RSS

Max Jacob (1876-1944)

21 juillet 2009

Non classé

Il y a soixante ans, Max Jacob (1876-1944) quittait cette planète. Toute sa famille avait été arrêtée et assassinée par les nazis et les traîtres français qui collaboraient avec eux, Max Jacob l’un des plus déterminants poètes du XXème siècle devait hélas subir le même sort. Nous n’oublierons jamais les conditions de la mort de Max à Drancy.

Du Cabinet Noir au Cornet à dés en passant par Cinématoma, Le Laboratoire Central et les poèmes d’un certain Morvan Le Gaélique, il y a chez Max Jacob suffisamment de nouveautés inusables et de facéties pour satisfaire les esprits les plus gourmands. Cet homme, dirait celui qui lirait Max Jacob d’aventure, sans souci de position ni de hiérarchie, est sûrement un poète. Il est vrai qu’il y a beaucoup de poésie dans la poésie de Max Jacob. En deux mots comme en quatre et même en un seul : Max Jacob était un poète, ce qui n’est pas vrai de tous les poètes ou, pour être plus précis, de tous ceux qui sont considérés comme tels sous le prétexte qu’ils ont écrit ou écrivent des poèmes. Qui douterait, oserait douter de la qualité de poète de Charles Baudelaire, par exemple?
Ici, je vois sursauter le lecteur avisé. Comment pourrait-on ignorer ou nier les vertus poétiques de l’auteur des Fleurs du Mal? Qui oserait, quel fou?
Apaisez-vous — Max Jacob ne se prenait pas pour Baudelaire. Mais celui qui signera ces lignes préfère carrément Max Jacob à Baudelaire. Oui, c’est mon droit après tout. Pourquoi voulez-vous que je subisse une hiérarchie, aussi bien installée ? Oui, je préfère Max Jacob à Baudelaire et si je poussais un peu plus loin, j’avouerais, à tort ou à raison, que franchement je n’aime pas beaucoup Baudelaire. C’est mon droit après tout ! (deuxième édition). Par contre, j’adore Max Jacob. J’aime beaucoup aussi Robert Desnos. Et vous? Des goûts et des couleurs ! La hiérarchie installée m’agace, me brûle. Toute ma vie, ici comme ailleurs, j’aurai été en porte-à-faux. Et encore, je me retiens de proclamer tout haut tout ce que je ressens, tout ce que je crois. Il n’y a rien que je haïsse autant que les moutons de Panurge. Vive Max Jacob ! Vive Robert Desnos ! Vive René Daumal !
Et puis, comme disait ma grand’mère: – Des goûts et des couleurs!

Jean-Pierre Rosnay
paru dans Vivre en Poésie

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...