RSS

Les murs parlent

25 novembre 2009

Non classé

Les murs parlent logo3

Culture : ALGER, UN LIEU, UNE HISTOIRE
Les murs parlent



On dit que certaines demeures gardent, enfouis dans leurs murs, les souvenirs de ceux qui les ont occupés. Parce qu’elles sont associées à d’illustres personnalités, certaines adresses transmettent une forte charge émotionnelle.
Kateb Yacine
Si les murs du pavillon n°47B, situé à l’intérieur du Centre familial de Ben-Aknoun, pouvaient parler, ils nous diraient plein de choses sur l’auteur de Nedjma. C’est entre ces murs où il a passé une partie de sa vie, qu’un dernier hommage lui fut rendu lors de sa disparition en 1989.
Alphonse Daudet
La villa abritant actuellement l’ambassade de France à Hydra dans le parc Peltzer a hébergé deux personnalités. En effet, Alphonse Daudet y séjourna entre 1861 et 1862. Quant à l’empereur Napoléon III, il y fut hébergé en 1865.
Albert Camus
C’est à Belcourt, plus précisément au n°93 de la rue Mohamed- Belouizdad (ex-rue de Lyon) qu’a grandi le célèbre écrivain et philosophe Albert Camus, prix Nobel de littérature en 1957. Il y a partagé un appartement avec sa mère. Son oncle, Gustave Accault, boucher-artisan, gérait une boucherie au 39, rue Michelet (Didouche-Mourad). Albert Camus adorait lui rendre visite à son appartement de la rue du Languedoc (actuellement Lieutenant-Touileb). Le tonton possédait une riche bibliothèque. C’est là où le futur prix Nobel passait des heures à éplucher les livres. Outre son métier de boucher, Gustave Accault était membre de la loge franc-maçonnique du Grand- Orient de France dont le siège se situait au n°2 de la rue Jacques- Cartier (rue Larabi), futur local de l’hebdomadaire Algérie Actualité. Cette bâtisse est actuellement en cours de restauration. Une autre demeure a accueilli Albert Camus : «la maison Fichu», située au Télemly (en descendant les escaliers du chemin Sidi-Brahim, non loin du chemin Laperlier (Sfindja). C’était en 1936, après son divorce avec Simone Hié. Il y avait retrouvé ses amies Marguerite Dobrenn, Jeanne Sicard et Cristiane Galindo dont il fit les personnages de son premier roman : La Mort heureuse, publié en 1971.
El-Hadj M’hamed El-Anka et Roger Hanin
Au n°25 de la rue Marengo (Casbah), se dresse l’immeuble où a habité, au premier étage, Hadj M’hamed El-Anka. D’ailleurs, une plaque en marbre le signale aux passants : «Ici a vécu Halo Mohammed Idir dit Hadj M’hamed El-Anka de 1944 à 1959». Le célèbre chanteur chaâbi fréquentait régulièrement hammam Bouchlagham, attenant à cet immeuble. Un autre illustre personnage, à savoir l’acteur français Roger Hanin a également occupé un appartement dans cet immeuble dans les années 1950».
Messali Hadj
Sa sœur habitait l’allée des Mûriers (actuellement Mohamed- Missoum), à Belcourt. Lors de ses séjours à Alger, Messali Hadj y déposait ses valises pour quelques jours.
Jean Sénac

Entre 1962 et 1967, Jean Sénac habita la villa Venizia à la Pointe- Pescade (Raïs-Hamidou). Puis il déménagea dans une cave d’Algercentre (la Cave-Vigie) comme il l’appelait lui-même, à la rue du capitaine Noureddine- Menani (ex-rue Horace- Vernet). C’est dans cette cave qu’il fut retrouvé mort en 1973.
Camille Saint-Saëns
Il a occupé la villa Xuéreb sur la corniche de la Pointe-Pescade (Raïs- Hamidou). C’est là qu’il composa son opéra Ascani en mars 1890.
Les héritiers de Mustapha Pacha

A Belcourt, à la rue Saïd-Djabi (ex-Chopin) se trouve la villa Qsab El- Hind (les roseaux d’Inde), appelée également villa Cervantès. C’est dans cette demeure qu’ont vécu les héritiers de Mustapha Pacha.
Ahmed Ben Bella

La villa Joly, actuel siège administratif et résidence du gouverneur de la Banque centrale d’Algérie (rue Franklin-Roosevelt, en face du Palais du peuple) est l’ancienne résidence d’Ahmed Ben Bella.
Les héritiers de l’Emir Abdelkader

Dar El-Baraka est une magnifique demeure de style néomauresque sise au n°8 de la rue des Fontaines (rue des Moussabiline). Elle est occupée par Mohamed El-Fatih (73 ans) l’arrière- petit-fils de l’Emir Abdelkader.
Sabrinal
sabrinal_lesoir@yahoo.fr

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2009/11/25/article.php?sid=91805&cid=16

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...