RSS

Un 26 juillet

27 juillet 2009

EPHEMERIDES

1847 : Le Libéria est la première colonie africaine à déclarer son indépendance

  • 1956 : Égypte – Nationalisation du canal de Suez par le président Nasser.
  • 1885 : Naissance d’André Maurois, écrivain français ( 1967).
  • 1935 : Naissance de Claude Esteban, poète français (10 avril 2006).
  • 1680 : décès de John Wilmot, Second Comte de Rochester, écrivain et poète libertin.
  • 2001 : décès de Jacques Bens, écrivain et poète français, co-fondateur de l’Oulipo25 mars 1931).
  • À propos de Artisan de l'ombre

    Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

    Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

    S'abonner

    Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

    3 Réponses à “Un 26 juillet”

    1. Artisans de l'ombre Dit :

      L’amour supporte mieux l’absence ou la mort que le doute ou la trahison.

      Le mélange de l’admiration et de la pitié est une des plus sûres recettes de l’affection. (Ariel ou La Vie de Shelley)

      La certitude d’être aimé donne beaucoup de grâce à un esprit timide en lui rendant le naturel. (De la conversation)

      Il y a dans tous les succès humains une part mal définie de bonheur. (Lyautey)

      Le bonheur est une fleur qu’il ne faut pas cueillir. (Mémoires)

      On ne fait pas de grandes choses sans être une brute. (Le Cercle de famille)

      Il n’y a qu’un cynique qui puisse être idéaliste sans danger pour ses contemporains. (Ni ange ni bête)

      Nos destinées et nos volontés jouent presque toujours à contretemps. (Climats)

      On n’aime pas une femme pour ce qu’elle dit ; on aime ce qu’elle dit parce qu’on l’aime. (De la conversation)

      Il ne suffit pas d’avoir de l’esprit. Il faut en avoir encore assez pour s’abstenir d’en avoir trop. (De la conversation)

      La mort ne peut être pensée puisqu’elle est absence de pensée. Il faut donc vivre comme si nous étions éternels. (Ce que je crois)

      Ce que les hommes vous pardonnent le moins, c’est le mal qu’ils ont dit de vous. (De la conversation)

      Un mariage heureux est une longue conversation qui semble toujours trop brève. (Mémoires)

      Il est injuste et absurde de rendre les êtres comptables de leurs promesses. (Climats)

      L’art du mariage est de passer de l’amour à l’amitié… sans sacrifier l’amour.

      Les amours et les haines des peuples sont fondées, non sur des jugements, mais sur des souvenirs, des craintes et des fantômes. (Mes songes que voici)

      Il est plus facile de mourir pour la femme qu’on aime que de vivre avec elle.

      Si nous versons des larmes pour les petites choses, il est des douleurs trop grandes pour pleurer.

      Dans une discussion, le difficile, ce n’est pas de défendre son opinion, c’est de la connaître.

      Les abus de la liberté tueront toujours la liberté.

      Certaines femmes ne demandent à une amie de tenir une confidence secrète que pour mieux répandre une nouvelle. (De la conversation)

      C’est dans le malheur que tu compteras de nombreux amis. Etre le confident du bonheur exige des vertus plus rares. (De la conversation)

      Le mariage n’est pas un accouplement : c’est un établissement. (Terre promise)

      Le célibataire aura toujours cette grande infériorité qu’il ne connaît, de toute une moitié de l’humanité, qu’un aspect romanesque ou critique.

      La sérénité est une conquête.

      Le bonheur n’est jamais immobile ; le bonheur c’est le répit de l’inquiétude. (Climats)

      Notre crainte des autres vient de ce qu’ils cherchent à nous transformer en objets pour assurer leur propre liberté. (Ce que je crois)

      La sincérité est de verre ; la discrétion est de diamant. (Conseils à une jeune fille qui dit tout ce qu’elle pense)

      Les prétextes n’ont jamais besoin d’être vraisemblables ; autrement, ils seraient des raisons, non pas des prétextes.

      Nos fautes sont vouées à l’oubli et c’est ce qu’elles méritent.

      Le désaccord avec soi-même est le pire des maux.

      Au lieu de raturer sur un passé q’on ne peut abolir, essayez de construire un présent dont vous serez ensuite fier.

      L’homme qui médite sur lui-même trouveras toujours mille raisons d’être malheureux.

      Il faut vivre pour autre chose que pour soi.

      La vie est courte, même pour ceux qui passent leur temps à la trouver longue.

      Ecouter sans protester un tiers dire du mal d’un ami, c’est déjà trahir.

      Le monde progresse grâce aux choses impossibles qui ont été réalisées.

      L’opportunisme du coeur est la seule sagesse sentimentale. (Climats)

      Toute affaire que l’on me propose est mauvaise, car si elle était bonne, on ne me la proposerait pas. (Bernard Quesnay)

      Le bonheur est une décision que nous prenons d’être heureux quoi qu’il arrive.

      Une lecture, c’est comme les auberges espagnoles, on n’y trouve que ce que l’on y apporte.

      Le bonheur que l’on attend est plus beau que celui dont on jouit… (Les Roses de septembre)

      Ils avaient des goûts communs et de métiers différents : c’est la recette même de l’amitié.

      Plus savants, plus puissants, les hommes sont aujourd’hui plus malheureux que jamais. (Ce que je crois)

      Si nous connaissions les autres comme nous-mêmes, leurs actions les plus condamnables nous paraîtraient mériter l’indulgence.

      Le retard est la politesse des artistes… (Les Roses de septembre)

      Etre exigeant, c’est montrer de l’intérêt. (Lettres à l’inconnue)

      On se fatigue de tout, même d’être aimé. (Lettres à l’inconnue)

      Le vrai mal de la vieillesse n’est pas l’affaiblissement du corps, c’est l’indifférence de l’âme. (L’art de vivre)

      Tout homme est stupéfait par ce que les autres pensent de lui. (Olympio)

      Quelques auteurs :
      - Jean Anouilh
      - Napoléon Bonaparte
      - François Cavanna
      - Alex. Dumas, fils
      - André Gide
      - Edouard Herriot
      - Jean de La Bruyère
      - Reine Malouin
      - Friedrich Nietzsche
      - Marcel Proust
      - Jules Renard
      - George B. Shaw
      - Mark Twain
      - Voltaire
      - Oscar Wilde
      Tous les auteurs

      Quelques thèmes :
      - Absence
      - Bonheur
      - Idéalisme
      - Orgueil
      - Religion
      Tous les thèmes

      Liens externes :
      - Wikipédia
      - Académie française

      Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    2. Artisans de l'ombre Dit :

      John Wilmot
      Poète anglais
      [Poésie]
      Né le 01 avril 1647
      Décédé le 26 juillet 1680
      Biographie de Comte de Rochester, John Wilmot

      Libertin de renom, John Wilmot est deuxième comte de Rochester. Sa mère est parlementaire, tournée vers le puritanisme, et son père royaliste. Après de brillantes études, John Wilmot entreprend un grand voyage en France et en Italie, puis s’installe à la cour d’Henri II, où il est connu pour ses frasques et ses conversations animées. Autant d’extravagances qui marquent les esprits et que l’on retrouve parfois dans ses ouvrages. ‘Satire contre l’humanité’ en 1675 constitue une dénonciation du rationalisme, de l’optimisme et de la perfidie humaine. ‘Histoire des insipides’ un an plus tard attaque très durement le gouvernement en place. Expulsé après une satire calomnieuse à l’encontre d’Henri II, Wilmot continue d’écrire, notamment de la poésie. Cette dernière est caractérisée par une plume acerbe et un style paillard. Egalement à l’origine de chansons et de satires, certaines de ses oeuvres ne sont pas signées. À l’instar de ‘Sodome’ ou de ‘La Quintessence de la débauche’, des écrits par ailleurs détruits car jugés obscènes. Apprécié et reconnu par de grands intellectuels, John Wilmot est décrit comme un génie et un poète par Voltaire qui traduit quelques-uns de ses vers. Sa vie sentimentale, très décousue, a raison de lui à l’âge de trente et un ans. Il meurt probablement de la syphilis ou d’une maladie vénérienne. Adapté au cinéma et au théâtre, John Wilmot demeure l’une des plus grandes plumes anglaises de la poésie satirique et débauchée.

      Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    3. Artisans de l'ombre Dit :

      «Avant d’être marié, j’avais six théories sur la façon d’élever les enfants ; maintenant, j’ai six enfants et pas de théorie.»
      [ Comte de Rochester, John Wilmot ]

      Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    Académie Renée Vivien |
    faffoo |
    little voice |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
    | Sud
    | éditer livre, agent littéra...