RSS

La Pléiade

23 juillet 2009

Non classé

La Pléiade

autour de

Pierre de Ronsard

Dans l’histoire de la littérature, la Pléiade est le nom donné à un groupe de sept poètes, et ce, en référence aux sept filles d’Atlas, héros de la mythologie grecque (géant révolté contre les dieux, condamné par Zeus à soutenir sous ses épaules la voûte du ciel).

 Bien sûr celle dont nous parlons aujourd’hui est celle qui réuni, en France, autour de Pierre de Ronsard d’autres grands poètes : 

La Pléiade bouton1b Joachim du Bellay

bouton1b Rémi Belleau

bouton1b Etienne Jodelle

bouton1b Jean Antoine de Baïf

bouton1b Pontus de Thiard (ou Thyard), 

bouton1b Jacques Peletiers du Mans qui sera remplacé, à son décès, par Jean Dinemandi (dit Dorat). 

C’est aussi la Pléiade la plus connue. Avant de s’appeler la Pléiade, ce groupe de génies de la langue française s’appelait la Brigade lorsqu’elle fut fondée au collège CoqueretJean Dinemandi dit Dorat était le principal.

 

Cette « pléiade » de génies de la langue française a profondément influencé les changements dans celle-ci à travers son oeuvre de la Défense et Illustration de la Langue Française

Les objectifs de la Pléiade étaient de :

fl_d2 défendre la langue française contre ses détracteurs

fl_d2 d’illustrer cette dernière, c’est-à-dire  :

bouton1b d’enrichir  son vocabulaire et ses styles, 

bouton1b de développer l’art poétique et la doctrine de l’imitation

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

9 Réponses à “La Pléiade”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Pierre de Ronsard

    Couture-sur-Loir, 11 Septembre 1524
    Saint-Côme-en l’Isle, 27 Décembre 1585

    Consultez aussi :

    Un extrait des oeuvres de Ronsard :

    Les Bacchanales

    Ode à Cassandre

    Je vous envoi un bouquet

    Dedans des Prez je vis une Dryade

    La Pléiade

    Extraits des oeuvres des poètes et écrivains de la Renaissance

    D’autres personnages et évènements importants de la Renaissance :

    François 1er

    Charles IX

    Henri III

    Présentation du spectacle Renaissance au château d’Amboise

    Chronologie de 1501 à 1550

    L’humanisme

    La littérature de la Renaissance

    La dynastie des Valois

    Inscription sur la liste de diffusion

    1. Sa vie

    2. Ses oeuvres

    1. Sa vie

    Pierre de Ronsard est né au château de la Possonnière (achevé en 1515 par son père) à Couture-sur-Loir (qui se situe près de Vendôme) en septembre 1524. Il est le fils et sixième enfant de Louys de Ronsard – chevalier et maître d’hôtel des enfants de France (1) – et de Jeanne Chaudrier.

    (1) Louys de Ronsard accompagna les enfants de François 1er lors de leur captivité en Espagne en qualité de maître d’hôtel

    La Possonnière

    Son père l’inscrit – au cours de l’année 1533 – au collège de Navarre. Mais ses résultats étant toujours aussi catastrophiques au bout de six mois, son père fit jouer ses relations pour le faire entrer – à l’âge de douze ans – comme page à la cour de France auprès de nombreux personnages de l’aristocratie. Il prend en premier lieu son service auprès du dauphin François qui meurt trois jour plus tard – il assistera d’ailleurs, en compagnie de son père, au décès et à l’autopsie du dauphin – puis auprès de Charles d’Orléans (le troisième fils de François 1er) puis de sa sœur Madeleine de France, épouse du souverain Jacques Stuart. Quelques temps plus tard, il la suit en Écosse. Malheureusement, elle meurt peu après de phtisie en mars 1537. Il reste encore un peu en Écosse puis prend le chemin du retour vers la France en passant par l’Allemagne – où il séjournera, en 1540, pendant trois mois, chez son cousin humaniste et diplomate Lazare de Baïf et assistera en sa compagnie à la diète de Haguenau – et la Flandre pour arriver en Alsace où il y sera fait écuyer.

    Des desseins militaires se profilaient pour son avenir. Mais atteint d’otite chronique, il en ressort non sans séquelles. Devenu à moitié sourd, il est obligé de réfléchir à sa nouvelle carrière. En effet, son handicap lui interdit un métier en rapport avec les armes. De retour à la Possonnière, il fait la connaissance de Paul Duc qui lui fera découvrir Virgile et Horace. C’est là que Ronsard commence à imiter, certes sans grande réussite, ces deux hommes illustres en écrivant des vers en latin. C’est ainsi qu’il décide de tenter d’écrire en français, et ce malgré la volonté de son père qui voudrait l’inscrire à l’université de Paris au cours de la faculté de décrets.

    En 1543, Pierre de Ronsard et son père séjournent quelques temps au Mans lors des obsèques de Guillaume du Bellay. En mars, il reçoit la tonsure de clerc (il ne sera cependant jamais prêtre) afin de pouvoir percevoir une source de revenu, celui des ecclésiastiques. C’est à cette occasion que Ronsard rencontre pour la première fois Jacques Peletier du Mans, le secrétaire de l’évêque René du Bellay. Il est bon à rappeler qu’à cette époque, une inflation de la vie courante fut telle que – entre l’avènement de François 1er et le règne de Charles IX – le coût de toute chose avait été multiplié par six ! Les moyens pour la petite noblesse dont fait parti Ronsard et les futurs membres de la Pléiade de trouver de quoi vivre est de trois types : les bénéfices ecclésiastiques, l’achat d’offices ou bien l’armée.

    L’année suivante, en 1544, le père de Ronsard décède. Il décide alors de partir chez Lazare de Baïf. C’est ce dernier qui arrivera à le convaincre de suivre – accompagné d’Antoine de Baïf – les cours de grecs dispensés par Daurat (ou Dorat). Puis, en 1545, c’est au tour de la mère de Ronsard de s’éteindre. Peu de temps après, il fait la rencontre de Cassandre Salviati à Blois. Cette dernière épousera en 1546, Jean de Peigné, seigneur de Pray.

    Entre temps, Ronsard devient admiratif des oeuvres littéraires de Clément Marot et se donne comme défi de devenir l’égal de ce dernier en réalisant la version française des Odes Épicuriennes d’Horace. Cette même année, il demande l’avis à Jacques Peletier du Mans sur ses essais d’odes horaciennes. Ses débuts sont prometteurs. D’ailleurs, la première ode parue de Ronsard intitulée L’Ode à Peletier du Mans se trouve dans l’ouvrage de cet ami en 1547.

    Puis, en 1547, il descend à Paris, au collège de Coqueret. Il y suit alors – et ce pendant plus de cinq ans – l’enseignement de Jean Dinemandi dit Dorat, poète et humaniste mais aussi le principal du collège. C’est là qu’il trouvera tous ceux qui formeront avec lui la Brigade puis – par la suite – la Pléiade. Il s’agit de Joachim du Bellay, Etienne Jodelle, Jacques Peletier du Mans, Pontus de Tyard, Dorat, Jean Antoine de Baïf et Rémi Belleau. Il se retrouve très vite le premier de son école. Rien n’aurait pu laisser prévoir quelques années plus tôt son talent pour les lettres et la poésie. Cette année, c’est aussi la disparition de Lazare de Baïf.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  2. Artisans de l'ombre Dit :

    Etienne Jodelle

    Paris 1532 – Paris 1573

    Poète français, il est l’auteur – en 1553 – de la tragédie intitulée la Cléopâtre Captive qui sera le point de départ de la tragédie classique

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  3. Artisans de l'ombre Dit :

    Joachim du Bellay

    près de Liré 1522 – Paris 1560

    Poète français, il est le rédacteur du manifeste de la Pléiade intitulé Défense et Illustration de la langue française. Il fut aussi, à Rome, le secrétaire de son cousin de Jean du Bellay, période pendant laquelle il écrira deux ouvrages – Les Antiquités de Rome et Les Regrets (en 1558) – dans lesquels il nous fait partager ses déceptions et nostalgies

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  4. Artisans de l'ombre Dit :

    Jean Antoine de Baïf

    Venise 1532 – Paris 1589

    Poète français, fils de Lazare de Baïf *, il a comme but de réformer l’orthographe antique et d’intégrer en France les vers de la poésie. Il est l’auteur de divers ouvrages tels que ; Les Amours de Francine, Les Amours de Méline, Les Passes-Temps, Chansonnettes, Les Psaumes.

    * Lazare de Baïf : Né près de la Flèche en 1496 – Mort à Paris en 1547, il fut diplomate et humaniste français.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  5. Artisans de l'ombre Dit :

    Jean Dinemandi dit Dorat

    Limoges 1508 – Paris 1588

    Principal du collège Coqueret puis professeur au collège de France, il était le professeur des autres membres de la Pléiade. Il est devenu par la suite leur ami. Il n’initiait que ses meilleurs élèves à la culture gréco-latine – en passant par Pindare, Horace, Virgile, Catulle, Properce, Ovide et Tibulle – ainsi qu’aux poètes néo-latins. Il est aussi l’auteur – en 1586 – de Poematia, poésies latines d’inspiration politique.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  6. Artisans de l'ombre Dit :

    Pontus de Tyard

    Château de Bissy 1521 – Bragny sur Saône 1605

    ou Thiard. Né dans le Mâconnais, ce poète français fut aussi évêque de Châlon sur Saône et auteur des Erreurs Amoureuses (en 1549) et du Livre des Vers Lyriques. Il est un admirateur et ami de Maurice de Scève. Il est le poète qui marque la transition entre le groupe lyonnais et la Pléiade

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  7. Artisans de l'ombre Dit :

    Jacques Peletier du Mans

    Le Mans 1517 – Paris 1582

    Écrivain français, poète et humaniste, il est l’auteur de nombreux poèmes dont A ceux qui blâment les mathématiques et dont recueil de poèmes intitulé
    l’Art Poétique Français.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  8. Artisans de l'ombre Dit :

    Rémi Belleau

    Nogent le Rotrou 1528 – Paris 1577

    Poète français auteur des poésies pastorales que l’on retrouve – entre autre – dans son oeuvre La Bergerie (en 1565) et Les Amours et nouveaux échanges des pierres précieuses (en 1576).

    Jacques Peletier du Mans

    Le Mans 1517 – Paris 1582

    Écrivain français, poète et humaniste, il est l’auteur de nombreux poèmes dont A ceux qui blâment les mathématiques et dont recueil de poèmes intitulé
    l’Art Poétique Français.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  9. gilles thompson Dit :

    Si vous avez à coeur la langue de Molière, pouvez-vous faire circuler dans votre milieu!
    Merci à l’avance!

    CENTRE-VILLE DE MONTREAL
    ====================================
    Une anglicisation fulgurante en photos et vidéos
    Déjà un millier d’infractions possibles à la loi 101!
    Et ce ne sont ni des rumeurs, ni des ouï-dire, ni des peurs mal-fondées, ni des épouvantails à moineaux, ce ne sont que des faits réels.

    Allez constater sur ce site:
    http://www.imperatif-francais.org/bienvenu/articles/2008/montreal-anglais.html

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...