RSS

« Jacques le fataliste »

1 août 2009

1.Extraits

Les extraits de « Jacques le fataliste »

Morceau choisi
Comment, dès lors, comprendre cette contradiction entre les propos et les actes de Jacques ? Ou, pour poser la question autrement, en termes philosophiques : ‘Est-ce nous qui menons le destin, ou bien est-ce le destin qui nous mène ?’. Toute la difficulté tient à l’emploi des termes fatalisme/fataliste eux-mêmes.
Jacques est souvent plus déterministe que fataliste. Comme le fatalisme, le déterminisme postule que tout effet provient d’une [... ]

- chapitre : Du fatalisme au déterminismepage : 72éditeur : Hatierdate d’édition : 2006 -

Jacques le fataliste

Jacques le fataliste

de Denis Diderot

[Littérature classique]

Editeur : Hatier
Publication : 15/9/2006

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

2 Réponses à “« Jacques le fataliste »”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Fatalisme
    Doctrine suivant laquelle le cours des événements échappe à l’intelligence et à la volonté humaine, de sorte que la destinée de chacun de nous serait fixée à l’avance par une puissance unique et surnaturelle. En vérité, je suis tentée de croire au fatalisme, et de m’abandonner à ma destinée (Sénac de Meilhan, Émigré, 1797, p. 1854) :
    Si le hasard n’est pas, il faut admettre le fatalisme, ou la coordination forcée des choses soumises à un plan général.
    Balzac, L. Lambert, 1832, p. 131.
    − P. ext. Attitude morale, intellectuelle d’une personne qui se soumet à l’événement. Il y a là plus de fatalisme que de croyance en l’action (Barrès, Cahiers, t. 12, 1919-20, p. 152). Il rêvait des heures, là-haut, triste et heureux. Il avait fini par acquérir une espèce de fatalisme (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 239).
    Prononc. et Orth. : [fatalism̥]. Ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. 1724 (Le P. Castel, Traité de la pesant. univ. des corps, I, p. 401 ds DG). Dér. de fatal*; suff. -isme*. Fréq. abs. littér. : 155.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  2. Artisans de l'ombre Dit :

    DÉTERMINISME, subst.
    masc.DÉTERMINISME, subst. masc.
    A.− Ensemble des causes ou conditions nécessaires à la détermination d’un phénomène :
    1. Les Caméléons sont célèbres pour cette faculté, [adaptation de leur couleur aux objets] dont le déterminisme a été rigoureusement établi.
    E. Perrier, Traité de zool., t. 4, 1928-32, p. 2974.
    B.− P. ext., vocab. sc. et philos. [D'un point de vue théorique] Principe scientifique d’après lequel tout phénomène est régi par une (ou plusieurs) loi(s) nécessaire(s) telle(s) que les mêmes causes entraînent dans les mêmes conditions ou circonstances, les mêmes effets. Déterminisme objectif de la science :
    2. L’abandon du déterminisme et du mécanisme classiques n’a pas marqué la fin de la science, mais bien la fin d’une métaphysique qui admettait le déterminisme laplacien et le mécanisme classique comme fondements de la science : …
    David, La Cybernétique et l’humain, 1965, p. 20
    − Spéc., PHILOS. Doctrine d’après laquelle les actions des hommes sont, comme les phénomènes de la nature, soumises à un ensemble de causes extérieures. La notion de mérite et de responsabilité sont des erreurs certaines, liées à la croyance erronée à une liberté absolue que nie le déterminisme universel (Le Dantec, Savoir! 1920, p. 81).
    ♦ P. ext. Déterminisme historique, moral, psychologique. La gratuité, la liberté du jeu, chez l’adulte, qui échappe pour un moment aux déterminismes sociaux, évoque parfois un retour à l’enfance (Jeux et sp., 1968, p. 1168).
    ♦ SCOLAST. Doctrine qui subordonne la volonté humaine à la Providence divine et nie donc le libre arbitre (cf. prédestination) :
    3. Adeptes du péché originel ou de l’innocence native, partisans du libre arbitre ou du déterminisme, affirmateurs de l’anéantissement total de la créature, ou de la survie et de la résurrection, allèguent les uns et les autres des passages décisifs à leurs yeux en faveur de leur opinion.
    Weill, Le Judaïsme, 1931, p. 105.
    Prononc. et Orth. : [detεʀminism̥]. Ds Ac. 1878 et 1932. Étymol. et Hist. 1836 (Ac. Suppl.). Empr. à l’all. Determinismus (1790, Forster ds Grimm2), dér. de determinieren, lui-même empr. au lat. determinare. Fréq. abs. littér. : 562. Fréq. rel. littér. : xixe s. : a) néant, b) 492; xxe s. : a) 1 908, b) 978.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...