RSS

Les MILLE ET UNE NUITS

27 septembre 2009

1.Lu pour vous

Prise de vue

Tenu pour un chef-d’œuvre de la littérature universelle, l’ensemble désigné sous le titre arabe de Alf layla wa layla (Mille et Une Nuits) a connu une aventure singulière. Un schéma narratif de base, né probablement en Inde, a exercé un véritable effet d’attraction sur des compositions diverses – romans d’amour, épopées guerrières, relations de voyage, récits, contes et fabliaux – qui se sont juxtaposées au long des siècles. Les Arabes contribuent d’une manière décisive à la constitution de ce corpus, tout en le maintenant en marge de leur culture. Et c’est un traducteur français qui révèle une œuvre qui ne cesse de peupler l’imaginaire occidental et de nourrir les représentations d’un Orient le plus souvent exotique.

Le substrat indien et persan

La première mention des Nuits se trouve dans les Prairies d’or (Murūǧ al-ḏahab) d’al-Mas‘ūdī (mort en 956). Parmi les traductions en arabe d’ouvrages indiens, persans et byzantins, il cite celle du Hazār AfsānaAlf H̲urāfa, c’est-à-dire les Mille Contes. Toujours en ce xe siècle, Ibn al-Nadīm (mort en 995) cite cette œuvre, confirme sa filiation persane et signale qu’al-Ǧahšiyārī (mort en 942) constitua un recueil inachevé de quatre cent quatre-vingts nuits (Alf Samar) utilisant des contes grecs, persans et arabes. Mais nous n’avons aucune certitude quant à la date de la traduction du Hazār Afsāna. On retient, à titre d’hypothèse, la seconde moitié du viiie siècle, époque au cours de laquelle, grâce à l’action des secrétaires d’origine persane, plusieurs textes, telles les fables de Kalīla et Dimna, furent accueillis dans la littérature arabe. ou

L’analyse interne permet de relever les apports successifs qui finirent par former l’ensemble actuellement connu. Le schéma narratif de base met en place deux thèmes majeurs : celui de princes désespérés par la trahison de leurs épouses, et celui d’une princesse reculant l’échéance de sa mort. C’est en fait l’ordre politique, religieux, voire social et économique qui est menacé par les égarements de la passion. Šahriyār, souverain de l’Inde et de la Chine, décide d’épouser chaque nuit une vierge et de l’exécuter au matin pour se venger de l’infidélité féminine. Šahrazād, Shéhérazade, fille de vizir, prend la parole pour détourner le roi de son dessein et sauver l’espèce humaine. Femme, extrêmement cultivée, affrontant le pouvoir du prince, elle ne cessera d’exprimer le désir face à une loi qui entreprend de le combattre.

L’apport original de l’Inde ne se limite pas à cette situation initiale. Une douzaine de romans, récits et contes, dont Le Cheval enchanté  , Ḥasan al-Baṣrī, Qamar al-Zamān et Budūr, Ardašīr et Ḥayāt al-Nufūs, ainsi que plusieurs histoires mettant en scène un génie ou un ‘ifrīt composent une partie du substrat originel iranisé que les Arabes connurent sous le nom de Hazār Afsāna. Seule l’étude attentive de la morphologie du conte, des situations, des éléments du merveilleux, des formules… permet de retrouver dans la version arabisée des références à l’Inde ou à la Perse. Ajoutons que des récits parfois longs se sont intégrés indépendamment du Hazār et à des époques différentes. Ainsi Le Livre de SindibādSept Vizirs, est indien ; celui des Dix Vizirs est persan, de même que Sayf al-Mulūk et Badī‘at al-Ǧamāl. Attestés dans leur version originale, traduits, ils ont été peu à peu absorbés par les Mille et Une Nuits : la souplesse de leurs structures le permettait et toute œuvre apparentée pouvait venir les y rejoindre. L’influence hellénique n’est pas absente, bien qu’elle se fasse sentir plus subtilement par des détails ethnographiques, géographiques ou des conventions affectives. Le roman de Qamār et Halīma en est un exemple. Il est vrai qu’à partir du viiie siècle le monde grec pénètre la culture arabe avec la philosophie, la logique, la médecine et les sciences. Mais il faudrait aussi examiner plus attentivement les apports possibles des Mésopotamiens, des Babyloniens et des Hébreux. (sanskrit Siddahpati ; forme syriaque répandue en Europe : Syntipas), ou des

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...