RSS

62.Mariages à l’algérienne (62e partie)

10 juillet 2009

Non classé

Mariages à l’algérienne (62e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 61e partie n La mère et la belle-mère de Souhila ont trouvé le moyen de faire passer sa grossesse illégitime pour une grossesse légitime : l’endormi…

L’endormi – el mergued, l’amgun — se dit Souhila, n’est certainement pas une réalité, puisque la grossesse humaine ne saurait durer plus de neuf mois. Parfois, quand la femme ne sait pas compter la gestation, elle se trompe d’un mois ou de deux mois. On dit alors que l’enfant s’est «endormi» dans son sein, mais deux années… C’est vraiment impossible !
A moins, bien sûr, que le fœtus ne voit son développement arrêté et qu’il ne devienne atrophié… Dans ce cas, le bébé meurt et, effectivement, il peut rester dans le ventre de la mère plusieurs années !
Mais Lakhdar va-t-il croire à cette légende de l’endormi ?
— On va lui écrire une lettre, dit Zohra
— Tu vas lui dire crûment que tu portes un «endormi» ?
— Bien sûr que non !
— Que vas-tu lui dire pour le ramener ?
— Ta grossesse est à deux mois… Il suffit qu’il soit là pour que l’enfant qui va naître ait au moins sept mois !
Souhila regarde sa mère.
— L’endormi… C’est donc pour Lakhdar ?
— Oui !
— Et les autres ?
— Pas besoin de les mettre au courant… Comme ça, au moins, on ne jasera pas !
— Mais Lakhdar…
— Quoi, Lakhdar ?
— Va-t-il y croire ?
Zohra fronce les sourcils.
— Il doit y croire !
Souhila tremble.
— Et s’il n’y croit pas ?
— Nous le forcerons…
Souhila tremble de tout ses membres.
— Alors, tout le monde saura… mon père, mon beau-père, mes frères, mes beaux-frères…
Zohra la rassure.
— Non, juste ton père et ton beau-père !
— J’ai peur !
— Tu n’auras rien à dire… Et puis, l’essentiel est de convaincre Lakhdar ! Après tout, s’il est convaincu, on n’a pas besoin d’avertir les autres !
Les deux femmes réfléchissent à la lettre qui va établir le contact avec le mari.
— Tu vas l’écrire toi-même…
— Il faudra me dire ce que je dois mettre !
— On va trouver les mots qu’il faut ! (à suivre…)

K.N

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...