RSS

Le vent dans la maison

27 septembre 2009

1.Lu pour vous

Le vent dans la maison

Le vent dans la maison

de François Emmanuel

[Littérature francophone]

Editeur : Stock
Publication : 25/8/2004
Nombre de pages : 200 pages     ISBN : 2234057027


Résumé du livre

Hugo vient de recevoir une lettre, étrange et inquiétante, d’Alice, une ancienne maîtresse. En arrivant au village, il découvre la maison complètement dévastée, et apprend que sa propriétaire est à l’hôpital, soignée pour de graves troubles psychiatriques. Lentement, en lui racontant sa propre histoire, Hugo tente d’aider Alice à sortir de son mutisme et retrouver le chemin de sa Pensée.


À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “Le vent dans la maison”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    François Ménard

    Ca avait pourtant bien commencé. Pour introduire son roman, François Emmanuel cite Sophocle et évoque Antigone, sous le signe de laquelle, nous assure-t-il, il a composé cette histoire. L’histoire d’une solitude – celle, présente, d’Alice, comme emmurée en elle-même par la maladie – qui en croise une autre, au passé – celle d’Hugo, le narrateur, ancien amant de la femme, blessé lors d’un voyage dans le désert. L’idée est belle, émouvante, touchante. Le style, classique, est très littéraire. François Emmanuel aime les longues phrases, parfois très longues. Des longueurs qui, trop souvent, font écran à l’émotion. Il aime aussi passer d’une solitude à une autre, de l’histoire d’Alice à celle d’Hugo, alternant souvenirs du second et songes de la première, sans toujours donner au lecteur d’indices suffisants pour lui permettre de suivre. On se perd, parfois, entre les personnages. Il y a beau y avoir du  » vent dans la maison « , le lecteur n’est pas loin, à plusieurs reprises, de manquer d’air, de s’essouffler, de chercher le fil d’Ariane. Voire de se perdre dans cet exercice de style, brillant par certains côtés, mais qui, à cause d’un style parfois tortueux fait, finalement, davantage penser à Dédale qu’à Antigone.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...