RSS

Discours sur la première décade de Tite-Live »

2 septembre 2009

1.Extraits

Discours sur la première décade de Tite-Live » de Nicolas Machiavel

Traduction : Toussaint Guiraudet.

Discours sur la première décade de Tite-Live, Livre premier, III (extrait)

« Tous les écrivains qui se sont occupés de politique (et l’histoire est remplie d’exemples qui les appuient) s’accordent à dire que quiconque veut fonder un État et lui donner des lois doit supposer d’avance les hommes méchants, et toujours prêts à montrer leur méchanceté toutes les fois qu’ils en trouveront l’occasion. Si ce penchant demeure caché pour un temps, il faut l’attribuer à quelque raison qu’on ne connaît point, et croire qu’il n’a pas eu l’occasion de se montrer; mais le temps qui, comme on dit, est le père de toute vérité, le met ensuite au grand jour (…) C’est une preuve de ce que nous avons avancé : que les hommes ne font le bien que forcément ; mais que dès qu’ils ont le choix et la liberté de commettre le mal avec impunité, ils ne manquent de porter partout la turbulence et le désordre. »

Discours sur la première décade de Tite-Live, Livre premier, III (citation)

« L’homme ne croit s’assurer ce qu’il tient déjà qu’en acquérant de nouveau ; et d’ailleurs ces nouvelles acquisitions sont autant de moyens de force et de puissance pour abuser ; mais ce qui est encore plus terrible, les manières hautaines et l’insolence des riches et des grands excitent dans l’âme de ceux qui ne possèdent pas, non seulement le désir de posséder, mais le plaisir secret de dépouiller de leur richesse et de leurs honneurs ceux qu’ils voient en faire un si mauvais usage. »

Discours sur la première décade de Tite-Live, Livre premier, XXXVII (extrait)

« Les Anciens ont dit que les hommes s’affligeaient du mal et se lassaient du bien, et que ces deux contraires amenaient les mêmes résultats. En effet, toutes les fois que les hommes sont privés de combattre par nécessité, ils combattent par ambition. Cette passion est si puissante qu’elle ne les abandonne jamais, à quelque rang qu’ils soient élevés. La raison, la voici : la nature a créé l’homme tel qu’il peut désirer tout sans pouvoir tout obtenir ; ainsi le désir étant toujours supérieur à la faculté d’acquérir, il obtient le mécontentement de celui qu’il possède pour n’avoir lui-même que petit contentement de sa conquête. De là naît la diversité de la Fortune humaine. Partagés entre la cupidité d’acquérir davantage et la peur de perdre leur conquête, les citoyens passent des inimitiés aux guerres, et des guerres il s’ensuit la ruine de leur pays et le triomphe d’un autre. »

Discours sur la première décade de Tite-Live, Livre premier, XXXIX (extrait)

« Quiconque compare le présent et la passé, voit que toutes les cités, tous les peuples ont toujours été et sont encore animés des mêmes désirs, des mêmes passions. Ainsi, il est facile, par une étude exacte et bien réfléchie du passé, de prévoir dans une république ce qui doit arriver, et alors il faut ou se servir des moyens mis en usage par les anciens, ou, n’en trouvant pas d’usités, en imaginer de nouveaux, d’après la ressemblance des évènements. Mais cette étude est négligée de la plupart des lecteurs, ou bien est au-dessus de leur intelligence ; si quelqu’un d’eux est capable de tirer de telles conclusions, elles sont toujours ignorées de ceux qui gouvernent, et par là on voit revenir en tous temps les mêmes maux et les mêmes révolutions. »

Discours sur la première décade de Tite-Live, Livre premier, LVIII (citation)

« En somme et pour conclure, les principats et les gouvernements populaires, pour avoir une longue durée, ont eu besoin les uns et les autres d’être liés et retenus par les lois. Un prince qui peut tout ce qu’il veut ne fait que folies ; un peuple qui peut tout ce qu’il veut ne fait pas que des folies. Comparez un roi lié par des lois, un peuple enchaîné aux siennes, vous verrez moins de folies chez le peuple que chez le prince, elles seront moins graves, il sera plus facile d’y remédier. »

Discours sur la première décade de Tite-Live, Livre second, Avant-Propos. (citations)

« Tous les hommes louent le passé et blâment le présent, et souvent sans raison. Ils sont tellement férus de ce qui a existé autrefois, que non seulement ils vantent les temps qu’ils ne connaissent que par les écrivains du passé, mais que, devenus vieux, on les entend prôner encore ce qu’ils se souviennent d’avoir vu dans leur jeunesse. Leur opinion est le plus souvent erronée, et pour diverses raison. »

« C’est ton devoir d’honnête homme si, par le malheur des temps et de la fortune, tu n’as pas pu faire toi-même le bien, d’en donner aux autres des leçons, à cette fin que, bien des hommes en étant capables, quelqu’un d’entre eux, plus aimé du ciel, puisse le réaliser. »

Nicolas Machiavel.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...