RSS

Mourad Khan

30 août 2009

Non classé

1
1

Télé Potins (Dimanche 30 Août 2009)

A ne pas manquer Caméra cachée

“Caméra cachée” : Que du bluff !

Par : Ziad Achour

Lorsqu’on parle de “caméra cachée” en Algérie, on ne peut s’empêcher de penser à Mourad Khan. Son image est définitivement associée à celle des canulars de toutes sortes

posés à nos personnalités algériennes ou autres innocents dans la rue… après une année d’absence, la caméra cachée de Mourad Khan sort de l’ombre — pour une quatrième année — sur notre grille cathodique de ce mois de Ramadhan, tous les jours, après Souk Hadj Lakhdar, vers 20h10 sur A3. Petit rappel des faits ; la caméra cachée de Mourad Khan a commencé durant le mois de Ramadhan 2005 avec le réalisateur Belkacem Hadjaj qui a fait appel à lui pour jouer dans “Hagda ouala k’tar”. Le succès était au rendez-vous, mais pas autant que l’année suivante.
En 2006, Mourad Khan reprend le flambeau de la caméra cachée, seulement là, les moyens technique et humain à la disposition de ce nouveau concept étaient sans précèdent. En effet, le programme (l’autre face) était produit par l’ENTV et SD-BOX avec la participation de la radio algérienne. Des scénarios hallucinants, des effets spéciaux bluffants, un excellent jeu d’acteur… Mourad Khan était bien équipé pour piéger nos chers peoples algériens (Biyouna, Abdelkader Chaou, Hakim Salhi, Mehdi… etc.) avec la complicité de Djedou Hassen, figure emblématique de la radio chaîne I et sous la direction du tandem de choc Sid-Ahmed Gnaoui et Djaâfar Gacem. Cette année-là, en matière d’audience, ce rendez-vous aura été le rendez-vous télévisuel le plus prisé du mois de Ramadhan 2006.
Un an après la caméra cachée revient mais sans les bonnes veilles étoiles sous lesquelles elle se dissimulait… En 2007, Mourad Khan essuie un gros échec, l’émission se voit déprogrammée seulement après onze jours de diffusion “Cette caméra cachée n’avait aucun concept, nous voulions mettre sur pied le concept que nous sommes en train de faire en ce moment, hélas, le manque d’organisation a fait que les moyens qu’on avait mis à notre disposition n’étaient pas à la hauteur… un nouveau concept a été improvisé, j’étais contre, ça a donné le résultat que tout le monde connaît malheureusement, je l’ai vécu comme une expérience et un échec en même temps”, nous confie Mourad Khan.
Après une année d’absence durant laquelle Mourad Khan a renoué avec ses premiers amours en jouant le rôle de Redouane (le voisin véreux) dans le film Mascarades de Lyès Salem, la “caméra cachée” fait son grand retour cette année. “Le concept de cette année est beaucoup plus tourné vers le message que l’humour, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’humour, au contraire, mais un gros travail a été accompli pour donner un sens aux différentes situations créées avec des messages que j’ai voulus forts. Exemple : à propos du football, je me suis intéressé à la violence verbale dans les stades, une violence au quelle fait face les habitants des immeubles qui avoisinent les stades. Pour cela, j’ai piégé des figures emblématiques du football algérien tel que Kaci Saïd (de RC Kouba) avec la complicité de Mustapha kouici, Mohamed Saâdi, Djamel Amani, Nacer Bouiche (de la JSK) et bien d’autres”, explique Mourad Khan.
En matière de “caméra cachée”, l’arroseur se retrouve très vite arrosé, le piége d’un tel programme réside dans la courte longévité de son concept. ہ l’instar de Raphaël Mezrahi et de ses fausses interviews, il devient de plus en plus difficile, pour Mourad Khan, de piéger les gens à visage découvert, la notoriété dans ce cas de figure a des inconvenants de taille. Pour palier à ce problème, Mourad Khan a trouvé une solution : “Je me déguise, ce qui me permet d’aller plus loin dans la comédie, il m’est arrivé de jouer le rôle d’un homme de 80 ans, on n’y a vu que du feu, j’en ai fait une caméra cachée. Tout est dans le feeling, pour réussir une bonne caméra cachée, il faut ressentir les choses, jouer une situation donnée, pour que l’illusion soit parfaite. Et en ce qui concerne cette nouvelle caméra cachée, il faut laisser le temps aux téléspectateurs de s’habituer à ce nouveau projet qui a demandé plus de six mois de réflexion, d’écriture et de travail. On ne peut pas juger un programme seulement après un ou deux épisodes, et incha’allah, cette nouvelle caméra cachée va plaire au gens”, Conclut Mourad Khan d’un ton optimiste

Liberté du 30 septembre 2009

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...