RSS

Anniversaire-Kateb Yacine, vingt ans après… : L’homme étoilé

22 octobre 2009

Non classé


Anniversaire-Kateb Yacine, vingt ans après... : L'homme étoilé

Anniversaire-Kateb Yacine, vingt ans après… : L’homme étoilé

En octobre 1989, il s’éteignait à Grenoble. En octobre 2009, son aura demeure toujours aussi lumineuse. Hommages en vue…Les célébrations posent toujours problème, elles dépendent d’un calendrier et souvent du hasard, mais elles ont une force symbolique qui continue à capter l’attention.

Elles restent surtout des occasions de mettre en valeur un homme, un fait, une œuvre… Le décès, il y a 20 ans, du grand écrivain algérien Kateb Yacine n’a pas fait pour l’instant l’objet de nombreuses annonces, mais, ça et là des initiatives se dévoilent. La wilaya de Guelma a décidé de faire fort pour honorer celui qui fut, toujours avec talent, écrivain, poète, dramaturge et journaliste. Un colloque international consacré à sa vie et à son œuvre aura lieu du 27 au 30 octobre au chef-lieu, tandis qu’une salle de cinéma de la ville sera baptisée en son nom. On annonce également qu’une stèle à l’effigie de Kateb Yacine sera érigée sur le site de Aïn Ghror, près de Hammam N’bails, ancien fief de la tribu des Bani Keblout, dont descendait l’auteur et qui lui avait inspiré plusieurs faits de son roman Nedjma et notamment le personnage du gardien ancestral.

A Alger, c’est la compagnie du Gosto Théâtre, dirigée par Ziani Chérif Ayad, qui organise, en partenariat avec le palais de la culture Moufdi Zakaria et l’OREF « Les rencontres Kateb Yacine 2009 » (27, 28 et 29 octobre sur les deux lieux). Il s’agit d’un événement multidimensionnel avec des mises en espace de pièces théâtrales, des tables rondes, des chantiers culturels et un petit cycle de documentaires sur Kateb Yacine. La passion de Ziani Chérif Ayad pour Kateb Yacine est connue de longue date. Il avait eu l’occasion de l’exprimer pratiquement en 2003, « Année de l’Algérie en France », avec l’entrée de Kateb Yacine dans le répertoire prestigieux de la Comédie française, un événement dont la portée est loin d’avoir été appréciée à sa juste mesure. Ziani Cherif avait alors monté une adaptation théâtrale de Nedjma par Mohamed Kacimi, réalisée avec de jeunes comédiens algériens, dont certains encore étudiants à l’institut de Bordj El Kiffan. Un pari fou mais qui, à force de travail et d’obstination, avait fini par porter ses fruits sur une des plus grandes scènes théâtrales du monde.

Dans le préambule à la présentation de la manifestation, Ziani Cherif affirme : « Voilà vingt ans que Kateb Yacine nous a quitté ; au-delà de l’hommage mérité à plus d’un titre et de la reconnaissance que chacun de nous éprouve pour le poète citoyen, il nous paraît utile, nécessaire et essentiel de nous rencontrer pour débattre de son œuvre et son engagement à mettre l’homme au cœur du drame, c’est-à-dire au cœur de son peuple et au cœur de son histoire. Il refuse de se taire, il revendique sa responsabilité d’artiste et de citoyen dans la cité, et cette responsabilité n’a de sens pour lui que dans la perturbation des idées toutes faites sur tout et des politiques qui écrasent les libertés, toutes les libertés y compris la liberté de conscience ». Soulignant que ces rencontres sont appelées à devenir périodiques, il souhaite que s’ouvre ainsi, sous le « regard » de Kateb Yacine, « un débat sur le théâtre comme lieu de rencontre, laboratoire des langages, porte ouverte sur le futur et lien avec le passé ». La bibliothèque du palais de la culture sera le lieu de ces débats avec, en ouverture, la conférence de Benamar Mediene, universitaire et biographe de Kateb Yacine dont il fut un proche ami. Cette conférence, intitulée « Kateb Yacine : amitiés électives et camarades de combat » portera sur les personnages qui ont marqué ou approché l’écrivain entre 1945 et 1985.

On y retrouvera une galerie impressionnante de personnalités littéraires, artistiques, intellectuelles et politiques qui, pour certains, ont marqué le XXe siècle : Louis Aragon, Jean Paul Sartre, Abdelhamid Benzine, Jean Marie Serrault, Malek Haddad, Paul Eluard, Ali Zamoum, etc., sans oublier Issiakhem le compagnon de toujours, « fil rouge de l’existence » de Kateb Yacine (le 28 octobre à 10h). L’écrivain Djillali Khellas viendra présenter son film documentaire intitulé Nedjma, un regard à la fois sensible et raisonné sur l’œuvre phare (même jour, 14h 30) qui sera suivie d’une première table ronde (Kateb Yacine, un intellectuel iconoclaste) réunissant autour du professeur Mohamed Lakhdar Maougal, notre confrère d’El Khabar, Abdelkader Hamid, ainsi que des professeurs de littérature : Abdlelkefi Rab’a (de Tunis), Nedjma Benachour, Assia Kacedali et Aïcha Kassoul. Le 29 octobre en matinée, la 3e table ronde portera sur les dramaturgies arabes contemporaines et tentera sans doute de situer la démarche de Kateb Yacine. Modérée par Ziani Cherif, elle associera des gens de l’art et des critiques : Philippe Foulquié (Marseille), Roger Assaf (Beyrouth), Marina Barham (Beït Sala, Palestine), Zeineb Farhat (Tunis) et Pierre Abi Saab, chef de la rubrique culturelle d’Al Akhbar (Beyrouth).

L’après-midi, après la projection du documentaire de Kamel Dahane, L’amour et la révolution, aura lieu la dernière table ronde sur Kateb Yacine, journaliste, avec autour de notre confrère de Djazaïr News, H’mida Layachi, le journaliste Allaoua Wahbi et les universitaires Ahmed Cheniki (Annaba) et Paul Siblot (Montpellier). L’auditorium donnera rendez-vous le 27 octobre à 19h à la pièce de Areski Mellal, L’étoile et la comète, mise en scène par Ziani Cherif et présentée comme une sorte de « biographie affective, intime et émouvante » de Kateb Yacine. Du 29 octobre au 3 novembre El Machina, également mise en scène par Ziani Cherif, la pièce Les dires de Abdelkader Alloula sera donnée tous les soirs à 20h sous le chapiteau de l’esplanade de Ryadh El Feth. Auparavant, le 28 seront présentées au même endroit des mises en espaces de textes : « La galaxie Kateb Yacine, de la poésie aux libertés » de Benamar Mediene et « Minuit passé de douze heures », d’après les écrits journalistiques de Kateb Yacine. Un beau programme en perspective pour ceux qui veulent découvrir ou redécouvrir un écrivain exceptionnel à l’audience réellement universelle. Amazigh Kateb viendra probablement en Algérie, courant novembre, pour une tournée avec les chansons de son premier album solo où figurent plusieurs textes de son père.

ُEl Watan Edition du 22 octobre 2009

L’info. au quotidien

 >

   Arts et Lettres

Par Slimane Brada

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...