RSS

7.Le Barbe Bleue de Gambais (7e partie)

29 juillet 2009

Non classé

Le Barbe Bleue de Gambais (7e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 6e partie n Landru découvre une nouvelle forme d’escroquerie : l’escroquerie au mariage. Il promet le mariage, fait main basse sur la fortune de la fiancée et disparaît.

Mais en février 1915, Landru se découvre une nouvelle vocation, celle d’assassin.
La malheureuse Jeanne-Marie Cruchet, une veuve, est sa première victime. Après l’avoir dépouillée de ses biens, il l’emmène dans une maison qu’il loue à Vernouillet. Il y invite aussi son fils, un garçon de 17 ans, André Cruchet et les tue tous les deux. Quelques voisins vont s’inquiéter de l’absence de la mère et du fils. Landru souriant les rassure :
«Ils sont partis pour l’Angleterre. Le fils s’est engagé dans l’armée britannique.»
Landru va attendre quelques mois, avant de passer, de nouveau, à l’acte.
Il continue à se cacher derrière de fausses identités. Il fait également de brefs séjours chez lui. Cela lui permet de revoir sa femme et ses enfants et de leur apporter de l’argent…
A la fin du mois de mai, il reprend ses annonces matrimoniales. Il se présente sous son meilleur jour et ne tarde pas à recevoir une réponse.
La femme s’appelle Thérèse Laborde-Line. Elle est née en Argentine, en 1868 (elle a donc quarante-sept ans). Elle était l’épouse d’un aubergiste, mais elle s’est séparée de lui.
Quand elle voit Landru, elle est un peu déçue : il est petit de taille, barbu, le front large, mais l’homme se montre affectueux et la dame est conquise.
— Que dirais-tu si nous unissions nos destinées ? demande Landru.
La dame rougit.
— Oui, ma chère Thérèse, je te propose le mariage !
Comme elle ne répond pas, il refait sa proposition.
— Je suis moi-même veuf… Nous unirons nos solitudes. Dis-moi ce que tu en penses !
— Je suis d’accord, mon cher Désiré ! C’est avec enthousiasme qu’elle annonce son mariage avec le monsieur qu’elle a rencontré par l’intermédiaire d’une annonce parue dans la presse.
— C’est un homme charmant. Il est lui-même seul et souffre de la solitude !
Sa sœur l’interroge, avec méfiance.
— Et tu lui fais confiance ?
— Oui…
— Peut-être qu’il sait que tu as une fortune et qu’il veut en tirer profit !
La dame est scandalisée.
— Non, non, il est lui-même fortuné !
— Comment le sais-tu ?
— Il a une belle maison et il promet de m’y emmener… Il a également une voiture…
Les voitures, à l’époque, étaient rares. Et ceux qui pouvaient se vanter d’en posséder une étaient vraiment riches !
La sœur garde quand même sa méfiance.
— Je te le présenterai, tu verras, c’est un homme charmant.
Elle pense à l’homme qui l’a quittée.
— Ce n’est pas un homme frivole, lui. (à suivre…)

K. N.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...