RSS

«Le temps d’une pensée»

18 août 2009

Non classé

«Le temps d’une pensée» logo2 Edition Internet  

Culture



«Le temps d’une pensée», une autre confession  

Le monde de la littérature vient de s’enrichir par un livre intitulé «Le temps d’une pensée», écrit par le Témouchentois, Rahoui Boualem, conseiller diplômé en sports et médaillé des jeux méditerranéens de 1975 en athlétisme.


A première vue, le lecteur s’imagine qu’il s’agit là de la carrière sportive et glorieuse que l’auteur traitera dans ce livre. Absolument pas, l’auteur synthétise une tranche de sa vie, essentiellement l’enfance et citera les facteurs ayant contribué à faire de lui une personnalité avec une grande réputation sportive. Dans le préambule de ce livre, Rahoui Boualem écrit: «A travers ce livre que j’écris humblement et de mes propres mains d’autodidacte… j’essaie dans la mesure du possible de raconter mes souvenirs et de me confesser à un peuple qui m’a soutenu dans mon enfance».
Certes, l’enfance est une période très sensible chez l’être humain. Quant à  l’auteur, il décrit son enfance comme étant pleine de tribulations, de controverses et d’événements douloureux.  En quelque sorte, il a essayé de rafraîchir la mémoire collective des Témouchentois en l’illustrant par la vie dans le quartier de Sidi Saïd, durant l’ère coloniale, peuplé par les Pieds noirs de deuxième rang, en majorité des ouvriers espagnols et les pauvres Algériens qui vivaient en dizaines de famille, dans un seul et grand haouche, partageant les mêmes toilettes et fontaine, mais qui, malgré la ségrégation sociale, restaient solidaires et coopérantes. Sur un autre angle, l’auteur montrera que la société témouchentoise était constituée de Chrétiens, Musulmans et Juifs et n’omettra pas de souligner la générosité de l’église. Après avoir évoqué la souffrance dans sa vie quotidienne, familiale et scolaire, Rahoui reconnaît l’effet de la nation algérienne qui lui a ouvert le chemin de la gloire sportive. En conclusion, l’auteur s’en remet à Dieu pour lui demander le «pardon» pour les pêchés qu’il reconnaît avoir commis durant sa vie, une vie pleine de difficultés et représentant pour lui une triste histoire.
S. Djelloul

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...