RSS

Novembre et ses héritiers

29 octobre 2009

Colonisation

Novembre et ses héritiers

par Abed Charef

Le 1er Novembre a de nombreux héritiers. Mais de quoi ont-ils hérité au juste ?



Et qu’en ont-ils fait ? Ce sont de petites évidences, sur lesquelles le temps a jeté un discret voile de l’oubli. Des évidences qu’on évoque à voix basse lors des anniversaires et commémorations, pour passer rapidement à autre chose, alors qu’elles ont animé les grands moments de la vie du pays et constitué les piliers de son histoire. Le temps, cet ennemi de la vérité, qui transforme le gris en blanc et les opportunistes en héros, a occulté ces évidences ; ils les a poussées vers la marge, ou transformées en éléments folkloriques que brandissent de vieux militants au physique incertain.

Le temps a fait son œuvre, donc. Mais pas seulement lui. Car les hommes aussi ont contribué à cet oubli. Ils y ont même beaucoup contribué. Et pour les hommes, les motivations sont très concrètes. Elles englobent pouvoir, argent, rente, honneurs et influence. Beaucoup avaient intérêt soit à manipuler ces évidences, pour en tirer profit, soit à les occulter, pour éviter d’exposer leurs défaillances. Car celui qui impose sa lecture du passé réussit le plus souvent à imposer son pouvoir.

Quand ce jeu concerne des personnes, il est toujours possible de trouver la parade. Il suffit d’un témoin, d’un document, pour rétablir la vérité. Quand ce sont des groupes politiques et sociaux qui se mobilisent pour manipuler l’histoire s’accaparer de pans de entiers, il devient plus difficile de s’y retrouver. Mais quand c’est une majorité qui adopte une lecture partiale de l’histoire, comme si les Algériens avaient décidé de ne plus regarder leur passé en face, il devient périlleux de s’accrocher à ces bribes de vérité, à ces évidences que la masse a décidé d’ignorer.

C’est ce qui arrive précisément avec un thème majeur de la guerre de libération. Il s’agit de la filiation idéologique du 1er novembre, avec ses immenses implications sur notre présent et sur l’avenir du pays. Pendant un long moment, pendant la guerre de libération et après l’après-indépendance, un slogan a dominé la vie politique du pays : « un seul héros, le peuple ». C’était une démarche habile pour effacer Messali Hadj puis faire oublier Ahmed Ben Bella, entre autres, mais aussi pour donner au pouvoir une assise populiste, avec un discours aussi facile primaire que facile. Il suffisait de flatter le peuple pour être dans la ligne, et devenir légitime.

La guerre de libération était cependant trop proche, et personne n’était dupe. Les exclus – Ferhat Abbas, Mohamed Boudiaf, Hocine Aït-Ahmed, Krim Belkacem, puis Ahmed Ben Bella, et tant d’autres- disparaissaient du discours officiel, mais leur poids politique ou moral restait très fort. Pour une raison simple : ils étaient attaqués par des groupes qui détenaient le pouvoir, mais qui utilisaient un discours qu’ils avaient empruntés à ces mêmes opposants !

Le changement est venu plus tard, lorsque des groupes idéologiques, politiques ou sociaux se sont mis à l’œuvre pour tenter de donner un autre sens à la guerre de libération. Entre ceux qui affirmaient que le 1er novembre avait pour objectif de rétablir une douteuse authenticité, ceux qui le prédestinaient pour jouer le rôle moteur d’une révolution sociale à venir, et d’autres qui y voyaient le premier pas vers le rétablissement d’un mythique califat, la guerre était ouverte. Elle n’a jamais cessé depuis, avec notamment une offensive ininterrompue de ceux qui voulaient faire de Abdelhamid Ben Badis le personnage clé du mouvement national durant la première moitié du XXème siècle.

Ferhat Abbas, quant à lui, n’avait guère de partisans en mesure de l’imposer comme symbole du mouvement national. Le courant populiste est, de son côté, disqualifié par l’itinéraire ambigu de Messali, et par le bilan mitigé de sa gestion de l’après-indépendance. La chute du mur de Berlin a exclu les courants de gauche. Il ne reste dès lors que les islamistes pour tenter encore de se placer comme parrains idéologique du 1er novembre, ce qui est évidemment une supercherie.

Mais ce qui est encore plus grave pour le pays tout entier, c’est que le courant populiste, qui a constitué la colonne vertébrale du mouvement national, renie ses propres fondements. Il n’arrive pas à admettre que sa lutte était, certes, fondée sur des aspirations à la liberté et à l’indépendance, mais que ses références étaient plus proches des idées des Lumières que de celles des zaouias ou de toute forme d’organisation traditionnelle de la société algérienne.

Le succès du 1er novembre n’est pas le résultat des seuls sacrifices et de l’héroïsme abstrait du peuple. Il est aussi, et en premier lieu, le produit de l’accès des dirigeants du mouvement national à la modernité : utilisation des formes modernes d’organisation, prise en charge de la société selon des méthodes modernes, mise en place du noyau d’un état moderne, adoption d’un discours moderne sur des thèmes comme la libération de la femme, l’accès de tous à l’école et au savoir, égalité entre tous les citoyens, etc. L’accès à cette modernité, malgré le caractère largement archaïque de la société, a été le prix à payer par l’élite algérienne pour parvenir à l’indépendance, alors que les formes traditionnelles de lutte et de résistance, même celles menées par des hommes de l’envergure de l’Emir Abdelkader, n’avaient pas abouti. En ce sens, le 1er novembre trouve ses sources dans les Lumières, non dans des références religieuses, claniques ou tribales.

Aujourd’hui, des courants idéologiques tentent d’occulter cette réalité historique pour imposer leur vision de la société. Ils veulent rattacher le 1er novembre à des racines qui ne sont pas siennes. C’est une supercherie, mais cela fait partie du jeu. Ce qui est plus troublant, par contre, c’est que ceux qui se prétendent héritiers du 1er novembre accompagnent ce mouvement, et laissent le pays revenir aux archaïsmes qui avaient rendu possible la colonisation de l’Algérie.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...