RSS

Le marché de Sougueur

Le marché de Sougueur dans Blogueurs logo_imp
Edition du Dimanche 26 Juillet 2009

CHRONIQUE DE MUSTAPHA MOHAMMEDI

NOIR ET BLANC

 


Par : Mustapha Mohammedi

C’était l’époque où Lilli Bouniche faisait danser tous les juifs de la diaspora d’Oran. Il n’était pas le seul. Pour ses fêtes, la communauté israélite se partageait, tantôt BlanBlan et sa gouaille légendaire (aujourd’hui on dirait sa grosse gueule), tantôt Saritza et son piano magique.


C’était l’époque où cheïkh Ada Tiareti fichait le blues dans les cafés maures de l’arrière-pays qui avaient la chance d’avoir un phonographe et des disques microsillons. On n’entendait d’ailleurs que lui le jour de marché hebdomadaire. À Trézel, sur les hautes plaines, ce souk avait lieu tous les samedis en même temps que le sabbah. Il tenait de la foire, de la kermès et du comice agricole. Juste en face du stade qu’elle avait pompeusement appelé Coubertin, la municipalité avait clôturé pour cela un immense terrain qu’elle avait pourvu d’un portail métallique et d’un bassin pour permettre aux bêtes de s’abreuver. Il servira à la lavandière du village, Madame Garcia, qui faisait les ménages, dont la tête était perpétuellement couverte d’un foulard.
Et comme des milliers de troupeaux essaimaient la steppe, jusqu’au djebel Ammour et aux portes de Laghouat, le petit bourg colonial deviendra bientôt le deuxième marché aux bestiaux après celui d’El-Harrach. Il attirera tellement de maquignons et de chevillards que des éleveurs de bétail viendront de Mascara vendre leurs génisses.
De fil en aiguille, des bédouins proposeront leurs chameaux, des fellahs leurs mules, leurs ânes et même leurs chevaux. Quant à l’autre partie du souk, elle était plutôt réservée à la logistique. Au marchand de DDT en vrac et au guerab entre autres, de sympathiques hâbleurs qui prétendront qu’avec la même mesure d’un verre à eau, ils peuvent chasser les poux et étancher la soif. Le burnous fripé, le front en eau, de nombreux paysans s’arracheront un moment à la fournaise ambiante pour s’abriter à l’ombre de l’une des nombreuses tentes qui servaient de café.
Le mobilier y était sommaire. Quelques nattes en alfa couvraient le sol, il y avait deux ou trois bancs, un chaudron pour préparer le thé et un grand tonneau en bois rempli d’eau et de glace au dessus duquel flottaient des bouteilles de limonade de toutes les couleurs. À côté des mendiants dépenaillés, des faux infirmes, des diseuses de bonne aventure, des pickpockets, des portefaix en quête de couffins à charger, un saltimbanque autour duquel s’agglutinaient des dizaines de badauds faisait à lui tout seul recette parmi les meddahs. L’homme qui maîtrisait parfaitement l’arabe réussira à écouler auprès des incrédules des posters qu’il disait sacrés. Dans ces gravures aux traits grossiers, Sid Ali était censé tuer des mécréants avec son sabre à double lame. D’autres représentations du même tonneau seront vendues en quelques minutes.
C’est tout juste si on ne le bénissait pas. Son stock épuisé, il bouclera sa valise, prendra poliment congé des curieux, rasera les murs et entrera discrètement au bar de M. Savournin pour prendre deux anisettes bien fraîches.
- ça a marché, M. Cohen, lui demandera la barmaid ?
- Oui… je ne m’en plains pas…

M. M.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...