RSS

Jean-Marie Déguignet

10 septembre 2009

Non classé

Jean-Marie Déguignet, né le 19 juillet 1834 à Guengat, mort à Quimper, le 29 août 1905, est un écrivain breton de langue française et bretonne.

Biographie

Il était issu d’une famille de condition très modeste. Son père était fermier à sa naissance, mais au bord de la ruine, il perdit son bail deux mois plus tard. Il loua ensuite un penn-ty à Ergué-Gabéric où il vendait ses services comme journalier chez des fermiers pour huit à douze sous par jour.

Enfant, sa famille subit de plein fouet la misère engendrée par la célèbre épidémie de mildiou des années 1840. Il dut devenir mendiant.

La crise passée, il parvint à se faire engager dans diverses fermes comme vacher, notamment dans une ferme-école d’agriculture à Kerfeunteun. Il apprit par lui-même à écrire et lire le français : il ne savait jusqu’alors lire que le breton et le latin, appris au cathéchisme. Il racontera comment il récupérait des feuilles oubliées par les autres élèves pour les déchiffrer.

En 1854, il s’engagea dans l’armée. Il y restera 14 ans, participant à la guerre de Crimée, à la campagne d’Italie, à la soumission de la Kabylie en Algérie, ainsi qu’à l’expédition du Mexique. Lors de ces campagnes il eut le loisir d’apprendre l’italien et l’espagnol. Il y perfectionna aussi son français, lisant tout ce qu’il pouvait et recherchant le contact de toute personne cultivée. C’est à cette époque que se mirent en place ses idées républicaines et violemment anticléricales.

Revenu en Bretagne, il se maria et devint fermier à Ergué-Armel. Il le resta pendant 15 ans, et grâce à son ingéniosité fit de cette ferme à l’abandon une exploitation modèle. Son bail ne fut pas prorogé, à cause de ses idées et de son caractère pour le moins psychorigide.

Il fut ensuite tenancier d’un débit de boisson (il abandonna ce commerce quand sa femme mourut dans un delirium tremens), agent d’assurance, puis il obtint une licence pour être débitant de tabac à Pluguffan (une manière de retraite accordée aux anciens soldats). Mais, en butte à l’opposition du curé qui incitait depuis sa chaire au boycott du commerce de ce paroissien se déclarant ouvertement anticlérical, il dut quitter la commune au bout de quelques années.

Retombé dans la misère, il passa ses dernières années à Quimper où il fréquentait la bibliothèque municipale pour y lire les journaux républicains. C’est au cours de cette période qu’il écrivit l’histoire de sa vie. Il la rédigea par deux fois : il en avait vendu un premier manuscrit à Anatole Le Braz et, ne voyant pas paraître celui-ci, crut qu’il avait voulu faire disparaître son témoignage.

Il fut retrouvé mort à la porte de l’hospice de Quimper, le matin du 29 août 1905.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...