RSS

17.L’affaire Marie Besnard (17e partie)

9 juillet 2009

Non classé

L’affaire Marie Besnard (17e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 16e partie n Le 10 juin, la Cour de cassation ordonne que le dossier soit traité devant la Cour d’assises de la Gironde, à Bordeaux. Marie est transférée vers la prison de Bordeaux.

Les nouvelles expertises ne sont pas aussi claires que celles de 1949, mais elles laissent subsister le doute.
Le premier expert à se produire est le professeur Piédelièvre, président du comité de la nouvelle expertise.
— Un examen, déclare-t-il, qui porte sur un magma d’organes en putréfaction ne peut être vigoureux ! Et surtout ne peut apporter de résultats certains !
Le second expert, le professeur Fabre, émet la même opinion.
— En fait, dit-il, un cadavre peut contenir plus d’arsenic qu’il n’en avait, au moment de sa mort !
C’est alors que l’avocat de la défense, Maître Gautrat le prend à partie.
— Monsieur le professeur, si j’enterre un chien dans le cimetière de Loudun et que trois années après, je déterre son cadavre. Vais-je trouver, dans son corps, une quantité d’arsenic plus forte que celle qu’il y aurait avant sa mort ?
Le professeur hésite.
— Je ne saurais le dire !
L’avocat se retourne vers les jurés.
— Si vous, le savant, ne le savez pas, comment voulez-vous que messieurs les jurés, ici présents, le sachent ?
— Il y a présence d’arsenic ?
— Vous venez de dire que l’on ne peut avoir une quantité d’arsenic moindre à la mort, et une autre plus forte !
— Il faut faire des expériences !
L’avocat se retourne vers les jurés.
— N’est-ce pas ce que nous avions demandé à ces doctes savants ? Et il dit qu’il ne saurait répondre à la question !
Le professeur Piédelièvre retourne à la barre.
— On ne peut, en médecine légale, que donner des indications générales…
— Y a-t-il des traces d’arsenic dans les organes que vous avez examinés ?
— Certains débris sont contestables ! Mais dans les cheveux, on a retrouvé une masse importante d’arsenic, ce qui montre une absorption également massive !
Le professeur Kohn-Abrest a effectué l’analyse des certains organes du beau-père de Marie.
— Vous avez trouvé 11,9 mg d’arsenic dans un prélèvement de côte de Marcelin Besnard…
— Oui, dit le professeur
— Mais dans le rapport ce chiffre est devenu 25 mg. Est-ce normal ?
— Pour le résultat final, c’est la même chose !
L’avocat secoue la tête.
— Pas pour les jurés !
Le professeur ne sait quoi répondre (à suivre…)

K. N.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...