RSS

22.Récits sapientiaux (22e partie)

11 juillet 2009

Non classé

Récits sapientiaux (22e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 21e partie n Sidi Messaoud, le saint homme de Souf, vient de «voler» un pain à l’étal d’un boulanger. Celui-ci a refusé de lui faire l’aumône d’une miche.

Le boulanger prend un bâton et s’apprête à punir le voleur quand, quelqu’un, dans la foule des badauds qui vient de s’attrouper, reconnaît le saint homme.
— Mais, c’est sidi Messaoud !
D’autres le reconnaissent également.
— Ce boulanger est fou ! Il veut donner la bastonnade à Sidi Messaoud !
— Arrête, boulanger, tu vas attirer la malédiction sur toi et sur nous !
Le boulanger qui, comme tous les soufis a entendu parler du saint homme, le lâche. Sidi Messaoud se redresse. Des gens viennent vers lui.
— Je vais payer pour toi ce pain !
— Moi, je lui en offre cinq, dit un autre.
— Et moi, je t’invite chez moi à dîner.
Le boulanger, lui, honteux, mais craignant par-dessus tout la malédiction du saint homme, s’approche de lui, l’air contrit.
— Pardonne-moi, dit-il.
— Pour une miche de pain que je te demandais pour la face de Dieu, tu as voulu me donner la bastonnade ?
Le boulanger se jette aux pieds du saint homme.
— Je ne pouvais savoir… prends tous les pains de mon étal, si tu veux !
— Je n’en ai que faire !
— Exige de moi tout ce que tu veux, je le ferai !
Sidi Messaoud le regarde.
— Je veux bien te pardonner, mais j’exige que demain, tu prépares un couscous pour tous les hommes attroupés ici !
— Je le ferai, dit le boulanger, content de s’en tirer à si bon compte.
Le lendemain, Sidi Messaoud arrive, suivi par une centaine d’hommes.
— Ma maison est ta maison, dit-il humblement au saint.
— Entrez, dit Messaoud aux convives.
Il y a du couscous et de la viande pour tous. les gues’â (grands plats en bois) circulent, et chacun peut manger à sa faim.
Le boulanger vient voir Sidi Messaoud et lui dit.
— Es-tu satisfait, saint homme ?
Mais le saint homme le foudroie du regard et dit aux convives.
— Vous avez vu cet homme ? comme il est méprisable ! je lui ai demandé un pain, par désir de la face de Dieu et il me l’a refusé, en revanche, pour me faire plaisir, il a accepté de dépenser une grosse somme ! N’aurait-il pas mieux valu qu’il donne un morceau de pain à un pauvre mendiant plutôt que de faire des dépenses inconsidérées ? Je vous laisse seuls juges !
— Son cœur est dur, disent les convives, il ne mérite plus de vivre avec nous !
Le jour même, ils le chassent du village. (à suivre…)

K. N.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...