RSS

65.Mariages à l’algérienne (65e partie et fin)

10 juillet 2009

Non classé

Mariages à l’algérienne (65e partie et fin)
Par K. Noubi

Résumé de la 64e partie n Lakhdar rentre de l’étranger. Il n’est pas encore au courant que sa femme est enceinte. Il attend des explications.

Dès qu’il est entré, Souhila s’est cachée. Sa belle-mère et son beau-père se sont enfermés avec lui et doivent lui expliquer la chose de l’Endormi. Mais va-t-il y croire ?
La porte s’ouvre.
— Souhila !
Elle se rend dans la pièce.
— Tu ne viens pas voir ton mari ? dit la belle-mère.
Elle lui fait un clin d’œil, comme pour lui dire que tout s’est bien passé et s’en va, suivi de son mari.
Elle entre dans la pièce et ferme la porte.
— Tu as fait un bon voyage ?
— Tu m’as inquiété avec ta première lettre…
— Je ne savais pas comment te présenter la chose…
Il éclate de rire.
— Bien sûr, tu m’aurais dit que tu étais enceinte…
Elle baisse les yeux.
— Ce n’est pas ta faute !
Elle lève les yeux.
— Ce n’est pas…
— Je sais, avec l’Endormi, tout s’explique !
Il essaye de lui expliquer le phénomène.
— Tu sais, ce sont des choses qui arrivent… L’enfant s’endort gentiment dans le sein de sa mère, puis, brusquement, se remet en gestation !
Il sourit.
— Tu te rappelles, avant mon départ à l’étranger, tu t’es fait belle…
Souhila baisse les yeux.
— Tu te rappelles cette nuit ?
— Oui, dit-elle.
— Tu m’avais dit que tu voulais avoir un fils, mais tu ne pouvais l’élever qu’après mon retour !
— Oui, dit-elle, ce n’est pas ma faute !
Elle le regarde.
— Lakhdar, je voudrais te dire quelque chose…
Il secoue la tête.
— Non, non, ne dis rien… Père et mère m’ont expliqué…
— Je dois te dire quelque chose d’autre !
— Et moi, je ne veux rien entendre…
Il retourne trois jours après. Sept mois après, il reçoit une lettre.
«Ta femme a accouché d’un garçon, mais Dieu ne vous l’a pas destiné, puisqu’il est mort, peu après la naissance».
— Dieu fait bien les choses, dit Lakhdar.

K. N.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...