RSS

Le Cas Sonderberg

6 novembre 2009

1.Lu pour vous

Le Cas Sonderberg

Le Cas Sonderberg

d’Elie Wiesel

[Littérature française XXIè]

Editeur : Grasset
Publication : 3/9/2008
Nombre de pages : 256 pages     ISBN : 9782246736011

Résumé du livre


Jeune journaliste, Yedidyah évolue dans la rédaction d’un quotidien new-yorkais, avec ses intrigues. Critique théâtral, époux d’une actrice, il participe de la comédie new-yorkaise. Les succès éphémères, les gloires oubliées : rien n’est plus joyeux qu’une nouvelle étoile, rien n’est plus mélancolique que son crépuscule. Mais voilà qu’on demande un jour à Yedidyah de ‘couvrir‘ le procès d’un certain Werner Sonderberg. L’accusé, jeune Allemand résidant aux Etats-Unis, est parti se promener avec son vieil oncle, visiteur de passage, dans les montagnes des Adirondacks. Le neveu en est revenu seul. Coupable ou non-coupable ? Cette affaire déclenche en Yedidyah d’étranges et puissants échos. Sentant qu’il se heurte à un secret familial, il tente de sonder sa propre mémoire. Qui est-il vraiment ? Comment retrouver les visages disparus d’un père, d’une mère, d’un frère ? Le voilà guetté par la folie. Il a recours à l’hypnose pour retrouver les images de sa petite enfance, faire la paix avec lui-même et avec ‘une histoire qui, jusqu’à la fin des temps, fera honte à l’humanité’.


À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

3 Réponses à “Le Cas Sonderberg”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Livres Hebdo – Jean-Claude Perrier (20 Juin 2008)
    Il est des livres modestes en apparence, peu volumineux, écrits avec une grande sobriété, et dont pourtant l’ambition et la puissance sont intenses. Des livres qu’une fois achevés on n’oubliera pas. ‘Le Cas Sonderberg’ (.. .) est de ceux-là.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  2. Artisans de l'ombre Dit :

    Les extraits de « Le Cas Sonderberg »

    La première phrase
    Doit-on souffrir puis sentir sur la nuque le souffle glacé de la mort pour comprendre pourquoi il arrive que, depuis la plus tendre enfance, l’on se promène avec une sorte de vague à l’âme proche de la mélancolie ?

    Morceau choisi
    Cet événement-là, je m’en souviendrai jusqu’à ma dernière heure sur cette terre qui m’a porté, me trimbalant d’une découverte à l’autre, de souvenir en souvenir, d’une émotion à l’autre, et je n’en saurai jamais la vraie raison.
    Pourquoi cette rencontre, cet affrontement avec un destin qui toucha le mien en surface, comme le fruit du hasard ?
    J’ aurais pu faire d’autres études, m’intéresser à la musique plutôt qu’au théâtre ;j’aurais [... ]

    - page : 12 – éditeur : Grasset – date d’édition : 2008 -

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  3. Artisans de l'ombre Dit :

    La critique par Mathieu Menossi

    Dans une écriture simplement élégante, Elie Wiesel entrelace les destins, les certitudes et les interrogations de chacun de ses personnages. Dans un apparent désordre, il couche sur le papier ses considérations existentielles. Tantôt « je », tantôt « il », Elie Wiesel oscille entre deux narrateurs. Entre son personnage principal et lui-même. Pour mieux les réunir. Comme dans un journal intime, les souvenirs s’accumulent : une rencontre, une conversation. Le récit d’un sage, le chant d’un poète ou la parole d’un rabbin. Les enchaînements semblent n’obéir à aucune règle précise. Les réflexions s’entrecroisent, de digression en digression, et ce, dans un seul but, celui de trouver le sens et la justification de la vie. Renvoyé à ses propres failles, Yedidyah confie : « J’aurais pu tout simplement ne pas être, ou ne plus être. Ou ne pas être moi. »
    Dans ce ‘Cas Sonderberg’, on retrouve les thèmes chers à l’auteur. L’enfance, la mémoire, la folie, l’identité, la vie et la mort. Poursuivant sa réflexion sur la nature humaine, Elie Wiesel en dévoile toute l’ambiguïté. Son caractère imparfait, bien que perfectible. Une ambiguïté que résume le choix du jeune Allemand Werner Sonderberg de plaider « coupable et non-coupable ». A l’auteur, alors, de s’interroger : « Où commence la culpabilité d’un homme et où s’achève-t-elle ? » Plus encore, il pose la question du libre arbitre, de la responsabilité individuelle et collective. Quel crédit accorder à la critique du journaliste ? A la sentence du juge ? Le monde est-il une scène et la vie une performance, une succession de rôles ? Avec aisance et humilité, Elie Wiesel réunit dans un même débat imaginaire et réel, raison et spiritualité, philosophie et justice. Autant d’éléments qui sous sa plume finissent par entrer en résonance. Finalement, ‘Le Cas Sonderberg’ est à l’image de l’âme humaine. Un labyrinthe dans lequel on s’égare.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...