RSS

L’aumône du fonctionnaire

2 août 2009

B.R.Djamel

J’arrête de fumer

Pour l’instant je tiens  L'aumône du fonctionnaire  dans B.R.Djamel bounce    
 
Je me motive en faisant des calculs sachant que :  
 
80.00 X 30 =2400.00 dinars /mois 
2400.00 X 12 = 2880.00 dinars à l’année  
 
C’est ENORME  bounce dans B.R.Djamel

La mensualité d’un enseignant qui se prive le long de sa vie à s’offrir des vacances .

Au prochain pour calculer cette dépense inutile au cours d’une quarantaine d’années:

 2880.00 X 40 = 1152000.00

Ce qui justifie que ce fonctionnaire restera toujours locataire et il n’hésitera pas à doubler sa consommation  en  cigarettes , pour noyer son chagrin.

Ne prenez plus votre calculatrice votre ruine est belle et bien constatée.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

3 Réponses à “L’aumône du fonctionnaire”

  1. sougridesouche Dit :

    Ghaza en manque de médicaments : Les piqûres d’abeille pour soulager les maux
    Lorsque Ratib Samur, un guérisseur, a ouvert sa clinique à Ghaza, personne n’a cru qu’il pourrait soigner et soulager ses patients avec des piqûres d’abeille.

    Les piqûres d’abeille, un traitement qui fait désormais fureur dans un territoire isolé, en manque de médicaments. « Le venin d’abeille est vraiment efficace. Je ne ressens plus cette douleur qui m’empêchait de dormir », s’exclame Mohammed Al Dayya, 25 ans, qui souffre de paralysie musculaire. M. Dayya avait l’habitude d’aller se faire soigner en Egypte. « Ce traitement a stabilisé mon état. Il n’empirera pas avant que je puisse voyager », se console-t-il, lors d’une séance dans la clinique de Ratib Samur, où il se rend une fois par semaine. « Je ne peux pas l’aider à remarcher. Mon traitement se contente surtout de soulager la douleur et d’empêcher une dégradation de son état », explique le guérisseur, âgé de 53 ans, qui a une formation d’ingénieur agronome en Egypte.

    L’ouverture de sa clinique, en 2003, a été accueillie avec scepticisme. Pourtant, « elle a été mieux acceptée lorsque j’ai obtenu de bons résultats et les patients ont même augmenté depuis le début du siège israélien », souligne M. Samur. L’Etat hébreu autorise la sortie des cas médicaux urgents de Ghaza, mais il n’accorde qu’un nombre limité de permis pour les traitements à l’étranger. Dans ces conditions, des centaines de personnes se tournent vers la clinique de Ratib Samur, d’autant que les tarifs sont abordables. Cela ne coûte qu’environ 3 dollars pour une série de trois injections de venin. Ismaïl Matar, 23 ans, a subi un violent traumatisme psychologique pendant la dernière guerre à Ghaza, l’hiver dernier, lorsque l’un de ses amis a été tué devant lui lors d’un raid aérien israélien. « J’étais en état de choc. Je n’étais pas assez fort pour bouger mes jambes, je voyais difficilement et aucun médicament ne parvenait à m’aider. Mais à présent, après sept mois de traitement aux piqûres d’abeilles, je vais bien mieux », se réjouit-il.

    Le principal composant du venin d’abeille est la mellitine, un agent anti-inflammatoire et anticoagulant. L’apithérapie – les soins par les abeilles, une pratique très ancienne -, est utilisée un peu partout dans le monde pour traiter la sclérose en plaque et l’arthrite, mais il y a peu de preuves quant à son efficacité réelle. « Ce traitement est un complément médical », précise Ratib Samur, qui refuse de s’occuper des cardiaques, des diabétiques ou des cancéreux. « Je ne pose pas de diagnostic de la maladie, je m’appuie entièrement sur l’opinion du médecin », dit-il, en allant de patient en patient avec sa petite boîte remplie d’abeilles. Nivine Ajour, une mère de six enfants âgée de 32 ans, ne jure que par les mouches à miel. « Je souffre d’arthrite depuis cinq ans. Je ne pouvais plus monter les escaliers, mais après cinq mois de traitement, je les monte six fois par jour », témoigne-t-elle.

    Dans un coin de la clinique, Mohammed Baroud, un petit garçon sourd de 10 ans, brave la douleur de la piqûre. « Je suis habitué, je n’ai pas peur », assure-t-il. Il dit que son ouïe s’améliore de semaine en semaine et qu’il n’aura bientôt plus besoin d’appareil auditif pour entendre.

    > Voir aussi…
    Edition du 2 avril 2006350 000 vies ont été sauvées en 2005

    Traitement du sida dans les pays pauvresEdition du 20 novembre 2007Traitement contre le cancer

    Edition du 22 septembre 2009L’Apithérapie ou produits de la ruche : Une médecine naturelle et peu coûteuse

    Edition du 1er janvier 2007Naâma : 195 cas de brucellose

    Edition du 11 octobre 2005Biskra

    Edition du 17 août 2009Piqûres de scorpion : 320 cas dont 4 morts enregistrés à El Bayadh

    Edition du 9 avril 2007Cicatrisation cutanée

    Edition du 27 juin 2006Le scorpion tue à El Oued

    Edition du 15 mai 2005CPMC

    Edition du 18 février 2008Tébessa : Un service de rééducation à Békaria

    publicité [

    ] [

    ] [

    ]
    Hebdos & Services Hebdos Carnet de route Histoire Fait du jour Mode Nostalgie Supplément 05 octobre 1988 Supplément économie Supplément Histoire Aéronautique Supplément immobilier Portrait Médias Arts et Lettres sciences Santé France-Actu Multimédia Automobile Air du temps Cinéma Environnement
    Services Archives > Qui sommes-nous ? > Contacts > Annonceurs > Mentions légales > Crédits > Accessibilité > Editions locales
    Choisissez une région : Alger Info Oran Info Constantine Info Kabylie info Annaba Info Setif-info Tiaret info Chlef Info Tlemcen Info Mostaganem Info Bel Abbès Info Skikda info Blida Info Ouargla Info Djelfa Info Tipaza Info Béjaïa Info Jijel info Mascara info Biskra Info Chroniques d’El Watan
    Choisissez une chronique : Point Zéro Balises Médiascopie Le point du samedi Vu à la télé Dans la lucarne Fronton 08-Eclairage Abecedarius Coup franc La chronique de Ali El Kenz Repères 44.
    El Watan

  2. sougridesouche Dit :

    Ghaza en manque de médicaments : Les piqûres d’abeille pour soulager les maux
    Lorsque Ratib Samur, un guérisseur, a ouvert sa clinique à Ghaza, personne n’a cru qu’il pourrait soigner et soulager ses patients avec des piqûres d’abeille.

    Les piqûres d’abeille, un traitement qui fait désormais fureur dans un territoire isolé, en manque de médicaments. « Le venin d’abeille est vraiment efficace. Je ne ressens plus cette douleur qui m’empêchait de dormir », s’exclame Mohammed Al Dayya, 25 ans, qui souffre de paralysie musculaire. M. Dayya avait l’habitude d’aller se faire soigner en Egypte. « Ce traitement a stabilisé mon état. Il n’empirera pas avant que je puisse voyager », se console-t-il, lors d’une séance dans la clinique de Ratib Samur, où il se rend une fois par semaine. « Je ne peux pas l’aider à remarcher. Mon traitement se contente surtout de soulager la douleur et d’empêcher une dégradation de son état », explique le guérisseur, âgé de 53 ans, qui a une formation d’ingénieur agronome en Egypte.

    L’ouverture de sa clinique, en 2003, a été accueillie avec scepticisme. Pourtant, « elle a été mieux acceptée lorsque j’ai obtenu de bons résultats et les patients ont même augmenté depuis le début du siège israélien », souligne M. Samur. L’Etat hébreu autorise la sortie des cas médicaux urgents de Ghaza, mais il n’accorde qu’un nombre limité de permis pour les traitements à l’étranger. Dans ces conditions, des centaines de personnes se tournent vers la clinique de Ratib Samur, d’autant que les tarifs sont abordables. Cela ne coûte qu’environ 3 dollars pour une série de trois injections de venin. Ismaïl Matar, 23 ans, a subi un violent traumatisme psychologique pendant la dernière guerre à Ghaza, l’hiver dernier, lorsque l’un de ses amis a été tué devant lui lors d’un raid aérien israélien. « J’étais en état de choc. Je n’étais pas assez fort pour bouger mes jambes, je voyais difficilement et aucun médicament ne parvenait à m’aider. Mais à présent, après sept mois de traitement aux piqûres d’abeilles, je vais bien mieux », se réjouit-il.

    Le principal composant du venin d’abeille est la mellitine, un agent anti-inflammatoire et anticoagulant. L’apithérapie – les soins par les abeilles, une pratique très ancienne -, est utilisée un peu partout dans le monde pour traiter la sclérose en plaque et l’arthrite, mais il y a peu de preuves quant à son efficacité réelle. « Ce traitement est un complément médical », précise Ratib Samur, qui refuse de s’occuper des cardiaques, des diabétiques ou des cancéreux. « Je ne pose pas de diagnostic de la maladie, je m’appuie entièrement sur l’opinion du médecin », dit-il, en allant de patient en patient avec sa petite boîte remplie d’abeilles. Nivine Ajour, une mère de six enfants âgée de 32 ans, ne jure que par les mouches à miel. « Je souffre d’arthrite depuis cinq ans. Je ne pouvais plus monter les escaliers, mais après cinq mois de traitement, je les monte six fois par jour », témoigne-t-elle.

    Dans un coin de la clinique, Mohammed Baroud, un petit garçon sourd de 10 ans, brave la douleur de la piqûre. « Je suis habitué, je n’ai pas peur », assure-t-il. Il dit que son ouïe s’améliore de semaine en semaine et qu’il n’aura bientôt plus besoin d’appareil auditif pour entendre.

    El Watan

  3. sougridesouche Dit :

    Entretien avec Rabah Saâdane au lendemain de la qualification des verts
    « Il faut garder les pieds sur terre »
    Rabah Saâdane, le sélectionneur national, est un homme heureux. La qualification de l’Algérie à la Coupe du monde 2010 est à inscrire sur son riche palmarès. C’est la troisième fois qu’il conduit les Verts à la phase finale de la Coupe du monde. Hier, nous sommes allés à sa rencontre au siège de la fédération pour évoquer avec lui les perspectives de l’EN dans les prochains mois.

    Vous devez être un homme heureux ?
    Complètement, à l’instar de tout le peuple algérien. La qualification en Coupe du monde est un pur bonheur. Ce sont des moments fabuleux. Le sentiment du devoir accompli me donne plus de force pour continuer, sans oublier toutes les marques de sympathie que je reçois de la part de mes compatriotes.
    Le repos sera de courte durée. Déjà arrive la CAN 2010…
    Effectivement, on ne dispose pas de beaucoup de temps en prévision de cet important rendez-vous. Nous ferons le maximum pour être prêts le jour J.
    Les joueurs sont sur un nuage. Il ne sera pas facile de les remotiver rapidement…
    Je n’ai aucune inquiétude sur ce plan. Ce sont des professionnels et ils ne lâchent rien. Ils ont toujours faim de victoires et de titres. Le programme de préparation est arrêté depuis des semaines. Il sera légèrement modifié en raison de notre calendrier lors de la CAN 2010. On avait tablé sur une entrée en matière vers le 13 ou14 janvier et le tirage au sort en a décidé autrement.
    Les joueurs ont-ils reçu le programme de préparation ?
    Ce sera fait dans les prochaines heures. Initialement, le stage devait avoir lieu du 21 au 31 décembre. Nous sommes contraints de l’avancer de quelques jours pour permettre au groupe d’être au point le 10 janvier. Donc, la phase transitoire sera écourtée. Les joueurs seront regroupés plutôt que prévu.
    Le lieu du stage est-il arrêté ?
    Pas encore, mais il y a de fortes chances qu’il soit programmé en Algérie ou dans un pays proche du nôtre (France-Italie). Mais jusqu’à présent, il n’y a rien d’officiel.
    Quand serez-vous en Angola ?
    Entre les 7 et 8 janvier. Le stage avant le voyage en Angola débutera deux semaines au moins avant cette date
    A priori, toutes les mesures ont été prises pour que les Verts soient placés dans de bonnes conditions en Angola…
    Un membre de la fédération, Djahid Zefzef, est sur place pour finaliser le dossier de notre séjour en Angola. Les réservations sont faites depuis des semaines.
    Comment jugez-vous le groupe et les adversaires de l’Algérie ?
    C’est un groupe difficile avec le pays hôte et le Mali qui est l’une des meilleures sélections du continent. Le Malawi lui aussi aura son mot à dire. L’Angola aura à cœur de remporter le trophée pour faire oublier, à ses supporters, l’élimination en Coupe du monde. Le recruteur Manuel José, ancien coach du Ahly du Caire, est un indicateur des grandes ambitions que nourrit ce pays. Le Mali renferme dans ses rangs de très grands joueurs qui évoluent dans les meilleurs championnats d’Europe. Le jour où ce pays réunira toutes les conditions de préparation de sa sélection, il fera mal. Le Malawi sera le petit poucet du groupe, mais on fera attention à ne pas le sous-estimer.
    L’objectif est-il raisonnable ?
    Faut pas mettre trop de pression sur la sélection. C’est le meilleur moyen de lui permettre de concrétiser les promesses nées durant les éliminatoires de la Coupe du monde. L’essentiel est de garder les pieds sur terre et de ne pas croire que nous sommes arrivés. Fixer des objectifs démesurés risque d’anéantir les efforts produits durant une année.
    L’effectif actuel sera-t-il reconduit ?
    Il est un peu prématuré pour le dire. Dans mon esprit tout est clair. Nous ne disposons pas d’assez de temps pour faire des expériences, appeler de nouveaux joueurs, leur faire subir des tests. Le calendrier de la FIFA est un vrai handicap. On fera avec. Moi, je prône la stabilité dans tous les domaines. Il est illusoire de tabler sur l’arrivée de nouveaux joueurs. Ceux qui sont sur place ont plus de chances d’être reconduits.
    Faut-il dire que la liste est (déjà) définitivement close ?
    Il se peut qu’un ou deux joueurs (locaux ou professionnels) soient convoqués mais à condition qu’ils flambent avec leur club.
    Le cas Djebour pose-t-il problème ? Il en est le premier conscient. Nous avons besoin de lui et nous ferons tout pour l’aider à relancer sa carrière au sein d’un club en Europe. Il nous sera très utile dans les difficiles matches qui nous attendent. Je compte énormément sur lui et je demeure convaincu qu’il reviendra vite à son meilleur niveau.
    Vous n’avez pas le choix puisque le calendrier FIFA est très serré et ne permet pas de procéder à des expérimentations…
    Effectivement. Le temps passe vite et ne nous permet pas de faire des essais. On sort des éliminatoires combinées de la CAN et de la Coupe du monde et tout de suite après nous sommes projetés dans le tournoi final de la CAN et durant la période intermédiaire, notre champ d’action et de mouvement est limité. Après la CAN, il faudra plonger dans la préparation de la Coupe du monde avec, toujours, les mêmes contraintes. On fait des exercices de trapèze sans filets de secours.
    Le stage en Italie vous a donné beaucoup de soucis
    C’est la première fois dans ma carrière que je fais face à une telle situation. Il y avait trop de blessés en même temps. Préparer un match aussi important que celui de l’Egypte avec une infirmerie pleine n’est pas du gâteau. Heureusement, tout s’est bien passé grâce à la compétence et la disponibilité du staff médical.
    La liste des sélectionnés pour la CAN 2010 sera dévoilée quand ?
    Les joueurs retenus pour la CAN en Angola seront connus entre le 15 et 20 décembre. Il est un peu tôt d’avancer des noms dans la mesure où nous ne savons pas encore si les joueurs qui ont écopé d’un second avertissement, Belhadj, Ziani et Ghezzal, seront suspendus pour le premier match face au Malawi. Dans cette hypothèse, on prendra toutes nos dispositions pour y parer. Une chose est sûre, il y aura un bon équilibre entre les trois compartiments.

    Par Yazid Ouahib
    > Voir aussi…
    Edition du 28 avril 2009Hervé Renard (Entraîneur de la Zambie) : « Notre groupe est très ouvert »

    Edition du 13 mai 2006Coupe d’Algérie cadets

    Edition du 15 juillet 2004CAN JUNIORS 2005. ALGÉRIE-NIGER

    FootballEdition du 22 juin 2009Tirage au sort le 31 juillet

    Coupe du monde des U-17Edition du 14 juin 2009Un avant-goût du Mondial

    Coupe des ConfédérationsEdition du 21 mai 2005Laroussi (Entr. USMS)

    Edition du 7 octobre 2009CAN et coupe du monde 2010 : La FAF a pris ses dispositions

    Edition du 11 juillet 2004Djahnine

    Edition du 28 juin 2007Antar Boucherit (USMA) : « Je rêve d’un titre »

    Edition du 24 octobre 2009Coupe du Monde de football des U17 : Les Verts à pied d’œuvre à Kaduna

    publicité [

    ] [

    ] [

    ]
    Hebdos & Services Hebdos Carnet de route Histoire Fait du jour Mode Nostalgie Supplément 05 octobre 1988 Supplément économie Supplément Histoire Aéronautique Supplément immobilier Portrait Médias Arts et Lettres sciences Santé France-Actu Multimédia Automobile Air du temps Cinéma Environnement
    Services Archives > Qui sommes-nous ? > Contacts > Annonceurs > Mentions légales > Crédits > Accessibilité > Editions locales
    Choisissez une région : Alger Info Oran Info Constantine Info Kabylie info Annaba Info Setif-info Tiaret info Chlef Info Tlemcen Info Mostaganem Info Bel Abbès Info Skikda info Blida Info Ouargla Info Djelfa Info Tipaza Info Béjaïa Info Jijel info Mascara info Biskra Info Chroniques d’El Watan
    Choisissez une chronique : Point Zéro Balises Médiascopie Le point du samedi Vu à la télé Dans la lucarne Fronton 08-Eclairage Abecedarius Coup franc La chronique de Ali El Kenz Repères 44.
    El Watan

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...