RSS

Le bachelier

10 octobre 2009

1.Lu pour vous

Le bachelier

Le bachelier

de Jules Vallès

[Littérature classique]

Editeur : Gallimard
Publication : 16/10/1974
ISBN : 2070366030

Première publication : 1881


Résumé du livre

Dans ce deuxième volume autobiographique, entre ‘L’ Enfant‘ et ‘L’ Insurgé‘, Jacques Vingtras le réfractaire manifeste au Quartier latin, échafaude avec ses amis mille projets révolutionnaires. L’écriture est enflammée, pleine d’humour. La Commune se profile à l’horizon. En attendant il faut bien vivre : il sera pion.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

2 Réponses à “Le bachelier”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    “Le bachelier”

    (1881)

    Roman

    Après son échec au baccalauréat, Vingtras fait sa malle et part pour Paris afin d’y tenter la fortune : «Vingt-quatre sous, dix-sept ans, des épaules de lutteur, une voix de cuivre, des dents de chien, la peau olivâtre, les mains comme du citron et les cheveux comme du bitume». Mais sans métier, c’est dur. Il ne trouve pas de travail pour la raison bien simple que, quoiqu’il advienne, il a résolu de défendre ses intérêts, de faire preuve d’intransigeance sur les questions de principes, d’être susceptible en matière d’honneur : «J’ai dix ans de colère dans les nerfs, du sang de paysan dans les veines, l’instinct de révolte… ne voyant la vie que comme un combat, espèce de déserteur à qui les camarades même hésitent à tendre la main, tant j’ai des théories violentes qui les insultent et qui les gênent; ne trouvant nulle part un abri contre les préjugés et les traditions qui me cernent et me poursuivent comme des gendarmes». Aussi connaît-il les pires tribulations, cette rigidité étant la cause principale de sa grande instabilité professionnelle. Il exerce divers petits métiers alimentaires, tous plus ingrats et humiliants les uns que les autres : le journalisme, le commerce, la publicité. Aucune de ces occupations ne lui donne d’ailleurs de quoi subsister. L’atmosphère de Paris ajoute à sa détresse : il participe en spectateur à la brève révolution de 1848, durement matée par Cavaignac. Il en approuve certains aspects, et se construit une méthode d’action : le système politique français étant mauvais, il décide de l’attaquer sur le plan idéologique. Sa prose, d’une qualité certaine, lui permet de devenir journaliste politique. Cette activité lui convient, mais la virulence de ses articles lui vaut vite des déboires. Nul journal, en effet, ne le garde suffisamment longtemps pour qu’il puisse y exprimer totalement ses opinions iconoclastes. Il s’oppose au coup d’État de Napoléon III, le 2 décembre 1851, et au pouvoir du Second Empire, manifeste au Quartier latin, échafaude avec ses amis mille projets révolutionnaires. Il se solidarise avec les miséreux. La Commune se profile à l’horizon. En attendant il faut vivre : même s’il déteste l’enseignement plus que tout au monde : il est pion dans divers pensionnats et, en fin de compte, échoue dans une crèche. Sachant manier la plume, il revient au journalisme. Mais, à chaque porte, il se casse le nez. Dans la prese politique, la hardiesse de ses idées lui suscite des difficultés. Comment ne se méfierait-on pas d’un homme qui attire la foudre partout où il met les pieds? Son génie, en somme, ne peut que le desservir. Il retombe un temps dans la misère et, par chance, trouve un emploi dans une mairie parisienne. Pour la première fois de sa vie, le malheureux pourra étourdir la grosse faim. Mais des annnées passent sans qu’il puisse améliorer sa condition.

    Commentaire

    Dans ce deuxième volume autobiographique, l’écriture est toujours aussi enflammée et pleine d’humour. Le bachelier s’est métamorphosé en insurgé. Il exècre Napoléon III mais ne croit plus que le tyrannicide soit un remède efficace. Ce qu’il faudrait tuer, songe-t-il, c’est tout le mal engendré par la question sociale. L’un des premiers parmi les écrivains français, Vallès a souligné avec force le danger que constitue, au sein de la société, la présence d’un prolétariat intellectuel. Par réaction contre le romantisme douceâtre et la gaîté facile de la bohème bourgeoise de Murger, il brossa des portraits de déclassés, victimes de leur éducation et du mirage de la gloire littéraire. Pour avoir cru naïvement au prestige des diplômes, la plupart de ces irréguliers avaient quitté leur province natale, où ils se fussent fait un nom peut-être, où ils eussent vécu dignement, en tout cas. Mais ils avaient préféré monter à Paris, leur parchemin en poche, et le cœur gonflé d’illusions. Or, bientôt, de déception en déception, ils s’abîmaient dans les bizarreries et l’abrutissement, avant d’être mordus par la faim ou acculés au suicide. Ces «misères savantes» émurent Vallès d’autant plus qu’elles lui révélaient la déchéance dans laquelle il eût sombré, n’eut été son orgueil farouche et sa ténacité. C’était poser le problème redoutable de l’ascension sociale ; c’était s’inquiéter du rôle des intellectuels et des forts-en-thèmes dans la Cité future.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  2. where can i buy pure garcinia cambogia Dit :

    132044 699206How much of an significant content, keep on penning significant other 126181

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...