RSS

Ponctuation

3 octobre 2009

Non classé

Message depuis votre blog nadorculture

Samedi 3 Octobre 2009 10h00mn 03s


belfedhal zohra a écrit:
Ponctuation



* Ce n’est pas pour me vanter,
Disait la virgule,
Mais, sans mon jeu de pendule,
Les mots, tels des somnambules,
Ne feraient que se heurter.
* C’est possible, dit le point.
Mais je règne, moi,
Et les grandes majuscules
Se moquent toutes de toi
Et de ta queue minuscule.
* Ne soyez pas ridicules,
Dit le point-virgule,
On vous voit moins que la trace
De fourmis sur une glace.
* Cessez vos conciliabules.
Ou, tous deux, je vous remplace!

Maurice Carême (1899, 1978)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

15 Réponses à “Ponctuation”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    La ponctuation > Histoire de la ponctuation
    Ah ! La ponctuation ! Comme cela exaspère ! Ou… Au contraire, comme elle sied bien à la compréhension de ce qui pourrait être illisible et totalement inaccessible à la logique humaine et surtout follement essoufflant sans cette petite virgule… Fort à propos ! D’ailleurs, qui n’a pas failli mourir au moins une fois, charrié, bousculé, épuisé, à la lecture d’une envolée proustienne ? Une phrase, huit pages et hop là ! Suffit de suivre l’histoire…

    Évidemment, la ponctuation n’est pas née en même temps que les signes graphiques. Les langues, dans toute l’Europe, se sont raffinées au cours des siècles mais leurs premières manifestations se couchaient, tout d’un trait, sur un papier sans qu’aucune interruption n’intervienne dans le débit des mots. Les textes se déroulaient comme d’interminables rubans de lettres, sans majuscules, sans distinction de paragraphe, sans possibilité d’aparté. Il fallait comprendre tout d’un bloc et sans doute relire plusieurs fois le manuscrit afin de lui octroyer un sens plutôt qu’un autre.

    Il semble que ce soit au cœur de la grande bibliothèque d’Alexandrie que la volonté d’une ponctuation ait pris forme sous la tutelle de trois grammairiens successifs, pendant le 3e et le 2e siècle av. J.-C. : Zénodote, Aristophane de Byzance et Aristarque. On leur doit, selon les historiens, la division en chapitres, certains accents ainsi que les trois points, signes fondateurs de la ponctuation. Le premier de ces points, nommé le Point Parfait, se plaçait après la dernière lettre, dans le coin supérieur, et indiquait que la phrase portait un sens complet. Le second point, appelé le Sous-Point, se trouvait quant à lui, dans le coin inférieur suivant la dernière lettre et correspondait, en quelque sorte, au point final actuel. Enfin, le troisième point, aussi dit le Point Médian, se situait à mi-hauteur après la dernière lettre et faisait office de point-virgule.

    Malgré ces efforts pour rendre au lecteur une langue plus aérée, plus intelligible, les copistes boudèrent ces réformes et c’est plutôt à travers le latin que s’instaura un système de ponctuation au 4e siècle ap. J.-C. Saint-Jérôme en fut l’instigateur. Il reprit les trois points des bibliothécaires d’Alexandrie et ajouta une division aux textes en les affichant en colonnes, ce qui permettait de donner un sens distinct aux colonnes, chaque colonne exprimant une idéologie différente. Il intégra également quelques signes à la langue pour identifier clairement des parties de phrase ainsi que les incises.

    On ne sait trop à qui l’on doit l’idée des espaces entre les mots, les blancs, mais cette innovation, devenue courante au 7e siècle ap. J.-C. rendra la lecture possible à un plus grand nombre d’individus. Séparer les mots, c’était déjà leur reconnaître une individualité et ainsi renforcer leur sens.

    On doit aussi souligner l’emploi de la majuscule par les moines copistes et les enlumineurs, qui l’introduisirent dans les manuscrits pour orner le commencement des chapitres. Ils intégrèrent le pied de mouche, par ailleurs, afin de forcer l’attention sur un sens ou un élément particulier du texte.

    En l’an 1434, lorsque l’imprimerie apparut, les conventions linguistiques allaient changer. Parce qu’il fallut codifier la typographie, on inséra peu à peu des signes de ponctuation. Le point, la virgule et les deux-points devinrent les indications en usage. Il fallut cependant attendre encore cent ans, en 1533, pour que la majuscule fasse son entrée dans l’univers typographique, suivie de l’apostrophe. Le point d’exclamation, issu des effervescences langagières de Florence, serait né à peu près à la même époque.

    Parce que l’imprimerie permettait tant de possibilités, autant en terme d’impressions qu’en terme de diffusion, les copistes, malgré de remarquables talents d’artiste, cédèrent inévitablement la place aux typographes. Or ces derniers comprirent l’importance de rendre les textes plus clairs. De nouveaux signes apparurent alors, sous la dictature des typographes et un traité, celui de Dolet, fut agréé, en 1540, comme étant le référant absolu en matière de ponctuation. Déjà, on pouvait y voir le point, la virgule, les deux-points, le pied de mouche, le point d’exclamation, les parenthèses, les alinéas, la croix, le point d’interrogation, l’astérisque ainsi que des pictogrammes tels que la petite main, le losange, le soleil, la lune.

    Ces codes ne firent évidemment pas l’unanimité et plusieurs auteurs ne les respectèrent jamais. Comme on ne leur accordait alors qu’une valeur de pondération respiratoire, on s’en moquait comme de sa chaussette trouée… Cependant, vers la fin du 18e siècle, le grammairien Nicolas Beauzée, convaincu de l’importance que la ponctuation pouvait apporter au sens d’un énoncé, réussit à en prouver la valeur syntaxique. Un engouement pour la ponctuation grammaticale découla de cette observation et les éditeurs tombèrent dans une sorte d’intégrisme de la ponctuation, ce qui les poussa même à corriger et à ponctuer avec exagération, de sorte qu’ils sabotèrent le sens d’origine de nombreux textes qu’on leur confia durant cette époque.

    Aujourd’hui, la ponctuation, réglementée, encadrée par les différents traités de grammaire agréés, ne lèse plus personne, sinon quelques étudiants réfractaires. Elle est évolutive et permet aussi quelques transgressions, au nom de l’art et de la libre expression. Enjolivée par les pictogrammes d’Internet et les nouvelles significations qu’on lui présume via les moyens de communication actuels (e-mail, chat, langage sms, etc.), la ponctuation est toujours dans le coup, malgré tous les maux de tête qu’elle peut causer, notamment dans les dictées de monsieur Pivot ;)

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  2. Artisans de l'ombre Dit :

    La ponctuation > Les généralités
    A l’oral, la voix monte, descend, observe des temps de pause, des arrêts,… Elle permet à elle-seule de moduler et de cadencer notre discours, de lui donner tout son sens, de mettre en avant certains mots, certaines phrases.

    A l’écrit, toute cette richesse inhérente à la voix n’est plus. Il fallut donc trouver d’autres moyens de se faire comprendre des lecteurs, de traduire les oscillations de timbre et de rythme. Ces moyens nous furent offerts par trois grammairiens et dirigeants successifs de la grande bibliothèque d’Alexandrie au IIIe et IIe siècle avant JC, Zénodote, Aristophane et Aristarque, en introduisant les signes de ponctuation. Les premiers d’une longue histoire qui s’écrit d’ailleurs toujours. Car si les signes actuels demeurent inchangés depuis le XVIIe siècle, de nouveaux tentent régulièrement de s’imposer, notamment avec les nouveaux média de communication tels que les chats et autres sms.

    Mais laissons la passionnante histoire de la ponctuation à un chapitre ultérieur et revenons à ces signes. Ils sont au nombre de 10.

    , La virgule
    ; Le point-virgule
    : Les deux-points
    . Le point
    ? Le point d’interrogation
    ! Le point d’exclamation
    « » Les guillemets
    ( ) Les parenthèses
    ­ Les tirets
    … Les points de suspension

    A ces signes principaux s’ajoutent des signes tels que les [ ] crochets, * l’astérisque, les paragraphes, les alinéas…

    Autant de signes que vous découvrirez en détails au fil des pages de ce site. Leur graphie, leur rôle, leur emploi et puisque l’on ne peut aujourd’hui parler d’écrit sans aborder l’ordinateur, nous évoquerons pour chaque signe ses règles d’usage en typographie française et anglaise.

    Nous retracerons également l’histoire de l’art de la ponctuation, depuis ses plus lointaines mentions connues jusqu’à aujourd’hui et pour finir, vous proposerons une série d’exercices pour tester votre connaissance de la ponctuation ou vous perfectionner.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  3. Artisans de l'ombre Dit :

    La ponctuation > La virgule

    La virgule marque une courte pause dans la lecture sans cependant que l’intonation change.

    La virgule s’emploie :

    -> Dans une énumération, pour séparer des mots, des groupes de mots de même nature ou des propositions juxtaposées.
    Elle monte, elle descend, elle n’arrête pas de bouger !
    Les lions, les girafes, les zèbres, vivent tous trois dans la savane.

    -> Pour séparer des mots, des groupes de mots ou des propositions coordonnées par les conjonctions de coordination et, ou, ni lorsque celles-ci sont répétées plus de deux fois.
    Il ne craint ni le vent, ni le froid, ni la neige.

    Remarque :
    Notons que la virgule peut aussi servir à remplacer les conjonctions et, ou, ni. La conjonction n’apparaissant alors qu’avec le dernier mot.
    Vous avez le choix entre un café, un thé, une tisane ou un chocolat chaud.
    L’enseignante, le proviseur et les élèves montèrent dans le bus.

    -> Devant des mots, groupes de mots ou des propositions coordonnées par des conjonctions de coordination autres que et, ou, ni :
    Je viendrai, mais avec un peu de retard.
    Nous irons au lac, car je sais que tu aimes particulièrement cet endroit.

    -> Pour mettre en relief un élément placé en tête de phrase
    Au sommet de la tour de Windsor, des corbeaux ont élu domicile.
    Moi, je ne croirais jamais une telle chose.
    Puisque tu le souhaites, je le ferai.

    Remarque :
    Dans le cas des inversions de sujets, les éléments placés en tête de phrase ne sont pas séparés par une virgule.
    Dans le salon attendent les invités.

    -> Pour isoler les propositions participiales.
    Son travail terminé, il rentra directement chez lui.

    -> Pour isoler ou encadrer des mots, groupes de mots ou propositions mis en apposition et qui donnent des informations complémentaires :
    L’enfant, épuisé par cette première journée d’école, s’est rapidement endormi.
    Martin, le plus chanceux des hommes, a encore gagné à la loterie.
    Cette chanson, que tout le monde apprécie, est pourtant très ancienne.

    Remarque :
    Si la proposition subordonnée relative explicative est isolée par une virgule (voir exemple ci-dessus), la subordonnée relative déterminative, elle, n’est pas séparée de son antécédent par une virgule.
    L’homme qui m’a téléphoné hier est passé ce matin à mon bureau.

    -> Pour encadrer ou isoler les propositions incises :
    Je vais, dit le professeur, vous expliquer la formation des nuages.
    Je vais vous expliquer la formation des nuages, dit le professeur.

    -> Pour séparer des propositions en signifiant un déroulement chronologique, une succession d’événements :
    Je l’entends, je cours vers la porte, elle ouvre et m’enlace tendrement.
    Nous montions, il descendait.

    -> Après le nom de lieu dans l’indication des dates
    Grenoble, le 17 octobre 1973.

    Règles typographiques

    En français : texte,[espace] texte.
    En anglais : même chose.

    Remarque :
    On fera attention que le signe de ponctuation ne soit pas rejeté au début de la ligne suivante. On utilisera le cas échéant une* espace insécable. Vous l’obtiendrez sous Word avec la combinaison de touches [ctrl] + [shift] + [barre espace].

    * Le terme espace est féminin en typographie.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  4. Artisans de l'ombre Dit :

    La ponctuation > Le point-virgule
    Le point-virgule marque une pause plus importante que la virgule mais à la différence du point, la voix ne baisse pas complètement entre les deux propositions.

    -> Pour séparer des propositions ou expressions indépendantes mais qui ont entre elles une relation faible, généralement une relation logique.
    La planète se réchauffe ; les glaciers reculent d’année en année.

    -> Le point-virgule est également utilisé lorsque la deuxième proposition débute par un adverbe.
    Sa voiture est tombée en panne au milieu de la campagne ; heureusement un fermier passait par là.

    -> Pour mettre en parallèle deux propositions
    Isabelle jouait au tennis ; son frère préférait le football.

    Remarques :
    Le point-virgule s’utilise toujours en milieu de phrase et n’est jamais suivi d’une majuscule.

    -> Pour séparer les termes d’une énumération introduite par un deux-points
    Acheter à l’épicerie :
    – 3 oranges ;
    – 2 pamplemousses ;
    – 4 citrons.

    Règles typographiques

    En français : texte[espace];[espace]texte.
    En anglais : texte; [espace]texte

    Remarque :
    On fera attention que le signe de ponctuation ne soit pas rejeté au début de la ligne suivante. On utilisera le cas échéant une* espace insécable. Vous l’obtiendrez sous Word avec la combinaison de touches [ctrl] + [shift] + [barre espace].

    * Le terme espace est féminin en typographie.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  5. Artisans de l'ombre Dit :

    Les deux-points
    Ils peuvent annoncer :

    -> une énumération.
    Les trois plus grandes villes de France sont : Paris, Marseille et Lyon.

    -> une citation ou des paroles rapportées.
    Paul Valéry a dit : « L’art est fait de beaux détails. »
    Arrivé au bord de la falaise, il s’écria : « Ciel, je suis perdu ! »

    Notez dans ce cas, l’utilisation des guillemets (voir section correspondante)

    -> une explication : une relation de cause ou de conséquence.
    Je n’ai nullement aimé ce film : il était tellement vulgaire.
    Il n’a pas fini ses devoirs : il n’ira pas jouer avec son frère.

    Remarque :
    On évitera fortement de répéter les deux-points dans une même phrase soit en reformulant soit en les remplaçant le cas échéant par « car » ou « parce que ».

    Règles typographiques

    En français : texte[espace]:[espace]texte
    En anglais : texte:[espace]texte

    Remarque :
    On fera attention que le signe de ponctuation ne soit pas rejeté au début de la ligne suivante. On utilisera le cas échéant une* espace insécable. Vous l’obtiendrez sous Word avec la combinaison de touches [ctrl] + [shift] + [barre espace].

    * Le terme espace est féminin en typographie.

    La ponctuation > Les deux-points

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  6. Artisans de l'ombre Dit :

    Le point indique la fin d’une phrase. Il s’accompagne d’une intonation descendante et d’une pause nettement marquées.

    Le musée du Louvre, ancienne demeure des rois de France, est depuis deux siècles l’un des plus grands et des plus beaux musées du monde. Il attire chaque année des milliers de visiteurs.

    Remarque :
    Excepté les titres d’œuvres (livre, film…), une phrase nominale, ou sans verbe, se termine par un point.
    Voici une très belle histoire.
    Le portrait de Dorian Gray (roman de Oscar Wilde)

    Règles typographiques

    En français : texte.[espace]texte
    En anglais : même chose.

    Dans les deux cas, le mot suivant le point débute par une majuscule.

    Remarque :
    On fera attention que le signe de ponctuation ne soit pas rejeté au début de la ligne suivante. On utilisera le cas échéant une* espace insécable. Vous l’obtiendrez sous Word avec la combinaison de touches [ctrl] + [shift] + [barre espace].

    * Le terme espace est féminin en typographie.

    La ponctuation > Le point

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  7. Artisans de l'ombre Dit :

    Les points de suspension
    Toujours au nombre de trois…, les points de suspension peuvent avoir différentes valeurs.

    -> Ils indiquent que la phrase est interrompue. Plusieurs cas :

    > La phrase commencée est abandonnée
    Attends que je… Il va me rendre fou !

    > Ils indiquent une hésitation en cours de phrase
    Elle est… partie hier matin.

    > Ils interviennent dans une énumération qui est écourtée.
    Au Musée d’Orsay, vous pourrez admirer les œuvres de nombreux peintres :
    Cézanne, Corot, Klimt, Delacroix, Pissaro, Toulouse-lautrec…

    Remarque :
    Ils ont dans ce contexte la valeur de etc. Cette abréviation ne peut donc être suivie des points de suspension.
    Dans la montagne vivent des marmottes, des bouquetins, des chamois, etc.

    -> Employés en fin de phrase, ils sous-entendent une suite, une référence, une complicité avec celui à qui on s’adresse, un effet d’attente.
    Vous me comprenez…
    Un jour, je ferai le tour du monde…

    -> Ils peuvent également être employés après l’initiale d’un nom ou d’un mot (généralement grossier) que l’on ne souhaite pas citer.
    Monsieur K… m’a raconté cette étrange histoire.
    Marre de cette p… de vie !

    -> en remplacement du dernier chiffre dans une date.
    Cette histoire s’est déroulée en 164…

    Remarques :
    Les points de suspension ne sont jamais précédés d’une virgule ou d’un point-virgule.

    Entre crochets, les points de suspension indiquent une coupure dans une citation. (Voir section correspondante)

    Règles typographiques

    En français : texte…[espace]texte.
    En anglais : même chose.

    Remarque :
    On fera attention que le signe de ponctuation ne soit pas rejeté au début de la ligne suivante. On utilisera le cas échéant une* espace insécable. Vous l’obtiendrez sous Word avec la combinaison de touches [ctrl] + [shift] + [barre espace].

    * Le terme espace est féminin en typographie.

    La ponctuation > Les points de suspension

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  8. Artisans de l'ombre Dit :

    Le point d’interrogation se place à la fin d’une phrase interrogative (interrogation directe). L’intonation est montante.
    Allez-vous dimanche prochain à la piscine ?

    Remarques :
    Dans l’interrogation indirecte, on utilise le point et non pas le point d’interrogation.
    Je me demande s’il a réussi son examen.

    Placé entre parenthèse (?), le point d’interrogation marque l’incertitude.
    William Shakespeare est né le 23 ( ?) avril 1564 à Stratford sur Avon.

    Règles typographiques

    En français : texte[espace]?[espace]texte
    En anglais : texte?[espace]texte

    Remarque :
    On fera attention que le signe de ponctuation ne soit pas rejeté au début de la ligne suivante. On utilisera le cas échéant une* espace insécable. Vous l’obtiendrez sous Word avec la combinaison de touches [ctrl] + [shift] + [barre espace].

    * Le terme espace est féminin en typographie.

    La ponctuation > Le point d’interrogation

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  9. Artisans de l'ombre Dit :

    Le point d’exclamation
    > Le point d’exclamation se place à la fin d’une phrase exclamative ou d’une phrase exprimant la surprise, l’exaspération, l’admiration, un ordre… L’intonation est montante.
    Que cette fleur est belle !
    Sortez d’ici immédiatement !
    Pourvu que cela lui plaise !

    -> Il s’emploie également après l’interjection.
    Hélas ! vous ne le reverrez pas avant longtemps.
    Elle s’avança doucement, et crac ! elle tomba.

    Remarque :
    Lorsque le point d’exclamation marque une interjection il n’est pas suivi d’une majuscule.

    Règles typographiques

    En français : texte[espace]![espace]texte.
    En anglais : texte![espace]texte.

    Remarque :
    On fera attention que le signe de ponctuation ne soit pas rejeté au début de la ligne suivante. On utilisera le cas échéant une* espace insécable. Vous l’obtiendrez sous Word avec la combinaison de touches [ctrl] + [shift] + [barre espace].

    * Le terme espace est féminin en typographie.

    La ponctuation > Le point d’exclamation

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  10. Artisans de l'ombre Dit :

    Les guillemets
    Les guillemets (inventés par l’imprimeur Guillaume, dit Guillemet, en 1525) permettent d’encadrer les paroles ou écrits de quelqu’un (citation).
    « Quand je regarde l’Histoire, j’y vois des heures de liberté et des siècles de servitude. » (Joseph Joubert)

    Remarque :
    Les guillemets imposent que l’on respecte le texte. Si l’on souhaite l’écourter, il convient alors de remplacer la portion de texte manquante par des points de suspension encadrés de crochets […].

    -> Précédés de deux points, ils encadrent un discours direct.
    Il se tourna vers moi et me demanda : « Avez-vous l’heure ? »

    -> Les guillemets sont également utilisés pour un mot, une expression, utilisés dans un contexte inhabituel, que l’on désire souligner ou nuancer. De même que pour des mots étrangers ou argotiques
    Cette table est vraiment « maganée », comme on dit au Québec.
    Après une séance de yoga, je me sens tellement « cool »

    Remarque :
    Dans un dialogue, on place un tiret à chaque prise de parole sauf pour la première.
    A son arrivée à la clinique, une secrétaire lui demanda :
    « Avez-vous un rendez-vous ?
    – Oui, à 10h30.
    – Parfait, asseyez-vous, je vous prie. »

    Où placer la ponctuation finale ?
    Le point final est placé à l’intérieur des guillemets lorsque la citation forme une phrase complète débutant par une majuscule et introduite par deux-points. Il est placé à l’extérieur lorsque la citation n’est qu’un segment de phrase fondu dans le texte.
    Pierre Reverdy a dit : « Créer, c’est penser plus fortement. »
    Raymond Queneau écrivait de l’histoire qu’elle est « la science du malheur des hommes ».

    > Pour préciser qui parle, on insèrera seulement une courte phrase entre virgules à l’intérieur des guillemets.
    Le professeur demanda :
    « Quelle est la capitale de l’Australie ?
    – Canberra, répondis-je, confiant. »

    Règles typographiques

    On distingue les guillemets à la française « … » et les guillemets droits (aussi appelés guillemets informatiques ou anglais) « … ». On utilisera de préférence les guillemets à la française qui offrent l’avantage de mieux délimiter les citations du fait qu’ils sont formés de deux signes distinctifs.

    En français : texte[espace]«[espace]texte[espace]»[espace]texte
    En anglais : texte[espace]« texte »[espace] texte

    Remarque :
    On fera attention que le signe de ponctuation ne soit pas rejeté au début de la ligne suivante. On utilisera le cas échéant une* espace insécable. Vous l’obtiendrez sous Word avec la combinaison de touches [ctrl] + [shift] + [barre espace].

    * Le terme espace est féminin en typographie.

    La ponctuation > Le point d’exclamation

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  11. Artisans de l'ombre Dit :

    Les parenthèses
    Les parenthèses servent à isoler un mot, un groupe de mots à l’intérieur d’une phrase. Généralement une explication, un commentaire sans lien syntaxique avec le reste de la phrase.
    Il n’a pu se présenter à son entretien (ce n’était d’ailleurs pas la première fois) et n’a même pas pris la peine de s’excuser.

    Remarque :
    On veillera toutefois à ne pas trop en abuser car la mise entre parenthèses provoque une rupture dans la phrase et complique sa lecture et sa compréhension. On se limitera de plus à des segments de phrase courts.

    Où placer la ponctuation finale ?
    Le point final est placé à l’intérieur des parenthèses lorsque le commentaire forme une phrase complète. Il est placé à l’extérieur lorsque le commentaire n’est qu’un segment de phrase fondu dans le texte.
    Cette mesure est révisée. (Ainsi en a décidé le Conseil.)
    Cette mesure est révisée (sur décision du Conseil).

    De la même manière si la phrase réclame une virgule à l’endroit où est insérée la parenthèse, la virgule sera mise juste après la parenthèse fermante.
    Ce que je vais vous dire, écoutez-bien (ceci est très important), est la pure vérité.

    -> Elle permettent également de signaler des variantes de genre et de nombre.
    Passionné(e)s de littérature, cet ouvrage saura vous séduire.
    Le ou les responsable(s) sont attendus dans le bureau du proviseur.

    -> Encadrant un chiffre arabe, elles deviennent un appel de note.
    (1), (2), (3)…

    Règles typographiques

    En français : texte[espace](texte)[espace]texte.
    En anglais : même chose.

    Remarque :
    On fera attention que le signe de ponctuation ne soit pas rejeté au début de la ligne suivante. On utilisera le cas échéant une* espace insécable. Vous l’obtiendrez sous Word avec la combinaison de touches [ctrl] + [shift] + [barre espace].

    * Le terme espace est féminin en typographie.

    La ponctuation > Les parenthèses

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  12. Artisans de l'ombre Dit :

    Les tirets
    Dans un dialogue, le tiret indique le changement d’interlocuteur.
    - Bonjour ! Comment allez-vous ce matin ?
    – Très bien, merci. Et vous ?
    – Un peu fatigué aujourd’hui.

    -> Encadrant une phrase ou un segment de phrase, les tirets jouent le même rôle que les parenthèses.
    Les Vikings – de hardis navigateurs – ont vraisemblablement découvert l’Amérique bien avant Christophe Colomb.

    Remarque :
    De la même manière que celle placée entre parenthèse, la phrase encadrée par deux tirets conserve sa ponctuation propre. Si à l’endroit où se placent les tirets d’incise, la phrase demande un signe de ponctuation, ce signe se mettra après le second tiret.

    En revanche, si le second tiret se situe en fin de phrase, celui-ci disparaît.

    Exemples :
    Si vous aimez le chocolat (et qui ne l’aime pas ?), ne manquez pas de visiter la fabrique non loin d’ici.
    Si vous aimez le chocolat – et qui ne l’aime pas ? -, ne manquez pas de visiter la fabrique non loin d’ici.

    Nous sommes venus l’an passé (la maison n’était pas encore construite).
    Nous sommes venus l’an passé – la maison n’était pas encore construite.

    -> Dans une liste, ils servent à l’énumération des termes.
    Pour la rentrée scolaire, acheter :
    – deux cahiers à spirales, gros carreaux ;
    – des crayons à mine ;
    – des stylos de couleurs ;
    – une gomme ;
    – une règle.

    Règles typographiques

    En français : texte[espace]–[espace]texte.
    En anglais : texte–texte.

    Remarque :
    On fera attention que le signe de ponctuation ne soit pas rejeté au début de la ligne suivante. On utilisera le cas échéant une* espace insécable. Vous l’obtiendrez sous Word avec la combinaison de touches [ctrl] + [shift] + [barre espace].

    * Le terme espace est féminin en typographie.

    La ponctuation > Les tirets

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  13. Artisans de l'ombre Dit :

    Les majuscules
    au début de la phrase.
    Le joueur d’échecs, comme le peintre ou le photographe, est brillant… ou mat. [Valdimir Nabokov, Pnine]

    -> aux noms propres, prénoms, noms de famille, surnoms…
    Marco Polo, Christophe Colomb, Jacques Cartier, étaient tous des grands explorateurs.

    -> aux noms communs utilisés comme noms propres
    Son chat Myrtille.
    Le chef de l’Etat français
    La Bourse de Wall Street

    -> à certains termes de politesse
    Madame, Mademoiselle, Monsieur

    -> aux noms de fêtes
    Noël, Yom Kippour, le Ramadan, Pâques…

    -> aux noms de rues, départements, régions, villes, pays, régions géographiques…
    Il habite rue de l’Esplanade.
    L’avenue Joliot-Curie
    le Canada, la France, la Grande-Bretagne, les États-Unis
    la Seine-et-Marne

    -> aux points cardinaux lorsqu’ils désignent une région géographique
    l’Afrique du Sud
    l’Asie du Sud-Est
    la mer du Nord
    le Midi de la France

    Ils n’en prennent en revanche pas lorsqu’ils désignent une direction.
    Saint-Denis se situe au nord de Paris.

    -> aux noms de peuples ou d’habitants de régions géographiques. De même que les membres de dynasties.
    les Français, les Belges, les Québécois, les Mérovingiens

    Mais les adjectifs correspondants eux n’en prennent pas.
    le peuple français.

    Remarque :
    Les noms des adeptes de doctrines, de religions, de courants de pensée, ne prennent pas de majuscule.
    Les chrétiens, les juifs, les surréalistes, les capitalistes

    -> au mot « saint » lorsqu’il désigne la fête, la localité, la rue qui porte le nom du saint.
    La Saint-Patrick
    La rue Saint-Paul

    En revanche, devant le nom du personnage qu’il qualifie, le mot saint s’écrit sans majuscule et sans trait d’union.
    La pensée de saint Augustin est très marquée par le néo-platonisme.

    -> aux titres d’œuvres et d’ouvrages
    La Guerre et la paix de Tolstoï
    Autant en emporte le vent
    Il achète chaque jour Le Monde

    -> aux noms déposés
    un Kleenex, une Vespa, une fermeture Éclair, du Nylon…

    Remarques :
    Les noms de jours, mois et de saisons s’écrivent sans majuscule.
    Il passera le mois d’octobre au Canada.
    L’hiver débute le 21 décembre.
    À Grenoble, le 15 septembre 2007

    L’accentuation des majuscules
    Si la tendance des textes manuscrits est à l’omission des accents, il convient d’accentuer les majuscules car, selon l’Académie Française, l’accent a pleine valeur orthographique. « On veille donc, en bonne typographie, à utiliser systématiquement les capitales accentuées, y compris la préposition À, comme le font bien sûr tous les dictionnaires, à commencer par le Dictionnaire de l’Académie française, ou les grammaires, comme le Bon usage de Grevisse, mais aussi l’Imprimerie nationale, la Bibliothèque de la Pléiade, etc. »

    La ponctuation > Les majuscules

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  14. Artisans de l'ombre Dit :

    Autres signes
    [ ] Les crochets

    -> On les utilise lorsque, à l’intérieur d’une parenthèse, il est nécessaire d’en ouvrir une autre.
    (Albert Camus [1913 – 1960] a obtenu le prix Nobel de littérature en 1957.)

    -> Avec des points de suspension, ils indiquent une coupure, une modification dans un texte cité.
    Vos enfants ne sont pas vos enfants.
    Ce sont les fils et les filles de la Vie qui se désire.
    Ils vous traversent mais ne sont pas de vous,
    Et s’ils vous entourent, ils ne sont pas à vous […] (Khalil Gibran, Le Prophète)

    Règles typographiques

    En français : texte[espace][texte][espace]texte
    En anglais : même chose.

    Remarque :
    On fera attention que le signe de ponctuation ne soit pas rejeté au début de la ligne suivante. On utilisera le cas échéant une* espace insécable. Vous l’obtiendrez sous Word avec la combinaison de touches [ctrl] + [shift] + [barre espace].

    * L’astérisque

    L’astérisque s’emploie dans deux cas :

    -> En appel de note (*) (**) (***). On se limitera à trois renvois par page.

    -> De la même manière que les points de suspension dans un nom réduit à la simple initiale.
    J’ai aperçu monsieur V*** hier à la sortie du restaurant.

    L’alinéa

    Bien que l’alinéa ne soit pas un signe de ponctuation à proprement parler, il servira à marquer plus fortement le point et le passage à une idée nouvelle.

    / La barre oblique

    La barre oblique, dite également barre transversale ou barre de fraction est
    employée :

    -> dans l’écriture des unités de mesure : 120 km/h (sous-entendu kilomètres par heure)

    -> en remplacement du trait d’union.
    La ligne Paris/Marseille

    -> dans les expressions alternatives : et/ou

    -> dans l’abréviation c/o pour « care of » : « aux bons soins de » (en anglais) Société Delta
    c/o société Imag’in
    21 rue Amelot
    75011 Paris

    Règles typographiques

    En français : texte/texte
    En anglais : même chose.

    Remarque :
    On fera attention que le signe de ponctuation ne soit pas rejeté au début de la ligne suivante. On utilisera le cas échéant une espace insécable. Vous l’obtiendrez sous Word avec la combinaison de touches [ctrl] + [shift] + [barre espace].

    * Le terme espace est féminin en typographie.

    La ponctuation > Les autres signes

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  15. Artisans de l'ombre Dit :

    Les deux-points (:)
    1. Le point (.)

    * Termine une phrase déclarative, impérative ou interrogative indirecte:

    Ex.: Remettez-moi tout ce que vous me devez.

    * Termine un titre qui comporte une ponctuation interne:

    Ex.: Notre nouvelle carte, Visex or, vous en donne plus.

    Haut de la page
    2. La virgule (,)

    * Sépare une suite (énumération) de mots qui ont la même fonction grammaticale (noms, adjectifs, verbes… ).

    Ex.: — Je l’ai trouvée trop grande, grosse, laide.
    — Marie, étudiante en médecine, travaille dur.

    Mais : Il n’y a pas de virgule avant les conjonctions et et ou.

    * Isole les mots en apostrophe ou en apposition, les propositions incises, les éléments explicatifs, les propositions relatives à valeur explicative, etc.

    — La meilleure chose au Canada est, selon moi, la diversité de ses groupes ethniques.
    — « C’est merveilleux », s’exclama-t-il, « c’est la solution à tous nos problèmes ! »
    — « Vous êtes, néanmoins, bienvenus. »

    * Remplace un mot qu’on omet de répéter; elle marque ainsi une ellipse.

    Ex.: Georges étudie la littérature; Simon, la linguistique.

    * Suit une proposition subordonnée ou un complément circonstanciel (sauf s’il est court) placés en début de phrase.

    Ex.: Quand le président-directeur général a commencé à parler, tout le monde s’est tu. Depuis plus de 10 ans, nous sommes les premiers vendeurs d’automobiles au Québec.

    * Sépare les éléments coordonnés par plus de deux «ni», «ou», «et».

    Ex.: Un bon financier ne pleure ni ses amis, ni sa femme, ni ses enfants. (La Bruyère)

    * Précède la conjonction «et» quand elle unit deux propositions de constructions différentes ou quand une de ces propositions contient déjà le mot «et».

    Ex.: Il avait prévu la faillite, et les événements lui ont donné raison.

    * Se place devant «mais» et «car» quand ce qui précède est long.

    Ex.: Je suis d’accord avec vous au sujet de notre participation au concours, mais j’estime que…

    Haut de la page
    3. Le point-virgule (;)

    * Sépare des propositions de même nature ou les parties d’une phrase déjà coupée par des virgules.

    Ex.: —J’ai toujours travaillé très consciencieusement; si l’on ne le fait pas, l’échec est certain.

    Haut de la page
    4. Les deux-points (:)

    * Servent à annoncer une énumération, une citation ou des paroles rapportées, une explication, une preuve, un rapport de cause ou de conséquence, un exemple. Ils sont suivis d’une espace.

    Ex.: Nous avons renoncé à ce projet: il était irréalisable.
    — Il a dit, à voix haute : « Ignace, t’as raison. »
    — J’ai tout perdu : vêtements, bijoux, livres, souvenirs …

    5. Les points d’interrogation (?) et d’exclamation (!)

    * Accompagnent une interrogation ou une exclamation directe.

    Ex.: — « Nous pouvons vivre comme ça, peut-être, mais les enfants ? »
    — « Ce n’est plus temps pour des regrets ! »

    Haut de la page
    6. Les points de suspension (…)

    * Indiquent que la phrase est inachevée (volontairement ou non).

    Ex.: Les tâches à effectuer seront: répondre au téléphone, recevoir les clients, dépouiller le courrier…

    * Indiquent une coupure dans une citation; on les place alors entre crochets.

    Ex.: La société Latran [...] réalise des ventes annuelles de quelque 500 millions de dollars.

    Remarque: On ne met pas de points de suspension après l’abréviation «etc.».

    Haut de la page
    7. Les parenthèses ( ), les crochets []

    * Les parenthèses isolent un membre de la phrase et en indiquent le caractère non essentiel.
    * Les crochets s’emploient pour isoler un élément d’une phrase qui est entre parenthèses.

    Ex.:
    Le tableau sur les valeurs mobilières (voir p. 3 de l’annexe) indique que…
    (Pour tous les prix et la description, reportez-vous au tableau explicatif [p. 53] et à…).

    Haut de la page
    8. Les guillemets (« »)

    * Encadrent une citation.

    Ex.:
    — Elle dit : « Va t’en ! »
    — Isabelle a répondu : « T’as une famille. Pense aux autres pour une fois ! »

    * Peuvent mettre un ou plusieurs mots en relief, soulignant un sens particulier.

    Ex. :
    — Leurs parents veulent pour eux le « meilleur ».
    — C’est un groupe « révolutionnaire » : il n’a rien changé.

    * Indiquent l’origine étrangère d’un ou plusieurs mots.

    Ex.: — Les Italiens aiment les pâtes « al dente ».

    Haut de la page
    9. Le tiret (—)

    * Indique le début d’un dialogue ou un changement d’interlocuteur dans un texte.

    Ex.:
    — De quel pays viens-tu ?
    — Du Vietnam.

    * Isole une partie de la phrase pour la mettre en relief.

    Ex.:
    « Ils n’ont jamais eu ce qu’on a eu en Acadie — une terre, une famille et la liberté. »
    « À la vue d’un objet, il est probable qu’on ne remarque pas ses caractéristiques — sa couleur, sa taille, sa forme — mais qu’on le classifie immédiatement en catégorie. »

    Haut de la page

    Adapté de:

    *

    De Fontenay, H. Français Inc. 2e édition, Chenehère/McGraw-Hill. Montréal. ISBN 289460319. 1996
    *

    Elizov, H., Pothier-Picard,M. et Roy, L. Des Textes et au-delà.Toronto ; Montréal [etc.] : Holt Rinehart and Winston. ISBN : 0039226735. 1991

    © Iryna Punko et Kanstantsin Tsedryk, 2004-2009

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...