RSS

le Perroquet : le livre.

5 novembre 2009

1.Lu pour vous

le Perroquet : le livre.

Couverture de l'oeuvre
Catégorie : Biographies / Témoignages
Par LOUIS MACHADEAU
  • Date de publication sur In Libro Veritas : 11 octobre 2008 à 12h53
L’identité individuelle est un fragment de l’identité collective?
Qu’est-ce que être français aujourd’hui?
La binationalité est-elle un danger?
Il y a-t-il une identité nationale?
Sur quelles pierres peut-on bâtir une unité nationale?



Ces interrogations et bien d’autres sont ici posées avec un langage sans prétentions et une bonne humeur discrète car l’objectif est d’aborder certaines questions très importantes autour de l’identité sans pourtant tomber dans la passion et dans l’intolérance.

 
Extraits 
1.

CHAPITRE 7: MAIS QUI EST-IL EN FAIT?

      
On est tous égaux dans la richesse des nos différences.


Tout d’abord et avant toute explication, il faut dire que le changement a eu lieu car l’opportunité était au rendez-vous. C’est-à-dire que j’ai fait ce changement car j’ai eu l’occasion pour le faire lors d’une démarche administrative. Si cette occasion n’avait pas existé, si elle n’avait pas été là, à la portée de la main, je ne l’aurais pas cherchée par d’autres voies. C’est très important de comprendre l’aspect de l’opportunité car ça a été une circonstance facile et pratique pour le faire.

Cette opportunité ce n’est qu’un champ dans un formulaire, mais ça a fait toute la différence. En fait, dans le formulaire de demande de naturalisation, il y avait une ligne où je pouvais y mettre un nom d’usage. Bref, je n’ai rien fait de particulier, aucune démarche à réaliser, aucune demande particulière auprès des autorités.

2.CHAPITRE 8: MAIS EN FAIT QUI SUIS-JE?

      
Que reflète mon miroir?


Au chapitre précédent, j’ai défini en partie ce que je suis quand j’affirme que je me sens un citoyen de la planète et la joie que cela me procure. Néanmoins, ceci n’est pas la réponse sur ma relation avec mon nom et ce qui en découle par rapport mon identité. Alors, j’espère pouvoir me présenter à vous, tel que.

Il est toujours important de rappeler qu’à la naissance, aucun enfant ne choisit son pays, sa famille, sa langue, son nom, et aucune autre chose d’ailleurs. Les parents ou quelqu’un d’autre s’en chargent. Évidemment en ce qui concerne le nom, c’est souvent un geste beau et important, mais comme on l’a ici abordé, il y a tous les cas possibles. Un cas très répandu sur la planète est de faire, à la naissance de l’enfant, un hommage à une personnalité ou à une passion des parents. Cet hommage peut être religieux, politique, sportif, culturel. Néanmoins une fois l’enfant adulte, ce choix peut devenir une lourde contrainte.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “le Perroquet : le livre.”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Le Coq et le Perroquet : le livre.
    CONCLUSION

    Tout d’abord un grand merci à vous qui m’avez accompagné jusqu’ici dans ce récit. Je sais que le chemin n’a pas été très droit et lisse, mais je suis persuadé que les détours de ce conte et les cailloux littéraires ont aussi apporté des éléments de réflexions utiles.
    Comme nous l’avons annoncé à l’introduction, ceci n’est pas un travail scientifique : ce n’est qu’un récit, une histoire que j’ai voulu partager. Néanmoins, on peut tirer quelques conclusions de cette histoire. Certes, ces conclusions sont connues, mais le but n’est pas de présenter de nouvelles connaissances, mais d’en redécouvrir certaines, et surtout de mettre en question certaines idées anciennes. Si ce livre peut aider à lancer un débat ou mener à des réflexions sur notre société, ou sur soi-même, mon but sera atteint au-delà du souhaité.
    L’identité individuelle n’est qu’une affaire personnelle. Le nom, ou prénom, reste d’abord une affaire de famille et cela s’inscrit dans un contexte culturel de taille variable et aux contours imprécis. Dans ce contexte, nous pouvons aller d’une petite bulle de quelques dizaines d’individus, à une gigantesque sphère de quelques millions. De plus, ce contexte est temporel et il ne peut pas avoir une compréhension historique, ni avec le passé, ni avec le futur, car fort heureusement nos existences deviennent de plus en plus longues : ainsi, les effets culturels qui s’imposent au choix des noms ne seront plus les mêmes dans 20 ou 30 ans. Les générations vont se rencontrer mais nous, nous serons toujours là.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...