RSS

68.Récits sapientiaux (68e partie)

29 juillet 2009

Non classé

Récits sapientiaux (68e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 67e partie n La femme du pêcheur a la fièvre de l’or : plus son mari en ramène, plus elle en veut. Elle lui impose à chaque fois de retourner à la mer et de faire des vœux !

Pour le pêcheur, c’est le bonheur total. Il est riche, il a des centaines d’hommes à son service, on le respecte… Sa femme, autrefois misérable, est comme une reine.
— Tu es la femme la plus riche du pays, lui dit-il.
— non, dit-elle, je peux avoir encore plus de richesses !
Ali fronce les sourcils.
— Ne me dis pas que tu veux retourner à la mer et chercher encore de l’or. Nous n’avons rien à faire de tout cet or et de toutes ces pierres précieuses !
— Je veux être encore plus riche que je ne le suis !
— je refuse de retourner à la mer !
— et moi, je veux que tu y retournes.
Elle fait tant, qu’il finit par céder. Et elle rapporte encore plus d’or et de pierres précieuses, remplissant armoires et coffres..
Le palais de Ali, l’ancien pêcheur, ne peut plus contenir tout l’or et toutes les pierres précieuses amassées.
— tu es satisfaite maintenant ? dit Ali à sa femme.
— j’ai assez d’or, mais cette fois-ci je veux autre chose.
— quoi encore ? dit Ali.
— je veux le pouvoir…
Ses yeux se mettent à briller.
— je veux gouverner les hommes !
— je ne sais pas si le poisson-génie va nous accorder ce pouvoir !
— retournons à la mer…
Ali, une fois de plus, cède à sa femme. Un matin, alors que l’aube commence à poindre, ils prennent le large.
— nous sommes arrivés…
La femme réfléchit à ce qu’elle va demander.
— tu veux devenir reine !
— non, cela ne me suffit pas… Je ne gouvernerai qu’un pays !
— tu veux un empire !
— cela ne me donnerait l’autorité que sur une région du monde…
— alors, que veux-tu ?
— je veux devenir Dieu !
L’homme est effrayé.
— tu es folle !
— seul Dieu commande tous les hommes, seul Dieu décide des destinées ! Fais le vœu.
Ali, effrayé par sa femme, fait le vœu…
La barque retourne d’elle-même vers la plage, comme poussée par une main invisible. Les époux accostent… devant leur ancienne masure. Leurs enfants les accueillent, en pleurant : «nous avons faim !» Le palais, les boutiques, l’or… Tout a disparu comme par enchantement… La convoitise gâte le caractère ! (à suivre…)

K. N.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...