RSS

Qui est Mohamed Raouraoua ?

30 novembre 2009

Non classé

Mohamed Raouraoua est l’actuel président de l’Union nord-africaine de football et le vice-président de l’Union des associations de football arabe.

Il a été président de la Fédération algérienne de football de 2001 à 2005. Pour l’éléction de 2009 il est le seul candidat. M. Raouraoua a été élu à l’unanimité, à main levée, des 116 membres présents sur les 145 membres que compte l’assemblée Son principale projet est de proffesionalisé le football algerien, ainsi le championnat national deviendra un championnat proffessionel en 2011. Et grace à lui l’Algerie retrouvera la coupe d’afrique 2010 en Angola et aussi la coupe du monde 2010 en Afrique Du Sud apres avoir terminé leader du groupe 5 des qualifications jumelées CAN/CM 2010.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

8 Réponses à “Qui est Mohamed Raouraoua ?”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Mohamed Raouraoua : L’entregent au service du football
    Taille du texte: Decrease font Enlarge font
    image Ph. : Yacef

    S’il est un homme qui doit, aux côtés de Rabah Saâdane et des autres membres du staff technique, s’estimer heureux du devoir accompli, c’est bel et bien le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, cet homme longiligne, à la soixantaine bien frappée, très connu dans la sphère du football mondial mais pas seulement. Introduit dans le monde politique depuis des lustres, familier des milieux journalistiques où il a commencé sa carrière après l’indépendance du pays, connaisseur du football dans ses moindres arcanes, cet ancien fidèle de l’USMA (ses fonctions actuelles lui interdisent un penchant), fils de la Casbah, ancien de Sarouy, est un pur produit du peuple qui s’est construit à la force du poignet. Fonctionnaire à l’origine à l’ex-ministère de l’information, gravissant les échelons jusqu’à être sous-directeur puis directeur, il sera appelé à jouer un rôle-clé dans l’organisation du 1er festival panafricain d’Alger.
    Directeur du centre culturel et d’information (CCI, ancêtre de l’ONCI), il avait en charge l’activité culturelle et surtout cinématographique. Dans les années 1980, Mohamed Raouraoua dirigea la télévision nationale et assura la direction de l’ANEP, avant de se retirer et embrasser une carrière dans le secteur privé. Il fera valoir, plusieurs années après, ses compétences dans le domaine culturel lorsqu’il est désigné commissaire de l’Année de l’Algérie en France. Homme de contacts, celui qui est communément appelé « El-Hadj » par ses proches est un organisateur hors-pair. Il se distingua au milieu des années 1980 avec l’équipe Mékiréche à la tête de la FAF où l’on songeait naguère à mettre sur pied le « Club Algérie », à l’image des sociétés de supporters des équipes nationales célèbres. Projet mort-né parce que, à cette époque-là, le mot « sponsoring » n’était pas encore entré dans les moeurs. Premiers dépits et distance par rapport au milieu footbalistique, un milieu pas toujours aisé à cause du culte de la rumeur et des coups bas. Des années plus tard, des « pressions » amicales le feront revenir à la tête de la FAF, pour tenter, cette fois-ci, de redorer le blason passablement terni du football algérien. Rude tâche s’il en fut, rendue encore plus complexe par un magma d’incohérences et de déshérences: un siége social en décrépitude, des caisses presque vides, des structures archaïques, une réglementation foulée aux pieds, des équipes nationales mal en point, en somme une série de contre-coups qui auraient dissuadé le plus téméraire.
    El-Hadj Raouraoua, tenta, dans cette tempête et de vents contraires, l’impossible avec l’aide de compagnons de route comme Mohamed Mecherara et Hamid Haddadj. Il se retira ensuite pour mieux se consacrer à ses fonctions internationales ( FIFA, CAF et Union Arabe) pour apporter, là aussi, tout son capital expérience. Mais le devoir national est plus fort que tout : retour à la tête de la FAF avec, cette fois-ci, une feuille de route qui exprime clairement les desideratas. L’homme de caractère – mais à la politesse exquise – se fait entendre et obtient « carte blanche ». Il entamera, de nouveau, la reconstruction en mobilisant, bien sûr, des moyens mais, plus que tout, des hommes de bonne volonté. De Khartoum , de cette ville ô combien chaleureuse qui a accueilli à bras ouverts des milliers d’Algériens dont les vivas pour leur pays ont donné plus de chaleur au vent du Nil, Hadj Raouraoua savoure, aux cotés de tout le staff, cette qualification qu’il considère comme une première étape dans ses efforts de redressement du football national. Le reste se fera en Afrique du Sud. Pour l’ambition de millions d’Algériens et pour son bonheur personnel, un bonheur procuré par la satisfaction du devoir accompli.
    El Moudjahid

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  2. Artisans de l'ombre Dit :

    Mohamed Raouraoua: l’entregent au service du football
    Email Imprimer
    S’il est un homme qui doit, aux côtés de Rabah Saadane et des autres membres du staff technique, s’estimer heureux du devoir accompli, c’est bel et bien le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, cet homme longiligne, à la soixantaine bien frappée, très connu dans la sphère du football mondial mais pas seulement. Introduit dans le monde politique depuis des lustres, familier des milieux journalistiques où il a commencé sa carrière après l’indépendance du pays, connaisseur du football dans ses moindres arcanes, cet ancien fidèle de l’USMA (ses fonctions actuelles lui interdisent un penchant), fils de la Casbah, ancien de Sarouy, est un pur produit du peuple qui s’est construit à la force du poignet. Fonctionnaire à l’origine à l’ex-ministère de l’Information, gravissant les échelons jusqu’à être sous-directeur puis directeur, il sera appelé à jouer un rôle-clé dans l’organisation du 1er festival panafricain d’Alger.
    Directeur du centre culturel et d’information (CCI, ancêtre de l’ONCI), il avait en charge l’activité culturelle et surtout cinématographique.

    Dans les années 1980, Mohamed Raouraoua dirigea la télévision nationale et assura la direction de l’ANEP, avant de se retirer et embrasser une carrière dans le secteur privé. Il fera valoir, plusieurs années après, ses compétences dans le domaine culturel lorsqu’il est désigné commissaire de l’Année de l’Algérie en France.

    Homme de contacts, celui qui est communément appelé « El-Hadj » par ses proches est un organisateur hors-pair. Il se distingua au milieu des années 1980 avec l’équipe Mékiréche à la tête de la FAF où l’on songeait naguère à mettre sur pied le « Club Algérie », à l’image des sociétés de supporters des équipes nationales célèbres. Projet mort-né parce que, à cette époque-là, le mot « sponsoring » n’était pas encore entré dans les moeurs. Premiers dépits et distance par rapport au milieu footbalistique, un milieu pas toujours aisé à cause du culte de la rumeur et des coups bas.

    Des années plus tard, des « pressions » amicales le feront revenir à la tête de la FAF, pour tenter, cette fois-ci, de redorer le blason passablement terni du football algérien. Rude tâche s’il en fut, rendue encore plus complexe par un magma d’incohérences et de déshérences: un siège social en décrépitude, des caisses presque vides, des structures archaïques, une réglementation foulée aux pieds, des équipes nationales mal en point, en somme une série de contrecoups qui auraient dissuadé le plus téméraire.

    El-Hadj Raouraoua, tenta, dans cette tempête et de vents contraires, l’impossible avec l’aide de compagnons de route comme Mohamed Mecherara et Hamid Haddadj. Il se retira ensuite pour mieux se consacrer à ses fonctions internationales (FIFA, CAF et Union Arabe) pour apporter, là aussi, tout son capital expérience. Mais le devoir national est plus fort que tout : retour à la tête de la FAF avec, cette fois-ci, une feuille de route qui exprime clairement les desideratas. L’homme de caractère, mais à la politesse exquise, se fait entendre et obtient « carte blanche ». Il entamera, de nouveau, la reconstruction en mobilisant, bien sûr, des moyens mais, plus que tout, des hommes de bonne volonté.

    De Khartoum, de cette ville ô combien chaleureuse qui a accueilli à bras ouverts des milliers d’Algériens dont les vivas pour leur pays ont donné plus de chaleur au vent du Nil, Hadj Raouraoua savoure, aux cotés de tout le staff, cette qualification qu’il considère comme une première étape dans ses efforts de redressement du football national. Le reste se fera en Afrique du Sud. Pour l’ambition de millions d’Algériens et pour son bonheur personnel, un bonheur procuré par la satisfaction du devoir accompli.

    Aps

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  3. FILOU L'ORANAIS Dit :

    MR,RAOURAOUA est un Homme sportif avec les pieds sur terre et un diplomatique avec une tète dans le futur.

  4. Omar Dit :

    C’est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut !
    Bravo Mister Raouraoua !

  5. Artisans de l'ombre Dit :

    Sports : LE PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION ÉGYPTIENNE L’A ANNONCÉ DIMANCHE
    Vers une interdiction d’entrée en Égypte pour Raouraoua

    Les responsables égyptiens semblent décidés à continuer leur logique de pourrissement des relations avec l’Algérie. Dans une déclaration, dimanche, à une chaîne de télévision cairote, Samir Zaher, le président de la Fédération égyptienne de football, a, ainsi, annoncé l’intention des «autorités officielles» de son pays d’interdire l’entrée de Mohamed Raouraoua, président de la FAF, sur le territoire égyptien.
    Sachant que M. Raouraoua, outre sa qualité de président de la Fédération algérienne de football, est membre du bureau exécutif de la CAF et que le siège de cette dernière se trouve… au Caire, il va sans dire que si cette menace venait à être mise à exécution, cela poserait des problèmes dépassant les simples relations bilatérales. Cela pourrait même constituer un argument supplémentaire dans la démarche algérienne de transférer le siège de la Confédération africaine hors d’Egypte.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  6. Artisans de l'ombre Dit :

    Délocalisation de la CAF : La contre-attaque de Raouraoua
    Competition.dz | Posté le : Mercredi 16 décembre à 14:32 | 0 Comments

    Délocalisation de la CAF : La contre attaque de RaouraouaComme rapporté hier dans nos colonnes,Mohamed Raouraoua,le patron de la FAF,pourrait ne plus remettre les pieds en Egypte.
    Les Autorités de ce pays seraient actuellement entrain d’étudier cette possibilité, elles qui continuent à croire que l’homme fort du siège de Dély Ibrahim est le principal instigateur du malaise algéro-égyptien.

    Mais comme Raouraoua est membre du comité exécutif de la CAF, cette interdiction pourrait poser plus de problèmes que prévu.
    El Hadj serait donc dans l’obligation de laisser tomber sa fonction au sein de la première instance du foot-ball africain, chose qui est, de loin,inimaginable, d’autant que Raouraoua est connu pour son dévouement quand il s’agit de servir le football, en témoigne sa présence régulière dans les grands rendez-vous de la CAF, de la FIFA, de l’UAFA et même de l’UNAF, l’organisation qu’il gérait jusqu’au 20novembre dernier conjointement avec son « ex-copain », Samir Zaher,avant que ce dernier ne décide de se retirer avec son pays de cette organisation régionale. Ainsi, dans le cas où cette menace se confirme en interdisant l’Egypte à Raouraoua,en guise de contre-attaque, il n’est pas à écarter que l’Algérie demande,à son tour, réparation.

    L’idéal serait que le siège de la CAF soit délocalisé.
    Du côté des responsables du football national et du sport en général, on trouve que cette requête est plus que plausible,d’autant plus que l’Egypte a tout le loisir de « pénaliser » Raouraoua, mais seulement en lui interdisant de fouler le sol du pays des Pharaons.Mais il n’est pas question de l’éloigner de ses fonctions au sein de la CAF, d’où la possibilité de voir l’Algérie mener une action visant le transfert du siège de la CAF du Caire vers un autre pays.

    Raouraoua mène la vie dure à Zaher
    Il n’est un secret pour personne que les sorties de Raouraoua lors des réunions des différentes organisations du football dans le monde agressent, jour après jour, Zaher,lequel s’est retrouvé face à une souffrance quotidienne, celle de supporter la présence de son ancien complice et sa montée en puissance,d’autant que lui, il a choisi l’optiondu boycott qui le fait reculer jour après jour et baisser de ce fait sa cote dans le monde du football.

    ElHadj est en train de venger pour ce que l’EN a enduré au Caire et sa méthode a l’air de bien fonctionner,en témoigne sa dernière sortie lundi passé lorsqu’il a assisté, contre toute attente, au premier jour du congrès du l’UAFA « expulsant » son vis-à-vis égyptien de la salle, ce qui n’est pas passé sans provoquer une vague de contestations de la part des présents qui ont condamné le geste de Zaher, quia subi hier la furia de la presse du monde arabe qui a tiré à boulets rouges sur le patron du foot-ball égyptien, le traitant de raciste et décrivant son geste comme étant une agression contre les principes du monde musulman et de toute la religion.

    Il a pris la parole… et de l’altitude
    Pour enfoncer le clou et là où ça fait le plus mal, Raouraoua, en tant que second vice-président de l’UAFA, a pris la parole pour dire un mot et séduire les présents, le tout en l’absence de Zaher qui saura par la suite que son ennemi juré a fait sensation. Il a lu un rapport relatant les faits et les bilans de la réunion tenue il y a quelques semaines à Tunis tout en invitant les présents à consolider les liens de fraternité dans le cadre du sport roi entre les différents pays arabes. Une autre gifle adressée aux responsables égyptiens qui apprendront, le lendemain la mort dans l’âme, la montée en puissance d’El Hadj qui a su frapper au bon moment.

    S. M. A.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  7. Artisans de l'ombre Dit :

    CONFÉRENCE DE PRESSE DE MOHAMED RAOURAOUA, PRÉSIDENT DE LA FAF
    «Oublions l’Egypte et pensons aux 13 points»
    04 Août 2009 – Page : 17
    Lu 1996 fois

    Un responsable sûr de lui

    Le patron de la FAF évalue le travail effectué durant les six derniers mois.

    Accompagné du président de la Ligue nationale de football (LNF), M.Mohamed Mecherara et le patron des Verts, M.Rabah Saâdane, le premier responsable de la Fédération algérienne de football en l’occurrence, M.Mohamed Raouraoua, a évalué les 6 mois de travail réalisés depuis son retour à la tête de cette instance. Il a également évoqué d’autres points importants concernant l’avenir de l’équipe nationale algérienne lors des éliminatoires jumelées CAN-Mondial 2010, celui de certains joueurs émigrés qui vont renforcer la sélection pour la prochaine saison footbalistique, la fameuse affaire des plus de 30 ans, l’arbitrage, la violence dans les stades, le sponsoring et autres.
    En premier lieu, le patron de l’instance fédérale a, une nouvelle fois, réitéré sa confiance à l’entraîneur national Rabah Saâdane en estimant qu’il fait un travail très appréciable.
    Par la suite, Raouraoua s’est longuement étalé sur le travail effectué depuis sa réélection à la tête de la FAF le mois de janvier dernier en se disant même très satisfait de tout ce qui a été fait à ce jour. «Tout d’abord, je tiens à vous faire savoir, que le président de la FAF accepte toutes les critiques possibles à conditions qu’elles soient objectives et concrètes. Par contre, ce que je n’accepte pas, ce sont ces attaques gratuites émanant de certaines gens qui n’ont rien à voir avec le football», a-t-il lancé. Et d’ajouter: «Je pense que vous avez tous remarqué que la FAF, en collaboration avec le LNF, a réalisé un travail remarquable en l’espace de six mois seulement et ce n’était pas facile. Dieu merci, on a réussi à boucler la saison 2008/2009 sans bruit ni problèmes. Notre équipe nationale est sur le point de réaliser un exploit de taille lors de ces qualifications pour la CAN et Mondial 2010 comme le confirme le parcours exceptionnel réalisé par les hommes de Rabah Saâdane qui occupent la tête du groupe avec sept points et trois unités d’avance sur la Zambie et l’Egypte.
    D’ailleurs, même les plus optimistes ne s’attendaient pas vraiment à ce parcours. J’espère de tout coeur qu’on fera de même au cours des trois rencontres restantes en tâchant tout d’abord de faire le plein à la maison face respectivement à la Zambie et au Rwanda. Ajoutez à cela, l’amélioration sensible dans la gestion globale des affaires du football qui a été enregistrée et est de bon augure pour la nouvelle saison qui démarre jeudi prochain avec le coup d’envoi du championnat de la Division I», nous dira le président de la FAF.
    Concernant justement ces trois sorties restantes, Raouraoua a fait savoir à tous les présents, que le dernier match contre l’Egypte ne devra pas être la priorité comme le pensent certains. «De grâce, oublions l’Egypte et pensons plutôt à nos deux matchs au 5-Juillet contre la Zambie et le Rwanda. Ce qui se passe ailleurs ne devra guère nous intéresser ou nous préoccuper. Notre destin est entre nos mains et c’est à nous de faire le nécessaire pour aller décrocher ces fameux 13 points qui nous ouvrirons toutes les portes», a-t-il précisé.
    Raouraoua n’a, par ailleurs, pas oublié de confirmer une nouvelle fois que son instance, en collaboration avec le MJS, fera le maximum pour préparer le meilleur cadre possible pour la bande à Saâdane et aussi aux différentes sélections nationales qui s’apprêtent à relever quelques défis de taille à l’instar des U17 qui vont disputer le Mondial nigérian en octobre.

    «Ne me parlez plus de Lacen!»
    S’agissant de moyens, le patron de la FAF a vivement salué le secteur militaire qui fait de son mieux pour contribuer positivement au développement du sport algérien en général. «Je profite de l’occasion pour saluer les efforts fournis par les responsables du sport militaire qui nous apportent vraiment une aide cruciale en mettant à notre disposition toutes les commodités et toutes les infrastructures nécessaires à l’instar du cercle militaire de Béni Messous et celui de Blida», a-t-il ajouté. Pour boucler le dossier de l’équipe nationale, le président de la FAF a jugé utile d’évoquer le cas de certains joueurs émigrés à l’instar de Megheni de la Lazio de Rome, Yebda de Benfica et Lacen du Racing Santander. «Le dossier de Megheni sera étudié demain 4 août par la Fifa tandis que celui de Yebda, il n’est arrivé que ce matin. Par contre, M.Lacen continue de nous mener en bateau en nous sortant à chaque fois un nouveau prétexte. Avant, il avait demandé une petite période de réflexion, après il a évoqué le problème du passeport et le voilà maintenant qu’il nous sort un problème d’extrait de naissance de son père. C‘est pour cela, qu’il est préférable de clore ce dossier qui commence sérieusement à bien faire. D’ailleurs, si ce joueur voulait réellement venir, il aurait quand même fait un petit effort comme il l’ont si bien fait ses compatriotes, Megheni et Yebda», a-t-il révélé. Pour ce qui est du dossier financement et sponsoring, Raouraoua n’a pas oublié de rendre un vif hommage à Nedjma tout en promettant la finalisation avec de nouveaux partenaires d’envergure comme l’équipementier Puma. «Il ne faut pas nier, que l’apport de Nedjma était telle une bouffée d’oxygène pour nous du moment que les 35 milliards du MJS ne suffisaient guère. Je tiens aussi à vous annoncer dès aujourd’hui, qu’on va finaliser avec Puma dès le mois de septembre prochain et je peux vous dire, que cette transaction constituera une vraie première dans les annales du football algérien vu l’offre alléchante proposée par les responsables de cette firme. On va également finaliser avec la Télévision algérienne et la Radio nationale afin d’éviter d’éventuelles polémiques à l’avenir comme ce fut le cas auparavant», a précisé le patron de l’instance fédérale. Le président de la FAF a insisté enfin sur la nécessité de former l’ensemble des entraîneurs et arbitres pour leur permettre de décrocher des diplômes conformément à la réglementation en vigueur. La modernisation sur le plan de la communication est également de rigueur. Les professionnels de la presse trouveront beaucoup plus de facilités, cette saison, dans l’accomplissement de leur mission, a promis M.Raouraoua qui tient à «mettre tous les acteurs du football dans les normes internationales».

    «Il y aura une solution pour les plus de 30 ans»
    En évoquant le fameux cas des plus de 30 ans qui a vraiment fait couler beaucoup d’encre dernièrement, Raouraoua est finalement revenu à de meilleurs sentiments en ouvrant une petite porte à cette tranche d’âge qui été poussée à la retraite anticipée. «Si le Bureau fédéral a pris cette décision concernant les plus de 30 ans, c’était uniquement dans l’intérêt suprême de nos jeunes joueurs notamment, les premières années seniors qui s’évaporaient dans l’air. On a voulu seulement leur donner une nouvelle chance. Malgré cela, on a également trouvé une autre solution à nos joueurs âgés du moment, qu’on va accorder à chaque équipe le recrutement de trois joueurs au maximum ayant l’âge entre 30 à 36 ans seulement», a-t-il précisé. Voilà déjà une lueur d’espoir pour les joueurs dépassant la trentaine qui avaient très mal digéré cette fameuse décision considérée telle la foudre tombée du ciel.

    «Les modalités d’accession et de relégation sont irrévocables»
    Il n’est un secret pour personne que certains clubs de la division 1 ont sérieusement envisagé de boycotter la première journée du championnat prévue pour le 14 août à cause des modalités d’accession et de relégation jugées exagérées.
    Malheureusement, pour ces équipes, le président de la FAF n’envisage guère de baisser les bras de sitôt en s’opposant à tous ceux qui veulent bafouer les décisions prises par l’assemblée générale de la FAF. «Il n’y aura aucun boycott et j’invite tous les clubs de la D2 à faire preuve de professionnalisme et de compréhension et je leur demande de ne pas oublier que toutes les décisions ont été prises à l’assemblée générale durant laquelle personne n’a exprimé son refus et ce n’est pas maintenant qu’on va le faire.» No comment!

    Mounir BENKACI

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  8. Artisans de l'ombre Dit :

    Raouraoua: “L’euphorie nous fait peur !”
    | Posté le : Mardi 4 août à 14:49 | 0 Comments

    À l’orée de la nouvelle saison, le président de la Fédération algérienne de football, Mohamed Raouraoua, le sélectionneur national Rabah Saâdane et le président de la LNF, Mohamed Mecherara, ont animé hier une conférence de presse commune à l’hôtel Hilton au cours de laquelle les trois hommes ont évoqué plusieurs points notamment celui ayant trait à la sélection nationale, le calendrier de la nouvelle saison et d’autres sujets d’actualité. D’emblée, le patron du football algérien, M. Raouraoua a évoqué lors de ce point de presse les actions menées par la fédération pour le développement du football, et ce, depuis février dernier. Raouraoua a annoncé, par la suite, une série d’accords avec différents partenaires. À commencer par la télévision nationale. La FAF paraphera dans les prochaines 48 heures une convention avec la Télévision algérienne qui aura l’exclusivité de diffuser les matches du championnat national et ceux de la sélection nationale de football. “Nous allons signer un contrat avec la télévision qui véhiculera l’image de l’EN à travers le monde. Il y a un intérêt de la part de Beur FM pour un projet de partenariat”, révèle le conférencier. Évoquant l’équipe nationale, le premier responsable de la FAF affirme que l’objectif immédiat est de récolter six points lors des deux prochaines rencontres respectivement face à la Zambie et le Rwanda. “L’EN capte tous les esprits ces derniers temps. je ne vous cache pas d’ailleurs que l’euphorie née après les deux derniers succès contre l’Égypte et la Zambie nous fait peur”, et d’enchaîner : “Lors de l’assemblée élective, j’avais promis de mettre tous les moyens nécessaires à la disposition de l’EN, et ce, pour aborder la dernière phase des éliminatoires autrement dans de bonnes conditions. Les résultats sont là pour prouver que la FAF s’est investie beaucoup ces derniers mois en vue d’améliorer et le rendement et les résultats de la sélection nationale. Je ne vous apprends rien : le coût de l’EN est important. En dépit de l’aide des pouvoirs publics qui nous ont accordé une subvention de 35 milliards de centimes, il n’en demeure pas moins que cette aide financière est insuffisante par rapport aux exigences de l’EN. Raison pour laquelle nous avons opté pour une stratégie portée sur le marketing sportif”, indique-t-il qui du reste fait savoir que le problème des primes des joueurs est réglé. “Il n’existe aucun problème financier au sein de l’EN. Nous avons réussi à régler le problème financier pour ne pas tomber dans le même piège du passé avec tout ce qui s’est passé avant la rencontre face à la Guinée. Maintenant, nous sommes sur le bon chemin pour aller au Mondial sud-africain”.

    “Il faut fermer la parenthèse Lacen”

    Évoquant la prochaine sortie amicale des Verts face à l’Uruguay le 12 août prochain, M. Raouraoua s’est réjoui quant à la venue de Mourad Meghni, le sociétaire de la Lazio de Rome. Pour le président de la FAF, son apport et son expérience dans le haut niveau apporteront un plus aux Fennecs. “Grâce à l’initiative de la FAF, la Fifa a adopté une nouvelle loi concernant les joueurs binationaux. L’Algérie a tiré profit de cette nouvelle mesure pour convoquer des joueurs, à l’instar de Meghni, susceptibles d’apporter le plus escompté. Je suis satisfait de la venue de Meghni”, déclare Raouraoua qui du reste a révélé que son dossier sera examiné aujourd’hui lors d’une réunion de la Fifa. Ce sera le premier dossier qui sera traité par cette instance. En revanche, Raouraoua n’a pas manqué de dénoncer le comportement de Mehdi Lacen qui ne semble pas du tout chaud de rejoindre les rangs des Verts. “Nous avons tout fait pour qu’il soit parmi nous. Mais à chaque fois, il tergiverse. Bien qu’il ait déclaré son envie de jouer en équipe nationale, n’empêche qu’il continue à tergiverser. Je me suis même déplacé avec Saâdane à Santander rien que pour le voir et discuter avec lui. Je l’ai même mis en contact avec le consul pour faciliter l’obtention des documents afin de préparer son passeport algérien. Mais il n’est pas disposé à venir. La dernière fois que nous avons parlé, c’était il y a quelque temps, il nous a clairement dit qu’il n’a toujours pas ramené l’extrait de naissance de son père. Cela veut tout dire, non ? Il faut fermer la parenthèse Lacen”, poursuit Raouraoua qui, en revanche, affirme que les portes de l’EN seront grandes ouvertes aux joueurs désirant vêtir le maillot algérien. “S’il y a des bons joueurs, ils seront les bienvenus. C’est dire que les portes de l’EN seront toujours ouvertes”.

    “Oublions l’Égypte !”

    Concernant la course au Mondial et la CAN-2010, Raouraoua estime que l’EN a son destin en main. Pour lui, le plus important est de continuer à enchaîner les performances tout en oubliant les résultats de l’Égypte. “Je ne vois pas pourquoi certains continuent à parler de l’Égypte et de ses résultats. Il est vrai que les Égyptiens ambitionnent d’atteindre le même objectif que nous, mais je pense qu’il est préférable d’oublier l’Égypte et ne penser qu’aux prochaines rencontres de l’EN. Notre destin est entre nos mains et nous allons faire tout notre possible dans cette dernière ligne droite afin de nous qualifier au Mondial sud-africain”, indique le boss de la FAF.

    “Je n’ai pas encore discuté avec Saâdane à propos d’une prolongation de contrat”

    Par ailleurs, le patron du football national n’a pas manqué de réitérer toute sa confiance au sélectionneur national Rabah Saâdane qui, selon le conférencier, a accompli un travail irréprochable depuis son intronisation à la tête de la barre technique de l’équipe nationale. “Saâdane a toute la confiance de la FAF. Il a réalisé du bon boulot jusque-là et j’espère qu’il réussira à qualifier l’EN en Coupe du Monde”, précise-t-il. Sachant que le contrat de Saâdane avec l’EN expirera la fin de l’année, c’est-à-dire juste après la rencontre retour face à l’Égypte, Raouraoua a tenu à faire savoir qu’il n’a toujours pas entretenu des discussions avec le sélectionneur national pour une éventuelle prolongation de contrat. “Ce n’est pas le moment de le faire. Il nous reste du temps. Donc, la question sera abordée au moment voulu”, révèle Raouraoua.

    “Un joueur de 52 ans jouait en division inférieure !”

    Concernant les derniers développement de la scène sportive nationale après l’application des décisions du bureau fédéral, prises le 13 juillet dernier au siège de la FAF concernant l’accession de la D2 à la D1 et la rétrogradation de la D1 à la D2 , la division des U-20, les joueurs âgés de 30 ans et plus non autorisés à jouer en régionale et en interrégions, la Ligue professionnelle qui débutera dès la saison 2010/2011, Raouraoua a tenu à apporter les précisions suivantes : “Nous avons rappelé aux présidents des clubs de seconde division que le système d’organisation de la compétition de la saison 2008/2009 a été décidé à titre exceptionnel par l’AG de la Fédération réunie, le 28 janvier 2009 à Alger. Cette décision souveraine a entraîné automatiquement les conditions d’accession et de rétrogradation définies : 3 clubs rétrogradent de la D1 et un seul accède en D1 pour avoir une première division à 16 clubs en 2010/2011. N’oubliez pas que la création de la future division professionnelle va entraîner obligatoirement des places supplémentaires pour remplacer les futurs clubs qui accéderont en championnat professionnel qui doit obligatoirement démarrer la saison 2010/2011. L’hypothèse de soumettre à l’AG qui reste souveraine dans ses décisions pour proroger le système actuel a été évoquée. De même que la fédération et la LNF ont accueilli favorablement, après vote, la proposition majoritaire (12 clubs pour et 6 contre) d’opter pour la relégation de deux clubs dans le but de garantir l’intégrité de la compétition”. Pour ce qui est des joueurs trentenaires, Raouraoua a révélé que des statistiques ont recensé plus de 4 000 joueurs trentenaires. “La wilaya d’Oran compte à elle seule plus de 75 éléments qui dépassent la quarantaine. Nous avons même découvert que des licences ont été accordées à des joueurs de 52 ans ! C’est grave à mon sens. Pire encore, j’ai appris même que des joueurs perçoivent une prime de signature alors que c’est interdit vis-à-vis de la loi. Raison pour laquelle nous avons décidé d’instaurer une loi pour mettre fin à ce genre de pratique. En tout cas, nous allons proposer une formule qui ne lésera pas les joueurs trentenaires, à savoir, que chaque club engage seulement trois joueurs. Cette proposition va être soumise à l’approbation des membres de l’AG.”

    “L’utilisation des fumigènes dans les stades est passible d’emprisonnement”

    Par ailleurs, Raouraoua a tenu à avertir les supporters d’éviter dorénavant l’utilisation des fumigènes dans les stades. “Je profite de cette occasion pour lancer un appel aux supporters de ne plus utiliser des fumigènes et autres jeux dangereux dans les enceintes sportives. Je vous informe que selon la loi 04/106, ceux qui jettent et utilisent les fumigènes sont passibles d’une peine d’emprisonnement allant de trois à six mois et une amende qui varie entre 30 000 et 50 000 DA. Donc, j’espère que mon appel trouvera des oreilles attentives car il y va de l’intérêt et de la sécurité des personnes dans les stades”, indique le premier responsable de la FAF. Ce dernier a annoncé également que la CAF a attribué une somme de 100 000 dollars à la FAF pour l’achat de deux bus alors que l’instance fédérale est en négociations avancées avec le ministère des Postes et des Télécommunications pour dégager une fréquence spéciale pour permettre aux arbitres d’utiliser les oreillettes dans le championnat algérien. En outre, Raouraoua s’est montré navré de la situation dans laquelle le MCA et le CSC se trouvent actuellement. “C’est désolant que des clubs comme le MCA et le CSC souffrent de problèmes internes. J’ai eu même l’occasion d’en parler avec les dirigeants du Mouloudia et je leur ai dit qu’ils doivent trouver des solutions pour la sérénité et la stabilité de ce club”.
    http://www.algerie360.com/sport/raouraoua-%E2%80%9Cl%E2%80%99euphorie-nous-fait-peur-%E2%80%9D/

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...