptienne. Cette information donnée par un député égyptien est de taille, surtout si elle est donnée par un législateur, un homme politique égyptien. Ces 27 personnes qui auraient été mis en garde à vue puis libérées n’ont à aucun moment été signalées par les médias égyptiens, pour ne pas se contredire, car dans l’affaire, autant les télévisions d’Egypte que les responsables du foot du même pays avaient accusé les Algériens d’avoir inventé cette histoire de bus saccagé et de joueurs blessés par des projectiles.

    Lire la suite: http://www.lebuteur.com/en/actualites/mostafa-bakri-reconnait-lattaque-du-bus-algerien-au-caire#ixzz0aJZ7VPFg

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  5. Artisans de l'ombre Dit :

    Saâdane : «Je quitte l’EN après le Mondial»
    Saâdane et notre journaliste Asma H.A.

    Date : 21-12-2009/9h22
    Réalisé par : Asma H. A.

    Dans cette première partie de l’entretien que nous a accordé Rabah Saâdane à Tunis, le coach national évoque d’abord les nouvelles règles du jeu qu’il évoquera avec ses éléments en France, en prévision de la CAN et la Coupe du monde. Pour le coach des Verts, il est impératif de repartir sur de nouvelles bases et de tout éclaircir avant l’entame de ces deux importantes compétitions. Rabah Saâdane nous confie aussi que l’EN changera sa manière de jouer qui, jusque-là, était axé sur la vitesse et le jeu rapide et cela en raison des conditions climatiques en Angola.

    Enfin, il affirme qu’il continue à suivre de très près les éléments susceptibles de renforcer les Verts après le Mondial, vu que certains joueurs prendront leur retraite internationale au vu de leur âge. La deuxième partie de l’interview, vous la découvrirez demain dans notre édition où le sélectionneur national parlera clairement du schéma tactique qu’il compte adopter à Luanda.

    - Les choses sérieuses commencent samedi avec un stage de 10 jours en France. Pouvez-vous nous dire en quoi consistera exactement ce regroupement ?
    - D’abord, il faut savoir que les choses sérieuses ne se sont jamais arrêtées pour nous, d’autant plus que nous ne sommes du tout reposés après ces deux années durant les éliminatoires pour la CAN et l Coupe du monde. Donc, nous sommes vraiment saturés. Pour ce qui est du stage précompétitif pour la Coupe d’Afrique du 26 décembre au 6 janvier, il sera décomposé en deux parties : la première du 26 au 30 décembre et elle sera consacrée à la régénération sur le plan technique, ainsi qu’à l’évaluation médicale, physique et physiologique des joueurs. Sur le plan organisationnel et vu que nous entamons une nouvelle phase, et bien on parlera des objectifs techniques et du nouveau règlement intérieur, puisque le précédent n’était pas complet.
    Ah bon, un nouveau règlement intérieur ?
    - Tout à fait, et vu que le président de la fédération sera avec nous, on expliquera aux joueurs la ligne de conduite de l’équipe nationale, du moment que le statut de l’EN a évolué. Le but de cela, c’est bien évidemment de travailler dans une totale transparence et avoir une discipline dans la vie de tout le monde, que ce soit pour nous staff technique ou pour les joueurs. Il faut savoir qu’il y a aussi des droits et des devoirs et donc, M. Raouraoua évoquera le nouveau barème des primes qui sera pris en considération lors de la CAN et de la Coupe du monde. Durant le stage en France, le président exposera tout ça. Nous sommes en Coupe d’Afrique et en Coupe du monde et on veut repartir sur des bases solides, c’est pour cette raison qu’on exposera aux joueurs les règles du jeu de ces deux importantes compétitions.
    - Et pour ce qui est de la deuxième phase ?
    - Et bien, celle-ci débutera le 1er janvier jusqu’au 6 et elle sera consacrée à la préparation de la première rencontre qu’on disputera face au Malawi. Vu qu’on entamera le vrai travail le 1er janvier, je considère qu’on n’a pas le temps de faire un match amical car il faudra durant ces six jours connaître et bien décortiquer le Malawi, avoir une idée précise sur l’état de forme des joueurs et surtout dégager l’équipe qui jouera ce premier match. En fait, j’estime tout simplement que nous avons d’autres priorités que de disputer une rencontre amicale durant ce stage.
    - Après l’autocritique que vous avez faite à la suite de cette qualification, quelles seront les choses à améliorer avant cette CAN ?
    - Le gros de mon travail lors de ce stage en France sera d’améliorer l’aspect offensif, puisque je demanderai plus de maîtrise dans le jeu, essayer de rester concentrés afin de conserver le plus longtemps possible le ballon, d’autant plus que le climat ne va pas nous avantager à Luanda avec la chaleur et surtout un taux d’humidité qui sera très important. Donc, améliorer notre jeu collectif sera le principal thème de travail qu’on développera avant la CAN, surtout qu’on ne dispose pas de beaucoup de temps avant la Coupe du monde. Il est donc impératif de stabiliser l’équipe en améliorant notre jeu collectif.
    - Sur le plan personnel, quelles sont les erreurs que vous éviterez à l’avenir ?
    - Vous savez, j’ai toujours dit que je suis un être humain et comme tout le monde, je peux me tromper. Mais bon, pour ce qui est des erreurs, je préfère les garder pour moi, ainsi que certaines remarques que je ferai à mes joueurs en France. Mais une chose est certaine, avec tout mon staff, on essaye d’être le plus objectif possible. Vous savez, plus on avance et plus ça devient difficile. A présent, on n’est plus une équipe méconnue comme on l’était au début de ces éliminatoires. Maintenant, nous sommes attendus par tout le monde et il faudra gérer cette nouvelle donne, que ce soit pour nous staff technique ou pour les joueurs, car l’effet surprise n’existe plus. Nous faisons partie des 32 meilleures nations dans le monde et tout le monde devra faire plus d’efforts, et moi en premier. Comme on dit, c’est facile d’être en haut de la fiche, mais ce qui est dur c’est d’y rester, même si je pense que nous avons tout à fait les moyens pour faire encore de bons résultats. Mais permettez-moi de préciser une chose…
    - Oui, allez-y…
    - Il y a une chose qui est importante, c’est de maintenir tout ce qui a été fait jusque-là pour être encore présents lors des deux prochaines CAN et la Coupe du monde au Brésil en 2014. C’est pour cette raison, d’ailleurs, que nous réfléchissons sur des nouveaux éléments, vu que certains joueurs sont dépassés par l’âge et ne feront plus partie de l’effectif après le Mondial. Ça se fera certainement sans moi, car il est clair que je partirai après le Mondial en tant que sélectionneur, mais je resterai pour aider car je dois vous avouer, que je suis claqué. On dit qu’il ne faut pas dépasser quatre ans en sélection, mais je pense qu’en Afrique, il ne faut pas rester plus de deux ans à la tête d’une équipe nationale.
    - Revenons à l’humidité, on a vu les joueurs étouffer au Liberia en seconde période, allez-vous leur demander de gérer leurs efforts en Angola ?
    - En fait, c’est très simple : Il faudra tout simplement jouer sur un autre rythme qui n’est pas du tout le nôtre, puisque nous sommes connus pour développer un jeu vif et rapide. Donc, il est clair qu’on changera complètement notre façon de jouer à ce niveau-là, tout en essayant de gérer les matchs dans des conditions de jeu extérieures complètement différentes à celles de l’Europe et de l’Afrique du Nord. Sur le plan technique, cela voudra dire qu’il faudra savoir garder collectivement le ballon. Savoir geler le jeu et jouer lentement afin de gérer les capacités physiques. Donc, c’est ce travail qu’on entamera début janvier. Comme vous venez le dire, les conditions climatiques sont semblables à celles du Liberia et de la Gambie où nous avions souffert. A l’époque, on ne savait pas gérer, mais là, il faudra apprendre à le faire si on veut prétendre à de meilleurs résultats sans pour autant mettre la pression sur mes joueurs.
    Asma H. A.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  6. Artisans de l'ombre Dit :

    De l’autre côté de la mer : Allez les Verts avec ou sans Lacen !

    PUBLIE LE : 21-12-2009 | 00:00 | PAR Gonçal Pérez

    Les journaux algériens semblent avoir une bizarre manie de s’auto-flageller en inventant des problèmes qui n’existent pas.

    En passant quelques jours dans votre pays pour m’associer à la fête du Ballon d’or algérien qu’organisent Le Buteur et El Heddaf, j’ai remarqué que les journaux algériens, spécialisés ou pas, semblent avoir une bizarre manie de s’auto-flageller en inventant des problèmes qui n’existent pas.
    Dans un moment d’extase (j’ai vu les images des défilés de novembre) suite à la qualification de l’Algérie à une Coupe du monde après 24 ans d’absence, l’épicentre de l’information se trouve à Santander, un port certes très beau au nord de l’Espagne et au bord de la mer Cantabre. Je n’arrive pas à comprendre qu’on ne parle plus du match épique de Khartoum ni de celui du Caire, encore moins du but venu d’ailleurs de Anthar Yahia et de la bravoure de Halliche. Je ne comprends pas pourquoi on ne parle pas du capital engrangé de ces éliminatoires, à savoir ce merveilleux groupe qui laisse souvent son cœur sur le terrain pour se concentrer sur Mehdi Lacen et le Racing de Santander. En arrivant à Alger, je m’attendais à voir les unes des journaux avec les photos de Yahia, Matmour, Halliche, Saïfi ou tout simplement de toute cette brave équipe d’Algérie, et je trouve la tête de Lacen partout. Un joueur qui est en train de faire son chemin en Liga, mais qui, ne l’oublions pas, n’a encore jamais joué pour l’équipe d’Algérie et qu’il ne le fera pas de sitôt. Ne serait-il pas plus sage de soutenir ceux qui seront là en Angola, de fermer la parenthèse Lacen, pour ensuite la rouvrir en février ? Ce serait en tout cas la meilleure manière de ne pas mettre la pression sur les Verts. Allez les Verts avec ou sans Lacen !
    Par Gonçal Pérez, Barcelone

    Lire la suite: http://www.lebuteur.com/foot-en-vrac/actualites/de-lautre-cote-de-la-mer-allez-les-verts-avec-ou-sans-lacen#ixzz0aLTgKJAs

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  7. Artisans de l'ombre Dit :

    La FIFA loue la progression de l’Algérie

    PUBLIE LE : 21-12-2009 | 00:00 | PAR In fifa.com

    Trente rencontres ont été prises en compte pour la dernière parution du classement mondial FIFA/Coca-Cola de l’année 2009.

    Trente rencontres ont été prises en compte pour la dernière parution du classement mondial FIFA/Coca-Cola de l’année 2009. Le trio de tête reste inchangé : l’Espagne devance toujours le Brésil et les Pays-Bas. Ainsi, la Furia Roja décroche de nouveau le titre d’«Equipe de l’année».
    Son bilan 2009 est édifiant : 15 victoires pour une seule défaite subie face aux États-Unis en Coupe des Confédérations de la FIFA. En revanche, deux formations obtiennent cette année le titre de «Meilleure progression de l’année», à commencer par le Brésil, qui a glané pas moins de 322 points en 2009. Premier des qualifiés sud-américains pour la Coupe du monde de la FIFA 2010 et vainqueur de la Coupe des Confédérations de la FIFA 2009, le Brésil, qui occupait «seulement» la cinquième place du classement mondial en début d’année, talonne désormais le champion d’Europe espagnol. L’Algérie, qui s’est récemment qualifiée pour le Mondial sud-africain, a progressé de 38 places en l’espace d’un an et se retrouve désormais en 26e position. Les Fennecs n’avaient plus été à pareille position depuis 1993. Derrière, on retrouve la Slovénie (31e, plus 26 places, plus 235 points), la Norvège (32e, plus 27 places, plus 234 points) et la Lettonie (45e, plus 22 places, plus 192 points). Le classement des meilleures progressions en termes de places est quant à lui dominé par les Iles Féroé (117e, plus 67 places) suivies du Nicaragua (133e, plus 48), du Bénin (59e, plus 42), de l’Algérie (26e, plus 38) et du Monténégro (74e, plus 38).
    A ce jour, 834 matchs ont été disputés en 2009. Ce chiffre est supérieur à celui de 2005, mais reste nettement inférieur à ceux des années 2001 et 1997. Le prochain classement mondial FIFA/Coca-Cola sera publié le 3 février 2010.
    In fifa.com

    Lire la suite: http://www.lebuteur.com/en/actualites/la-fifa-loue-la-progression-de-l-algerie#ixzz0aLU1CeuU

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  8. Artisans de l'ombre Dit :

    Nouzaret : «Si l’Algérie s’illustre à la CAN, elle fera autant au Mondial»

    PUBLIE LE : 21-12-2009 | 00:00 | PAR F. Lyès

    L’ancien entraîneur du Mouloudia d’Alger, pense que l’Algérie pourrait s’illustrer à la fois à la CAN et au Mondial.

    L’ancien entraîneur du Mouloudia d’Alger, qui connaît bien le football africain en ayant pris en main plusieurs sélections de ce continent, pense que l’Algérie pourrait s’illustrer à la fois à la CAN et au Mondial.

    *
    Bonsoir Nouzaret, quelles en sont les nouvelles ?
    Tout va bien, merci. Sauf que je suis pris par des affaires personnelles ces derniers temps. Toutefois, je suis avec beaucoup d’attention tout ce qui se passe sur la scène footballistique.
    *
    Peut-on connaître vos impressions du tirage au sort de la Coupe du monde et de la CAN ?
    Avant tout, je tiens à préciser une chose. Trop penser au tirage au sort pourrait avoir un effet négatif sur l’équipe. Je conseille aux responsables algériens de penser plutôt comment préparer le groupe sur le double plan mental et physique sans trop prendre en considération les adversaires de l’Algérie. En ce qui concerne le tirage au sort de la CAN, ne soyez pas fâchés, mais je dirai que vous n’avez pas été gâtés car votre mission face au pays organisateur ne sera pas du tout évidente. J’ai le regret de vous dire que le second billet qualificatif pour le deuxième tour se jouera entre l’Algérie et le Mali car, sauf impondérable de taille, l’Angola, qui aura l’avantage du terrain et du public, arrachera d’une manière ou d’une autre la première place de ce premier groupe. Cela reste juste un avis car, en fin de compte, le football n’est pas une science exacte.
    *
    Et pour la Coupe du monde ?
    Tout dépendra de la CAN. Le visage que vous présenterez à la CAN sera forcément le même durant la Coupe du monde. Si l’Algérie réalise un bon parcours durant cette CAN, il est clair que vos adversaires vous passeront au peigne fin. La CAN est finalement une Coupe du monde en miniature.
    *
    Quelle sont les chances de l’Algérie, selon vous, durant cette Coupe du monde ?
    Je connais très bien la nature et le caractère du joueur algérien. Il déteste sortir vaincu à la fin du match. La fureur de vaincre qui se dégage chez le joueur algérien, on ne la trouve pas ailleurs. Je dirai que la clé de la réussite de l’Algérie que ce soit durant la CAN ou au Mondial sera la volonté et la générosité dans le jeu. A cet effet, je dirai que vos chances seront intactes. Si vous faites preuve de volonté, personne ne vous arrêtera surtout que vous disposez d’éléments pétris de qualités, tels que Meghni et Ziani.
    *
    Vous avez donné l’Angola pour monter sur la plus haute marche du podium. Qu’en est-il des autres sélections ?
    Si vous voyez la façon avec laquelle l’Angola prépare cette CAN, vous remarquerez que j’ai entièrement raison. Je trouve que tout un pays, responsables, joueurs et entraîneur, est mobilisé et concentré pour la CAN au moment où les autres sélections se contentent soit de leur qualification au Mondial, soit de la CAN. Cela veut dire que la plupart des joueurs des autres sélections vont aborder cette CAN avec une certaine complaisance et un certain sentiment du devoir accompli. Ce sera l’erreur que les autres sélections ne doivent pas commettre. Il faut bien se concentrer pour cette CAN.
    *
    Qu’avez-vous à ajouter ?
    Je donne le bonjour à tout le peuple algérien. Il doit croire en les chances de sa sélection et l’aider à se concentrer sur cette CAN. Il faut que les Algériens se mobilisent et focalisent leurs efforts sur ce prochain rendez-vous afin de permettre à leur équipe de s’illustrer en l’Angola. Personne ne doit perturber les joueurs. Je souhaite vivement que l’Algérie réalise un bon parcours durant cette CAN car, sincèrement, elle mérite une meilleure enseigne que celle qu’elle occupe actuellement.
    Entretien réalisé par F. Lyès

    Lire la suite: http://www.lebuteur.com/en/actualites/nouzaret-si-lalgerie-sillustre-a-la-can-elle-fera-autant-au-mondial#ixzz0aLUJEpUb

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...