RSS

Timena N Chikh Mohand

27 août 2009

1.POESIE

édition N° : 832

Hamid Mezaoui
Timena N Chikh Mohand

Qui peut se plaindre de la publication d’une compilation de proverbes, citations, anecdotes de la vie d’une personne aussi écoutée (et maintenant lue), un siècle après la disparition du sage et philosophe (même si le terme n’était encore en vogue à cette époque) qu’est cheikh Mohand ou LHocine.

Il conseillait sans pour autant être un moraliste, il indiquait les voies dit-on impénétrables du seigneur sans pour autant être un profane de la religion.
Il soignait sans aucun esprit charlataniste. Ses paroles sont du miel, du fiel de la trouble époque. Il respire la tolérance comme  il sème à qui veut les entendre ses sentences quasi-prophétiques n’avait il pas dit à son père quil lui faisait des remontrances  sur sa générosité excessive qu’il sera le 2éme prophète ?
Qui de nous jours, religieux, théologien peut comprendre qu’on a beau tenter de  corriger les esprits, de les moraliser moyennant souvent des décibels à vous faire réveiller un gosse à 4 heures du matin  sans pour autant parvenir.
Depuis que le monde est monde, et avec lui l’avènement des religions prêcheurs côtoient les pécheurs. Il y a les riches et les pauvres, l’honnêteté côtoie le mensonge entre l’amour et l’adultère il n y a qu’un pas qu’il ne faut pas franchir.
L’expérience  de 10 années de braise vécus par notre  pays a montré que nul ne peut s’arroger le droit de guider la société se ce n’est sa conscience.
Cheikh Mohand Ou L Hocine  a compris tout cela de son vivant et partant de son époque.
Un jour il a envoyé deux de ses disciples en Tunisie pour qu’ils visitent ce pays et lui rendent compte de la situation de l’Islam. Les  2 disciples menaient évidemment 2 vies purement antagonistes. L’un était  un “moumene” au sens propre du  terme et l’autre un admirateur  des femmes et un adorateur de bons vins. De la part du Cheikh, c’était à bon escient. A leur retour de mission, les 2 messagers rendent comptent de leur pèlerinage.
Le premier : ض Cheikh ! Si tu voyais, Tunis, Dieu sort loué, elle est pleine de mosquées, et il y a des croyants partout… le deuxième :  ض Cheikh ! si tu voyais Tunis, Alatif, elle est  pleine de tavernes avec des femmes partout …et au Cheikh de conclure et pourtant il n’y a qu’une seule Tunis, mais chacun a trouvé ce qu’il cherchait. Il faut peut-être remonter jusqu’à saint Augustin pour rencontrer pareils cas de tolérance, et de clairvoyance. L’autre exemple connu de tous qui n’est autre que sa fameuse rencontre avec le barde de la poésie : Si Moh Ou Mhand est un autre exemple  de tolérance et la compréhension d’autrui. Et les exemples ne manquent pas…
Par conséquent, une publication d’un eniéme recueil sur cet homme hors pair n’est jamais du domaine du superflu. Sous le titre “Timenna N Ccix Muhand U LHusin de Mazaoui Hamid, ce jeune  auteur d’expression amazigh, né en 1972 à Ain El Hammam, village natal de Cheikh Mohand Ou LHocine est par Conséquent une heureuse initiative. La publication tombe tout juste avec le centenaire de Cheikh Mohand Ou L Hocine en 2001, année de publication de l’opuscule qui a été dédié à la  mémoire des victimes du Printemps noir.
Dans sa présentation en 4e couverture du livre de Mohand Boukhtache, celui ci écrit sans ambages “Même si ce travail pêche par des citations déjà connues il mérité tout notre respect, du moins toute notre attention, envers celui qui a mis ses maigres ressources et son modeste savoir-faire à le réaliser”.
(NDLR le recueil). Hamid Mezaoui, édite à compte d’auteur donc, n’est pas pour le moins à sa première publication. Il a déjà à son actif une autre publication parue en 1999, Azioud Dud Yecca Uzayad qui est un montage poétique. en poète militant passionné, il prépare d’autres recueils qui ne manqueront pas d’enrichir le paysage l’ivres que. Le livre, consacré à Cheikh Mohand est d’une cinquantaine de pages. Il est divisé en plusieurs  chapitres dans lesquelles on peut y trouver “tamusni n ccix” (le savoir du cheikh), “Tamedyazt n ccix”, (la poésie du cheikh) et enfin  le 3é   et dernier chapitre “Awal af ccix” (témoignage  sur le cheikh). Dans un de ses poèmes écrits à l’occasion de la mort de Cheikh Mohand, on lit que le mulet lui appartenant a refusé de manger, boire ou sortir. Il restera aussi 7 jours pour mourir  à son tour.
Un poème a été sur cette double et triste circonstance.
Cheikh Mohand est parti, emportant  avec lui une vie très bien remplie, qu’il savait cependant éphémère. Il nous a légué un tresor inestimable, qui continue à inspirer de nos jours plusieurs artistes écrivains et penseurs. On raconte qu’un jour, il se rendit à la fontaine, pour y faire ses ablutions. Il la trouve pleine d’or et d’argent et au sage de lui dire.

M. Ouaneche

Source: La dépêche de Kabylie

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...