RSS

CHRONIQUE DE MUSTAPHA MOHAMMEDI

27 septembre 2009

Contributions, M. MOHAMMEDI

CHRONIQUE DE MUSTAPHA MOHAMMEDI  dans Contributions logo_imp
Edition du Samedi 18 Juillet 2009

CHRONIQUE DE MUSTAPHA MOHAMMEDI

NOIR ET BLANC

 


Par : Mustapha Mohammedi

Il y a une soixantaine d’années, au boulevard Stalingrad à Sidi El-Houari, un paisible quinquagénaire tenait boutique.
A priori, il n’y a là rien d’extraordinaire à officier derrière un comptoir, sauf qu’il était musulman. Et c’est là toute la différence.


 Parce que les indigènes qui géraient des épiceries fines à cette époque, au beau milieu des réfugiés catalans et de la bourgeoisie urbaine, se comptaient sur le bout des doigts.
Les places étaient si chères qu’une photo relique a conservé l’illustre magasin.
Jauni et fripé par le temps, ce document pris sans doute à partir d’un Kodak de la première génération montre un homme rasé de près, à la coupe presque militaire, un impeccable tablier blanc autour du corps, servir avec le sourire des clientes. Sourire, tablier blanc, on croit rêver tellement ses articles sont introuvables dans les rayonnages d’aujourd’hui. En fait, cette photo a définitivement brouillé, à mes yeux, l’image du commerçant de la “houma”, un dadais doublé d’un amateur à la sauce salsa… À l’évidence, les métiers d’hier étaient investis par des professionnels, des vrais de vrai. A l’heure où je vous parle, n’importe quel réparateur de machines à laver peut ouvrir un restaurant, n’importe quel receveur de bus, n’importe quel gérant de douche peut monter sa propre cuisine, aligner des tables et allumer des fourneaux. Et le comble, ils arrivent même à avoir pignon sur rue.
“Restaurant chez Azzedine”.
Qui êtes-vous, Monsieur Azzedine ? Un repère, un point cardinal ou une référence ? Et si c’est le cas, quelles références avez-vous en matière gastronomique, culinaire et de diplômes ? Avez-vous publié des ouvrages comme Bocuse ou comme Loiseau ?Avez-vous inventé des recettes qui ont fait le tour de la planète ?
Avez-vous tenu des conférences de presse, formé des maîtres, gagné des étoiles ? Il y a aussi une autre variante dans le même créneau.
“Alimentation générale chez Habib”.
Et chez Habib justement, les couches bébés et les serviettes Always sont entassées sur le trottoir devant les passants pendant que les cageots de lait caillent au soleil.  Je mettrais ma main au feu que ni Azzedine ni Habib n’ont appris le moindre mot d’un métier qu’ils exercent au pif.
Ils n’en savent pas plus que vous et moi. C’est pourquoi il y aura toujours une différence entre l’art et la débrouille, entre “tcherek” et “bourek”.

Mustapha Mohammedi

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...