RSS

D’un extrême à l’autre

27 septembre 2009

M. MOHAMMEDI

Moitié gourbi, moitié palace, Oran ressemble finalement à ces grandes toiles de maître volontairement surchargées par les pinceaux maladroits d’une armée de contrefacteurs urbains.

À l’origine, trois trous, trois immenses trous au quartier des Lauriers roses aussi profonds que les abysses de Mariannes.
Avec les pluies qu’ils avaient retenues, ils auraient pu créer un écosystème avec, en prime, une petite frange de récif corallien… Si ce n’était l’arrivée inopinée des trois ouvriers qui les avaient creusés, qui les avaient oubliés et qui se sont retrouvés les quatre fers en l’air au fond… de leur propre crevasse.
Le comble, pour les terrassiers qui avaient omis… de combler leurs lacunes. Cocasse, peut-être mais triste à en mourir, lorsqu’on se noie dans la bêtise. D’ailleurs, les riverains n’ont pas attendu les scaphandres municipaux pour se mouiller et repêcher les malheureux plongeurs. Des cordes de secours à la colère populaire du fil de la maladresse à l’aiguille de la protesta, le pas était vite franchi autant que possible en évitant une quatrième crevasse. Pneus crevés, insultes contre l’entrepreneur censé revoir les canalisations et dont les travaux ont fait du périmètre un bourbier, invivable, impraticable, truffé de flaques. Bref, le quartier a failli prendre feu. C’est cela Oran. Des amateurs avec pignon sur rue et des tricheurs inscrits au registre du commerce et en face des râleurs qui refusent mordicus qu’on leur scotche la bouche. Pour crier entre autres leur ras-le-bol contre l’impunité des chauffards qui fauchent régulièrement, rue Adda-Ben-Aouda, piéton et piétaille sans état d’âme. Et comme toujours en pareils cas, les gestionnaires n’auront qu’une seule parade, la plus facile : élever des ralentisseurs le long de l’immense avenue. Pas très pratiques pour rouler mais ils calment au moins toute velléité d’émeutes mais pas la fronde des taxieurs malheureusement. Eux refusent, dans leur majorité, de desservir le boulevard. Pour ne pas malmener leurs amortisseurs et torturer leurs boîtes de vitesse, contre des clopinettes. Et c’est vrai qu’elles en prennent plein des câbles les pauvres pièces. Mais soyons justes. C’est tout le bitume d’Oran qui reste à consolider.
Cela fait des années que les chaussées s’effritent. Cela fait des années que l’asphalte fait des trous. Cela fait des années que le bitume se lézarde.
Cela fait des années que nos rues sont une succession de nids-de-poule, de dos d’âne et de bosses de chameau. Circuler est devenu un calvaire, 80% du réseau urbain n’est carrossable que pour les camions-citernes, les tracteurs et les moissonneuses-batteuses au cas où il viendrait à l’esprit des fellahs qui habitent la ville de faire pousser du blé.
Pour l’instant, ce sont les troglodytes des Planteurs qui doivent pousser un ouf de soulagement avec la prochaine remise en fonction du téléphérique. Le deuxième s’il vous plaît. Le premier ayant cramé sous les bombes incendiaires des terros. Il faut vous dire qu’il y en avait à l’époque.

C’est encore cela Oran.
La tête dans les nuages mais les pieds bien enfoncés dans la gadoue. D’ailleurs, elle ne gêne plus personne cette gadoue aujourd’hui. Elle fait même partie des meubles, du paysage. Elle est partie intégrante de l’environnement d’une ville mal dans sa peau, capable de passer d’une extrême à l’autre sans transition.
Sans prévenir. Par pulsions moitié gourbi, moitié palace, Oran ressemble finalement à ces grandes toiles de maître volontairement surchargées par les pinceaux maladroits d’une armée de contrefacteurs urbains, ce qui explique pourquoi ce tableau peut être perçu à travers n’importe quel angle comme un Rubens, un Toulouse-Lautrec et un Picasso à la fois.
Le vieux bâti vieillit de plus en plus et a fini dans certains quartiers par avoir plus de rides que de pierres.
Ces pustules d’un autre âge ont gangrené toute la ville basse, le port, la marine, Sid El-Houari et El-Hamra. Ici et sur les quais, près de la jetée, on pêche comme on peut. À coup de “zambreto” ou de filets, l’essentiel est dans le “gosto” pour tous les vieux marsouins qui tiennent encore bon sur le pont de leur bateau ivre. Meubles minables, hôtels interlopes, garnis ambigus, hôtels cinq étoiles, Oran est partout à l’aise, aussi bien sur la terrasse du Sheraton que sur le plancher des vaches, près des cafards de n’importe quel “haouch’” en voie de pourrissement normal. À une cité hybride ne peut correspondre qu’un peuple cosmopolite.
Dans cet immense creuset où viennent s’oraniser tous les eratz de l’Ouest, on vent, on achète et on brasse des milliards par jour à M’dina D’jdida. Cabas de Turquie ou couffin de “trig el ouahda”, peu importe, l’argent doit circuler comme le sang dans les veines. Sans ça, le capital étouffe.
Tout se négocie. Le “trade” est une tradition hérité du derb juif.

Le business, c’est le business.
Tope là “sahbi”, marché conclut. Après… et bien après, il faut attendre la prochaine cargaison car l’argent appelle l’argent et l’argent, encore une fois, doit circuler.

Il n’y a rien à voir.
y a pas photo. Faites vos jeux, ramassez vos gains et laissez Ouahran tourner comme une boule de loto, comme une pouliche de ménage, comme la roue de la fortune… Approchez messieurs, approchez et misez. On tourne !

MUSTAPHA MOHAMMEDI  

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...