RSS

21.Récits sapientiaux (21e partie)

11 juillet 2009

Non classé

Récits sapientiaux (21e partie)
Par K. Noubi

Image n Le jour s’est levé depuis un moment et les gens commencent à se diriger vers le souk où de nombreuses boutiques sont déjà ouvertes.

Sidi Messaoud est un saint connu du Souf où il possède une belle mosquée. Les anecdotes à son sujet sont nombreuses et on les cite pour illustrer des moralités.
Un jour, Sidi Messaoud est arrivé dans un village du Souf où les gens ne le connaissaient pas. Comme il a traversé de longues distances, il est recouvert de poussière et surtout affamé. Voilà deux jours qu’il a épuisé la kesra, la galette de pain levée aussi mince qu’une feuille, et sa dernière poignée de dattes. Son ventre crie famine et s’il ne mange pas, il ne tardera pas à défaillir.
Le jour s’est levé depuis un moment et les gens commencent à se diriger vers le souk où de nombreuses boutiques sont déjà ouvertes. Sidi Messaoud s’approche d’un local, fait de planches et de tiges de palmiers. C’est la baraque d’un boulanger et il vient d’aligner, sur son étal, des miches de pain. Son aide vient de les ramener du fournil et elles sont encore chaudes. Le boulanger remarque Sidi Messaoud dont les yeux brillent de convoitise. Il se met à sourire et demande gentiment :
— Tu veux acheter une miche ?
Sidi Messaoud le regarde et dit d’une voix humble.
— Je voudrais bien !
— Je vais t’en donner une !
— Je n’ai pas d’argent !
Le boulanger fronce les sourcils et change de ton.
— Si tu n’as pas d’argent, tu n’auras pas de pain !
— Je viens de faire un long voyage, j’ai faim. Ne peux-tu pas m’en donner une, par désir de la Face de Dieu ?
— Va-t-en, je ne nourris pas les fainéants !
— Par désir de la Face de Dieu, répète le saint homme. J’ai faim, une miche de pain ne te ruinerait pas !
— Si tu ne déguerpis pas, je vais te bastonner !
Sidi Messaoud recule. Mais dès que le boulanger a le dos tourné, il s’approche de nouveau de l’étal et s’empare d’un pain.
— Au voleur ! crie le boulanger Sidi Messaoud prend la fuite. Le boulanger le poursuit.
— Arrêtez-le ! arrêtez-le !
Le fugitif tente de gagner une ruelle du village où il pourrait se cacher, mais comme il est affaibli par la fatigue et par la faim, le boulanger le rejoint.
— Je le tiens !
Il lui met la main au collet et le secoue violemment.
— Tu vas payer pour ton geste !
Sidi Messaoud le supplie :
— Ne me fais pas de mal, j’ai faim, tu ne craindrais pas Dieu ?
— Tu vas payer, je te dis ! (à suivre…)

K. N

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...