RSS

Mariages à l’algérienne (22e partie)

1 juillet 2009

Non classé


Mariages à l’algérienne (22e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 21e partie n Zoulikha et Fatma se sont arrangées pour aller chez Rachid et présenter Zohra. Les remarques de Mériem rabaissent quelque peu la jeune fille.

Il ne suffit pas à Zoulikha de défendre Zohra, elle doit encore la valoriser aux yeux de Rachid, car, après tout, c’est lui qui intéresse la jeune fille.
— Tu sais, dit Zoulikha, Zohra a suivi des cours de pâtisserie !
— Ah oui, dit le jeune homme.
Fatma se met de la partie.
— Une boulangerie a voulu la recruter pour un excellent salaire !
— Elle n’a pas accepté, dit Mériem.
— Au cours de l’été, peut-être !
Zoulikha s’écrie.
— Heureux le mari qu’elle épousera, elle le régalera de bons petits gâteaux et l’enrichira !
Rachid, qui ne sait quoi dire, hoche la tête… Zoulikha, elle, s’adresse à Zohra.
— Dis-moi, Zohra, tu fais toujours les cafetans ?
Zohra regarde la marieuse, gênée. Sa mère la pousse du coude.
— Oui… oui…, dit-elle.
— Cela tombe bien ! J’ai une amie qui doit se marier cet été, tu pourrais lui en confectionner un ?
— Oui, dit Zohra.
— En réalité, dit sa mère, elle a beaucoup de travail, mais pour toi, elle fera une exception !
— Comme c’est gentil ! Mais dis-moi, le prix…
Zohra ne sait que répondre.
— Le prix, c’est le prix !
20 000 DA…
Mériem s’écrie.
— C’est aussi cher que cela un cafetan ?
— Oui, et Zohra fait des prix modérés !
Zoulikha part en éloges.
— J’ai déjà vu le travail de cette fille : une pure merveille !
Mériem est impressionnée.
— Je ne savais pas que tu faisais tout cela !
— Oh, elle fait mieux que cela ! dit Zoulikha, Cette fille est un vrai trésor. Elle envisage, plus tard d’ouvrir un atelier de couture !
— ça gagne bien, dit Mériem.
— Bien sûr que ça gagne, dit Zoulikha, je te l’ai dit : heureux le mari qui l’épousera… Ah, si j’avais un fils, je ne l’aurais pas laissée s’échapper !
On continue ainsi à bavarder, puis l’heure de partir pour les invitées arrive.
— Restez manger avec nous ! dit Mériem.
— Ce sera pour une autre fois !
Avant de se séparer de Fatma, Zoulikha lui glisse.
— Je crois que nous avons impressionné Rachid ! (à suivre…)

K. N

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...