RSS

ILS CAUTIONNENT LES ATTEINTES AUX SYMBOLES DE ….

21 novembre 2009

Non classé

ILS CAUTIONNENT LES ATTEINTES AUX SYMBOLES DE .... logodzpr

QUALIFICATION DES VERTS AU MONDIAL 2010
ILS CAUTIONNENT LES ATTEINTES AUX SYMBOLES DE L’ALGÉRIE

L’Algérie, bouc émissaire
Ahmed MESBAH  - Samedi 21 Novembre 2009 – Page : 6

Détourner l’opinion égyptienne des problèmes intérieurs est devenu une préoccupation essentielle du régime Moubarak.Suite...

La
presse égyptienne n’a pas cessé de se mettre au service des appétits du
pouvoir de Gamal Moubarak et de la quête de leadership de l’Egypte. Ces
positions se sont ajoutées à d’autres éléments qui ont conduit à une
véritable crise entre Le Caire et Alger. Les journalistes n’ont pas
attendu le match du Soudan pour se mettre à l’oeuvre dans le seul but
de relancer la candidature du «fils à son père» Moubarak.


Faute
d’arguments de campagne à se mettre sous la dent, les canaux de
communication ont dirigé leurs fléchettes contre l’Algérie et tout ce
qui ou ceux qui la représentent. Pour détourner l’opinion égyptienne
des problèmes intérieurs, il fallait trouver un ennemi extérieur.
C’est
dans ce contexte que le gouvernement algérien, le peuple et les
symboles de la nation n’ont pas été épargnés. Un succès de l’équipe
égyptienne était espéré pour constituer une rampe de lancement à la
candidature de Gamal à l’élection présidentielle de 2010. C’est raté.
Et ce n’est pas le premier ratage qu’a connu l’Egypte en l’espace de
quelques semaines. L’échec de son ministre de la Culture qui briguait
la direction générale de l’Unesco était déjà un coup non négligeable
qui a contrarié les plans du clan Moubarak.
Gamal a accompagné
l’équipe de son pays partout et il voulait, d’abord, postuler pour un
rôle de sauveur de la nation et du régime. Une qualification au Mondial
aurait non seulement joué en faveur de sa popularité mais aurait, du
même coup, jeté un voile sur les problèmes politiques, sociaux et
économique du pays. Cela aurait eu également comme conséquence d’isoler
davantage l’opposition. Cette dernière commence déjà à critiquer la
monarchie républicaine et la défaite de l’Egypte facilite davantage la
tâche de l’opposition du fait que le fils candidat ne peut plus
instrumentaliser le football pour alimenter sa campagne. Dès lors, il
ne reste aux Moubarak qu’à s’en prendre à l’Algérie à laquelle ils
imputent leurs échecs pour se disculper. Alors tout est sollicité,
pêle-mêle, pour porter atteinte à notre pays. Sans que l’Algérie ne
réponde aux provocations pour ne pas tendre la perche aux Egyptiens
pour rebondir. Elle a alors, et de tout temps, minimisé la portée des
provocations même s’il arrivera un moment où elle se trouvera poussée à
prendre position contre des écrits malveillants.
Articles de fond,
commentaires et éditoriaux ont été consacrés au service d’une campagne
de dénigrement. Journaux, radios et télévisions ont été mis à
contribution pour participer à cette bataille qui se déroule en dehors
des stades. L’objectif n’est plus d’affaiblir le moral des troupes. Il
s’agit de trouver un bouc émissaire. A l’opposé de ces articles et
déclarations incendiaires, de nombreux titres algériens ont relayé les
propos d’officiels qui ont, au contraire, appelé à l’apaisement.
Le
président égyptien, lui, n’a pas trouvé mieux pour calmer la rue que de
convoquer une réunion gouvernementale exceptionnelle. N’étant pas
satisfait de s’en prendre à l’Algérie, voilà que le gouvernement
interpelle la Fifa pour dépouiller le pays de sa victoire. Des appels
sont aussi lancés pour que les intérêts et les ressortissants égyptiens
en Algérie soient protégés. La rupture des relations culturelles est
consommée.
L’ambassadeur d’Egypte est rappelé par son pays pour
consultation. Autant de leurres pour faire rater aux contestataires
leurs cibles. Une union sacrée contre l’Algérie est en train de
revêtir, au fil des heures, la ligne directrice du gouvernement
égyptien pour sortir de la crise.
Cherchant à obtenir un calmant
pour apaiser le front intérieur, le pays se retrouve, au contraire,
dans l’obligation de gérer une crise régionale. L’opinion arabe n’a pas
hésité à soutenir l’Algérie. L’Egypte n’a pas compris les raisons de ce
positionnement de l’opinion. Elle qui veut présider au destin de la
«Nation» voit déjà mal comment accomplir ce qu’elle considérait comme
étant son destin si les masses n’adhèrent pas à ce projet.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...