RSS

Loin de leurs policiers et de leurs voyous: Ils ont peur de nous

20 novembre 2009

Non classé

Loin de leurs policiers et de leurs voyous: Ils ont peur de nous
Loin de leurs policiers et de leurs voyous: Ils ont peur de nous px1

 Date : 18-11-2009/10h39
 Réalisé par : Asma H.A., S.M.A., R.B., A.I.
px2
 

            Les chauffeurs de taxis, les citoyens et les voitures appartenant au gouvernement, tous avec l’emblème national
Le Soudan s’est algérianisé.
Avant de venir au Soudan, des échos récoltés ça et là dans la presse égyptienne nous informaient que les habitants de Khartoum, pour ne pas dire tout le Soudan, avaient choisi le camp égyptien aux dépens des Verts, pour la rencontre de ce soir qualificative pour le Mondial 2010. Mais quelques pas seulement dans l’autre pays traversé par le grand fleuve du Nil nous ont prouvés tout à fait le contraire.

 
 

            En effet, grande fut notre surprise quand on a foulé hier à l’aube la terre de ce pays frère, les Soudanais, comme un seul homme, paraissaient avoir choisi leur camp, c’était celui d’en face, c’est-à-dire, l’Algérie, non pas comme ont voulu nous le faire croire les Pharaons. Des centaines de drapeaux floqués du croissant et de l’étoile ont décoré la capitale soudanaise, les taxis, les bus, mais aussi les mobylettes très fréquentes dans ce bled ont prouvé qu’ils sont là prêts à venir soutenir l’Algérie le jour du match.
Ils ont envahi l’ambassade pour demander des drapeaux
Pour prouver ce que les Egyptiens ont tenté de faire croire au monde était contradictoire avec la réalité, des milliers de soudanais ont envahi la veille Arriadh, le quartier de Khartoum, qui abrite le siège de l’ambassade d’Algérie au Soudan, pour demander des drapeaux aux responsables. Leur vœu a vite été rendu possible quand des fonctionnaires de l’ambassade ont procédé lundi soir à distribuer des drapeaux algériens, il y en avait beaucoup mais pas assez, nous ont dit des Soudanais, férus de la balle ronde algérienne. Ils nous supplieront d’ailleurs pour leur procurer un peu plus de drapeaux, même un policier nous suppliera de lui accorder cette faveur, lui qui apparemment avait déjà rejoint le camp anti-égyptien depuis qu’il a eu vent des agressions dont a été victime la délégation algérienne au Caire.
Tous à Arriadh
Depuis les premières heures de la matinée du mardi, les Soudanais ont commencé à affluer sur Arriadh. Ils entretenaient l’espoir d’avoir plus de drapeaux, dans le cas inverse, ils attendaient qu’on leur délivre, tout comme nos compatriotes, des billets pour voir le match. Mais finalement, ils se sont reconvertis en guides pour les supporters algériens qui arrivaient par groupe sur place. L’un veut échanger l’euro en livres, l’autre veut trouver de quoi remplir ce creux dans le ventre, car au Soudan, et contrairement à l’Egypte, la Tunisie ou le Maroc, rares sont les restos qui offrent ce qu’un Algérien veut se mettre sous la dent. Nos frères soudanais l’ont compris et se sont mis à aider, rien qu’aider sans rien attendre au retour. Certains algériens seront même surpris de cela, le tout dans une ambiance fraternelle sans antécédent.
Abdelmoneim, un chauffeur de taxi qui aime l’Algérie à la folie
Les activités de la sélection et les préparatifs des supporters pour le match de ce soir étaient tellement fréquents qu’on a décidé de les couvrir dans leur intégralité pour vous servir. Pour s’y faire, il nous fallait prendre à chaque fois un taxi pour vous rapporter les détails du séjour des fans et du team algérien à Khartoum. En même temps, on a été à chaque fois accueillis par des Soudanais qui rêvent autant que nous d’une qualif’ algérienne au Mondial. Abdelmonaem, un quinquagénaire, chauffeur de taxi de son état, nous a rendu d’énormes services. Il a décidé de faire des remises considérables, rien que parce qu’on est Algériens, lui qui a été scandalisé par ce qu’il a vu à la télé, du traquenard orchestré au Caire contre notre sélection. «L’Egypte ne mérite pas notre soutien, un vrai Soudanais ne peut en aucun cas être derrière l’Egypte, ce sont des lâches. J’ai vu les images de ce qu’ils ont fait à votre EN, et il y a aucun doute, je serai pour l’Algérie qui ira au Mondial», nous dira-t-il. Il sera plus scandalisé quand il apprendra que des morts ont été enregistrés après la fin de cette simple partie de football.
Un Soudanais s’en prend à un fan égyptien
On se dirigeait avec Abdelmonaim vers la Fédération locale de foot pour assister à la traditionnelle réunion technique entre les deux camps, quand tout à coup, un véhicule immatriculé au Soudan apparaît avec un mini-drapeau égyptien dessus. Abdelmonaim, alors, ne s’est pas empêché de cacher sa colère. D’après lui, ce fan ne représente que lui-même. C’est un traître qu’il faut punir, d’autant qu’à ce moment-là de la journée, il était quasiment le seul à le faire. Il roule avec sa camionnette dans le même sens que nous, c’est là qu’on aperçoit un jeune Soudanais en train de jubiler avec deux drapeaux algériens à la main. Il paraissait tellement content qu’on l’aurait facilement pris pour un Algérien, n’était sa couleur de peau. Il a subitement arrêté de courir pour montrer sa joie quand il a aperçu ce drapeau que tout le monde à décidé de détester. Il s’énerve et montre d’un geste du pouce (il le dirige vers le bas) que l’Egypte perdra la rencontre, sans plus, car, faut-il le signaler une énième fois, le peuple soudanais est connu pour sa sportivité, mais surtout pour son éducation. Les rues de Khartoum sont sécurisées et il est presque impossible d’y entendre parler de crimes ou même de vols. Et le comportement de ce jeune supporter de l’Algérie, pas comme les autres, résume parfaitement la réaction de la rue soudanaise vis-à-vis du match de ce soir.
Les véhicules du gouvernement soudanais atteints par «la fièvre»
L’autre fait marquant durant notre premier jour à Khartoum, ce sont les véhicules du gouvernement soudanais qui, eux aussi, ont opté pour les Verts, en témoigne la présence du drapeau national sur la tôle des voitures. La communication qui a eu lieu entre le président de la République algérienne, Abdelaziz Bouteflika, et son homologue soudanais, Omar Al-Bachir, y est sans doute pour quelque chose. D’autant que même la population locale en est consciente. Elle sait que les deux pays entretiennent de fortes relations et que cette union entre les deux peuples à l’occasion du déroulement de ce match de football important bâtira un pont d’amitié entre ces deux pays frères et musulmans.
S. M. A.
Les Egyptiens ne se sont manifestés qu’hier soir
Hier, et durant toute la journée, on n’a vu aucun Egyptien à Khartoum. On ne sait pas s’ils ont fait exprès de se cacher de peur de représailles de la part des Algériens, ou autre chose, mais ce n’est que tard dans le soir qu’on a vu les premiers drapeaux égyptiens dans la capitale soudanaise. Certes, ils n’étaient pas nombreux, mais on nous a fait savoir qu’ils seront bel et bien plus de 10 000 ce soir au Merrikh Stadium.       

Les supporters des Verts ont envahi les rues de Khartoum
Nombreux, optimistes mais mécontents
Indescriptible, c’est le mot qu’il faut utiliser pour décrire la marée humaine ou la déferlante qui a envahi la capitale soudanaise ces trois derniers jours.
En effet, depuis le premier vol ayant décollé du tarmac de l’aéroport d’Alger mardi à minuit, des milliers de jeunes et moins jeunes Algériens ont déménagé en direction de Khartoum. A chaque décollement d’un avion, c’est les cris de joie, parfois même les youyous, tout le monde rêve d’une seule et unique chose : arriver au Soudan et revenir ensuite victorieux avec l’EN, une mission difficile certes, mais pour l’amour de la patrie tout est possible pour ces jeunes.
Mais ce déplacement, comme il a motivé beaucoup d’Algériens, n’a en revanche pas plus à certains après avoir vécu des mésaventures qu’ils jurent de ne plus revivre.
Rencontrés hier au niveau de l’ambassade d’Algérie à Khartoum, quelques fans ont insisté pour nous raconter leur mésaventure, ils n’ont pas apprécié qu’on se joue d’eux. Pour eux, les organisateurs de ces voyages n’ont pas tenu leurs promesses, ils leur auraient promis des prises en charge une fois arrivés au Soudan mais cela n’a pas été fait.
Les supporters ont, pour rappel, eu droit à des sacs contenant une boîte de jus, une de gâteaux, du chocolat, une bouteille d’eau, une serviette, un sac de toilette et un drapeau, mais la plupart en ont été privés, provoquant une grogne dans les rangs de ces fans, les conditions d’hébergement sont elles aussi déplorées.
Lazhar & Co victimes d’une erreur de la PAF d’Alger
Les conditions vécues par les supporters algériens à Khartoum ne les empêcheront pas de soutenir les Verts à fond, mais quelques-uns d’entre eux auront la tête ailleurs, eux qui ne savent pas comment procéder pour revenir au bled.
La police des frontières et lors de la dernière vérification à la salle d’embarquent a oublié de remettre le coupon qui, pourtant, est plus que nécessaire pour pouvoir revenir au pays après le match, par oubli ou sous pression, peu importe le mal a été fait et doit être corrigé selon Lazhar un jeune habitant du quartier des Annassers 2 de Kouba qui a effectué le périple africain avec quelques amis. «On nous dit qu’on va s’occuper de vous, puis on nous lâche à Khartoum, et le comble c’est ce coupon qu’on a oublié de nous donner, on ne sait pas comment on va faire, l’ambassade comme vous le voyez est dépassée, je crois qu’on aura encore pour quelque jours ici au Soudan, sans aucun sou dans la poche», nous diront-ils.
En somme, le plus important pour ces jeunes hommes c’’est que l’EN triomphe, ensuite tout sera pardonnable, dans le cas contraire, ils n’oublieront certainement pas de sitôt cette escapade au bord du Nil.
S. M. A.

Les Verts sont armés pour la qualif’
Saïfi promet, les Algériens prient
Saïfi affiche sa grande motivation et sa ferme détermination avant le rendez-vous décisif de demain face aux Egyptiens. Au nom de tout le groupe, il démontre une véritable conviction à répondre au souhait de tout un peuple qui attend un sursaut d’orgueil, mais aussi un autre visage que celui du Caire, certes dans des conditions que le monde connaît à présent. Au Soudan, Saïfi promet une autre histoire, dans d’autres conditions comme il le confie : «Ici, on se sent presque chez-soi.»
«Quitte à mourir sur le terrain, on vaincra»
L’équipe nationale a rejoint le Soudan le lendemain du match avec comme seul et unique objectif, la qualification pour le prochain Mondial en Afrique du Sud. Pour la première fois de l’histoire sur le sol africain. Saïfi, comme tous ses coéquipiers, est concentré à fond sur le but à atteindre, et les événements tragiques et regrettables qu’ils ont subis au Caire n’influeront en rien sur leur détermination et leurs capacités à surpasser l’adversaire égyptien. Le buteur des Verts est convaincu qu’avec les conditions favorables et amicales qu’ils ont trouvées sur place au Soudan, cela leur permettra de se focaliser uniquement sur la tâche à accomplir sur le terrain, quitte à en mourir. «Maintenant, on va aller au Soudan et on va essayer de gagner. Ici, ça sera un tout autre contexte. C’est comme si on était chez nous. On ouvre une autre page. Ça va être un match d’hommes», déclare Saïfi. La préparation suit son cours dans la sérénité et une bonne ambiance, loin des agressions barbares et intimidations qui, selon Saifi, auront seulement eu leurs incidences que sur le sol égyptien. Au Soudan, Saïfi et ses camarades n’ont pas à se soucier de leur survie, mais de leur devoir et ils sont armés pour vaincre.
«On ne pense qu’à se qualifier»
En véritable porte-parole du groupe, Saïfi s’engage envers tous les fidèles supporters à leur apporter du bonheur et encore plus. La qualification est entre leurs mains, les conditions sont à présent réunies et les fans ne cessent d’affluer au Soudan pour pousser les Verts vers le succès et décrocher le fameux billet pour l’Afrique du Sud, qui leur a été ôté par des procédés extra- sportifs en Egypte. Pour ces nombreux amoureux des couleurs nationales et de l’équipe vaillante de Saâdane, Saïfi compte bien leur rendre la pareille, même si le peuple n’a besoin que d’un seul et unique cadeau pour planer au- dessus des nuages : la victoire, synonyme de qualification. En effet, Saïfi s’engage au nom de ses coéquipiers à verser toutes les primes de qualification aux fans des Verts venus les soutenir au Soudan. «On ne pense qu’à se qualifier pour les remercier et leur donner un peu de bonheur. Nous sommes même prêts à leur verser nos primes en cas de qualification, car ils le méritent.» Ainsi, nos Verts sont en préparation intensive pour le rendez-vous et leurs pensées ne sont orientées qu’uniquement vers le succès, façon de démontrer qu’ils sont capables sur un terrain de jouer et de gagner.
«On va leur montrer ce que c’est un Algérien»
Revanchard, mais dans les règles et l’éthique sportive, les Saïfi and Co semblent entrevoir la partie avec beaucoup d’assurance et de hargne. Conscient des qualités technique et tactique du groupe, mariné dans un fort sentiment de patriotisme et de combattivité, Saïfi est persuadé que l’Algérie et son drapeau flotteront en Afrique du Sud. Etre Algérien, Saïfi and Co comptent en faire l’illustration parfaite aujourd’hui face aux Egyptiens, question de leur démontrer leur véritable valeur sur un terrain neutre. «Mercredi, on va montrer ce que c’est un Algérien», confie Saïfi à la veille du rendez-vous et l’Algérie n’attend que cela, pour prouver au monde entier que nous sommes un pays qui aime le foot et ses valeurs.

«La FIFA devait assumer ses responsabilités»
Revenant sur le triste épisode du Caire, Saïfi ne comprend pas pourquoi la FIFA a fait autant preuve d’indifférence, alors que pour des incidents de moindre gravité, elle sévit démesurement. Selon l’actuel sociétaire d’El Khor, toutes les preuves sont réunies pour prendre une décision ferme et à la hauteur de la gravité des événements qui ont secoué et l’équipe national et ses supporters. Ce n’est pas ça le foot et Saïfi s’en désole : «On nous a dit qu’on devait jouer ce match, on l’a joué et c’est tout. Mais on était complètement traumatisés et plus de la moitié des joueurs étaient encore sous le choc le jour J. Quand tu vois ce qui s’est passé, je m’excuse, mais il faut arrêter le foot et penser à un autre métier. On a des familles et des proches et ça, j’ai l’impression que tout le monde l’oublie. La FIFA aurait dû intervenir plus fermement, il y a eu des blessés et des preuves qui l’attestent.»

Filali Elias : «Mes vidéos, c’est une arme protectrice pour les Verts»
Il est plus connu sous le pseudo d’Elias sur YouTube, il a éclairé l’opinion publique grâce à ses vidéos lors des dernières agressions commises contre l’EN et promet de toujours être derrière la sélection jusqu’au bout, le bout c’est la
CM 2010. Rencontré à l’aéroport de Khartoum, il nous livra ses impressions.
- Toute l’Algérie a suivi les news de la délégation algérienne au Caire à travers vos vidéos publiées sur YouTube…
- Je suis là quand mon pays a besoin de moi, j’aurais aimé filmer d’autres scènes que celles des lâches agressions, mais que voulez-vous que je vous dise les Egyptiens ont prouvé qu’ils ont bel et bien une dent contre nous et ils le regretteront. Je regrette néanmoins que le président de la République n’ai pas décidé de tout laisser tomber et de ne pas jouer ce match, c’est cela qui devait avoir lieu.
- Vous êtes ici à Khartoum pour suivre un match important, qu’en pensez-vous ?
- Je crois que ce qui s’est passé au Caire a porté préjudice aux Verts qui ont perdu leur concentration, ils auront une chance inouïe de jouer un match pareil dans un pays comme le Soudan, ils m’ont vraiment ému par leur accueil, cela dit moi je serai tout le temps là avec mes vidéos pour protéger les Verts, je l’ai fait récemment et mes vidéos sont même sur les bureaux de la FIFA.
- Vos vidéos ont été utilisées par les Egyptiens pour condamner l’Algérie, on parle là des vidéos montrant la violence dans les stades algériens…
- Ils ne comprennent rien au foot ces types, les Egyptiens ont tout le temps été de bons comédiens, ils ne dérogeront aucunement à leurs habitudes.
- Récemment, vous avez appelé à boycotter certains produits égyptiens, mais cela a provoqué des violences à Alger et dans tout le pays…
- Là, je tiens à ouvrir une parenthèse pour vous  expliquer que je n’ai aucunement demandé à ce qu’ils s’attaquent aux propriétés de ces gens, j’ai seulement appelé au boycotte, je ne souhaite pas que mon nom soit associé à ceux des malfaiteurs.
- Si l’Algérie se qualifie au Mondial, vous vous déplacerez en Afrique du Sud ?
Oui, je fais ça depuis longtemps et c’est un bénévolat, pas plus, j’aime mon pays, et la Coupe du monde j y serai incha Allah avec l’Algérie. En Janvier prochain par contre, je serai absent en Angola mais je suis certain qu’il y aura des gens qui veilleront au grain.
- Un pronostic ?
- Incha Allah une victoire par deux buts.
S.M.A

L’Egypte compte sur les Soudanais ! Mais pourquoi ?
Comme a chaque rendez-vous, les médias égyptiens sont souvent les premiers acteurs de la rencontre ; plus que tout autre élément, les médias égyptiens sont toujours on pole position, non seulement pour soutenir leur équipe mais surtout pour la pousser à fond. Il faut dire que c’est aussi une guerre et un autre match psychologique que les Egyptiens veulent gagner.
Cette fois pour cette ultime bataille de Khartoum, entre l’Algérie et l’Egypte, et ce, pendant la couverture de l’avant- match, les médias égyptiens ont réussi à détourner l’attention de toute l’opinion sportive, y compris algérienne, sur un seul point, celui qui aurait le plus grand nombre de Soudanais à ses côtés ? Le pire, c’est que certains medias de la presse algérienne ont suivi cette campagne. Mais qu’est-ce qu’on aura à gagner nous les Algériens si les Soudanais soutiennent l’Egypte et non pas l’Algérie ? Si cela constitue un soutien moral pour les Egyptien, pour nous, les algériens, on n’a pas besoin de cela, il y a suffisamment d’Algériens qui ont fait le déplacement à Khartoum pour rivaliser avec le nombre de supporters qu’auront les Pharaons. Plus que cela, les deux équipes auront des places à parts égales le jour du match (9 000 pour chaque équipe) alors si l’une aura plus que sur l’autre, cela ne va certainement pas influencer sur le moral des joueurs. Surtout que les nôtres ne rentrent pas dans le jeu des Egyptiens, parce que les Soudanais sont vraiment partagés, et si certains d’entre eux penchent pour l’Egypte ou l’Algérie, c’est pour gagner l’estime de chacune des deux équipes.
A. I.  


Hier, lors de l’ultime séance d’entraînement
Verts entraînements de… stars

C’est dans un stade archicomble que les Verts se sont entraînés hier sur le terrain du stade du club d’El Hilal. Bien évidemment, tous les joueurs étaient présents. A leur arrivée sur le terrain, le sélectionneur national, Rabah Saâdane, a demandé à ses poulains d’aller saluer tous les supporters qui se trouvaient dans toutes les tribunes qui entouraient la pelouse. Ainsi, on a pu assister à une vraie communion entre les Verts et leurs supporters. Après cela, la séance a débuté avec l’échauffement habituel. Ziani et ses coéquipiers ont répété les combinaisons offensives et axé ainsi leur travail sur l’attaque. Pas de travail tactique donc, hier, lors de l’entraînement ouvert au public et à la presse.
Les joueurs à leurs fans :
«Restez calmes durant le match et faites-nous confiance»
Il est à préciser aussi qu’avant l’entame de l’entraînement, les joueurs sont partis donner des consignes à leurs fans leur demandant de ne pas jeter des pierres et aussi de ne pas envahir le terrain, car cela pourrait être synonyme de défaite sur tapis vert dans le cas où notre équipe nationale réussirait à gagner et à arracher sa qualification pour le Mondial. Un message qui a été bien accueilli par les supporters de l’EN qui, par la même occasion, ont supplié Rabah Saâdane de ne pas surtout évoluer de façon défensive.

Djebbour : «Ne vous inquiétez pas, on va se qualifier»
A la fin de la séance, certains éléments, à l’image de Djebbour et de Halliche, se sont dirigés vers leurs fans pour à la fois les remercier et leur donner des bouteilles d’eau. Leur message : «Ne vous inquiétez pas, on se qualifiera pour le Mondial et on battra les Egyptiens demain.» Les poulains de Saâdane ont juste après rejoint les vestiaires avant de monter dans le bus pour rallier leur hôtel pour une bonne nuit de sommeil.
A. H. A.  


Algérie-Egypte
Après ça… le Mondial

Ce nouveau bras de fer algéro-égyptien aura toutes les allures d’un match de coupe, car il aura des conséquences fatales et irrattrapables pour l’une ou l’autre des deux forces en présence. Un match, en somme, aux multiples paramètres, car il ne ressemble à aucune autre confrontation précédente entre les deux pays, vu que c’est la toute première fois dans l’histoire que l’Algérie et l’Egypte croisent le fer dans un match d’appui, avec comme prime capitale un billet qualificatif pour le Mondial. Ce qui lui confère déjà un cachet particulier, de surcroît surdimensionné par les récents évènements du Caire qui auront forcément des incidences psychologiques sur le match de ce mercredi soir au stade d’Oum Domrane. Contexte donc particulier et atmosphère singulière pour les hommes de Saâdane et ceux de Shehata qui, quatre jours seulement après cette chaude… très chaude empoignade du Cairo Stadium, devront remettre ça dans cette (fausse) logique qui prétend qu’un match ne ressemble jamais au précédent ou au…  suivant. Ne serait-on pas tentés, voire même désireux de le croire, nous, Algériens, par rapport au match complètement raté de nos Verts samedi dernier ? Assurément oui, et nous ne sommes certainement pas les seuls, car Rabah Saâdane, en vieux briscard, en aura certainement passé au moins une nuit blanche pour revoir le film dans sa tête et en tirer les enseignements.
Quelle stratégie pour Saâdane ?
Les leçons d’abord tactiques qui ont influé sur le rendement offensif et par conséquence sur la rigueur défensive de l’équipe. Un choix qui a suscité inévitablement un débat et qui rebondit forcément avant le coup d’envoi de cette rencontre où la bande à Saâdane n’aura évidemment aucune autre alternative que celle de prendre son adversaire à la gorge et de lui imposer sa furia habituelle, comme celle de la deuxième mi-temps à Blida en juin dernier. La question que se posent les spécialistes concerne la fameuse formule que le coach des Fennecs compte mettre en place, et à ce niveau là, il y a trois formules possibles : le 4-5-1 avec soit Saïfi soit Ghezzal en attaque, le 3-5-2 avec les deux attaquants en question ou alors un 4-4-2 pour lequel optent actuellement tous les initiés qui sont même persuadés que si Saâdane avait appliqué ce schéma au Caire, on serait aujourd’hui qualifiés pour la Coupe du monde. Vérité ou simples conjectures ?

Les absents et… les solutions
C’est vrai en tout cas qu’avec des «si», on peut accomplir beaucoup de miracles, à condition bien évidemment d’avoir tous les atouts en main, ce qui ne sera vraisemblablement pas le cas pour Rabah Saâdane dans ce match de Khartoum, puisque l’équipe nationale sera privée d’au moins deux joueurs jusque-là titulaires, mais pas vraiment irremplaçables, en l’occurrence Gaouaoui et Lemouchia. A leur place, on devrait retrouver respectivement Chaouchi, dont la présence pourrait être également précieuse sur le plan psychologique face à ces trublions égyptiens, et Hassan Yebda, qui est complètement rétabli de sa blessure et donc prêt pour le service dans l’entrejeu comme milieu relayeur. Ce qui est positif pour Saâdane avant le coup d’envoi de cette rencontre, c’est que son staff médical a, au terme d’un travail colossal, vidé pratiquement l’infirmerie, puisque tous les joueurs sur lesquels planait une incertitude sont bel et bien rétablis dans la perspective de ce match d’appui, tel Halliche, alors que les autres comme Bougherra, Antar Yahia, Meghni et Ziani ont encore amélioré leur état depuis le match du Caire.
L’embarras du choix pour Shehata
Inversement dans l’autre camp, tout semble baigner dans l’huile pour Shehata qui, non seulement se vante d’avoir en ce moment une équipe qui crache le feu et qui a un gros ascendant psychologique sur les Algériens, mais en plus le «captain» se réjouit du fait qu’il enregistrera pour ce match le retour de Hosny Abdrabou et de Wael Gomoa. Le premier revient de blessure et le second d’une suspension pour cumul de cartons. Ces deux éléments ne feront qu’augmenter l’embarras du choix pour Shehata qui aura également à décider s’il doit titulariser son remplaçant providentiel de samedi dernier, Emad Motaeb, ou le laisser en tant que joker comme il a l’habitude de le faire. Dans le premier cas, c’est certainement Zidan qui en ferait les frais et qui retrouverait le banc. Un seul petit souci pour Shehata, comme il l’a déclaré à la presse égyptienne avant ce match, c’est la forme physique de ses joueurs, surtout, a-t-il dit, en cas de prolongations, expliquant par là les séances d’entraînements très homéopathiques de ces derniers jours.
Ne serait-elle pas une autre ruse de guerre du coach égyptien qui n’en est pas à sa première du genre ? Assurément, rien n’est à écarter dans cette véritable bataille psychologique qui a déjà commencé depuis belle lurette et qui aura pour lieu de dénouement le stade d’El Merrikh de Khartoum.
R. B.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...