RSS

Les larmes de joie

21 novembre 2009

Non classé

Les larmes de joie constlogo

 

Le dossier du jour Edition du 19/11/2009


Les larmes de joie
Par :

xy30s2

Triomphe n Ils y ont cru et ils l’ont fait. Vingt-quatre ans après, une nouvelle génération de footballeurs offre à l’Algérie une place en Coupe du monde au terme d’un match d’appui contre l’Egypte gagné hier à Khartoum (1 à 0).

Le but du match :
(40’) : Centre de Ziani au second poteau, Ghezzal fait écran sur Mouawad, le ballon atterrit devant le défenseur Antar Yahia qui le laisse rebondir avant d’enclencher une frappe instantanée qui fera mouche sous la transversale et en pleine lucarne. Un but presque à la Van Basten lors de la finale de l’Euro-1988 face à la Russie. Algérie-Egypte (0 à 1).
Le 18 novembre 2009 restera à jamais gravé dans la mémoire collective nationale et dans l’histoire du football algérien pour avoir été le jour de la résurrection de l’Equipe nationale qui s’est offert, vingt-quatre ans après sa dernière participation à une Coupe du monde, une victoire qui lui permet de figurer dans le gotha du football planétaire l’été prochain pour le premier Mondial en terre africaine, en Afrique du Sud. Les Algériens ont arraché, par la force du cœur et du jarret, une qualification qui ne leur était pas promise, il y a deux ans lorsque les éliminatoires avaient débuté dans un groupe où le Sénégal faisait figure de proue.
Et encore moins, il y a un an quand c’est l’Egypte, double championne d’Afrique, qui s’est mise sur le chemin des Verts en sortant ses dents et ses ambitions arrogantes comme étant la favorite pour faire le voyage au pays de Mandela. D’ailleurs, les Egyptiens ne cessaient de considérer qu’ils étaient les meilleurs et qu’ils méritaient mieux que quiconque cette place parmi les 32 qualifiés, ce qui leur a joué un mauvais tour dès le premier match face à la Zambie (1 à 1) au Caire avant de tomber sur l’Algérie à Blida (1 à 3). Et c’est à ce moment-là que la roue a tourné et que les Algériens ont vraiment cru en leurs chances et surtout en leur potentiel. Ils l’ont d’ailleurs prouvé hier au stade du Red-Castle-Stadium d’Oum-Dourman, au Soudan, sur terrain neutre, en disposant de cette même Egypte (1 à 0) lors d’un match fort en intensité.

5’, Chaouchi annonce la couleur

Pour preuve, dès la première minute, c’est le défenseur Nadir Belhadj qui récolte un carton jaune pour un tacle bien appuyé sur Al-Muhammadi, ce qui donnera le ton à une partie âprement disputée où l’on ne se fait pas de cadeau. Après avoir vécu l’enfer, quatre jours avant au Caire (défaite 0 à 2) dans un match dont le dossier est toujours sur les bureaux de la Fifa suite à l’agression de l’équipe algérienne, les hommes de Rabah Saâdane affichèrent une forme éclatante et un moral gonflé à bloc. Il faut dire que la présence en masse des supporters venus d’Algérie, l’élan d’hospitalité et de chaleur des soudanais a fini par booster les coéquipiers de Yahia qui livrèrent une partie héroïque.
Une rencontre qui n’a pas connu de round d’observation puisque dès la (3’) une tête de Ghezzal, suite à un centre de Meghni, alerte le gardien Al-Hadary qui intervient facilement. Dans la minute qui suit c’est l’altercation entre Ahmed Hassan et Meghni, les joueurs des deux camps accourent, se frictionnent mais sans suite.
Il y a de l’électricité en l’air. Dans la foulée, Chaouchi annonce la couleur : il sera l’homme du match en s’imposant à une tête d’El-Sakka, suite à un corner d’Aboutrika à la (5’). Les Verts répliquent par Belhadj (9’), bien décalé par Ghezzal à l’entrée de la surface, qui lève trop sa balle. Au quart d’heure de jeu, on assiste à la première vraie occasion algérienne lorsque, sur un coup franc de Ziani et suite à un cafouillage devant les buts égyptiens, Yahia, au second poteau, bute sur Al-Hadary.
La tension monte et les cartons sortent de la petite poche de l’arbitre Seychellois Eddy Maillet : un pour Ghezzal pour charge sur le gardien des Pharaons et un autre pour Gomaâ pour provocation.
Et si les Egyptiens font tout pour conserver le ballon le plus longtemps avant d’amorcer leurs attaques, les Algériens percutent à chaque fois qu’ils l’ont. Après une demi-heure de jeu, un corner rentrant de Belhadj oblige Al-Hadary à la parade, mais son alter ego Chaouchi qui s’illustre à la (33’) en se permettant un sauvetage devant Mouaâwad suite à un ballon perdu de Belhadj. A la (38’), les Verts s’offrent de nouveau une bonne opportunité pour ouvrir le score, mais Ghezzal et Meghni se gênent à l’entrée de la surface, et le tir du Laziale est complètement raté.

40’, fatidique pour les Pharaons

Puis vint la fameuse (40’), et sur un long centre de Ziani (toujours lui derrière les buts algériens) au second poteau, Ghezzal fait écran sur le défenseur Mouawad, le ballon atterrit devant le défenseur Anthar Yahia qui le laisse rebondir avant d’enclencher une frappe instantanée qui fera mouche sous la transversale et en pleine lucarne. Un but d’anthologie qui offrira, 57 minutes plus tard, la qualification de l’Algérie pour le Mondial. C’est le délire dans le stade et à travers tout le pays !

Les Fennecs tiennent à leur qualif

En seconde mi-temps, Hassan Shehata joue son va-tout d’entrée en incorporant Zidan et Abd Rabou pour tenter de revenir au score et bousculer cette équipe algérienne audacieuse et apparemment imprenable. Et à ce jeu, les Egyptiens, très patients, vont tout tenter, mais ils butent à chaque fois sur un Chaouchi transcendé et héroïque et une défense intraitable avec des Halliche et Bougherra des grands jours. Les Verts auraient pu tuer le match lorsque sur un bon centre de Yebda, à partir de l’aile droite (60’), la tête de Ghezzal a failli tromper le gardien Al-Hadary, d’autant que la sortie de Yahia intervient juste après pour cause de blessure et où il est remplacé par Samir Zaoui qui est vite rentré dans le match. A la (72’), Chaouchi, toujours lui, sauve l’Algérie d’un but tout fait devant Aboutrika qui s’en mordra certainement les doigts pour longtemps alors qu’il était à deux mètres des bois.
Les Egyptiens s’énervent et le doute commence à les ronger au point de ne pas mettre le ballon en touche alors que Saïfi est à terre. Les minutes s’égrènent et les coéquipiers de Matmour, rentré à la place de Meghni, tiennent à leur qualification jusqu’au coup de sifflet final de M. Maillet qui déclenchera, et pour longtemps, la fête à travers tout le pays. L’Algérie peut être fière de ses héros, de son équipe et de tous ses supporters, notamment ceux, très nombreux (plus de dix mille), à avoir fait le déplacement pour Khartoum. HISTORIQUE !

A. S-B.

Fiche technique

Stade Kasr Al-Hamra d’El-Merrikh.
Affluence record, environ 42 000 spectateurs.
Temps agréable (22°C), pelouse en bon état.
Arbitrage : Directeur du jeu Eddy Maillet (Seychelles), assisté de Damoo Joseph (Seychelles) et Menkouande Evarist (Cameroun).
Avertissements : Belhadj (1’), Ghezzal (21’), Boughera (49’) et Saïfi (53’) pour l’Algérie.
Wael Gomaâ (26’) et Hosni Abderabo pour l’Egypte.
But : Antar Yahia (40’) pour l’Algérie.
Temps additionnel : 6 minutes (2’ + 4’).

Algérie : Chaouchi – Bougherra – Belhadj – Yahia (Zaoui, 68’) – Halliche – Yebda – Mansouri (Cap.) – Meghni (Matmour, 57’) – Ziani – Ghezzal – Saïfi (Ghilas, 84’).
Entr. : Rabah Saâdane.
Egypte : Al-Hadary – Al Muhammadi – Gomaâ – Mouawad – Al-Sekka – Ahmed Hassan (Cap.) – Fathi (Abd Rabou, 46’) – H. Saïd (Eïd, 76’) – Aboutrika – Emad Motaâb – Amr Zaki (Zidan, 46’).
Entr. : Hassan Shehata.

Antar Yahia à InfoSoir

«L’Algérie est un pays d’hommes, pas d’hypocrites»

Décisif n Le but inscrit par Antar Yahia, hier, face à l’Egypte, restera gravé dans les annales du football algérien. En effet, c’est grâce à cette réalisation que l’équipe d’Algérie s’est qualifiée au Mondial après 24 ans d’absence.

InfoSoir : C’est énorme comme performance, n’est-ce pas ?
Antar Yahia : C’est sûr, nous sommes contents, mais surtout soulagés d’avoir arraché notre qualification avec les tripes. Depuis quelque temps, nous vivions des moments difficiles . Notre précédent match en Egypte a été une source de motivation pour nous. Il fallait rendre le sourire à notre peuple, qui a montré que nous pouvons compter sur lui. Je le remercie vivement et je suis fier de faire partie de cette génération qui a réussi à redonner à l’Algérie son image de marque en matière de football.

Vous êtes le héros de cette soirée, n’est-ce pas ?
Je ne veux pas endosser ce qualificatif. Dans pareilles situations, peu importe qui marque. Je ne suis pas le héros car les vrais héros sont ces supporters qui ont bravé tous les dangers pour effectuer un déplacement de plusieurs milliers de kilomètres afin de soutenir cette équipe. Nous n’avions pas le droit de les décevoir. Nous étions très motivés avant le match, Dieu merci tout a bien marché pour nous. Je suis fier de cette performance.

Mais avouez que ce n’était pas facile ?
C’est une victoire du cœur. Aujourd’hui, nous avons donné une leçon de football et de bravoure aux Egyptiens qui ont usé de tous les moyens pour aller au Mondial. Ils n’ont pas été corrects avec nous et notre qualification à la Coupe du monde n’est que justice. Nous avons prouvé que notre équipe est meilleure que la leur.

Justement, nous avons vu une équipe algérienne plus volontaire et bien placée sur le terrain. A quoi attribuez-vous cela ?
N’oubliez pas que nous jouions une dernière place qualificative pour la Coupe du monde. En plus, il ne fallait pas décevoir tout ce monde qui s’est déplacé pour nous ainsi que le peuple algérien qui nous attendait au pays. Sincèrement, je n’ai pas accepté la manière avec laquelle nous avons été accueillis au Caire. Dans d’autres conditions, l’Egypte n’aurait jamais battu l’Algérie.

Décrivez-nous votre sentiment après cette qualification ?
C’est un sentiment indescriptible. Je n’ai pas oublié ce que nous avons enduré en Egypte. Il fallait leur montrer que nous sommes des hommes et que ce qu’ils ont fait ne les honore guère.

C’est pour cette raison que vous n’avez pas salué les joueurs égyptiens au début du match…
Je voudrais dire une chose, d’abord. L’Algérie est un pays d’hommes et d’un million et demi de martyrs. Ce n’est pas un pays d’hypocrites. Pour revenir à votre question, comment voulez-vous que nous saluions des personnes qui nous ont fait du mal, à nous et à nos supporters. Nous n’étions pas là pour faire des salutations. Comme je l’ai dit précédemment, c’était un match d’hommes et il fallait rester concentré pour réussir notre objectif. J’avais déjà déclaré que, cette fois, ce ne seront pas les Algériens qui pleureront. Nos supporters ont pleuré samedi dernier, mais l’important c’est qu’ils soient en liesse aujourd’hui. Je dédie cette victoire à tout notre peuple.

Propos recueillis par Djamel Ouaglal

Il a été titularisé pour la première fois

Yebda : «C’est bien de disputer un Mondial avec les seniors» l Hassan Yebda a réussi une excellente prestation. A la clé, le billet qualificatif de l’Equipe nationale pour le Mondial. «C’est un rêve qui vient de se réaliser pour nous et pour tout le peuple algérien. Je pense que nous avons pris notre revanche sur les Egyptiens. Nous nous sommes battus à fond surtout avec l’appui de nos supporters qui ont effectué le déplacement. J’espère qu’ils sont fiers de nous. Il y avait deux manches avant ce match. Nous avons gagné la première, puis nous avons perdu la deuxième. Donc, il fallait réussir un bon coup dans la belle. Nous avons gagné, c’est ça le football. Tout le monde pensait qu’après notre défaite de samedi dernier, le mental de nos joueurs allait être touché. Dans l’équipe d’Algérie, il n’y a que des hommes. C’est-à-dire, lorsque nous pénétrons sur le terrain, nous oublions tout. C’est ce qui s’est passé aujourd’hui (hier, ndlr) en remportant notre match face à une équipe qui nous avait, pourtant, battus quatre jours auparavant. Nous étions concentrés tout au long du match. Nous avons mené au score et il fallait garder cet avantage. Nous avons temporisé en procédant par des contres et cela nous a réussi. J’ai été champion du monde des moins de 17 ans avec la France, aujourd’hui je vais disputer une Coupe du monde avec les seniors. Cette victoire face à l’Egypte a un goût particulier», souligne-t-il.

Dj. O.

Saïfi : «Nous avons prouvé que nous étions les plus forts» l «Dieu merci, nous n’avons pas déçu nos supporteurs. Dieu était avec nous et nous avons gagné. Nous avons prouvé aujourd’hui que notre équipe est la plus forte et qu’elle mérite la qualification au Mondial. Je dédie cette victoire à tout le peuple algérien et à tous les supporters qui ont été blessés au Caire. Je dédie cette victoire aussi au président de la République, Abdelaziz Bouteflika.»

Halliche : «Nous avons réparé l’injustice du Caire» n «Nous avons prouvé que nous disposons d’une équipe forte et qui mérite sa qualification au Mondial. Nous avons réparé l’injustice du Caire qui nous a fait très mal. Nous nous sommes surpassés grâce à ce merveilleux public qui s’est déplacé pour nous apporter son appui.»

Belhadj : «C’est la meilleure riposte à nos agresseurs» n «Cette victoire et cette qualification au Mondial sont la meilleure riposte à ceux qui nous ont agressés. Nous avons joué avec le cœur car nous avions une dette envers nous-mêmes mais aussi envers nos supporters qui ont toujours cru en nos capacités. Je dédie la qualification au peuple algérien.»

Djebbour : «Rendez-vous en Afrique du Sud»
«C’est une grande victoire pour l’Algérie. Rendez-vous en juin prochain en Afrique du Sud.»

Zaoui : «C’est une grande fierté pour toute l’Algérie»
n «C’est une grande fierté pour toute l’Algérie. Cela fait plus de 24 ans que nous n’avons pas célébré une aussi grande victoire. Nous remercions notre public venu nombreux au Soudan pour nous soutenir dans ce match capital. Certes l’Egypte est une grande équipe et double championne d’Afrique, mais notre équipe a su se transcender pour décrocher la qualification. Je remercie le Soudan, pays de paix, pour son hospitalité.»

Ghezzal : «C’est un grand jour»
n «C’est un grand jour. Je suis très heureux de cette qualification. Nous avons pu donner de la joie à tout le peuple algérien. Nous n’avons pas lésiné sur les efforts pour nos supporters qui se sont déplacés au Soudan pour nous soutenir depuis cinq jours.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...