RSS

34.Mariages à l’algérienne (34e partie)

1 juillet 2009

Non classé

Mariages à l’algérienne (34e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 33e partie n Fettouma n’arrivant pas à donner un enfant à son mari, sa belle-mère veut que son fils se remarie.

Fettouma l’a senti depuis quelques jours : sa belle-mère veut lui parler… Elle hésite, mais ce qu’elle veut lui dire doit être d’une grande importance. Peut-être est-ce encore en rapport avec sa stérilité… Peut-être va-t-elle lui demander de reprendre les séances auprès du taleb…
Un matin, elle attend que Arezki parte au travail.
— Viens, dit-elle à Fettouma, j’ai besoin de te parler !
Elle l’emmène dans sa chambre.
— Comme ça, dit-elle, personne ne nous entendra ! Surtout tes belles-sœurs…
La jeune femme est inquiète.
— Qu’y a-t-il ?
— J’en ai parlé avec Arezki et ton beau-père…
La jeune femme, craignant qu’on lui cherche querelle, tente de se défendre.
— Je n’ai rien fait !
— Je sais que tu n’as rien fait… C’est d’ailleurs quelque chose qui te dépasse et qui nous dépasse…
— Je ne comprends pas !
Dahbia soupire.
— C’est à propos de ta stérilité…
La jeune femme baisse les yeux.
— Ce n’est pas ma faute… Le médecin dit que je n’ai rien…
— Les médecins ne savent pas soigner ce mal…
— Alors que faire ?
Elle lève un regard désespéré vers sa belle-mère.
— Alors, à qui se confier ? Retourner chez le taleb ?
Dahbia secoue la tête.
— Ces talebs ne cherchent que l’argent…
— Alors que faire ?
Dahbia hésite.
— Tu sais bien ce que l’on fait dans ce genre de situation…
La jeune femme s’effraye.
— Vous me répudiez ?
— Non, non, nous tenons tous à toi, à commencer par ton mari !
Elle regarde sa belle-mère.
— Si vous ne me répudiez pas, qu’avez-vous l’intention de faire ?
— Je pense prendre une seconde épouse pour mon fils !
Fettouma est comme abasourdie.
— Tu penses…
— Oui, cela se fait… Quand une épouse est stérile, on en prend une seconde qui donne alors au mari les enfants que la première ne lui a pas donnés. Un homme ne peut mourir sans laisser de postérité derrière lui ! (à suivre…)

K. N.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...