RSS

36.Mariages à l’algérienne (36e partie)

1 juillet 2009

Non classé

Mariages à l’algérienne (36e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 35e partie n Arezki a une discussion avec sa femme, Fettouma. elle ne veut pas d’une coépouse, même s’il s’agit de donner un enfant à son mari.

Dès le lendemain, elle prépare ses affaires.
— je veux rentrer chez mes parents, dit-elle.
— réfléchis à ce que tu fais !
— C’est tout réfléchi, dit Fettouma, je ne veux pas d’une coépouse !
Sa belle-mère tente également d’intervenir.
— personne ne te chasse !
— c’est moi qui veux partir, dit la jeune femme.
Dahbia essaye de trouver une solution.
— rentre te reposer quelques jours chez toi, je viendrai voir ta mère, nous allons discuter de ton avenir… Je suis sûre que ta mère, qui est sage, va te donner de bons conseils !
— j’ai bien réfléchi…
C’est Arezki qui l’accompagne. Lorsqu’elle arrive devant chez elle, il la supplie encore.
— ne fais pas d’actes irréfléchis !
Fettouma le regarde.
— Je t’aime trop pour me résoudre à te partager avec une autre femme !
Arezki a les larmes aux yeux.
— moi aussi, je t’aime plus que tout… Mais c’est la fatalité, on ne peut rien faire !
La jeune femme soupire.
— alors, que chacun prenne ses responsabilités !
Il n’ose même pas entrer chez les parents de sa femme. Il veut l’embrasser, mais la jeune femme refuse.
Elle entre dans la maison. Sa mère, Yamina, en l’apercevant, s’écrie.
— Fettouma, pourquoi cette visite de bon matin ?
La jeune femme éclate en sanglots. La mère s’affole.
— tu t’es querellée avec ta belle-mère ?
— non, dit la jeune femme.
Elle va vers la porte et l’ouvre. Comme elle ne voit personne, elle s’écrie.
— Tu es venue toute seule, ici ?
— non, non…
— Qui t’a accompagnée ?
— Arezki, dit-elle.
— pourquoi n’est-il pas entré ?
Fettouma pleure de nouveau.
— maman, c’est fini avec lui ?
— tu t’es querellée avec lui ?
— non, il ne veut plus d’une femme stérile !
Et elle ajoute, au milieu des larmes :
— Il veut prendre une autre épouse, mais moi je refuse (à suivre…)

K. N

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...