RSS

40.Mariages à l’algérienne (40e partie)

2 juillet 2009

Non classé

Mariages à l’algérienne (40e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 39e partie n Arezki s’est remarié. Sa mère, comme toute la famille, attend avec impatience que sa femme tombe enceinte…

Quelque temps après, des visiteuses viennent demander la main de Fettouma.
— C’est pour notre frère, il vient de perdre sa femme et il a quatre enfants.
La jeune femme refuse.
— C’est encore un jeune homme plaide l’une de ses sœurs. Il a presque l’âge du mari que tu viens de quitter !
Yamina interroge.
— Vous savez pourquoi elle est revenue ?
— Oui, dit la sœur, elle est stérile !
Yamina soupire.
— En réalité, sa belle-famille dit qu’elle est stérile, mais le médecin qui l’a vue a dit qu’elle n’avait absolument rien !
La sœur sourit.
— Nous, ce qui nous intéresse, c’est justement qu’elle soit stérile…
— Ah, bon, dit Yamina
— Oui, notre frère ne veut plus d’enfants… Il a quatre garçons, ça lui suffit !
— Alors, puisque c’est comme ça…
— Il faut que ta fille accepte ! Et puis, elle aura sa maison, nos parents sont morts depuis longtemps…
Le parti est vraiment bon, mais Fettouma, qui tient encore à Arezki, refuse. Mais sa mère parvient à la faire fléchir. Elle ne trouvera pas mieux !
La demande est acceptée et Fettouma se marie. Son nouveau foyer est agréable. Elle vit en effet seule et son mari et ses beaux-fils sont très gentils avec elle. Arezki l’apprend et en parle à sa mère.
— Fettouma s’est remariée !
— C’est tout à fait naturel, dit Dahbia, tu t’es mariée avant elle !
— J’aurais aimé qu’elle ne le fasse pas de sitôt !
— Tu tiens à elle, n’est-ce, pas ? Il faut l’oublier… Là où elle est partie, elle n’a pas besoin d’enfants… Son mari en a quatre !
Cependant, Fettouma, dès le premier mois de son mariage, est surprise de ne pas avoir son cycle mensuel.
— Que se passe-t-il ? demande-t-elle, je suis malade ?
Elle en parle à son mari qui l’emmène chez le médecin.
— Vous êtes enceinte, madame !
— Quoi ! s’écrie-t-elle
— Oui, enceinte
— Il va falloir vous examiner au cours des mois suivants…
La jeune femme ne tient pas en place. Elle va aussitôt chez sa mère et lui apprend la nouvelle.
— Je savais que tu n’étais pas stérile ! (à suivre…)

K. N.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...