RSS

15.Récits sapientiaux (15e partie)

11 juillet 2009

Non classé

Récits sapientiaux (15e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 14e partie n La providence met devant le prince – qui cherche une épouse –, une mendiante. Elle lui plaît, il veut l’épouser !

Tandis qu’on lave la mendiante et qu’on la pare, le prince va voir son père et lui annonce la bonne nouvelle.
— Majesté, j’ai enfin choisi celle que j’épouserai !
Le roi sourit, satisfait.
— Je suis heureux de te l’entendre dire !
— Elle est belle et intelligente !
— Dis-moi quelle est son origine sociale…
Le prince se garde bien de dire que la femme qu’il a choisie est une mendiante.
— C’est une femme du peuple, Majesté, mais elle a de bonnes manières et elle appartient à une famille respectable.
— Cela me suffit, mon fils, il me tarde de la voir…
Le prince va retrouver la jeune femme. Bien lavée, bien coiffée et bien vêtue, elle paraît merveilleusement belle. Le prince s’approche d’elle.
— Comme tu es jolie !
— Monseigneur, je suis indigne de toi !
— Ne dis pas cela, je vais ordonner aux gouvernantes de te prendre en charge : elles t’enseigneront les bonnes manières et la façon de te tenir, devant mon père le roi ! en attendant, mon père veut te voir…
— Je n’oserai pas…
— Il le faut !
— Que dois-je dire ?
— Ne dis rien… Contente-toi de sourire et de faire la révérence !
— Il faut me montrer comment faire !
Le prince lui montre les gestes qu’elle doit faire et l’emmène auprès de son père.
— Voici la jeune fille que j’ai choisie !
Le roi la regarde et hoche la tête, satisfait.
— Elle est vraiment belle !
La jeune fille fait la révérence.
— Elle ne dit rien ? demande le roi
— Elle est timide, Votre majesté !
Le prince emmène sa future femme dans le pavillon où elle va résider, en attendant le mariage. Il fait venir des gouvernantes pour la servir mais aussi pour lui apprendre les bonnes manières.
— Faites vite, dit le prince, nous ne tarderons pas à célébrer le mariage !
La jeune fille va se révéler une élève studieuse. Elle apprend vite et elle finit par devenir comme les dames de la cour.
— Je ne te reconnais plus, dit le prince, tu as perdu tes anciennes habitudes. Désormais, je peux te montrer sans crainte d’être humilié ! (à suivre…)

K. N.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...