RSS

60.Mariages à l’algérienne (60e partie)

9 juillet 2009

Non classé

Mariages à l’algérienne (60e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 59e partie n Souhila a un retard dans son cycle menstruel. Elle s’affole et se confie à sa belle-mère qui lui conseille d’avorter !

Zohra revient sur la question de l’avortement. Elle oblige sa belle-fille à absorber des plantes abortives.
— Tu ne tarderas pas à faire une fausse couche !
Mais la fausse couche ne se produit pas. Elle la charge de faire les durs travaux, lui demande de déplacer des meubles imposants, mais sans résultat : le bébé reste bien accroché.
— Je n’en veux pas ! crie Souhila.
Mais elle n’ose pas aller voir le médecin ou la rebouteuse qui l’aurait aidée à avorter…
C’est alors que Souhila décide de tout raconter à sa mère. La mère, Mériem, est atterrée.
— Comment as-tu pu garder ce secret ?
— Ma belle-mère m’a interdit de t’en parler !
— Comment cela, à moi, ta mère ?
— C’est après tout ta sœur, elle ne voulait pas te faire de la peine !
— Je la remercie, mais à deux, nous aurions peut-être trouvé une solution !
— Elle veut que je me fasse avorter !
— Il y a trop de risques !
— Et c’est péché !
Mériem se serre les mains.
— Ah, si ton mari était là… Les choses auraient été plus faciles !
— Personne ne saurait d’où vient l’enfant ! Mais ma conscience…
Mériem s’emporte.
— Tu veux ménager ta conscience où sauver ton honneur…
Souhila pleure.
— Hélas, j’aurais aimé préserver les deux !
— Tu dois choisir, ma fille !
Elle lui prend la main.
— Je dois voir ta belle-mère…
— Elle a cherché toutes les solutions !
Mériem sourit.
— Je crois qu’elle a dû en oublier une !
Souhila regarde sa mère.
— Tu peux me dire de quoi il s’agit ?
Mériem rit.
— Tu ne le sauras que si ta belle-mère me donne son accord !
— Elle te le donnera, j’en suis sûre !
— Il faut que je la voie… Je crois que ce sera une solution qui va satisfaire tout le monde… et sauver l’honneur de la famille !
— Je suis pressée de connaître cette solution miracle ! (à suivre…)

K. N.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...